AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070361985
Éditeur : Gallimard (18/09/1972)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Ils se jetèrent l'un contre l'autre.
En échappant aux bras, Mon Cadet frotta sa tête contre la poitrine de Marceau. Il entendit de nouveau les furieux coups sourds. Il comprit que c'était le cœur de son frère ; il se sentait, lui, propre, net, sec et dur comme un fuseau de quenouille. Il lui glissait des mains, il prit audace et appuya carrément son épaule contre le ventre de Marceau. Il essaya de le ceinturer. Marceau le saisit aux hanches et le souleva.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  17 novembre 2017
Une prouesse dans le style où se mêlent conte, narration et presque le théâtre (des longs dialogues affiliés directement à l'action sans que la narration viennent éclaircir certains détails). La nature occupe une bonne place dans ce livre, que ce soit dans la description de sa beauté ou de sa rudesse, beaucoup plus de sa rudesse et une fabuleuse description comportementale des animaux nous interpelle à un point on oserait se demander y'aurait-il pas un peu de raison dans l'animal, se sont des fins calculateurs qui perçoivent les choses avant qu'elles n'arrivent, et qu'il y aurait un peu plus d'animosité dans l'homme, car celui-ci peut changer d'un moment à l'autre. En effet, deux cavaliers de l'orage nous parle d'un amour fraternel entre deux frères qui va se transformer en une haine implacable...
Je dirais pas que j'ai adoré le livre, mais j'ai eu un réel plaisir à le lire, à côtoyer ce monde où les dialogues entre femmes sont très vivants, et les hommes, comme toujours, pendant que les femmes se partagent quelques secrets, se déchirent pour accéder au pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
ClarenceM
  01 octobre 2015
Dans cette histoire où le folklore Bas Alpin sert de décor, les personnages sont avalés par une Nature menaçante (ciel obstrué, nuit enveloppante, forêt obscure, bêtes inquiétantes et dangereuses). Jean Giono a choisi de montrer le côté rude de ces bien jolies Terres. Étant originaire de Manosque, je peux certifier qu'il a volontairement occulté l'aspect bienveillant et paisible de la Nature Provençale pour ne faire ressortir que le côté hostile. Aussi le parti pris est complètement réussi puisque aucun élément extérieur ne semble pouvoir, dans ce récit, adoucir la vie des protagonistes.
Au milieu de cette Nature dévorante et hostile donc, l'Homme doit choisir ses armes : ce sera l'ironie pour les femmes et la force physique et le courage pour les hommes.
Ce livre pourrait être une pièce de théâtre champêtre tant les dialogues sont présents. Ils sont réduit à l'essentiel (il n'y a que très peu d'indication sur les intervenants) et vont au coeur des choses, à la recherche constante de la Vérité brute (Alors? Alors quoi?).
Le déroulement du récit, jusqu'au dernier chapitre "Choeur" sans aucune possibilité de retour en arrière, est fondé sur un rapport de force qui est constamment et fondamentalement à l'oeuvre : il agit entre les Hommes et la Nature, entre l'homme et la femme, entre les hommes eux-mêmes.
C'est un roman à lire absolument si le vue et l'odeur du sang n'est pas un obstacle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nathalie_MarketMarcel
  27 avril 2018
Ce petit roman nous raconte l'histoire des Jason, une famille vivant dans les hautes collines, et surtout celle des frères Jason, Marceau et Ange, surnommé Mon Cadet. Ces deux frères s'aiment depuis toujours, sont inséparables et s'impressionnent mutuellement. C'est l'histoire de leur vie, de leur naissance à leur mort. Ils sont maquignons de chevaux et de mulets, d'une force étonnante, ils aiment se battre et sont leur raison d'être. Autour d'eux, la nature est féroce.
Giono n'est pas un écrivain réaliste. Si tout se passe dans une ferme de Haute-Provence et s'il est question des herbes, des odeurs, des bruits, du vent et de gestes disparus, il raconte avant tout un drame auquel tout l'univers participe. Il part de loin, il a besoin de convier toute la nature, la pluie, l'orage, la neige, les chevaux pour raconter ce qui se joue à l'intérieur de ces deux êtres. C'est un roman à l'atmosphère de plus en plus sombre au fur et à mesure que les combats se font plus violents et qu'évolue la relation étrange entre Mon Cadet et Marceau.
Leur amour est plein d'ambiguïté. le récit laisse une large place au corps chez ces paysans, qui soupèsent les muscles, les bras, les cuisses, mesurent le cou, qui s'admirent mutuellement. Une grande attention est portée à tous les détails du corps, ce dernier pouvant être vu de très près lors des combats.
Je retiens notamment un passage formidable où quatre femmes arrangent la viande du cochon. L'animal a été tué, il s'agit à présent de préparer la viande sous diverses préparations pour pouvoir la conserver, mais il ne sera question d'aucun verbe un peu technique. Tout ce que nous saurons, c'est que les femmes malaxent la viande et ajoutent du poivre… Autour de ce malaxage mystérieux se tient un très long dialogue où il est question de ce que font les hommes, de l'avenir que l'on peut lire dans les tripes des animaux et du malheur qui va s'abattre d'on ne sait pas où. le tout à la lueur du feu de cheminée. On est dans le théâtre ou le cinéma.
Une fasciation irrésistible pour la violence.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lavieestunlongfleuvetranquille
  12 décembre 2016
"Jeu de main, jeu de vilain !"
Marceau aurait du le savoir et l'a malheureusement appris à ses dépends, malgré l'amour immense envers son frère cadet.
Et vice-versa, par ailleurs, car si le "petit" a absolument voulu se mettre au niveau de son aîné, c'est qu'il voulait peut-être rétablir une certaine justesse, même si son désir de ressembler à son dieu était certainement réel.
Une magnifique histoire d'amour fraternelle, dans un cadre provençal toujours aussi somptueux : des arbres légendaires, des forêts, des chevaux, des pluies torrentielles...
A bien y regarder, il y a du Gabriel Garcia Marquez dans Giono. Ou vice-versa, encore une fois, pour respecter la hiérarchie de l'âge.
Et la magie opère. C'est fabuleux...
Commenter  J’apprécie          30
Epictete
  03 janvier 2014
J'ai lu ce livre il y a déjà longtemps. Avec un souvenir d'un plaisir certain !
Il s'agit de l'histoire d'une relation "magnétique" - aujourd'hui on dirait fusionnelle - entre deux frères, qui va évoluer vers le conflit, puis vers la catastrophe.
L'idée, quoique basique en termes de relations entre les hommes est plutôt géniale, mais en plus elle est traitée par Giono. Autant dire que l'on ne s'ennuie pas et que l'on tourne les pages avec une sorte d'avidité.
(J'aime beaucoup Giono - Ça va finir par se voir !)
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   21 janvier 2015
Ah ! Et puis, ma belle Valérie, les hommes sont des hommes. A l’âge qu’on a, Ariane et moi, on se dit bien que pas une fois on n’a compris, ni ce qu’ils pensaient, ni ce qu’ils faisaient.
Parce que je sais me tenir à ma place. De mon temps on nous avait appris la chose une fois pour toutes. D’un côté il y a ceux qui sont dans la vie, et de l’autre côté il y a nous, les femmes.
Commenter  J’apprécie          60
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   27 avril 2018
On n’entend que les renards ou des bêtes qui traversent le cliquettement des pierrailles plates, et tout se tait quand elles ont entendu votre bruit sur le chemin ; et parfois il suffit de votre odeur, même pas le frottement de votre jupe quand on revient des fois du village pour être allée chercher, toujours pareil, du sel, du sucre et du tabac. Et dans ces parages vous vous croyez seule ; mais non : même sans bruit, mais quand tout fait silence. Surtout quand tout fait silence. Les bêtes sont couchées près de vous, près de l’endroit où vous passez. Vous passez et elles suivent votre pas quand il s’approche, quand il passe, quand il s’éloigne, avec des yeux verts cachés dans les feuilles vertes ; et des oreilles vertes qui se pointent sur votre bruit, et des naseaux verts qui avalent votre odeur et qui se retroussent sur quelques dents blanches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sak71Sak71   21 avril 2018
Si tu avais vu le devant de son gosier! Tout autour il lui avait poussé une couenne de deux doigts, comme du gras de jambon. Sale comme de la poussière de route.(...) Il tirait pour respirer. Ah ! N'importe quoi ! Mais lui enlever ce qu'il a dans la gorge ! Qu'il respire ! Qu'il meure s'il veut mais qu'il respire ! Allez ! Le poireau ! (...) N'importe quoi ! Donnez moi n'importe quoi ! Un bâton, un couteau, avec les doigts. Je veux lui enlever ça. Je ne vais pas le laisser étrangler devant moi. Donnez moi un poireau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SZRAMOWOSZRAMOWO   21 janvier 2015
Chose fantastique : à l’ombre des arbres, il y avait des femmes désœuvrées assisses dans des fauteuils ! Pour se permettre des fantaisies de ce genre, ces gens là avaient incontestablement une force dont il fallait se méfier.
Commenter  J’apprécie          20
LavieestunlongfleuvetranquilleLavieestunlongfleuvetranquille   12 décembre 2016
Celui qui a mis deux hommes sur terre s'est trompé. A tout moment, il y en a un qui trouve que les autres sont de trop.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jean Giono (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Giono
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, le libraire Jean-Edgar Casel et le journaliste David Medioni (ernestmag.fr) recevaient l'auteur et le parrain de SMEP 2019 Ron Rash...
Un silence brutal de Ron Rash et Isabelle Reinharez aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/145502-divers-litterature-un-silence-brutal.html
Un pied au paradis de Ron Rash et Isabelle Reinharez aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/145625-nouveautes-polar-un-pied-au-paradis.html
Le chant du monde de Jean Giono aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/71308-poche-le-chant-du-monde.html
Moby Dick de Herman Melville et Jean Giono aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/48529-poche-moby-dick.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : provenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
271 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur ce livre