AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213610030
1020 pages
Éditeur : Fayard (28/09/2001)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 17 notes)
Résumé :
On a souvent écrit sur Louis XI. Mais, depuis cinquante ans, de nouveaux documents sont apparus et les travaux se sont multipliés, souvent liés à l'élargissement du regard des historiens sur les structures politiques, juridiques et financières comme sur les relations du politique et de l'économique. Le temps semblait venu de faire le point.

L'imagerie romantique a ancré le souvenir de l'homme au chapeau constellé de médailles pieuses, du captif de Pér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sarindar
  04 avril 2020
Un fils de roi qui attend son heure en rongeant son frein peut-il aimer son père qui n'entend pas lâcher une parcelle de son pouvoir ? Ce qui est arrivé au futur Charles V, lieutenant du roi puis régent, en l'absence de son père Jean II le Bon captif des Anglais, un père empêché qui n'entendait pas néanmoins que son fils qui avait pourtant à faire face à la révolte d'une bourgeoisie en colère fît cavalier seul, le futur Louis XI l'a connu plus encore face à son père Charles VII, mais dans des circonstances qui ne furent pas les mêmes. D'abord, grâce à l'intelligence politique de Charles VII, les Anglais avaient été mis hors du royaume de France sauf à Calais (Jeanne d'Arc n'ayant fait elle que les stopper sur la Loire), et notre pays retrouvait la paix. Ce retour à la normale ne plaisait cependant pas à tout le monde et de grands seigneurs qui avaient tenté de se soulever contre le roi et avaient cherché à embrigader dans leur rébellion appelée Praguerie le jeune Dauphin Louis, qui ne savait pas prendre son mal en patience et espérait jouer un rôle par tous les moyens, fatigué qu'il était d'attendre que son père voulût bien lui céder la place.
Dans les sept premiers chapitres de son portrait de Louis XI, Jean Favier analyse dans le détail cette situation et revisite les rapports entre le père et le fils.
Après la Praguerie, Charles VII, comprenant qu'il n'avait aucun intérêt à laisser l'impatient Louis croupir dans l'inaction, l'investit de missions de confiance assez importantes - notamment sur l'échiquier alsacien et suisse où le Dauphin apprit beaucoup de choses, notamment à voir combien on pouvait gagner à laisser se battre les autres - mais en veillant toutefois à ne pas laisser cet ambitieux marcher sur ses plates-bandes.
Plus décidé que jamais à montrer de quoi il était capable, Louis finit par se replier dans son Dauphiné en affichant son intention d'y gouverner seul avec des hommes dévoués à sa cause (et normalement cela aurait dû se passer ainsi puisque le Dauphiné était la terre du Dauphin et n'appartenait pas au roi). Mais Charles VII ne supporta pas ce mouvement d'indépendance et voyant que son fils n'entendait lui rendre aucun compte, il fit intervenir son armée pour punir le récalcitrant et lui confisquer la terre qui lui revenait. Louis fut obligé de demander refuge au duc de Bourgogne, Philippe le Bon, dont il devint un obligé. Notons que l'opposition entre le fils et le père fit une victime importante : Jacques Coeur l'argentier du roi Charles qui, apportant secrètement son aide au Dauphin (il ne fallait pas insulter l'avenir), fut démasqué et obligé de s'exiler sur une île méditérannéenne en laissant derrière lui une partie de sa fortune qui était considérable.
Louis attendit que son père, qui eut un long règne, trépassât, et sitôt ce dernier mort, il rentra en France avec la ferme volonté de prendre sa revanche : il écarta sans aucun ménagement et sans aucune délicatesse beaucoup des collaborateurs de son père, qui étaient restés fidèles à ce dernier, ne garda que ceux qui pouvaient encore lui servir et plaça un peu partout aux commandes des gens qui le suivaient depuis longtemps.
Il montra là un esprit plutôt étroit et ne sut même pas reconnaître tout ce qu'il devait à son père : des finances rétablies, une unité territoriale reconstituée, une prospérité économique en train de revenir.
Cependant, après son sacre à Reims, il fit dans Paris une entrée qui lui montra que l'influence du duc de Bourgogne y était plus présente et comptait davantage que l'arrivée d'un roi dans la capitale de son royaume. Il continuait de faire son apprentissage et cela lui désignait, d'entrée de jeu, ceux avec qui il allait avoir par la suite à se mesurer, notamment le comte de Charolais, fils de Philippe le Bon, celui que l'Histoire connaît sous le nom de Charles le Téméraire.
Jean Favier a fait là un travail remarquable, qui se poursuit sur sept cents pages, où tout le règne de Louis XI nous est décrit par le menu.

François Sarindar, auteur de Charles V le Sage, Dauphin, duc et régent (2019)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11012
Kyrie_Eleison
  10 août 2017
Pas de cartes. Enfin si, une seule et c'est tout. C'est très difficile de savoir où se situe certaines actions lorsque l'auteur parle de royaumes qui n'existent plus ou qui n'ont pas du tout les mêmes frontières aujourd'hui. Heureusement, internet m'a aidé à combler cet énorme manque sans quoi, j'aurai été un peu/beaucoup largué. le livre est très intéressant (c'est indéniable) mais la lecture n'est pas simple du tout... l'auteur fait de nombreux détours et pour le suivre, il faut avoir une bonne connaissance de l'histoire durant cette période sinon les enjeux risquent de vous échapper. Par exemple, l'auteur s'arrête quelques instants sur le gloubiboulga italien et j'ai encore eu besoin de ressources extérieures pour réussir à comprendre les liens avec le dauphin et le roi Louis XI. Quelques cartes, documents, ressources pour illustrer le propos n'auraient vraiment pas été du luxe. Après tout, 100 pages de plus ou de moins, arrivé au stade de ce livre, ça n'a plus d'importance. Bref, c'est un excellent ouvrage que je vous recommande à la condition que vous connaissiez déjà bien l'époque concernée... sinon vous allez planer au-dessus du vide qui constitue votre ignorance :')
Ceci dit, je ne regrette pas mon achat. J'ai appris énormément de choses (peut-être trop d'un coup ?) et c'est bien le but lorsqu'on commande ce type d'ouvrage. La lecture fût laborieuse mais pas ennuyeuse du tout, l'auteur a une écriture fluide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
lehibook
  05 janvier 2020
Biographie par un grand médiéviste d'un roi à la réputation particulièrement noire .En tout cas pour ma génération abreuvé par les images que mes instits accrochaient au tableau : un type qui enferme ses opposants dans des cages , Charles le Téméraire bouffé par les loups, « l'universelle aragne » avec son petit chapeau couronné de médailles….Or Favier dans ce remarquable ouvrage donne à voir un grand politique ( ce qui inclut la fourberie) , un roi qui a donné peu ou prou à la France ses frontières définitives et qui vivait en un temps de très grandes difficultés .J'ai beaucoup appris dans ce livre.
Commenter  J’apprécie          40
meknes56
  24 septembre 2019
Déjà que je n'apprécie pas trop ce roi, je trouve que monsieur Favier adresse ce livre à un public universitaire car son propos est parfois abscons et, comme le dit Kyrie_Eleison, une seule carte nous permet de nous situer...Certes c'est un ouvrage monumental mais il y manque cette petite étincelle que possède d'autre historien pour nous intéresser..Écrit par Troyat, cette biographie aurait été plus digeste.
Commenter  J’apprécie          22

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SarindarSarindar   26 mai 2017
Deux noms, Louis et Charles, n'ont cessé de se croiser dans la généalogie des rois de France. Charles, c'est un nom royal, le nom du fondateur de l'empire chrétien d'Occident, celui du roi légitimé par l'onction sacrée. Les Capétiens n'ont jamais manqué, depuis le XIIème siècle, de revendiquer un lien avec Charlemagne, un lien par le sang, aussi réel, il est vrai que ténu, mais renouvelé à bien des occasions entre le Xème et le XIIème siècle par des mariages avec la famille de Vermandois et avec la famille de Champagne.
[...] Ce culte dynastique de Charlemagne, entretenu par les Capétiens depuis leur origine, a été ravivé par [le Valois] Charles V pour faire pièce aux prétentions du Saint Empire [romain germanique].
[...] Les Valois ont donc eu [...] les trois rois Charles V, Charles VI et Charles VII.
[...] Différemment significatif est le nom de Louis. Il s'attache d'abord au souvenir de Clovis, Chlodovic ayant donné Clovis avant d'aboutir à Ludwig en Allemagne et à Louis en France.
Pages 35 et 36
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          523
SarindarSarindar   08 avril 2020
Le Prince doit songer à la condition de son peuple et se mêler à lui souvent, comme un bon jardinier cultive son jardin (recommandation de Louis XI à son fils Charles VIII).
Louis XI, Jean Favier, page 313.
Commenter  J’apprécie          644
lehibooklehibook   05 janvier 2020
Charles le Téméraire n'avait pas su voir les changements de la société ,dont Louis XI savait tenir compte en son royaume.Imbu de chevalerie,Charles le hardi n'a pas compris l'avènement d'une bourgeoisie d'affaires qui ne l'a pas soutenu car il ne lui accordait aucune considération.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jean Favier (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Favier
Jean Favier .
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : louis xiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comment se porte votre Moyen-Âge?

Le Moyen-Âge a ses féministes! Auteure d’un livre sur l’art de la guerre, elle est surtout célèbre pour sa dénonciation de la misogynie dans le Roman de la Rose avec sa Cité des Dames.

Aliénor d’Aquitaine
Christine de Pisan
Marie de France
Olympe de Gouges

14 questions
202 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , littérature médiévale , littérature européenneCréer un quiz sur ce livre