AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205000962
48 pages
Dargaud (03/01/1997)
3.92/5   1607 notes
Résumé :
Premier tome des aventures d'Astérix, l'album "Astérix le Gaulois" sort en librairie en 1961. Avec la naissance de ce petit Gaulois moustachu et teigneux qui apparaît pour la première fois dans les pages de 'Pilote' le 29 octobre 1959, le scénariste René Goscinny et le dessinateur Albert Uderzo rencontrent un immense succès, créant un véritable phénomène de société. Ils créent des personnages pittoresques et attachants, s'amusent à réécrire l'Histoire et enchantent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (140) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 1607 notes
5
44 avis
4
60 avis
3
20 avis
2
4 avis
1
0 avis

Dionysos89
  16 mai 2013
Qu'il fait bon se replonger dans les classiques ! Astérix ne date pas d'hier : 1959 pour la première publication et 1961 pour ce premier « recueil » !
Alors, bien sûr, certains trouveront le scénario convenu et les dessins bien pointus (les silhouettes ne sont pas complètement fixées, encore), mais qu'importe ?! Ce premier tome est diablement efficace, et c'est l'essentiel ! Il nous parle en termes simples, il nous dévoile la base de l'humour goscinnyen, mais il nous parle surtout en termes honnêtes de folklore, de résistance (pensez donc qu'on est en 1959, l'Occupation, c'était la veille !). Malgré mon jeune âge, par rapport à cette bande dessinée, certains dialogues sont réellement gravés dans ma mémoire, avec l'aide précieuse du dessin animé qui en est la fidèle adaptation. Nous suivons là Astérix qui est baladé de son village aux camps retranchés romains et qui met toute sa gouaille et sa malice bien françaises à donner du fil à retordre aux « envahisseurs ». Si, pour l'instant, excepté peut-être Panoramix, nous ne découvrons pas beaucoup plus les autres « irréductibles Gaulois », ce n'est que partie remise car cet album en appelait bien d'autres.
Point besoin d'épiloguer davantage : c'est toujours un plaisir de lire cette simple histoire pleine de bonne humeur et qui foisonne de bonnes idées à exploiter par la suite. Nostalgie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
Gwen21
  06 juillet 2013
Nous apprêtant à séjourner en Russie quelques jours chez l'habitant, mon mari et moi cherchions des cadeaux à emporter avec nous qui soient emblématiques de la culture française. Nous avons décidé d'offrir, en autres, quelques bandes-dessinées parmi lesquelles une aventure d'Astérix, qui s'est présentée à notre esprit comme une évidence.
Chargée d'acquérir ladite BD, mon choix s'est presque immédiatement fixé sur "Astérix le Gaulois" car il me semblait logique de commencer par le commencement. Qui a dit que les femmes étaient fâchées avec la logique, déjà ?
Mais, après avoir relu moi-même cet opus, je me rends compte que j'aurais peut-être dû porter mon choix sur un album mieux fourni en action. "Astérix le Gaulois", en tant que premier volet d'une série dont les auteurs ne pouvaient qu'espérer le succès sans le programmer, a pour rôles principaux de planter le décor et d'esquisser le caractère des personnages. Avec le recul, et après que des dizaines d'autres albums d'Astérix soient passés entre mes mains, il est clair que ce premier tome me laisse un peu sur ma faim.
La première émotion que j'ai ressentie en commençant ma lecture fut la surprise, teintée de nostalgie. Découvrir nos deux héros, le petit Astérix et le gros Obélix, sous des traits moins assurés, rend Astérix pas si sympathique et Obélix pas si "enveloppé" que ça. Sans Idéfix et sans aucune figure féminine, il y a comme un goût de "trop-peu". Pourtant, l'humour est résolument déjà là, dans chaque phylactère, dans chaque expression, dans chaque geste. Je me suis émerveillée de voir plantées dans un si bon terreau les graines de cet univers promis à se développer et à s'enrichir.
Côté histoire, c'est la première confrontation avec les Romains. L'action est très simple pour ne pas dire simpliste mais permet de prendre la mesure de la mythologie à venir et de faire la connaissance De César, rien de moins !
Relire cet album m'a donné envie d'en lire d'autres, c'est bien là le principal. Quant à mes hôtes, je pense au final qu'ils s'épargneront toutes ces considérations pour, je l'espère, n'approuver que la typicité d'une BD identitaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
FrancoMickey
  12 janvier 2021
J'aime dire qu'il y a des signes qui ne trompent pas. V'là qu'hier soir Madame me demande de ranger la bibliothèque, soit-disant que l'on ne s'y retrouve plus. J'avoue, j'ai une légère tendance à éparpiller un peu partout mes comics et bandes dessinées mais à ma décharge j'en ai un peu trop. Bref, première étagère que j'attaque et là paf, je tombe sur ma collection Astérix. Coïncidence ? Vous voyez où je veux en venir.
Remémorez-vous, ce souffle nostalgique électrisant, souvent accompagné d'un ridicule sourire béat, qui vous envahit lorsque vous retombez sur un objet de votre enfance que vous n'aviez pas revu depuis des lustres ? C'est ce que j'ai ressenti en rouvrant le tome 1 du héros gaulois à la moustache dorée des enfers. Verdict de la lecture deuxième round ? Toujours aussi exquise, et même meilleure, même quinze ans après (promis mes racines semi bretonnes n'y sont pour rien).
Albert Uderzo, même si son coup de crayon s'est affiné et embelli avec le temps, faisait déjà preuve à cette époque d'un indéniable talent pour les graphismes cartoonesques. Les bulles regorgent d'énergie et de vie et un charme magnétique en émane. de son côté, René Goscinny témoigne d'une plume des plus affûtées en livrant des dialogues ciselés qui font mouche, entre esprit satirique, clins d'œil culturels, sociétaux et politiques en pagaille et humour potache savoureux à gogo.
Que vous soyez fier(e) de vos origines bretonnes avec des tendances limite chauvines, amateur(trice) de bandes dessinées ou simplement à bord d'un train égaré en retard sur les romans graphiques cultes, cette saga breizhek (bretonne ndlr si mes souvenirs sont bons) semble tout indiquée.
PS : je n'ai toujours pas rangé la bibliothèque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4513
LydiaB
  24 juillet 2013
LA bande dessinée de mon enfance ! Je n'aimais pas Tintin mais je dévorais les albums du petit Gaulois (non, pas le vendeur de volailles... comprenne qui pourra). Ce premier tome fait office de présentation, tant au niveau des personnages que du fonctionnement de ce village mené par Abraracourcix, le chef. Alors que fait un gaulois lorsqu'il s'ennuie ? Je vous le demande ! Il va taper sur des romains (notons au passage que cette coutume, bien que fictionnelle, a été adoptée par quelques abrutis qui n'ont pas compris que ce n'était qu'une BD... Ouais, ok, je sors...). Et que font les romains ? Ils essaient tant bien que mal de capturer ces foutus gaulois... Il leur faut envoyer un éclaireur afin de comprendre le secret de leur invincibilité. Mais là, c'est un grand concours d'autruches ! Plus personne pour vouloir se faire taper dessus, c'est aberrant ça quand même ! Qu'à cela ne tienne, on va employer la méthode forte : le jeu des chaises musicales ! Et le grand perdant est... je vous le donne en mille... Caligula Minus !!! Transformé en Caliguliminix, il va vite découvrir que tout réside dans cette potion préparée par le bonhomme à la barbe blanche. le père Fourras ? Non, le druide Panoramix... qui va se retrouver enlevé par ces barbares... Crachera-t-il le morceau ?

Allez, un petit chant (d'Armande Altaï) du barde Assurancetourix pour se quitter ? Comment ça non ? Z'êtes pas conciliants non plus, hein !!!

Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4612
Meps
  30 mai 2021
Dans ma saga "Les premiers en BD", voici ma relecture du premier tome de la série iconique Astérix et Obélix. Astérix fait vraiment partie avec Tintin de mes tous premiers souvenirs de bande dessinée. J'ai appris à lire des bulles au sein d'un village gaulois avec des habitants au nom bizarre que je n'ai compris que très progressivement (notamment le rapport pourtant simple entre nos deux héros et un signe étoile du téléphone et une grosse pierre).
Comme pour tous les premiers, le choc graphique est violent. Si Astérix ou Panoramix s'en sortent plutôt honorablement, Obelix a subi une cure d'amaigrissement qui me fait maintenant comprendre pourquoi il refuse qu'on parle de lui comme un gros. Il doit avoir gardé dans la tête l'image de lui plus jeune, époque où il était seulement "bien enveloppé". le barde apparait d'abord avec des cheveux blancs (blondis plus tard dans le tome), le forgeron a plus l'allure du futur poissonnier... Bref, rien ne va ! En plus, le tome semble avoir été fait à l'arrache, notamment au niveau de la colorisation avec certains fonds flashy orange ou rose, et même des débordements sur les personnages (qui dépendent peut-être des éditions) avec notamment deux pages où ils changent de couleur passant du violet au vert en passant par le rouge, et un Asterix schtroumpfé sous la tente, à moitié bleu. Peut-être les auteurs n'avaient ils pas encore perçu le potentiel de leur héros et ont-il un peu baclé le boulot.
Côté scénario, c'est assez simpliste aussi. Les Romains sont bêtes et faciles à duper, notamment dans tout le passage où Panoramix est prisonnier. Même si la bêtise romaine restera une caractéristique de la série, les subterfuges gaulois seront plus élaborés par la suite.
Outre la présence de certains incontournables de la série (la potion magique, les camps romains autour du village, les menhirs et les sangliers d'Obelix, et même une courte apparition d'Idéfix non encore nommé et lié aux héros), c'est surtout l'humour qui est présent dès ce premier tome, basé sur les jeux de mots, les répliques de désespoir des romains... pour le coup, on est pas du tout dépaysé avec la suite et c'est d'ailleurs cet humour qui fera toute la force de la série quand il sera ensuite accolé à des aventures plus palpitantes. Et c'est d'ailleurs cet humour qu'aura su saisir Alain Chabat dans son film qui reste pour moi du coup la meilleure adaptation du petit héros moustachu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361

Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
Herve39Herve39   19 mai 2022
- Il faut que nous obtenions la recette de la potion du druide ! Avec elle, nous serons invincibles, nous irons à Rome et nous prendrons la place de César !
- JULES César ?!
- Parfaitement, Jules ! Et à nous deux nous formerons un triumvirat !
Commenter  J’apprécie          50
gillgill   17 mai 2013
"Les Shadoks ? C'est notre Astérix de l'an 2000" - Ce titre de journal m'a récemment sauté aux yeux, et il ne m'en a pas fallu plus pour essayer d'imaginer ce que serait Astérix, dessiné par l'équipe qui a crée les "Shadoks" à la télé. (Gotlib)
Ça pourrait donner à peu près ceci :
Ta-ra-ta-ria-ta-ta-ta-ta-ria-ta-ta-ta-ta-ria-ta-ta-ta Ding-dolong-beleng-beleng
Les "shadogaulois" habitaient un charmant petit village au bord de la mer.
Ils étaient commandés par le grand Abraracourcoks.
Un peu plus loin il y avait le camp des gibiromains.
Les gibiromains passaient leur temps à faire des patrouilles dans la forêt.
Les deux shadogaulois les plus célèbres étaient Astéroks et Obéloks.
Obéloks était follement épris de lajeune et jolie shadogauloise Falbaloks.
Euh pardon...
Le druide Panoramoks, shadogaulois très sage, possédait les secrets du cosmogol magique.
Le cosmogol magique rendait les shadogaulois invincibles quand ils en buvaient.
Et les gibiromains ne songeaient qu'à s'approprier le secret du cosmogol magique...
....Afin d'être invincibles à leur tour. Mais Astéroks et Obéloks ne s'en souciaient guère.
Ils allaient se promener dans la forêt et y rencontraient des patrouilles de gibiromains......
Ta-ra-ta-ria-ta-ta-ta-ta-ria-ta-ta-ta-ta-ria-ta-ta-ta Ding-dolong-beleng-beleng
Goooiiin
C'est tout pour aujourd'hui
- service recherche R.A.B.* voix : Gotlib - co-production : Goscinny-Borg-Uderzo-Rouxel -
(extrait d'une double page "hommage de Gotlib à Goscinny et Uderzo", du journal exceptionnel paru en 1994 "Ça c'est un anniversaire Astérix)



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
gillgill   09 mars 2014
Qui est Goscinny ? Que sait-on sur lui ?
C'est son vrai nom
(vous croyez qu'un nom comme celui-là, ça s'invente ?)
Cumule à "Pilote" les fonctions de rédacteur en chef et de scénariste (Astérix et Obélix, bien sûr)
Travaillerait également dans un journal concurrent sous le pseudonyme de Goscinny (Lucky Luke dans Spirou)
Signe particulier : travaille beaucoup et souvent
A vécu plusieurs années en Argentine et aux U.S.A. avant de raconter des histoires dans les journaux illustrés, et a exercé des professions diverses : aide-comptable, démarcheur publicitaire, secrétaire, sergent dans l'armée, directeur artistique, journaliste, dessinateur...
Quelle est l'origine de sa vocation de scénariste ?
"J'ai été mis à la porte de mon poste d'aide-comptable".
Il estime que sa qualité primordiale, c'est le calme et que son défaut majeur c'est d'avoir une trop grande bonté.
D'ailleurs ses amis et ses collaborateurs ne lui reprochent aucun défaut (qu'ils essaient seulement !)
Son sport favori est de répondre aux questionnaires.
Il aime les bons films comiques (Laurel et Hardy, Jacques Tati, etc...)
"Trois hommes dans un bateau" de Jérôme K Jérôme est son livre préféré.
Son violon d'Ingres ? - Astérix
Sa manie ? - Astérix
Le héros qu'il aimerait incarner ? - Idéfix
S'il devenait soudainement très riche, quelle est la première chose qu'il achèterait ?
"J'ai acheté un appartement".
(extrait de "Qui est qui ? Ils vous amusent chaque semaine !", dictionnaire des auteurs du journal "Pilote" compris dans "Le petit Pilote Illustré", supplément du numéro 385 du journal d'Astérix et Obélix paru en 1967)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
gillgill   25 mai 2014
Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ...Toute la Gaule est occupée par les romains...Toute ?? Non !! Un village peuplé d'irréductibles gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur.
C'est dans ce village que résident Astérix, le guerrier gaulois, et tous ses amis : Obélix le livreur de menhirs, Assurancetourix le barde, Panoramix le druide, Abraracourcix le chef..., et tant d'autres encore, qui ne craignent qu'une chose : c'est que le ciel leur tombe sur la tête...
Tous ces gaulois, joyeusement et sans effort apparent, parviennent à rendre la vie dure aux romains qui, eux, y perdent leur latin....
Et dans les camps retranchés qui ont pour noms Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petitbonum, les légionnaires romains s'interrogent : Quel est donc le secret de la force surhumaine des gaulois ?
L'ambitieux centurion Caïus Bonus a décidé de découvrir la "vérité". Cette téméraire décision permettra à nos farouches amis de s'en donner à cœur joie.
Astérix, Obélix et Panoramix mèneront le combat avec enthousiasme, courage et fantaisie.
Mais n'en disons pas plus, la parole est aux gaulois, par Toutatis !!!
En vente chez votre disquaire habituel....
(publicité extraite du numéro 62 du journal "Pilote" paru le 29 décembre 1960)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LydiaBLydiaB   19 juillet 2013
- Quelle est la recette de cette potion, ô druide ?
- L'origine de cette recette se perd dans la nuit des temps et elle ne se transmet que de bouche de druide à oreille de druide... Tout ce que je peux te dire c'est qu'il y a du gui et du homard...
Commenter  J’apprécie          4813

Lire un extrait
Videos de René Goscinny (114) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Goscinny
Dans ce nouvel épisode, nous allons parler d'engagement, et de comment l'écriture peut servir une cause. Notre invité : le journaliste Hugo Clément. Après avoir travaillé pour le Petit Journal, Quotidien et Konbini, il a rejoint la rédaction de France Télévisions en 2019. Spécialisé dans l'environnement, il présente l'émission documentaire "Sur le Front". Ardent défenseur du bien-être animal, il est également très actif sur les réseaux sociaux.
En 2019, son premier livre Comment j'ai arrêté de manger les animaux évoquait la transition qui l'a amené à devenir végétarien. Son deuxième livre, Journal de Guerre écologique, paru chez Fayard en 2020, vient de sortir en poche. Il y raconte ses enquêtes coups de poing menées sur le terrain, au plus proche de ceux qui agissent en faveur de la protection de la planète.
Juste après cet entretien, nous retrouverons notre libraire Romain, pour quelques conseils de lecture... engagés, à n'en pas douter !
Bibliographie :
- Comment j'ai arrêté de manger les animaux, de Hugo Clément (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16192327-comment-j-ai-arrete-de-manger-les-animaux-hugo-clement-points
- Journal de guerre écologique de Hugo Clément (éd. Fayard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17443037-journal-de-guerre-ecologique-pourquoi-je-suis--hugo-clement-fayard
- Faut-il manger les animaux, de Jonathan Safran Foer (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/2015320-faut-il-manger-les-animaux--jonathan-safran-foer-points
- le Tour de Gaule d'Astérix, de René Goscinny et Albert Uderzo (éd. Hachette) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16049-une-aventure-d-asterix-5-asterix-le-tour-de--rene-goscinny-albert-uderzo-hachette-asterix
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Asterix le gaulois

Le centurion du camps de Petibonum s'appelle...

Caius Malus
Caius Bonus
Caius Connus
Caius Inconnus

10 questions
228 lecteurs ont répondu
Thème : Astérix, tome 1 : Astérix le gaulois de René GoscinnyCréer un quiz sur ce livre