AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756029971
Éditeur : Delcourt (04/12/2013)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 15 notes)
Résumé :
En 1565, après la mort d'anatomistes réputés dans d'étranges circonstance, Ambroise Paré, chirurgien du roi considéré par les médecins de la Faculté comme un rustre parvenu, constate le décès de l'un d'eux. Son enquête lui fait découvrir des recherches que le pouvoir et l'Eglise tentent d'étouffer.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
DoVerdorie
  19 avril 2016
Le scénariste A. Gabella a puisé dans les croyances, convictions et les découvertes faites dans les domaines de la médecine, mécanique, optique et microcosme du 16e siècle, pour raconter une histoire fantastique foisonnante (et parfois une peu confuse).
Le récit de cet enquête -parce que c'en est bien une- met en scène quelques scientifiques de la Renaissance : Paré, Nostradamus, Vésale, Paracelse, auxquels se joint la fille de Fracastor... et plus tard "le Maître", jamais nommé mais dont on devine rapidement l'identité.
Des tapisseries (ressemblant à celles d'Aubusson) placent l'équipe sur la piste d'un complot d'envergure qui semblerait suinter de l'Eglise... l'église qui à cette époque cherchait toujours à museler la médecine et ses avancées afin de garder le contrôle sur l'homme, son corps et son âme.
Paré et Vésale notamment, avaient observé depuis quelques décennies déjà, une mutation de l'anatomie et les humeurs humaines. Ce changement dans le corps humain paraissait lié aux origines de l'homme. Or, à l'origine, l'Homme n'était pas la seule race qui peuplait la terre... Il y avait des êtres qui, s'ils étaient encore présents à la Renaissance, et accompagnent nos scientifiques dans leur voyage à travers la France, les Alpes, l'Italie jusqu'en Transylvanie... sont considérés aujourd'hui comme légendaires ou mythologiques...
Dans un admirable "abracadabrisme" fantasmagorique -récit qui pourtant se tient parfaitement-, Gabella nous raconte la prénotion d'une découverte dans l'histoire de la médecine qui allait changer le monde... et qui explique aussi pourquoi nous ne rencontrons aujourd'hui guère encore des créatures fantastiques des anciens temps...
J'ai toute de suite accroché avec celui qui restera à travers les quatre tomes de cet intégrale le personnage principal : Ambroise Paré, un homme sensé, parfois emporté par une colère justifiée, n'hésitant pas à contester les prédicats de la médecine antique et sachant rester proche de ceux qui l'entourent malgré les péripéties qui ne manquent pas !
Peut-être plus que le scénario (que j'ai moins apprécié dans le 4e tome, plus fantastique, mais un peu trop "Opera seria de la fin" pour mes goûts), c'est bien le graphisme qui m'a parlé ! Les dessins sont précis (même dans les coins sombres des laboratoires, on reconnaît les fioles, pipettes, documents...), les personnages, humains comme créatures, possèdent des silhouettes plutôt anguleuses, mais dans les rares portraits, Anthony Jean sait remarquablement exprimer les sentiments par des traits plus doux. le "bestiaire" légendaire, étonnant par l'inventivité du dessinateur nous est présenté tout en muscles carminés et ossatures apparentes.
C'est avec le même soin pour le détail que A. Jean expose son art graphique de l'architecture (extérieure et intérieure)... fan de M.C. Escher, j'ai (évidemment) admiré la vue plongeante dans la "chambre secrète" du mystérieux "Maître" (p. 74 de l'intégrale ou planche 24 du tome 2)... Conquise, je suis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5317
Alfaric
  08 mai 2016
Merci aux camarades du Club Imaginaire de m’avoir accueilli en avril 2016 !
Allemagne 1565. Une cabale masquée s’apprête à exécuter par le bûcher le grand savant Conrad Gessner pour sorcellerie… Sortant de l’ombre, une créature de la nuit s’élance pour tenter vainement de sauver son maître avant de s’enfuir... Qu’importe, les assassins ont obtenu ce qu’il voulait : une reproduction d’un des six parties de la célèbre tapisserie intitulée "La Dame à la Licorne" envoyée par un mystérieux expéditeur italien, ainsi qu’une précieuse liste de noms à rayer du monde des vivants… La localisation de leur prochaine victime ? Paris ! Lancez le générique !!!
Le ton est donné ! Mathieu Gabella, fils prodigue des genres de l’imaginaire, mais pas seulement, a voulu marier à parts égale Histoire, Sciences et Surnaturel… Grand bien lui en a pris car on offre un cycle férocement fun quoi qu’assez dense sans parler d’un intrigue tout autant touffue que velue : plusieurs lectures ne seront pas de trop pour tout repérer et tout comprendre !
Nous entrons dans le récit par les yeux d’Ambroise Paré, chirurgien royal considéré comme le père de la chirurgie moderne, qui en officiant comme médecin légiste sur une série de meurtre va passer de l’autre côté du miroir pour découvrir un autre monde, entre plus violent et plus sombre que la réalité… Nombre de ses collègues ne sont pas morts mais bel et bien vivants, et si certains le sont restés c’est parce qu’ils ont été assassinés… Si les savoirs antiques ne correspondent plus aux observations du présent ce n’est pas que les Anciens avaient tort mais parce que la biologie humain est en train d’évoluer sous ses yeux ébahis, car quelqu’un a trouvé le moyen de s’accaparer les pouvoirs divins pour remodeler l’Homme à sa convenances et à ses intérêts… Et c’est ainsi que nous faisons connaissances avec les Primordiaux, incarnations vivantes des mythes et légendes, de la Vermine, agents microscopiques destinés à apporter malheur et destruction à ceux qui ne qui ne seront pas dans les petits papiers du Nouvel Ordre Mondial, et l’âme damnée de celui-ci à savoir l’Homme-Zodiacal !

Il y a un côté fantastique très intéressant :

Car oui, il y a aussi un côté comics / mangas assez plaisants.

Car oui, il y a aussi un côté clockpunk (Renaissance rétrofuturiste) associé à un côté biopunk (le rétrofuturisme appliqué aux biotechnologies).


Le récit est mine de rien particulièrement bien construit :
Dans le tome 1, le héros découvre ses alliés
Dans le tome 2, le héros découvre ses ennemis
Dans le tome 3, au bord du gouffre le héros déjoue le master plan de l’ennemi (enfin, c’est ce qu’il croit…)
Dans le tome 4, les cartes sont redistribuées et on affronte un boss à tiroir en suivant le cahier des charges du blockbuster jamesbondien avec injection massive de tension et de suspens, bref d’epicness to the max !
ATTENTION SPOILERS

Nous sommes également dans le vachement bien : les personnages font évoluer l’univers et l’univers fait évoluer les personnages :
- Vésale passe du cynisme à l’héroïsme
- Paré le bourru devient Paré au cœur d’or
- Nostradamus passe d’homme de réflexion à homme d’action
- le maestro qui a acquis l’immortalité se sacrifie pour le bien de l’humanité
- Marie passe de femme obéissante et fille soumise à strong independant woman badass
- Paracelse qui ne cesse de se geindre retrouve la jeunesse et les espoirs d’un monde meilleur qui vont avec…
La team Paré est largement composé de membres d’âge voire carrément de trompe-la-mort, ce qui donne à l’ensemble un côté tontons flingueurs très appréciable : oui qu’on se dise, les dialogues de Michel Audiard se marrie parfaitement bien à la prose de François Rabelais ! ^^
Quand on lit entre les lignes, tout n’est qu’allégories entremêlées : les sens, les vertus, les sciences, les croyances, les Anciens et les Modernes, l’eucharistie et le baiser du christ, le choix entre peste et choléra qui fait tomber de Charybde en Scylla (dictature, théocratie ou totalitarisme ? bravo le choix offert à nos héros !), la Quête du Graal, la rébellion de Lucifer/Satan, Lilith et Adam, l’Âge d’Or et le Jardin d’Eden, le Déluge et le Courroux Divin… Tout cela se croise, s’entrecroise, les éléments s’imbriquant les uns dans les autres pour former un puzzle très élaboré, brillant certes mais complexe il faut bien l’avouer (il faudra qu’on en reparle de ce fameux tome 4 ^^).
Mais au final quel est l’ultime message ? Science sans conscience n’est que ruine de l’âme bien sûr ! ^^
ATTENTION SPOILERS


Comme vous avez dû vous en rendre compte en me lisant, difficile de dissocier le travail du dessinateur et coloriste Anthony Jean (qu’on voit trop peu et dont je conseille le passage sur "Communardes !" de Wilfrid Lupano ainsi que les illustrations pour "L’Odyssée" d’Homère) de celui du scénariste Mathieu Gabella. Les deux compères semblent ici s’entendre comme larrons en foires : on voit dans les appendices qu’ils ont travaillé en duo voire en synergie. L’inventivité et l’innovation ont été rendez-vous, avec un travaille graphique soigné à tous les niveaux : dessins, découpage, encrage, colorisation… avec comme résultat des scènes d’action qui roxent du poney, un charadesign expressif (donc je ne suis pas toujours fan, mais c’est vraiment personnel et intermittent comme sentiment), mais surtout cette superbe ambiance sombre, crasseuse et poisseuse dans laquelle nos héros évoluent du début à la fin, eux qui sont partis de Paris et qui ont traversé les Alpes pour rejoindre Milan et Venise avant de rencontrer leur destin dans les Carpates… C’est presque une invitation au dreadful punk tout ça ! ^^ (le rétrofuturisme appliqué à l’horreur gothique)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3811
Dixie39
  26 avril 2016
« Mon seul désir », la seule des six tapisseries de la Dame à la Licorne qui porte une inscription. Et la plus mystérieuse. Les cinq autres seraient l'illustration des cinq sens.
Interprétations communément admises : elle serait la représentation d'un sixième sens, celui de l'âme et des mystères de l'esprit ou plus simplement l'allégorie de l'amour courtois - « Ma maistresse, mon seul désir » vers célèbre de Charles d'Orléans - .
Se pourrait-il qu'elle soit les deux à la fois ?
Partir de ces tapisseries, aussi belles que fascinantes, comme fil rouge (je sais, elle était facile, celle-là !) d'une intrigue fantastique (au sens propre comme au sens figuré) complexe et originale, c'est là l'idée géniale de Mathieu Gabella. Mais cela ne s'arrête pas là !
Vous allez y découvrir un seizième siècle fascinant :
- les médecins, chirurgiens et barbiers qui se vouent une haine féroce, les uns engoncer dans un savoir académique, tout droit hérité de l'Antiquité, les autres, « apprentis sorciers », passionnés et animés d'une sorte d'euphorie née de la transgression des lois de la nature.
- le monde tel que le voit les scientifiques, astronomes et alchimistes, et ce sentiment de toute puissance de l'esprit humain, que va tenter de récupérer et étouffer à son avantage, l'Église, prête à tout pour asservir la multitude et posséder un pouvoir absolu sur l'espèce humaine.
Je ne veux pas trop en dévoiler, car j'aurai trop peur de vous gâcher la découverte de cette BD et j'aurai presque envie de vous dire que très vite, vous serez tellement happé par le coup de crayon d'Anthony Jean, que même l'histoire ne prendra pas le dessus… Alors, pas trop de développements sur le scénario, mais l'expression d'une grande claque : celle que je me suis prise à la découverte des dessins, des détails à foison et de la colorisation soignée qui évolue au gré du récit. Et ce déluge ! Une sacrée clef dans l'histoire et une satanée idée de génie de la part de Gabella !
Seul bémol : je pense qu'il aurait fallu quelques planches de plus pour permettre aux auteurs de poser le dénouement, sans déballer trop vite la fin.
Je m'aperçois que je ne vous ai même pas parler de la Licorne. Peur de trop en dire. Ou pas assez. Alors, laissons-là ! Car c'est ce qui fait aussi partie de ce sentiment général de tenir en mains « un petit bijou » : cette re-visitation de grands mythes, que nous prenons, pauvres fous qui gobons tout ce qu'on veut bien nous faire croire, comme ritournelles de troubadours ou paraboles de livres saints, alors qu'au bout du compte, il y a derrière tout cela, une autre réalité !
N'a t-il pas fallu tuer le Moyen Âge pour faire vivre la Re-Naissance, ce grand renouveau du monde occidental, surgi des décombres de cet âge qu'on voudrait nous faire croire arriéré et miséreux, sorte de néant insipide ?
Gabella et Jean nous en donnent la clef. La leur…
Et pourquoi pas ?!
Je remercie Tatooa et le club imaginaire, pour cette belle découverte. La lecture du mois prochain n'est pas encore fixée, vous pouvez toujours vous inscrire et venir découvrir d'autres belles pépites avec nous, si le coeur vous en dit ! ;-)
Lien : http://page39.eklablog.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4511
BazaR
  27 avril 2016
Rares sont les ouvrages qui cumulent autant de qualités propre à me satisfaire.
D'abord le temps où l'action prend place. Nous sommes en Europe pendant cette époque secouée par des soubresauts de nouveautés qu'est la Renaissance. Les guerres de Religion commencent leurs ravages. L'Église Catholique sent son pouvoir menacé, et l'on peut voir l'action qu'elle mène dans le cadre de ce récit comme une réponse possible pour ramener dans son sein les brebis égarées. Une réponse d'un extrémisme… extrême, mais que je n'ai – hélas – aucun mal à imaginer de la part de fondamentalistes de n'importe quelle religion.
Ensuite l'approche scientifique utilisée dans ce récit de littérature imaginaire. L'un des thèmes fondamentaux est ici l'anatomie humaine. Nombre de protagonistes sont de célèbres médecins, chirurgiens ou chimistes du temps. Des hommes qui, refusant de s'en tenir aux canons de leur époque, vont proposer de nouvelles idées et souvent être voués aux gémonies pour cela. le plus surprenant – et donc jouissif – ici est l'idée que cette approche scientifique a toujours existé ; que les théories anatomiques du passé n'étaient pas farfelues mais cohérentes avec leur sujet (le corps humain) en ce temps-là. Mais un changement a lieu, et ce récit va nous expliquer le pourquoi et le comment. Sur ce créneau, j'ai ressenti les même guilis de plaisir descendant le long de la colonne vertébrale qu'à la lecture du cycle de l'Âge de Déraison de Greg Keyes.
Et puis il y a l'intégration de la mythologie, ou plutôt du bestiaire mythologique dont une nouvelle interprétation nous est offerte ici. Ces êtres, ce que les auteurs en ont fait, ont une importance capitale dans l'histoire.
Ce que j'ai raconté pourrait laisser penser qu'on a affaire à un ouvrage complexe et érudit. Taratata ! Ces éléments sont parfaitement intégrés dans une histoire dont l'action est à perdre haleine, où le sang gicle, où gentils et méchants sont incroyablement bien travaillés, où les plans et les tactiques de chaque camp – orchestrés de manière napoléonienne – s'entrechoquent avec brio (parfois ça m'a fait penser à Naruto). le scénario manie le suspense à la perfection et fait usage de méthodes cinématographiques pour synchroniser ses coups de théâtre.
Pourtant, parfois, on est obligé de sortir de l'histoire pour rester bouche bée à contempler un dessin fabuleux qu'il soit un décor ou une bête mythologique. du clair-obscur à la lumière, Anthony Jean fait évoluer son trait avec les révélations successives. Son travail sur ses personnage m'a fait penser à Andreas (Rork) ou Kevin O'Neil (La Ligue des Gentlemen Extraordinaires). C'est vivant, percutant, et parfois simplement beau.
Tant d'éléments que j'oublie pour ne pas surcharger ce billet. Je remercie Tatooa et le club de l'Imaginaire pour cette découverte. Et à ceux qui ne connaissent pas et qui aiment l'Imaginaire, je ne peux que leur conseiller s'arrêter cinq minutes, de prendre une grande bouffée d'air, et de plonger en apnée dans ce récit hors normes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3113
lyoko
  17 avril 2016
Pour tout avouer j'ai eu un peu de mal avec le "tome 1". Je l'ai trouvé confus et j'ai eu peine à m'y retrouver (j'ai lu les 4 tomes indépendamment et non l'intégrale mais puisque la lecture commune est sur l'intégrale je poste donc ici). Ce qui a vite été dissipé avec la suite. Cette BD gagne en dynamisme et en intensité tout au long des pages.
J'ai réellement apprécié cette histoire qui tourne autour de la science et du fantastique dans un contexte historique.
J'ai eu un gros coup de coeur pour Ambroise Paré qui est un homme de science direct et franc.
J'ai trouvé l'histoire ingénieuse en mélant découverte de la médecine à la Renaissance avec des monstres légendaires ou mythologiques, tout en parlant également de génétique et d'immunité (chose inconnue à l'époque).. le côté scientifique de cette Bd m'a particulièrement séduit.
Bref, même s'il m'a fallu un peu de patience pour complètement adhérer à cette Bd je suis maintenant complètement conquise.
Quand aux graphismes ils sont purement magnifiques : pleins de finesses et de détails. rien que le dessin d'un muscle (et il y en a beaucoup) parle de lui même.
Je ne peux que conseiller cette BD : ma note 4.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          285
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   14 avril 2016
[La Greffe] Mais maître Paré est tout de même chirurgien du...
[médecin de la Faculté] Chirurgien de quoi? Pas de robe longue! Il ne sait ni le latin, ni le grec et n'a rien lu des Anciens !! De robe courte non plus! Il n'a pas pris un seul cours à la Faculté! Et est-il vraiment chirurgien?
[Paré] Non, ma grosse, je suis chirurgien-barbier. Chirurgien de basse-fosse, si tu préfères. Mais tes cures, tes constellations et tes onguents ne servent à rien sur un cadavre! Pour ce travail-là, il faut manier le rasoir et savoir différencier une plaie d'un trou du cul !! Et comment saurais-tu, toi qui a le rectum en lieu et place de la bouche?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
Dixie39Dixie39   23 avril 2016
- C'est un primordial aquatique, non ? Donc elle est sous l'eau...
- Et qui la cherchera dans cette fange ?
- Moi je peux la trouver, vous le savez... Mais pour ça, il faut reconstituer mon corps...
- De quoi il parle !?
- De quoi "elle" parle... Ce n'est pas une femelle, mais pour ce primordial-là, on dit "ELLE".
Commenter  J’apprécie          190
Dixie39Dixie39   24 avril 2016
- On peut en discuter à l'intérieur, Maître Sphynx ?
- Le mot de passe, Ambroise, le mot de passe.
- "Oedipe a triché". On y va ?
- En fait, vous êtes déjà dans notre repaire, Ambroise...
- Vous et vos pouvoirs d'illusionniste... Et si je répondais "Oedipe est mon idole ?"
- Vous tomberiez d'une falaise en riant. Beaucoup sont morts ainsi, quand je gardais l'entrée de Thèbes.
Ha, c'était le bon vieux temps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
BazaRBazaR   17 avril 2016
- Je ne peux pas le croire!
- Croire quoi? Que vous avez dormi sous la glace pendant vingt ans? Ou qu'on ait pissé dessus pour la faire fondre et vous réveiller?
Commenter  J’apprécie          230
TatooaTatooa   12 avril 2016
- Je dois te voir, Lebon ! (A. Paré)
- Et bien, Ambroise, en voilà des manières...
- Un gaillard qui prend son bain dans un amphithéâtre n'a pas n'a pas de pudeur ! Je suis resté prostré chez moi pendant des jours. Je me risque à venir, alors fais sortir la pute. J'ai d'importantes choses à te dire...
- Les mots magiques ?
- Asclépiades...
- "S'il te plaît" aurait suffi.
Commenter  J’apprécie          93
Lire un extrait
Videos de Mathieu Gabella (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mathieu Gabella
Conan en BD - Mathieu Gabella
autres livres classés : renaissanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

*Le règne de Philippe Le Bel* (Lisa-Marie.K.)

Avec qui le roi se bat-il généralement ?

Les allemands
Les anglais
Les espagnols
Les russes

9 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe le Bel de Mathieu GabellaCréer un quiz sur ce livre