AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213600953
Éditeur : Fayard (31/12/2000)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 40 notes)
Résumé :
On ne compte plus les clichés, les légendes, les fausses énigmes dont Philippe le Bel continue à être l'objet ou le prétexte. Les énigmes vraies sont bien suffisantes. Car il en est à chaque détour de la recherche. Le roi en est une à lui seul, et la première de toutes. Froid calculateur, timide, pauvre homme ballotté? Son silence est-il habileté, refuge ou abdication? Sa foi est-elle cause première ou prétexte? Son amitié est-elle fidélité ou favoritisme? Le gouver... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sarindar
  29 septembre 2014
Philippe IV le Bel (1268-1314), c'est le roi de l'argent, dès son accession au trône en 1285. Marié à Jeanne de Navarre, il accroît son royaume de la Champagne et de la Navarre. Et immédiatement, il cherche les moyens de renflouer sans cesse ses caisses, car les dépenses qu'il engage sont énormes. Et, très vite, il trouve de puissants soutiens auprès des banquiers toscans Albizzo (familièrement appelé Biccio ou Biche) et Musciato (ou Mouche) Guidi Dei Franzesi, qui lui consentent un prêt de deux cent mille livres en 1294. Ces derniers siègent même à son conseil, ils l'aident à réclamer aux villes et aux Juifs des contributions fiscales "extraordinaires" et lui soufflent en 1295 l'idée de retirer au puissant ordre des Templiers le contrôle du Trésor royal et de le confier à ses propres agents et officiers. L'influence de Biche et de Mouche va aller en grandissant. Quand Philippe se lance dans un vaste programme d'imposition du clergé et quand le pape Boniface VIII s'insurge contre cette politique en brandissant une menace d'excommunication, Biche et Mouche poussent Philippe à réagir très vite et à faire peur au souverain pontife en faisant intervenir des hommes en armes chez ce dernier, à Anagni, le 7 septembre 1303. de même, quand le roi part faire la guerre en Flandre en 1302, et qu'il est battu à Courtrai, les deux hommes trouvent rapidement les moyens de préparer de nouvelles opérations et ce sera le demi-succès de Mons-en-Pévèle en 1304 et un traité qui permettra au roi de France de se donner comme gagnant de cette deuxième entreprise militaire contre les Flamands. le 22 juin 1306, c'est sur les conseils de Biche et de Mouche que des milliers de Juifs sont expulsés du royaume et que leurs biens sont spoliés. Biche et Mouche auraient fait faillite la même année, et Philippe le Bel n'aurait pas levé le petit doigt pour eux, mais ils auraient très vite été remplacés dans la confiance du roi par les Peruzzi. Vient ensuite le tour des Templiers, qui sont arrêtés dans leurs commanderies, le 13 octobre 1307, sur un ordre transmis aux sénéchaux et aux baillis. Les chevaliers du Temple étaient les rivaux des banquiers et marchands toscans et lombards sur les places financières de l'époque. Les biens des Templiers sont mis sous séquestre puis cédés aux Hospitaliers, mais cette opération n'empêche pas le roi de s'attribuer une part du gâteau, et l'on dit parfois que le roi aurait réussi à détourner à son profit une somme de deux cent mille livres avant l'exécution des principaux dignitaires de l'Ordre en 1314. En 1309, les Lombards, à qui le roi doit des sommes colossales mais qui n'a pas les moyens de rembourser sa dette, sont chassés de France à leur tour, avec confiscation de leurs biens. Tout était bon, on le voit, pour se faire de l'argent.
Une autre manière de financer les projets de Philippe le Bel fut de jouer sur le poids et la valeur des monnaies, en faussant la teneur en métal précieux, en introduisant de nouvelles espèces, en dévaluant les monnaies en circulation.
Philippe fit flèche de tout bois pour arriver aux résultats qu'il se fixait et faire rentrer le plus d'argent possible.
Pourquoi croit-on qu'il s'entoura de légistes comme Marigny, Nogaret et Plaisians, et aussi de banquiers qui pénétrèrent jusque dans son conseil ?
L'argent est bien la clé d'explication de l'action de Philippe le Bel et de compréhension du personnage. Et c'est bien sous cet angle que Jean Favier a conduit tout son travail, qui ne pouvait pas qu'être une biographie ordinaire. Il faut prendre le temps de lire cet ouvrage pour prendre la mesure de son importance.
François Sarindar, auteur de : Lawrence d'Arabie. Thomas Edward, cet inconnu (2010)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          397
Dionysos89
  12 octobre 2012
Autant Jean Favier sort désormais beaucoup de livres trop vite bâclés, autant il fut un temps où il publiait de magnifiques biographies historiques, et celle de Philippe IV le Bel en fait largement partie !
Une vraie biographie historique avec des problématiques à la fois concrètes et quotidiennes, mais aussi sociologiques et politiques, une vraie biographie historique comme on en fait désormais trop peu (Thierry Camous pour Romulus peut-être, mais cela devient rare), voilà ce qu'est le Philippe le Bel de Jean Favier. Sur le plan contextuel et purement événementiel, on ne peut pas changer grand-chose dans une telle oeuvre puisque tous les faits majeurs sont connus depuis des lustres (et cela rend évidemment cet ouvrage toujours d'actualité du coup, mais cela limite les choses à critiquer ici), en revanche c'est l'analyse qui accompagne le flot de la narration qui désigne si une biographie historique l'est bien ou non. Là, Jean Favier montre bien qu'il est un des plus grands historiens de son temps, au moins par moments, puisqu'il nous démontre, si besoin était (et ces temps-ci il l'est), que son analyse historique est à la pointe de la recherche française.
Un exemple en la matière selon moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
Bchara
  12 juillet 2015
Il s'agit d'une étude extensive et savante sur le règne de Philippe le Bel par un spécialiste.
Le plan suivi n'est pas chronologique mais méthodique. Ce qui pose quelques difficultés au lecteur non suffisamment initié (tel que moi), surtout quand il s'agit de suivre le cours des évènements ou de se souvenir des noms propres (l'index aide, bien-sur).
Encore, plusieurs termes et notions nécessitent une connaissance préalable du droit médiéval, et le chapitre sur les monnaies de l'époque a été un peu compliqué.
Ainsi, un lecteur plus spécialisé aurait trouvé plus de plaisir. Mais celà ne veut pas dire que le lecteur profane n'en sort pas avec une meilleure compréhension de l'histoire de la France et de l'Europe médiévale.
J'en sors avec l'impression que Philippe le Bel a été un roi qui a aidé à l'affirmation de la monarchie française, vis à vis des autres nobles français et vis à vis de l'Europe et de la Papauté, mais, qui en même temps a eu plusieurs difficultés d'ordre financier et économique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
meknes56
  09 mai 2019
Mon premier livre "d'histoire" que j'ai découvert il y a des années. Quel bonheur de lire cette biographie. Une véritable immersion au temps de ce roi malgré tout fort inconnu. Un Roi qui a fait de la France un grand pays.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   12 août 2012
Bien que vieilli depuis son veuvage et accablé par le drame familial qui l'avait privé de ses trois belles-filles, Philippe Le Bel était encore à quarante-six ans un cavalier vigoureux et un chasseur intrépide. Un accident, en octobre, l'emporta. Près de Saint-Maxence, il fit une chute de cheval. Une jambe brisée rouvrit une vieille plaie. L'infection s'y mit.
(...)
On transféra le roi, le 26 novembre, à Fontainebleau. Il voulait mourir où il était né. Le 28, il dicta un codicille à son testament. Le 29 il mourait.
Le corps fut ramené à Paris, par le Seine, et déposé aux Bernardins, où on l'embauma.

509 - [p. 613-614]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
meknes56meknes56   16 mai 2019
Que le roi décide en définitive est chose évidente. Qu'il suive les avis de celui de ses conseillers qu'il juge le plus compétent ne l'est pas moins. Pourquoi voir là une preuve de faiblesse ?

Page 49
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean Favier (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Favier
L’Empire des Plantagenêts (1154 – 1214) | 2000 ans d’histoire | France Inter
autres livres classés : 13ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
788 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre