AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782810005475
512 pages
Éditeur : Editions du Toucan (16/01/2013)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 28 notes)
Résumé :


Vichy, 1943. Aux portes de la ville, une série de crimes frappe la communauté paysanne de la montagne bourbonnaise.

Des vaches sont mutilées, des fillettes retrouvées mortes et amputées. Sanglier sauvage ? Truands profitants du désordre ou aliéné maraudant sur les routes d'Auvergne ? Les autorités se perdent en conjectures.

Pour André Lange, directeur de la Police judiciaire et ancien des Brigades mobiles, l'occasion e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
BlackKat
  15 janvier 2018
Les romans de Sylvain Forge dormaient depuis trop longtemps dans ma PAL et le moment était venu de découvrir enfin cet auteur... Et puis j'ai promis à une amie de ne pas l'enterrer de nouveau!
C'est avec son second roman, le vallon des Parques, que j'ai sauté le pas. Et ceux qui me connaissent doivent bien rire car le risque d'une déception avec une enquête policière pendant la Seconde Guerre Mondiale était moindre!
Vichy, triste capitale de l'État français entre 1940 et 1944. Les arcanes du pouvoir pétainiste sont un foutoir incommensurable. Entre pression et contrôle des nazis, résistants et les inévitables ambitions égotiques des uns et des autres, difficile de savoir qui fait allégeance à qui. Il y a la guerre, oui, mais la vie continue aussi pour tout un chacun et les crimes ne cessent pas pour autant.
L'assassinat de jeunes enfants et la mutilation d'animaux créent une tempête que Lange, nommé directeur de la Police judiciaire doit très vite calmer. Entreprise délicate quand les membres de l'équipe ont aussi des comptes personnels à solder et que l'ombre nazie est présente à chaque coin de rue...
J'ai beaucoup aimé ce roman et la virtuosité de l'auteur à (entre)mêler une enquête policière classique, dans l'ambiance des Brigades du Tigre, avec le chaos créé par le régime de Vichy.
Le terreau historique est riche, très bien documenté, et se déroule dans un lieu que l'auteur connaît très bien puisqu'il est originaire de cette région.
Le panel de personnages retranscrit avec authenticité le climat qui régnait à cette époque sombre de notre Histoire. Collabos, résistants, opportunistes, victimes impuissantes, la conscience de chacun est tournée vers la survie ou la conquête. La suspicion, la délation et la traîtrise sont les maîtres d'un quotidien fragile et incertain.
Le climat est pesant, tendu et sombre mais c'est aussi une histoire d'une solide amitié, celle qui lient les inspecteurs qui se retrouvent pour élucider ces meurtres et traquer ce mystérieux tueur en série et qui défie le temps et les dangers qui pèsent sur eux, de part le nouveau régime mais aussi les rivalités entre hommes. Malgré les événements et la peur omniprésente, le courage et la solidarité existent encore nous accompagnent tout le long de la lecture malgré la tension, le suspens et les rebondissements de l'intrigue.
L'intrigue policière justement. Elle se base sur un élément assez méconnu de la Seconde Guerre Mondiale: l'occultisme. Alors que les combats font rage, les nazis ne vont pas se gêner pour piller la culture étrangère par le vol ou la confiscation d'une grand nombre d'oeuvres d'art mais vont aussi, sous l'égide de Heinrich Himmler, mener des explorations dans le monde entier pour alimenter la théorie de la suprématie aryenne qui aurait son berceau dans l'Antiquité, en récoltant des artefacts ou en détournant certaines découvertes archéologiques de la mythologie nordique.
Mais la théorie des races n'était pas seulement basée sur l'occulte mais aussi la para-science, la biologie moderne et l'eugénisme et de nombreuses expériences médicales au sein des camps de concentration ont été menées tendant à améliorer les performances des soldats de l'Axe dans une tentative de créer un super-soldat. Et ce travail derrière le rideau des combats, en secret, est finement amené dans ce roman pour aller au-delà des confrontations d'idéologie. 
Le coupable des meurtres du Vallon des Parques personnifie l'ensemble des atrocités portées par le nazisme et ainsi, à mon sens, va bien au-delà d'un polar classique.
J'ai beaucoup aimé également le sujet archéologique abordé dans ce roman et le récit des recherches et découvertes autour du vallon des Parques car férue d'Histoire et de tous ses mystères, c'est toujours fascinant de découvrir d'autres facettes de notre passé lointain. D'ailleurs, le champ des morts, le site de Glozel, près de Vichy donc, garde à ce jour encore toutes ses ombres... Donc allez savoir...
Voilà, je me suis régalée avec cette lecture, entre polar et roman historique. La richesse des genres m'enchante car je satisfais autant mon envie de trembler et d'avoie des suées froides que celle d'apprendre encore et toujours...
J'ai donc tenu ma promesse de découvrir cet auteur avec plaisir et comme j'ai beaucoup aimé, les autres titres ne devraient pas tarder à atterrir sur ma table de chevet!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
chevalierortega33
  03 août 2015
Que de souvenirs ce roman a remis au jour.
Il y a juste vingt ans, nous avions passé avec mon mari, quelques heures avec Emile Fradin le co-découvreur des tablettes d'argile de Glozel, dans son habitation transformée en musée.
La raison de tout cela, ce roman palpitant, au temps de Pétain, où la guerre des polices masquait la guerre tout court et la chasse à la promotion « autorisait » tous les excès. Une énigme autour d'un sérial killer, cannibale au demeurant, proche de Himmler et de ses fantasmes sur les origines de la race aryenne, une enquête menée par des anciens des Brigades du Tigre et Sylvain Forge nous livre là une page peu glorieuse de la France de Vichy, très documentée, au point où l'on peut parfois se demander s'il s'agit de souvenirs vécus. Tout un art de rendre vivant cette époque que même la ville de Vichy aimerait oublier. Beaucoup de sang, de violence mais la guerre n'est pas un long fleuve tranquille.
Cerise sur le gâteau : l'auteur nous a promis une suite pour la fin de cette année ! Alors faites vous plaisir en faisant dès à présent connaissance avec ce vallon des Parques qui aura été pour moi un très bon moment de lecture et de souvenirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
1001histoires
  09 octobre 2018
Le Vallon des Parques : durant la seconde guerre mondiale c'est depuis Vichy dans le Bourbonnais qu'un régime fasciste légal par un concours de circonstances dirigeait la France.
Mars 1943, un tueur en série sévit dans la Montagne bourbonnaise, des tueries de fillettes rappellent les sinistres heures de la bête du Gévaudan. L'Etat Français se doit de réagir, au moins pour faire bonne figure face à l'occupant nazi. le Directeur Général de la Police Nationale nomme André Lange directeur des services de la Police de sûreté et le charge d'enquêter et de mettre fin le plus rapidement possible à ces crimes horribles. Avant la guerre Lange a été un policier d'élite au sein des Brigades mobiles plus connues sous le surnom de Brigades du Tigre, il a été intransigeant vis-à-vis des complots de l'extrême droite. Mais il est fonctionnaire et il accepte cette promotion et cette mission délicate que René Bousquet secrétaire général de la police et le Maréchal Pétain approuvent. Lange est fonctionnaire, il obéit et fait son travail. Et puis s'il réussit, il pourrait se voir décerner la Francisque ...
L'attitude du commissaire Paul Montfort que Lange sollicite pour l'enquête de terrain, est plus franche, d'accord pour mettre fin aux agissements d'un meurtrier à répétition mais il travaillera comme il l'entend quitte à faire appel à des bannis des Brigades du Tigre, même s'ils ont été révoqués de la police, même si l'un d'entre-eux est un juif interné.
Ce roman de Sylvain Forge est un formidable polar aux procédures détaillées avec précision. L'enquête est minutieuse et approfondie. Les enquêteurs sont opiniâtres, leur crédo consiste à toujours rechercher des indices. A l'époque des médecins légistes officient encore et des labos procèdent à des analyses déterminantes.
Ce roman de Sylvain Forge est une excellente reconstitution de cette époque sombre de l'Histoire de France. L'auteur nous parle avec précision et clarté d'un quotidien fait de privations ( sauf pour ceux qui détiennent le pouvoir ). Il y a aussi le STO, la Gestapo, la Milice et son bras armé la Franc-Garde. C'est aussi un hommage à la Résistance avec le maquis des Bois Gris, les parachutages envoyés par Londres, les trahisons, l'assaut de la Wehrmacht. Les agents de renseignement français du Deuxième Bureau jouent un rôle ambivalent. le visage de Vichy est inhabituel, la ville héberge dans ses nombreux hôtels un gouvernement de collaboration avec le Reich.
Ce roman de Sylvain Forge a été pour moi un voyage nostalgique dans le Bourbonnais. J'ai ressorti ma vieille carte Michelin n° 73 pour retrouver des lieux que j'ai parcouru enfant dans les années 1960 et 1970. Les légendes comme celle du Vallon des Parques y sont nombreuses et il n'aurait pas été surprenant que le Reichsführer Himmler et l'Ahnenerbe s'y soient intéressés dans leurs recherches sur les origines de la race germanique.
Tous ces ingrédients donnent un roman long et érudit où le suspense et les rebondissements sont présents à chaque page. La construction du roman est habile, mêlant progressivement passé et présent avec des paragraphes très courts facilitant la lecture.

Lien : http://mille-et-une-feuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
vonnette
  03 avril 2013
Ce livre traite d'une époque sombre pour la France : l'Occupation.
L'action se situe à Vichy en zone libre en 1943.
Des fillettes sont tuées et atrocement mutilées.
André Lange, nouveau directeur de la police judiciaire et surtout ancien chef des mobilars (souvenez-vous des Brigades du Tigre) va faire appel à ses anciens équipiers pour résoudre l'enquête.
Depuis le début de la guerre, ses trois acolytes souffrent du changement de régime.
Eux qui ont traqué les membres de la "Cagoule" les retrouvent à défiler dans les rues de Vichy.
Le commissaire Montford aidé de ses deux lieutenants va tenter de résoudre l'enquête qui se révèle compliquée.
Il va devoir naviguer entre les différentes factions qui divisent Vichy :
la Milice qui souhaite avoir un rôle plus important dans le nouveau régime,
la résistance qui se met en place dans le maquis,
l'armée allemande et la cruauté de la Gestapo,
et surtout il va devoir affronter André Lange qui espère un retour en grâce de ses supérieurs.
C'est un livre passionnant et même si l'histoire policière n'a rien d'exceptionnelle, Sylvain Forge reconstitue si brillamment cette période historique que le lecteur se retrouve transporté dans cette France divisée, occupée par l'armée allemande.
C'est vrai que la fin m'a un peu déçu mais j'ai tellement aimé l'ambiance et l'atmosphère de ce roman, que je fais l'impasse sur ce petit point négatif.
Un bon polar historique à lire sans délai.
A la fin du livre l'auteur nous livre quelques précisons historiques et une bibliographie.
Lien : http://jazz-crime.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jfponge
  01 avril 2020
Pendant cette période trouble où le "Régime de Vichy", censé représenter le gouvernement français dans la zone dite "libre", la police française tentait d'appréhender les criminels de tout poil tout en rendant des comptes aux autorités allemandes, plus avides de s'en prendre aux résistants (les "terroristes") que de pourchasser les véritables criminels. André Lange, récemment nommé Directeur de la Sûreté par Philippe Pétain, va chercher à retrouver ses anciens camarades des "Brigades du Tigre", mis au placard par les autorités vichyssoises ou retirés des affaires après la signature de l'Armistice qui mit fin à la troisième république. Il s'agit de mettre fin à des crimes particulièrement odieux commis sur des fillettes, crimes que la rumeur publique attribue à une mystérieuse "bête", en cette région d'Auvergne où on n'a jamais oublié la fameuse "Bête du Gévaudan". Vaille que vaille, les compagnons, avec à leur tête Paul Montford, vont se rassembler, y compris Lucien exfiltré à grand-peine du camp de concentration où il était interné. La chasse va donc pouvoir commencer, avec des méthodes assez particulières héritées d'un temps où tous les coups étaient permis aux vaillants brigadistes de Georges Clémenceau. le récit est haletant à souhait, avec de nombreux personnages appartenant aux diverses factions qui grouillaient et grenouillaient dans l'entourage du "Maréchal". On ne lâche pas une seconde le livre une fois la lecture entamée, et le suspense reste entier jusqu'à la dernière page. Hélas, on peut regretter les innombrables fautes d'orthographe et de grammaire qui émaillent l'ouvrage, sans doute jamais relu par son éditeur, et que ne parvient pas à faire oublier l'usage sans modération de mots ou tournures désuètes, censées attester d'une profonde connaissance de la langue française. Quel dommage…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
chevalierortega33chevalierortega33   03 août 2015
Le siège de l’Ahnenerbe se trouvait à Berlin. La vaste demeure servait d’épicentre à la plus étonnante organisation qu’il lui fut donné de connaître. La Société pour l’étude de l’histoire des idées premières comportait de nombreux départements scientifiques, allant de l’archéologie à l’anthropologie. Elle réunissait des experts venus de toute l’Allemagne. Ces sommités s’employaient à retrouver les croyances, les pratiques et le langage des ancêtres de la race germanique. Un très discret « département R» faisait même de la prospective militaire. Les allées et venues d’officiers de la Luftwaffe rattachés au centre de recherche de l’armée de l’air de Dachau en témoignaient. Toutefois, le conventicule le plus secret de l’Ahnenerbe, dont on disait que ses membres rendaient compte directement à Himmler, concernait les sciences paranormales. La cellule possédait une galerie de bourlingueurs aussi farfelus que passionnés. Leur champ d’études transcendait tous les dogmes du national-socialisme en se basant sur l’analyse des grandes traditions ésotériques. L’objectif était toujours le même: remonter aux sources et démontrer que les grandes civilisations de l’humanité procédaient d’un seul et même tronc commun: la race immémoriale des Aryens
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
vonnettevonnette   23 mars 2013
En utilisant la gouttière pour descendre tu seras vite dans les parcs. Prends un vélo-taxi et rejoins la gare sans tarder. Tu as un train pour le Puy-en-Velay dans moins de trente minutes. Ne dis rien. C'est ainsi. Tout ce qui arrive, c'est la faute à la guerre et à ce salaud d'Hitler. Pas à nous.
Commenter  J’apprécie          140
collectifpolarcollectifpolar   05 janvier 2020
Non loin de Vichy, dans la montagne bourbonnaise, les hommes s’étaient retrouvés devant la gare de Mayet. Ils pestaient contre la pluie et le froid en faisant passer de main en main des cigarettes de trèfle séché. Des moucherons dansaient dans la lumière des lampes à pétrole.
Un gendarme rompit le cercle et fit l’appel. Il y avait là un facteur de Molles, des paysans du bourg voisin et trois jeunes issus des Équipes nationales qu’on reconnaissait à leur uniforme bleu marine.
Suite aux nouvelles réquisitions générales prises par les maires, personne ne sachant vraiment si cette contrainte avait pour origine une directive allemande ou française, des groupes étaient constitués parmi les hommes adultes pour surveiller les voies de chemin de fer. Chacun s’efforçait de repérer d’éventuelles charges explosives laissées par des terroristes. Cette nuit, l’équipe devait remonter la ligne jusqu’à l’aube, soit une vingtaine de kilomètres aller et retour entre le Mayet-de-Montagne et la gare de Lavoine. Emprunté par une locomotive à vapeur, le rail partait de Cusset, près de Vichy, et s’enfonçait dans des contrées sauvages, entre Loire et Puy-de-Dôme.
Le gendarme qui portait un revolver distribua deux torches électriques et fit mettre les gars en file indienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   05 janvier 2020
Ça râlait dur, excepté du côté des jeunes au béret, qui semblaient s’amuser de la balade. En tête du cortège, un paysan fouaillait les fougères sur le bas-côté. Il rouscaillait dans sa moustache en disant que la loco ne transportait que des pommes de terre et des planches de bois et qu’aucun abruti ne gâcherait des explosifs à faire dérailler la 130 T Schneider. Assurément qu’à Vichy on n’accordait aucun intérêt à la sécurité de la ligne du tacot. Pourtant, au lieu de surveiller la gare de Saint-Germain-des-Fossés, nœud ferroviaire stratégique pour tous les trains reliant Lyon à Clermont-Ferrand, on se focalisait sur ce petit chemin de fer qui permettait surtout aux bourgeois de Vichy de partir se ravitailler auprès des fermes de montagne. Les hameaux, disséminés au milieu des champs et des forêts, étaient un pays de cocagne; un paradis où on tuait le cochon, récoltait les œufs et faisait couler le lait en généreuse quantité. Une manne en ces temps de restriction où la faim tordait le ventre à tout le monde. On racontait dans les troquets de la cité thermale que des ambassadeurs missionnaient même leurs commis pour des courses spéciales. Le week-end: la gare de Cusset bruissait d’une foule d’urbains en quête de victuailles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   05 janvier 2020
Les hommes posèrent pieds à terre et attachèrent leurs chevaux à un anneau de fer encastré dans la roche. Aux portes de l’ergastule, des soldats s’écartèrent avec crainte. Sans un mot, les visiteurs prirent une suite de marches s’enfonçant dans les entrailles de la Terre. Ils gagnèrent une grande geôle circulaire à la voûte surbaissée. Un gardien, surpris à lancer des dés sur une pièce de tissu, se leva d’un bond. Le premier des cavaliers, un prétorien, ôta sa tunique et posa la main sur le pommeau d’une dague qui pendait à son côté. Le second captait le regard, car sa joue droite était marquée par une longue cicatrice. Sa barbe taillée avec soin ne parvenait pas à la dissimuler. Ses yeux luisaient, intelligents et maléfiques. Il resta immobile un instant puis fit quelques pas vers le centre de la pièce, s’arrêtant devant une ouverture au sol. C’était un puits sans margelle dont on ne voyait pas le fond. L’homme se dévêtit à son tour et la sentinelle comprit pourquoi elle avait raison d’être craintive. Sur le torse puissant encadré de riches étoffes, elle reconnut le plastron de cuir où deux images s’affrontaient: un taureau et un lion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sylvain Forge (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Forge
Spécialiste en cybersécurité et conférencier en dramaturgie, lauréat du Prix du Quai des Orfèvres 2018 avec "Tension extrême" (Fayard), Sylvain Forge est notamment l'auteur de "Parasite" (Mazarine, 2019) et d'"Un parfum de soufre" (Prix Plume d'argent 2016 du thriller francophone).
"Sauve-la" est son nouveau roman. En savoir plus : https://bit.ly/sauvelaSylvainForge
autres livres classés : occupationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1944 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre