Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9782070178537
Gallimard (08/06/2017)
3.67/5   15 notes
Résumé :
Nous sommes en 2004, Athènes accueille les jeux Olympiques ; et dans une école de Beslan, en Ossétie du Nord, un commando prend en otage plusieurs centaines d’enfants et d’adultes. À Vienne, ce sont les vacances universitaires, et Julian, vingt-deux ans, étudiant en médecine vétérinaire, songe à rompre avec Judith, sa petite amie, quand celle-ci prend les devants et le quitte. Le jeune homme doit se résoudre à vivre en colocation avec Nicki, qui sait encore moins qu... > Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Catherinedenanc
  24 septembre 2019
Ce titre est le 4e roman de l'auteur qui est le germanophone le plus lu dans le monde.
Ici ce sont les réflexions d'un jeune étudiant de 22 ans qui doit sortir de l'indolence de l'enfance poussé par les événements. Il a partagé la vie d'une jeune fille de son âge durant 2 ans, quand celle-ci prend la décision d'une séparation. Il est perdu, ne sait plus quoi faire de sa vie, ne sait plus où habiter et comment subvenir à ses besoins. Heureusement son meilleur ami lui propose de prendre un petit boulot d'été qui empêche celui-ci de partir en vacances. Il s'agit de prendre soin d'une hippopotame naine recueillie momentanément par un professeur à la retraite dans les environs de Vienne.
Il règne tout au long du roman, une douceur de vivre, quand bien même les personnages sont tous flottants dans leurs émotions, ont du mal à les exprimer et peinent à prendre des décisions. le seul qui reste fidèle à lui-même c'est l'animal placide. Sa proximité, la routine et le travail manuel que représentent sa prise en charge, permet au jeune homme d'accepter la rupture traumatisante avec son amoureuse. Grâce à ce job il fait la connaissance de la fille du professeur, fantasque et fascinante, ils tombent amoureux éperdument le temps d'un été ? En tout cas le temps du roman. Car la jeune fille est enceinte et pourtant elle est repartie poursuivre des études à Paris, le jeune homme veut la revoir et même devenir papa avec tout ce que cela implique...
Roman de formation très doux, sympa, qui baigne dans les couleurs de l'été et qui nous enseigne que la fréquentation assidue d'un hippopotame peut remettre les idées en place.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          1 0
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  24 janvier 2019
Julian, vingt-deux ans, est étudiant en sciences vétérinaires. Au début de l'été, Judith “sa merveilleuse Judith” le quitte. Il n'y a pas vraiment de raison, il n'y a pas vraiment de coupable : la vie fait que. Désabusé et sans argent, il rencontre Tibor, qui lui propose un travail quelque peu original : l'aider à prendre soin d'un hippopotame femelle nain, qui a élu domicile pour quelques mois chez le Dr Beham, ancien recteur de la faculté. En acceptant, Julian va vivre de nouvelles aventures amoureuses et amicales. Dans Autoportrait à l'hippopotame, l'auteur parvient à restituer une atmosphère réellement “adolescente”, empreinte de questionnements existentiels, de regrets autour du premier amour perdu, d'amitiés viriles, de colocations embrouillées... On suit le cheminement d'un jeune homme qui comprend qu'”au-delà du toit nul ne connaît le chemin”. L'image de l'hippopotame plane au-dessus de la narration, rappelant le sauvage jamais dompté, mais aussi la lenteur, le poids et les rituels de ce long fleuve “tranquille” qu'est la vie d'adulte. Arno Geiger, auteur autrichien renommé, nous ramène à ces moments essentiels de l'existence où “il ne s'agi[t] pas tant de vouloir que de se sentir capable". Il signe un livre magistralement orchestré, d'une rare beauté.
Lien : https://balises.bpi.fr/litte..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          1 0
Sevlipp
  22 mars 2018
Pour tout dire, je me suis ennuyée. J'ai tenté de suivre les tergiversassions de Julian et sa liaison avec Aiko mais j'ai lâché prise à la deux centièmes pages.
Commenter   J’apprécie          1 0


critiques presse (4)
Lexpress   07 août 2017
L'auteur autrichien nous convie de nouveau à rire et à pleurer au fil des pages de cet étonnant roman de formation où il est question d'amour de jeunesse, et de bien plus encore...
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeMonde   10 juillet 2017
Julian, étudiant vétérinaire de 22 ans, se voit confier la garde d’un hippopotame nain qui va le conduire vers Aiko, belle bipède ayant un vrai talent pour la vie. Un roman d’une délicieuse mélancolie.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde   01 juillet 2017
Un texte délicieux sur un âge qui ressemble à un cyclone pris au ralenti, mais dont l’œil reste décidément mystérieux.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Liberation   19 juin 2017
Ce nouveau Geiger est un splendide roman de formation au titre curieux, Autoportrait à l’hippopotame. Dans «hippopotame» entendez indolence, douceur et rondeur, bref n’y voyez que du bon, cet autoportrait est écrit à l’encre de ces qualités.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24 fanfanouche24   17 novembre 2021
Un jour, je devais avoir quinze ou seize ans, mon entraîneur de l'époque, le Sensei, m'a expliqué que le but du karaté n'était pas la maîtrise de soi, mais la perte de l'esprit. Un abandon vécu sur le mode d'une libération. L'esprit doit enfin se mouvoir librement, c'est-à-dire de telle sorte que nous ne l'employions plus. Au fond, on retourne là à l'un des grands clichés à propos de l'enfance: au naturel parfait.
(p. 60)
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          8 0
fanfanouche24 fanfanouche24   18 novembre 2021
Judith elle aussi m'avait demandé pourquoi je pratiquais le karaté. J'avais d'abord hésité. Puis je lui avais répondu que j'avais cédé au tout début à un fantasme de contrôle absolu de moi-même. Je voulais être adulte le plus vite possible et partais du principe que le karaté me serait de quelque secours. Et il y avait la sagesse, aussi, bien sûr...Je voulais acquérir de la sagesse. Certains gravissent des montagnes, moi je fais du karaté. (p. 57)
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          6 0
fanfanouche24 fanfanouche24   18 juillet 2017
L'indolence de la bête et le silence qui régnait dans la maison commençaient-ils à agir sur moi ? je ne repensais plus à Judith que de loin en loin, en tout cas. Et toujours avec une résignation croissante; de ce point de vue aussi, les longues journées de travail avaient du bon. (p. 51)
Commenter   J’apprécie          9 0
fanfanouche24 fanfanouche24   18 juillet 2017
A cette époque de ma vie, j'ai vingt-deux ans. Le fait d'être adulte me plaît extraordinairement. Mais à la vérité je ne sais pas du tout ce que je veux, je me sens porté tantôt dans une direction, tantôt dans une autre. J'aspire à tout. je ne désire rien. (p. 12)
Commenter   J’apprécie          8 0
fanfanouche24 fanfanouche24   18 juillet 2017
c'est dans la vie quotidienne que son absence se faisait le plus cruellement ressentir. Que faire de tous ces rites qui étaient les nôtres quand nous étions en couple ? (p. 39)
Commenter   J’apprécie          8 0

Video de Arno Geiger (1) Voir plus Ajouter une vidéo
Payot - Marque Page - Arno Geiger - Tout sur Sally
autres livres classés : roman Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
224 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santé Créer un quiz sur ce livre