AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Hyppolite (Autre)
EAN : 9791037502483
Les Arènes (30/09/2020)
4.67/5   15 notes
Résumé :
Premier album solo de Gaël Faye, Pili Pili sur un croissant au beurre sort en 2013. Dans ce disque, une chanson pas comme les autres : « L’ennui des après-midi sans fin ». Un texte qu’on écoute comme une histoire.

« Enfant, j’ai eu la chance de m’ennuyer. J’ai donc dû apprendre à déployer des trésors d’imagination pour m’inventer des jeux et des passe-temps.
Un immense jardin entourait la maison. Il était planté de manguiers, de goyaviers et d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
OverTheMoonWithBooks
  23 octobre 2020
Un bien joli album sur lequel je me suis précipitée car le conteur n'est autre que Gaël Faye.
Une fois de plus, l'auteur et interprète explore le thème de l'enfance. Dans ce format, plus bref que le roman, les talents de musicien de l'auteur s'épanouissent à merveille.
Au fil des pages, des vers en prose racontent les après-midi sans fin du jeune garçon pour qui il n'y a ni télé, ni écran, ni jeux vidéos pour tromper l'ennui.
Seul reste une chose que rien n'achète mais qu'il appartient à chacun de saisir : l'imagination.
Une jolie balade pleine de calme et de douceur - qui nécessitera peut-être quelques explications pour les jeunes lecteurs qui n'ont pas connu cette époque.
Commenter  J’apprécie          220
MarieLywood
  10 décembre 2021
Cet album est un coup de coeur absolu ! Tout y est réussi : texte, illustrations, chanson, musique.
Tout d'abord, le texte. Bref et poétique, il est une ode à l'ennui des enfants (et des adultes !). Dans notre société où l'on veut le meilleur pour eux, où on cherche à les occuper en permanence en leur faisant faire des activités ou en les mettant devant un écran, cet album nous rappelle que l'ennui est un élément essentiel au développement des enfants. Il leur permet de développer leur imagination et leur esprit créatif. Gaël Faye et plus généralement les artistes en sont un bon exemple.
Ensuite, les illustrations. Elles sont très réussies. Elles retranscrivent parfaitement les émotions et sentiments qui se dégagent du texte. Leurs couleurs chaudes et leur tracé délicat nous transportent en Afrique, aux côtés de ce petit garçon, lors des après-midi de chaleur ou de pluie.
L'album est accompagné de la chanson du texte dans laquelle on retrouve avec plaisir la voix grave de Gaël Faye. La musique et le texte s'accordent à merveille et c'est avec grand plaisir que j'écoute en boucle cette chanson tout en alternant avec la lecture de l'album.
Si j'avais aimé Petit pays du même auteur, j'ai adoré L'ennui des après-midi sans fin. C'est un album à destination des enfants comme des adultes. Il donne envie de nous asseoir et de prendre le temps de contempler les petites choses du quotidien qui nous entourent.
Merci Gaël Faye et quel talent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lively93
  26 novembre 2020
Comme un enfant au matin de Noël, j'attendais avec impatience de savoir quel ouvrage m'avait été attribué pour ma deuxième participation à la Masse Critique de Babelio. C'est donc émerveillée que j'ai découvert la plume de Gaël Faye et le pinceau d'Hippolyte, à travers leur collaboration pour L'ennui des après-midi sans fin.
Cet album jeunesse, sorti aux éditions Les Arènes, s'accompagne du CD de la chanson éponyme, écrite et interprétée par Gaël Faye. Illustré par les jolis dessins un peu spleen d'Hippolyte, le livre raconte les déambulations imaginaires d'un jeune garçon pour tromper l'ennui après l'école : pour lui, pas de télévision, pas de jeux vidéos, «y a que l'aquarium à regarder».
Après avoir écouté les deux pistes audio pour «me mettre dans l'ambiance », j'ai parcouru les pages en me laissant emporter par une voix mélodieusement monocorde, rythmée par une musique aux notes nostalgiques d'un temps lointain, mais chéri. La lecture m'a ramenée des années en arrière, à cette « vie d'avant », quand je passais mes longues journées de vacances assise à la fenêtre de ma chambre, en répétant mon refrain préféré : « Maman, je m'ennuie », et tout en débordant d'imagination et de créativité pour combler cet ennui.
L'ennui des après-midi sans fin est une bulle ; douce et poétique, elle peut envelopper autant les jeunes que les adultes, avec cette souvenance de l'enfance et de l'ennui. L'ennui, cet état qu'on ne choisissait pas forcément étant enfant, qu'on redoute en tant qu'adulte et qu'on évite soigneusement en gavant notre agenda d'activités et de sorties en tout genre, mais qu'on retrouve involontairement en 2020, quand on arrive au bout de nos «to-do list» de confinement.
Un bien joli album que voilà: un texte en prose, des illustrations aux couleurs fraîches, une musique entêtante de souvenirs, et peut-être une petite invitation à réapprendre à s'ennuyer.
Merci aux éditions Les Arènes, et évidemment à l'équipe de Babelio :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cronos
  14 novembre 2020
J'ai commencé par écouter les deux pistes audio avant de lire cet album, puis de réécouter les chansons et je n'ai pu m'empêcher de relire le livre. Les deux se mêlent tellement bien ! L'atmosphère créée est unique, c'est la seconde fois que je lis un album avec des pistes audio incluses et cela fonctionne à merveille.
Je connaissais Gaël Faye auteur, mais je ne le savais pas artiste aussi complet, il a écrit et chanté la musique de la piste une, la seconde est l'audio sans parole, ce qui permet au lecteur de faire à son tour sa propre interrelation, c'est une bonne idée. La mélodie est douce, nostalgique, parfaite pour un couché et lisant l'histoire à un enfant ou pour se relaxer adulte.
Je me reconnais beaucoup dans le texte, enfant aussi j'ai eu la chance de m'ennuyer et dû déployer tout un monde d'imagination pour passer le temps, aller crapahuter en forêt, à jouer à des jeux inventés avec les copains. Neil Gaiman avait fait tout un discours sur l'ennui et son importance, ici c'est dit de façon poétique et toutes celles et ceux qui sont de ma génération ou plus vieux comprendrons parfaitement les paroles. le texte seul est touchant, avec la musique il tire quelques larmes de souvenirs. L'auteur est intelligent dans sa façon de faire, ce qui le rend accessible à tous âges.
Quelques mots sur les illustrations réussies, j'aime beaucoup la palette de couleurs utilisées, Hippolyte fait ressortir la nostalgie et la simplicité du moment présent. Si vous cherchez une critique négative, ce n'est pas le bon livre. Je n'ai pas le talent de Gaël Faye pour faire rimer les mots comme on fait des ricochets.
Et comme toujours je termine sur un remerciement immense aux éditions Les arènes pour m'avoir envoyé ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
manoush2808
  20 décembre 2020
Quand j'ai reçu le colis, j'ai d'abord été impressionné par la taille de celui-ci. Je m'attendais à un livre d'un format classique, et quelle surprise quand j'ai ouvert le paquet. En plus de sa taille imposante, la couverture m'a frappée aux yeux par ses couleurs et sa beauté. Même la texture, le touché y a été pensée et bien travaillé. Immédiatement je l'ai ouvert et j'ai été éblouie par la beauté des dessins. Une succession d'aquarelles magnifiques. le texte de Gaël Faye qui les accompagne et tout aussi beau et poétique. Je ne pense pas que ce livre puisse vraiment être destiné aux petits enfants, peut-être à partir de 13ans. En tout cas, pour un adulte, ça reste un magnifique objet-livre a avoir dans sa bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          21


critiques presse (1)
CNLJ   02 février 2021
La sobriété de l'accompagnement musical, la douceur de la voix qui impose instantanément l'écoute, les superbes illustrations en pleine page, tout est fait pour vivre et ressentir ce merveilleux voyage dont on aimerait qu'il soit véritablement sans fin.
Lire la critique sur le site : CNLJ
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   21 octobre 2020
À l'heure de la sieste, j'apprivoise le silence
Petit Prince d'ennui modeste entre mouton et somnolence
Dans la vieille maison de briques, de la Belgique sous les tropiques
À l'heure des choses statiques j'invente, je me fabrique
Commenter  J’apprécie          50
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   21 octobre 2020
Copain ça compte, copain ça reste, copain c'est d'abord un mot d'enfant.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Gaël Faye (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaël Faye
Lecture par Greg Germain, Mariann Mathéus, Roberto Jean, Sophie Bourel & Steffy Glissant Accompagnés de Viktor Lazlo (chant), Marie-Claude Bottius (chant) & de Grégory Privat (piano) Mise en musique par le Trio Mahagony
« Every great dream begins with a dreamer. Always remember, you have within you the strength, the patience, and the passion to reach for the stars to change the world. »
Harriet Tubman

Il y a 20 ans, le 10 mai 2001, le Parlement français votait la loi reconnaissant la traite négrière et l'esclavage transatlantique comme crime contre l'humanité, loi portée et défendue par Christiane Taubira. le texte stipule en son article 1 :
« La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'Océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'Océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité. »
Dans son discours de présentation du projet de loi, Christiane Taubira déclarait :
« Nous sommes là pour dire que la traite et l'esclavage furent et sont un crime contre l'humanité ; que les textes juridiques ou ecclésiastiques qui les ont autorisés, organisés percutent la morale universelle ; qu'il est juste d'énoncer que c'est dans nos idéaux de justice, de fraternité, de solidarité, que nous puisons les raisons de dire que le crime doit être qualifié. Et inscrit dans la loi parce que la loi seule dira la parole solennelle au nom du peuple français. »
Pour commémorer ce mois des mémoires, l'institut du Tout-Monde présente un « Chaos-opéra » imaginé par Sylvie Glissant et Greg Germain.

Avec les textes de Christiane Taubira, Léon-Gontran Damas, Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Eugène Pottier, Gaël Faye, Marie-José Mondzain, Monique Arien-Carrère, Dénètem Touam Bona, Nicole Cage, Nancy Morejón, Léonora Miano, Estelle Coppolani, Aimé Césaire, Toni Morrison …

Soirée proposée par l'Institut du Tout-Monde.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature burundaiseVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Petit Pays

Comment s'appelle le père de Gabriel ?

Martin
Mathieu
Michel
Mohammed

50 questions
1998 lecteurs ont répondu
Thème : Petit pays de Gaël FayeCréer un quiz sur ce livre