AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266228552
Éditeur : Pocket (22/05/2014)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Parti de Toulouse après avoir appris l'emplacement de la seconde part de la Vérité, Gondemar de Rossal monte vers le Nord en compagnie de Pernelle et d'Ugolin. En chemin, il devra se joindre à un convoi de croisés mené par Alain de Pierrepont, un ami de Simon de Montfort. L'homme est en route vers la même destination que lui : Gisors. Incognito, il fait la rencontre du jeune Guy de Montfort, fils de Simon, dont il gagne la confiance en empêchant Jaume, un des Neuf d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  23 juin 2016
Où on poursuit la quête du graal (ceci est une galéjade ! Ahah !) !
Alors certes on est dans la quête mythique, mais plutôt loin du mystique...
L'avantage de cette série, c'est que je m'en souviens parfaitement malgré les quelques mois passés entre le tome 2 et celui-là. Aucun souci pour me rappeler qui est qui (bon d'accord, je connais bien les personnages historiques, et Gondemar et ses compagnons sont tellement hauts en couleurs qu'ils sont inoubliables !)... Ce n'est pas si courant que je n'ai pas besoin d'aller feuilleter le tome précédent, surtout dans une série de romans, où par définition il n'y a pas d'images.
(Humeur du jour = folâtre, c'est le soleil qui me fait cet effet... Si vous voulez je sors dès que j'ai fini cet avis !).
Evidemment on continue dans le même style que les deux premiers ! A ceci près que j'ai trouvé Gondemar très "confiant" et pas tellement méfiant, par rapport à son caractère dans les tomes précédents. Fréquenter Cécile de Foix à la fin du tome 2 lui a ramolli le cerveau, apparemment ! Mdrrrr !
Mais l'action est sans temps mort, trahisons, bastons et dégommages à tous les étages, on continue à ne pas s'ennuyer du tout, voire à dévorer le toutim sans coup férir ! C'est très bien écrit ! En gros, c'est toujours de l'excellent boulot, la preuve, j'ai sauté sur le tome 4 direct...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Bibliozonard
  17 mai 2013
Gondemar de Rossal suivi de ses fidèles compagnons Pernelle et Ugolin, quitte le pays cathare, pour joindre le Nord. À Gisors plus précisément. Là où, non seulement, se trouve la seconde partie de la vérité, mais aussi, la clique dont les blasons sont associés aux couleurs des croisés. D'une manière inattendue, le trio rencontre Alain de Pierrepont, le garde du corps du fils de Simon de Montfort, Guy. Un fils rejeté dont les goûts artistiques et sexuels déshonorent la virilité combative d'un père guerrier légendaire. À la suite de ce comité respecté et craint, en plus des marchands et des catins qui sont présents pour vider les bourses, marche un régiment de croisés de retour de quarantaine… Tous progressaient dans la même direction. Pourquoi le fils Montfort était-il chargé de se rendre là-bas en même temps que Gondemar et les siens ? Étranges coïncidences ! Gondemar prendra les devants en s'infiltrant chez l'ennemi. Il deviendra le protecteur de Guy de Montfort afin de lui soustraire toutes informations nécessaires qui l'amèneraient à découvrir, le cas échéant à subtiliser, la seconde partie de la vérité.
Un périple douloureux attend Gondemar, le Lucifer, porteur de la lumière. Il dut s'éloigner de l'amour rencontré à Toulouse, Cécile de Foix et sa famille. Il doit composer avec les remords, la fraternité, la fidélité indéfectible à l'ordre des 9. Il est bringuebalé entre l'espoir et le découragement, entre le désir viscéral d'aboutir et celui de mourir épuisé par le dégoût. Obtiendra-t-il son salut à l'issue de cette lourde tâche ? Comment ne pas sombrer quand il passe par son village d'enfance, où tout commença ? À Rossal, le poids de sa conscience s'alourdit, les cauchemars s'amplifient. L'heure de rouvrir les plaies suintantes du passé sonne.
« Que je le veuille ou non, ma vie ne m'était que prêtée et elle était ma prison. La seule chose qui restait à déterminer était de savoir si je passerais l'éternité en enfer ou au paradis. Dans un cas comme dans l'autre, le bonheur terrestre n'était pas pour moi » (P14).
Tout se maintient, le sens du détail, l'époque rude, hostile. le temps où les individus doivent être constamment sur leurs gardes, jamais à l'abri de brigands ou de croisés assoiffés de vices, se soumettre à la maladie. Il en ira de même pour les « héros » de l'histoire qui doivent avancer sous le sceau du secret, se cacher, surveiller leurs dires. Les aléas favorisent le temps du récit et l'action est beaucoup plus mouvante. le risque de se languir dans un long pèlerinage inconsistant est supprimé.
Un doute est survenu pendant la lecture. Jusqu'au 2/3 du moins. Gondemar semble aveugle, trop sûr de lui, et ne s'en tient qu'à une seule possibilité pour retrouver la vérité. Il prend des risques énormes, c'est vrai. Mais naïvement, il reste campé sur un point de vue qui aurait pu ne rien avoir avec ce qu'il croyait, et, faire fausse route complètement. Il s'est détourné de son objectif avec ses suspicions et ses convictions. En gros comment peut-il être convaincu qu'une seule voie est la bonne sans s'imaginer qu'il est peut-être manipulé ?
Un doute qui n'a pas subsisté. D'abord, il ne faut pas oublier que l'histoire est racontée par Gondemar lui-même. C'est sa propre vérité, sa réalité. Donc il montre qu'il n'est pas aidé par des forces divines, qu'il n'a pas de pouvoir magique non plus, qu'il est intelligent, mais égaré parfois et donc imparfait.
Pour finir, un retournement de situation astucieux aura balayé mes diversions et répondu à mes questions.
Ce que j'espérais à l'issue du tome 1 :
« Une intervention dont, à la fin de l'héritage des cathares, j'espère retrouver le même maintien de l'ambiance, de rebondissements, de surprises, affrontements physiques et idéologiques, de guerre abattoir, le peu de place offert à la joie dans la misère du siècle, la dureté, la légèreté de l'écriture, la force de conviction en bien ou en mal qui insuffle le courage dans une atmosphère d'insécurité… »
Je le retrouvai dans ce troisième opus. Haut en suspens, à l'intrigue cohérente. Et donc, ma crainte de la redondance que j'eusse précisé au départ s'estompa. Je fus pris par le tout.
Je trouvai un contre-pied à ma réticence devant les pertes de connaissances trop présentes dans le tome 2. Cette fois, et c'est ce que j'ai trouvé plus à propos, c'était le rêve et les cauchemars qui prirent le relais. Un choix judicieux qui se glissa aisément (pour le regard du lecteur) dans la triste aventure. Voilà comment entre autres vient l'apparition de Métatron à Gondemar, qui est là pour lui rappeler sa tâche d'origine… Je me réjouis de retrouver des combats épiques et je rencontrai un périple moins sanglant. Mais très tendu. À point sur la tension. La fin fût étonnante, le coup de théâtre de 3e partie fonctionna aisément.
Le lecteur voudra absolument savoir comment les détenteurs de la vérité s'y prendront pour la trouver. Et après, évidence, qu'en feront-ils ? Qui règnera, le catholicisme ou le catharisme (même si l'histoire nous l'a déjà appris, l'espérance que la fiction dépasse la réalité est grande) ?
Là, l'auteur sort son atout, surprise inattendue. Un final applaudi, le public réclame un retour sur les planches.
Je fus séduit par ce troisième tome réussi. Je trépigne d'impatience à l'idée de feuilleter l'ultime ouvrage de cette belle saga qu'est « Damné ». Car au train où vont les choses, je sens que ça va chauffer… Je suis très curieux de connaître le dénouement, Sainte mère de Dieu ! La vérité dévoilée ? le salut de Gondemar ? Pernelle et Ugolin ?
On s'attache, on s'attache, que voulez-vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          17
simonjean
  07 février 2016
Ce tome 3 nous emmène avec Gondemar à travers la France , de Toulouse à Gisors, à la recherche de la 2e partie de LA VERITE. Un peu moins d'action que dans le tome 2 mais tout aussi agréable à lire . Un revirement de situation ,tout à la fin , nous incite à nous plonger dans le tome 4 ; ce que je vais faire illico !
Commenter  J’apprécie          30
Jundow
  11 mars 2013
3ème tome de l'excellente saga "Damné".
Gondemar y poursuit sa quète de rédemption et va de victoire en déception comme a son habitude.
Aussi bon et passionnant que les deux premier tome, la fin nous donne très envie de s'attaqué au dernier tome.
Commenter  J’apprécie          11
cassie56
  23 février 2019
Une fois terminé le tome 2, j'ai bien entendu enchaîné avec le 3. Je confirme que cette saga est terriblement addictive et qu'il est très dur de s'en détacher.

Une fois de plus, l'auteur n'épargne pas son héros. Gondemar se retrouve face à son passé et ce n'est pas toujours facile. de plus, j'ai l'impression que notre héros aurait parfois besoin d'un peu de plomb dans la tête. Il fonce dans les pièges tendus pour lui, tête baissée. Cependant, j'admets que certains ne sont pas évidents à deviner.

Les héros vont d'aventures en aventures pour retrouver cette deuxième part de la vérité qui leur fait défaut.
Une fois de plus, c'est un véritable page turner que ce tome, il est très difficile de le poser. le lecteur veut absolument savoir la suite des événements. J'ai adoré le rôle des rêves de Gondemar et notamment la vieille mendiante.

La fin est juste terrible et du coup, j'ai enchainé sur le dernier tome. Il est difficile d'en dire plus, j'adore cette saga et je la conseille à tout le monde!!!

En bref : un tome excellent, même si j'ai préféré le précédent.
Lien : http://l-evasion-par-la-lect..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   20 juin 2016
- Laissez-moi ! répétai-je.
- Bon, Comme tu veux.
Ugolin me tapota amicalement l'épaule. Pernelle m'adressa un regard rempli de tendresse et de compassion. Elle soupira profondément puis, de la tête, fit signe à Ugolin de la suivre. Ensemble, ils sortirent, me laissant seul avec ce que je ne pouvais voir que comme l'acharnement du mauvais sort.
Une main infirme m'apparaissait comme une iniquité de plus. Je ne saurais dire combien de fois je maudis Dieu de me rendre encore plus difficile la tâche déjà ingrate qu'il m'avait imposée, et, n'eût été que je l'avais déjà renié, je l'aurais fait sans le moindre remords.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
TatooaTatooa   19 juin 2016
Quitter Toulouse fut l'une des choses les plus difficiles que je fis de toute ma vile existence. Je devais laisser derrière moi le seul endroit où j'avais été un tant soit peu à ma place et abandonner plusieurs de ceux qui m'étaient devenus chers. J'avais le sentiment de m'exiler, pour autant qu'un damné destiné à errer seul parmi les hommes puisse prétendre s'enraciner quelque part. Sans que je m'en aperçoive, le Sud tout entier s'était insinué en moi. Mais je n'avais droit à rien de tout cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
TatooaTatooa   21 juin 2016
Un plan prenait forme dans ma cervelle.
- Tu as un rasoir dans ton coffre ?
- Euh... Oui, pourquoi ? (Pernelle)
- Je te l'expliquerai pendant que tu me rases le crâne.
- J'ai l'air d'un barbier ? s'insurgea-t-elle.
- Tous les chirurgiens ne le sont-ils pas ? la taquinai-je avec un sourire.
Commenter  J’apprécie          110
TatooaTatooa   23 juin 2016
- J'ai essayé, Gontier, de toutes mes forces. Si, pour une fois, j'avais pu me conduire comme mon père l'a toujours voulu... Être une bête semble pourtant si facile. Mais je n'ai pas pu. (Guy de Montfort)
- On ne fait pas un loup d'une brebis en lui offrant des canines, sire. Vous en auriez été incapable même si votre vie avait été en jeu. (Gondemar)
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   22 juin 2016
- L'homme est une bête cruelle. Il dévore sans remords ceux qu'ils considère comme plus faibles. (Gondemar)
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Hervé Gagnon (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Gagnon
21 mai 2015 / 19 h
La Librairie Monet, en collaboration avec les Éditions Libre Expression, vous invitent à une rencontre avec deux auteurs de polars québécois de renom : Laurent Chabin et Hervé Gagnon. C'est notre libraire Morgane Marvier, spécialiste du polar, blogueuse* et chroniqueuse* sur le sujet, qui animera cette rencontre.
Nos invités:
Laurent Chabin*
Laurent Chabin est un auteur prolifique, ayant à son actif une abondante production d'oeuvres pour les jeunes et une douzaine de romans pour adultes. Ses romans policiers sont noirs, à l'image du monde de violence, de fausseté et de cynisme qu'ils décrivent.
Le roman:
Quand j'avais cinq ans je l'ai tué !, 2015, Éditions Libre Expression, coll. Expression noire, 264., 9782764810873
Quand elle avait cinq ans, Lara Crevier a tué son père, elle en convient. Mais pourquoi Serge Minski, son amant, son âme damnée, revient-il avec insistance sur cet épisode de sa jeunesse qu'elle aurait peut-être préféré oublier ? Pourquoi l'interroge-t-il sur cet homme qui a disparu en ne laissant derrière lui qu'une flaque de sang et l'instrument de sa mort ? Et comment peut-il connaître le couple étrange qui a protégé et éduqué la jeune fille alors qu'elle n'en a jamais parlé à personne ?
Clairement, Minski cherche quelque chose. Ou quelqu'un. Ce n'est pas un aveu, puisque Lara ne nie rien. Mais les méthodes qu'il utilise sont assez tortueuses. Ce que découvrira Lara fera froid dans le dos à plus d'un...
Hervé Gagnon*
Hervé Gagnon détient un doctorat en histoire et une maîtrise en muséologie. Il a connu un grand succès au Québec et en France avec ses séries le Talisman de Nergal, Damné, Vengeance et Malefica. En 2014, il faisait avec son roman Jack une première incursion dans l'univers du polar.
Le roman:
Jeremiah : une enquête de Joseph Laflamme, 2015, Éditions Libre Expression, coll. Expression noire, 360 p., 9782764810613
Avril 1865. La guerre de Sécession tire à sa fin, et les membres d'une société secrète confédérée, les Knights of the Golden Circle, sont réunis au St. Lawrence Hall Hotel, à Montréal. Leur but : planifier une éventuelle reprise des hostilités et encaisser des traites bancaires américaines d'une valeur de 2,5 millions de livres sterling. Parmi eux, John Wilkes Booth, futur assassin du président Abraham Lincoln, a en sa possession un objet encore plus précieux. Février 1892. Des Noirs montréalais sont sauvagement torturés et assassinés à la manière caractéristique du Ku Klux Klan. le journaliste du Canadien Joseph Laflamme se lance sur l'affaire en compagnie de l'inspecteur Marcel Arcand, du Département de police de Montréal. Ils croiseront la route d'un personnage légendaire que l'on croit mort depuis 1882 et qui ne reculera devant rien pour retrouver ce que Booth a caché à Montréal.
La collection Expression noire
Expression noire rassemble des romans policiers et des thrillers québécois et étrangers de grande qualité, et s'impose de plus en plus comme étant la référence du polar au Québec.
Des auteurs reconnus tels que Mario Bolduc, Geneviève Lefebvre, Jacques Savoie et Johanne Seymour et plusieurs autres prêtent leur plume sanglante aux crimes sordides et aux sombres enquêtes afin de combler les amateurs de suspense et de sensations fortes.
+ Lire la suite
autres livres classés : templiersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1891 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre