AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021410327
Éditeur : Seuil (03/01/2019)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Si le criminel récidiviste est la figure dramatique, dans le registre du pire, de l’individu qui recommence, tout être humain ne souhaite-t-il pas revivre ce qui lui a procuré de l’émotion, du plaisir, du bonheur ? Que la première expérience de l’amour ne soit pas la dernière, dans un mouvement naturel de l’éternel retour.
À partir d’un troublant phénomène de persistance d’un épisode passé –celui d’un premier amour remontant à la période communiste –, dans la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
cornelia-online
  13 juin 2019
« le récidiviste » est le dernier roman d'Alain Fleischer, publié au Seuil. Figure classique des romans noirs, le ‘récidiviste', parfois rebaptisé ‘serial killer', prend ici un tout autre visage, et suscite une réflexion sur le temps, linéaire, circulaire ou accidenté. Les ‘premières fois' sont ainsi appelées à se reproduire, mais faut-il préférer l'expérience originelle ou ses avatars ultérieurs ?
Un écrivain, Léo, doit se rendre à Budapest pour interroger un vieil homme reclus, Laszlo Kovacs, connu pour avoir commis trois meurtres, sans mobile apparent. Sur la route, il est forcé de s'arrêter à Brno en Moravie, où il imagine croiser le ‘jeune Léo' qu'il était à l'âge de seize ou dix-sept ans. Finalement arrivé à destination, il rencontre, dans le petit train qui le mène à son rendez-vous avec Kovacs, une jeune fille un peu farouche qui le fascine immédiatement, et qu'il baptise instinctivement ‘Dora'.
« le récidiviste » est un texte exigeant, qui débute sur une longue méditation, presque incantatoire, suite à la rencontre du narrateur avec son ‘double' surgi du passé. Les formules répétitives induisent une sorte d'état d'hypnotique pour le lecteur, et l'on se demande un peu si l'on parviendra à sortir de cette boucle temporelle. Heureusement, la trame réserve quelques rebondissements, et s'épanouit dans le temps ou dans l'espace, de façon presque cinématographique, menant les principaux protagonistes (Léo, Laszlo et Dora) sur un chemin partagé. Si je n'ai pas vraiment apprécié le passage ‘pornographique', j'ai en revanche beaucoup aimé la ‘confession' de Laszlo. Alain Fleischer nous incite à mener ce même travail introspectif sur les événements marquants de notre vie, et le fil qui les relie; mais on appréciera aussi la dimension métalittéraire de cet ouvrage, et les références à la musique (composée elle aussi de reprises, répétitions, thèmes et variations). Enfin, « le récidiviste » pose la question de la culpabilité; l'accident peut être pardonné, mais comment juger la répétition d'un acte jugé immoral, et pourtant pleinement assumé par ceux qui le commettent ? Pour la suite, cliquez sur le lien !
Lien : https://bit.ly/2MMxbsJ
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
cornelia-onlinecornelia-online   13 juin 2019
Je devine que si vous essayez de comprendre les motivations de la récidive, c’est que vous cherchez à vous connaître vous-même, récidiviste à votre manière. Mais détrompez-vous, ce n’est ni vous ni moi qui sommes récidivistes. C’est le monde qui récidive. C’est plus précisément notre monde, notre vieux monde, le seul monde : c’est l’Europe qui récidive. C’est elle qui nous oblige à récidiver, à recommencer les mêmes crimes, en réponse aux mêmes crimes. Ne désobéissez jamais à l’injonction intérieure de recommencer ce que la vie vous apporte de meilleur, quand c’est le monde autour de vous qui recommence ses turpitudes, et trouve de nouveaux prétextes pour justifier la même infamie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   28 mai 2019
Je me réjouissais cependant
de n’avoir été ni pris, ni même soupçonné, la disparition de mes victimes étant passée
inaperçue et n’ayant suscité aucune alerte, aucune plainte, aucune enquête. Pour préserver
mon impunité, je tentais de me convaincre qu’il me suffisait désormais de changer
de conduite, de ne pas continuer, de ne pas allonger la liste, de ne pas recommencer,
de ne pas aggraver mon cas, car risque était que le moindre nouveau meurtre ne
fasse soudain découvrir les précédents et ne me désigne comme le monstre que j’étais devenu sans y prendre garde. De tout cela je
ne tirais pas la leçon que j’étais désormais un coupable, comme si la culpabilité
avait été mon état naturel, et je me persuadais qu’il fallait à tout prix rester innocent,
un présent irréprochable pouvant suffire à effacer le passé, à me blanchir, à me racheter.
Je n’éprouvais aucun repentir, à peine le remords d’avoir été trop insouciant dans
ma conduite, d’avoir manqué de sang-froid, de recul, de n’avoir pas imaginé d’alternative
au meurtre et d’avoir mal évalué mes actes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cornelia-onlinecornelia-online   13 juin 2019
La prolongation d’une aventure restée inachevée n’est-elle pas prioritaire, obligeant à tout reconsidérer, et la cicatrice du temps ne peut-elle être rouverte pour qu’elle se referme mieux jusqu’à parvenir à s’effacer ? Mais d’un autre côté ne faut-il pas une première fois, ne faut-il pas que du nouveau et de l’inédit adviennent pour que puisse advenir une seconde fois et s’ouvrir le règne délicieux du recommencement ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   28 mai 2019
Je devais donc réviser mon comportement de toute urgence, telle était la
leçon, telle était ma principale préoccupation, telles devenaient ma règle de conduite
et ma devise : être désormais innocent, et donc l’avoir toujours été. Ma principale
consigne était d’éviter de m’exposer en commençant par ne rien changer à mes habitudes
ordinaires, dans lesquelles mes actes extrêmes pourraient continuer de se fondre jusqu’à
s’y dissoudre à jamais. Me tenir coi, me faire oublier ou, plus précisément, continuer
de faire en sorte que personne ne pense à moi ni ne se souvienne de moi d’aucune façon
ni pour aucune raison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cornelia-onlinecornelia-online   13 juin 2019
Au début, il faut deux corps pour que l’un soit appelé par le désir de l’autre, et réciproquement, désir de vie ou de mort, désir de donner la douleur ou la volupté. Je sais, je reconnais, que Dora ne désire rien de cela, qu’elle ne connaît rien : elle est à ce moment de sa vie, face à un passage obligé dont elle me voit – dont je me vois, me revois – le passeur.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Alain Fleischer (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Fleischer
#JournéeDeLaPhilo2020 #Philosophie #LesRencontresPhilosophiquesdeMonaco #Philomonaco
Philosopher ensemble !
#Trailer de présentation des Rencontres Philosophiques de Monaco
Avec la participation de: Alain Fleischer, Anastasia Colosimo, Anne Dufourmantelle, Avital Ronell, Barbara Cassin, Bernard Harcourt, Bernard Stiegler, Boris Cyrulnik, Bruno Karsenti, Camille Riquier, Catherine Chalier, Catherine Millet, Charlotte Casiraghi, Christian Godin, Claire Chazal, Claire Marin, Claude Hagège, Cynthia Fleury , Davide Cerrato, Denis Kambouchner, Dominique Bourg, Donatien Grau, Edwige Chirouter, Elisabeth Quin, Emanuele Coccia, Éric Fiat, Étienne Bimbenet, Fabienne Brugère, François Dosse, Frédéric Gros, Frédéric Worms, Gary Gillet, Geneviève Delaisi de Parseval, Geneviève Fraisse, Georges Didi-Huberman, Georges Vigarello, Géraldine Muhlmann, Gérard Bensussan, Hakima Aït El Cadi, Jean-Luc Marion, Jean-Pierre Ganascia, Joseph Cohen , Judith Revel, Julia Kristeva, Laura Hugo, Laurence Devillairs, Laurent Joffrin, Luc Dardenne, Marc Crépon, Marie Garrau, Marie-Aude Baronian, Mark Alizart, Markus Gabriel, Marlène Zarader, Martine Brousse, Corine Pelluchon, Maurizio Ferraris, Mazarine Pingeot, Michael Foessel, Miguel de Beistegui, Monique Canto-Sperber, Nicolas Grimaldi, Olivier Mongin, Paul Audi, Perrine Simon-Nahum, Peter Szendy, Philippe Grosos, Pierre Guenancia, Pierre Macherey, Raphael Zagury-Orly, Renaud
+ Lire la suite
autres livres classés : Budapest (Hongrie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4036 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre