AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

José Guinot (Autre)François Ribes (Autre)Ginette Herry (Autre)
EAN : 9782902165087
223 pages
Dramaturgie (01/05/1988)
4.12/5   20 notes
Résumé :

Titre emblématique de l'œuvre littéraire de Dario Fo, "Mystère bouffe", restera par ailleurs son grand moment de bravoure sur scène. Mais le "Mystère bouffe" va au-delà, il constitue l'élan linguistique par lequel Fo réinvente et assimile les langues dialectales du Nord de l'Italie, rejoignant par là sa filiation au padouan Ruzzante, le plus inventif des acteurs auteurs du XVIe siècle. Au-delà en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Bruidelo
  10 juin 2018
C'est un peu inégal mais dans l'ensemble j'ai été très séduite par la belle et joyeuse énergie de ces textes inspirés par la culture populaire du Moyen Âge. C'est surprenant, dépaysant, sans peur de l'excès, du grotesque, du pas comme il faut.
C'est du théâtre très politique - un des textes, une traduction qu'il a faite d'un manuscrit médiéval d'après ce que dit Dario Fo, nous présente un pauvre hère dans une sombre misère que Jésus va transformer en jongleur-tribun du peuple, lui faisant don d'une langue bien affilée pour qu'elle aille « partout percer comme une lame les vessies à dégonfler », pour qu'il nous fasse rire en se moquant des puissants, pour qu'il nous apprenne à jouter avec eux. À rire de nous et de notre crédulité aussi - dans un autre texte, Dario Fo nous parle d'un jongleur qui joue « la fameuse cuite de David », une cuite terrible, durant 7 jours, où le roi s'en prend à tout le monde, et en particulier à ses sujets qui gobent sans broncher les fables dont on les abreuve pour leur faire accepter les inégalités:
« Peuple stupide et misérable et aussi un peu couillon, mais pourquoi tu crois à toutes ces histoires? »
C'est aussi un théâtre qui fait à la folie une belle place. Vive la folie! Sans elle, elle serait terrassée par la douleur, cette mère dont l'enfant a été tué dans le massacre des innocents... mais la voilà consolée, persuadée que le petit agneau qu'elle tient tendrement dans ses bras est son fils, heureuse qu'aux yeux des autres il soit un animal « parce que dans ce monde infâme, il sera plus facile à mon fils de vivre en agneau que de vivre en homme».
Et puis il y a le Fou, seul à voir la beauté de la Mort, à la draguer, à boire avec elle pour chasser le bourdon - elle va devoir emporter ce Christ qui a l'air si doux.
Le Christ, lui, personne ne peut le sauver, et même le Fou doit renoncer à aider ce plus fou que lui, qui veut sauver toute l'humanité. C'est que pour Dario Fo
«Si l'humanité n'avait pas en son sein un bon pourcentage de fous, elle ne serait plus là depuis longtemps. Quelqu'un comme le Christ qui bouleverse son époque en portant une parole nouvelle et se fait tuer pour sa foi était fou, sans l'ombre d'un doute. Mais le pauvre type qui toute sa vie poursuit un défi est fou aussi. Les artistes, les inventeurs, les explorateurs de terres et d'idées, ceux qui osent changer les règles, envoyer valser l'ordre constitué, le sens commun, les logiques aristotéliciennes et tout le saint-frusquin ont été, sont et seront tous fous.»
Un mariage étonnant, mystérieusement très réussi entre un théâtre engagé très fin 60's et un univers médiéval populaire surprenant, truculent, très vivant, unis dans un même goût de la «rigolade».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
blandine5674
  20 mars 2019
Avis partagé pour un livre diversifié. Une présentation, des dessins médiévaux, un prélude, des prologues, l'itinéraire artistique de Dario Fo et enfin des pièces de théâtre. Certaines m'ont laissée en lisière, d'autres m'ont fait rire ou interpellée comme ‘La naissance du jongleur' qui s'est mis à chanter pour libérer les exploités. Ainsi que ‘La naissance du vilain' où il est question de la création de l'ouvrier pour soulager l'homme de sa peine et asservir celui-ci en l'empêchant d'aller ‘faire pipi' pour ne pas nuire à la productivité. Lu sur conseil de gavarneur que je remercie.
Commenter  J’apprécie          293
JulienDjeuks
  17 janvier 2022
Un mystère "bouffe" est un spectacle bouffon, une version parodique, ou plutôt carnavalesque, des représentations théâtrales de scènes religieuses appelées « mystères », faite par des jongleurs sur les places publiques, à l'occasion des foires et des jours de fête. Dans son prélude, Dario Fo raconte ce moment symbolique du carnaval où le peuple pénètre l'Église et où le jongleur apparaît dans le choeur habillé des vêtements du prêtre (le défroqué se refroque…), imitant sa voix et son langage, et organisant une cérémonie comique… Dans les Noces de Cana, cette substitution est rendue par l'archange parlant des écritures avec sévérité, chassé de la scène à coups de pieds dans le derrière par l'ivrogne - alter-égo du jongleur - qui veut raconter sa cuite et qu'on veut faire taire… S'agit-il seulement d'une grosse blague ? de ridiculiser le prêtre et de parodier le message du Christ ? Ou bien au contraire de faire entendre un autre message du Christ, oublié, effacé par une institution épiscopale qui s'est fort éloignée des valeurs du prophète ? La fameuse cuite racontée par l'ivrogne est celle rendue possible par Jésus qui transforma l'eau en vin, favorisant la fête populaire, ce qui fait de lui le protecteur du Carnaval et de la bonne vie du peuple, non la figure austère donnée par l'Église. C'est pourquoi le fou - autre alter-égo - dans les Textes de la Passion, appelle Jésus « roi des fous », en jouant sur la célèbre accusation de « roi des Juifs » (appelant à l'indépendance du royaume juif, ce qui lui aurait valu sa condamnation par Ponce Pilate), le reconnaissant ainsi comme saint patron des jongleurs et du peuple fou : les éclopés, les ivrognes, les malades, les malheureux, les pauvres, les naïfs et les non-instruits, qu'il n'a eu de cesse de défendre et de soigner. le Jésus des Évangiles est en effet plein de pardon pour le pêché des simples et s'en prend bien davantage aux pêchés des grands, des prêtres, des riches…
Ces jongleries carnavalesques du répertoire du Moyen-Âge ne sont pas de simples farces grossières, blasphématoires et gratuites. Il s'agit de donner au peuple une autre interprétation des écritures que celles du pouvoir ecclésiastique, une vision renouvelée ou renversée du monde.........
Inhabituelles dans le répertoire théâtral (rien ne correspond aux structures classiques), il faut à la lecture de ces pièces faire l'effort d'imaginer la mise en scène, avec un acteur déchaîné - peut-être plus comme un acteur de one man show qui interprète plusieurs rôles juste en changeant de posture et de ton, multiplie les clins d'oeil et l'emphase - pour en comprendre tout le potentiel dramatique et subversif.
[Suite de la chronique et détails des pièces sur mon site...]
Lien : https://leluronum.art.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nico6358
  17 mars 2020
En s'inspirant des mystères du moyen-âge, Dario Fo retrouve la voie d'une forme de spectacle oublié, qui mène tout droit au contact avec le spectateur.
On peut sans doute disserter très longuement pour trouver des mots, appréhender les fondements de ce qui a pu distinguer le théâtre des mystères, la frontière entre un spectacle populaire et un spectacle de cour.
Plutôt que de développer une thèse, il est bon de se rappeler qu'à l'époque une ville entière se réunissait autour du projet de mise en scène d'un mystère, au sein même de ses murs. Dario Fo essaye sans doute ici de nous mener dans cette direction, d'en indiquer le chemin à son public. Ceci en plus du manifeste politique qu'il contient, mais qui se mélange avec un regard amusé et donne un résultat parfait pour permettre au spectateur de questionner intelligemment ses propres opinions.
On trouve quelque chose de vivant dans ce livre, de différent et d'oublié qui porte une grande fraîcheur et fait passer la gravité de son sujet. L'avenir nous dira si l'essai est transformé, si des mystères infusent à nouveau. En tout cas c'est un bel essai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vdujardin
  26 avril 2012
j'ai bien aimé que l'auteur intercale des commentaires entre ses pièces courtes, en commentant quelques photographies d'oeuvres médiévales qu'il a sélectionnées. L'idée de revisiter la commedia del arte et la farce médiévale est très intéressante. En revanche, les pièces sont prévues pour être jouées par un homme seul, avec des dispositifs scéniques traditionnels, et là, je ne vois pas trop comment ça peut marcher... Cette pièce a été montée cette année à la comédie française, elle tournera peut-être, j'aimerais bien la voir au moins une fois. L'Eglise catholique, à l'époque, tenta de faire interdire les représentations, fit arracher les affiches, elle manque vraiment d'humour, , le portrait de Boniface VIII, le pape mis en Enfer par Dante, est à se tordre de rire!
Lien : http://vdujardin.over-blog.c..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
CosaqueCosaque   30 novembre 2014
LES NOCES DE CANA :

L'IVROGNE : [...] Si tu es assez bon pour me raccompagner, je te raconte ma cuite merveilleuse.

L'ANGE : Elle ne m'intéresse pas ta cuite... Allez ouste ! .. Je te chasse à coups de pied, tu veux voir ! ...

L'IVROGNE : Ah ! Tu me chasses à coups de pieds ?

L'ANGE : Oui, à coups de pieds... Ouste ! ...

L'IVROGNE : Hé là, vous ! ... vous avez entendu ? Un ange qui veut me chasser à coups de pied... moi ! Un ange !... (Agressif) Viens... Viens mon gros ange... Viens me chasser à coups de pied que je te plume comme un poulet ! Je t'arrache les plumes une par une, même celles du cul... du derrière... Viens mon gros poulet...Viens...

L'ANGE : Au secours... Ne me touche pas ... Au secours... Assassin... (Il s'enfuit)
[...]

Adaptation française : Daniel Bonetti, Agnès Gauthier, Ginette Herry et Claude Perrus
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JulienDjeuksJulienDjeuks   17 janvier 2022
Je ne suis ni Dieu ni prophète, mais cette nuit, la dame en noir m’a tout dit, elle m’a raconté en pleurant comment ça va finir.
D’abord, tu vas te retrouver tout doré, oui, tout en or des pieds à la tête, et puis ces clous en fer, ils deviendront des clous d’argent. Et tes larmes, ce sera des petits diamants tout brillants. Et le sang qui ruisselle sur ton corps, ils en feront une rangée de rubis scintillants. Et ils te feront tout ça à toi, toi qui t’es égosillé à leur parler de la pauvreté. Et par dessus le marché, cette croix de douleur, ils vont la planter partout : sur les boucliers, sur les bannières, sur leurs épées, pour abattre les gens comme des vaux et cela en ton nom, au nom de Jésus, qui a crié que nous sommes tous frères, qu’il ne faut pas tuer.
Tu as déjà eu un Judas ? Eh bien tu en auras par milliers, autant que des fourmis, des Judas qui te trahiront, qui vont t’utiliser pour tromper les couillons !
Écoute-moi, ça n’en vaut pas la peine… Que dis-tu ? Pas tous des traîtres ? Bon, donne-moi des noms : le frère François,… et puis Nicolas… et saint Michel… Dominique… et Catherine et Claire… et après ?… D’accord, ceux-là aussi, n’empêche que ça fera jamais que quatre pelés et un tondu en face des autres, des malfaisants… et ces quatre pelés ils les traiteront comme ils t’ont traité, après les avoir persécutés pendant leur vie. Pardon, répète… j’ai pas bien compris. Même s’il n’y en avait qu’un seul, oui, un seul homme sur toute la terre, digne d’être sauvé, un seul juste, ton sacrifice ne sera pas vain… Oh non, là tu es vraiment le roi des fous… Tu es un asile de fous au complet !… (Textes de la Passion)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
blandine5674blandine5674   18 mars 2019
Or, on sait très bien dans quelle posture se mettent les lavandières… Oh Dieu ! ne le savent plus que les gens qui les ont vues, les lavandières. Aujourd’hui, il y a des machines à laver ; ainsi, l’une des choses les plus belles que la nature ait faites a disparu. Je fais allusion à ces rondeurs oscillantes et mouvantes que les lavandières offraient aux regards des passants.
Commenter  J’apprécie          120
blandine5674blandine5674   19 mars 2019
Vous vous rendez compte, au Moyen Age, allez dire partout des choses comme ça : la terre est à celui qui la travaille ! Il faut être complètement fou et inconscient pour le dire aujourd’hui, alors, au Moyen Age ! De fait, ils l’ont pris aussitôt et mis sur le bûcher, lui et toute sa bande d’ «insaccati».
Commenter  J’apprécie          110
JulienDjeuksJulienDjeuks   17 janvier 2022
Eh bien, ce moine qui avait presque un surnom de jongleur, s'en allait partout provoquer les paysans : « Eh ! vous autres, qu'est-ce que vous faites donc ? Vous vous amusez ? Ah non ! Vous bêchez la terre ? Vous travaillez ! Et à qui elle est, la terre ? A vous, je pense ! Non ? Elle n'est pas à vous ? Comment ! Vous travaillez la terre et... Mais vous en tirez un bénéfice ! Quel bénéfice ? Ah... un pourcentage si bas que ça ? Et vous dites que tout le reste c'est pour le patron ? Le patron de quoi ? De la terre ? Ah ah ah ! Il y a un patron de la terre ? Vous croyez vraiment que dans la Bible telle portion de terre est attribuée à un Tel de la famille Untel... Imbéciles ! Demeurés ! La terre est à vous : eux, ils l'ont piquée et puis ils vous l'ont donnée à travailler. La terre est à celui qui la travaille : compris ? (Prologue à Boniface VIII)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Dario Fo (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dario Fo
extrait de "Klaxon, trompettes... et petarades" de Dario Fo
Dans la catégorie : ThéâtreVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Théâtre (33)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
1013 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre