AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Tom Graffin (Autre)Jérôme Ropert (Autre)Victor Lepointe (Autre)
EAN : 9782818996294
72 pages
Bamboo Edition (01/03/2023)
3.59/5   84 notes
Résumé :
La Belle Epoque prend l'eau et les cadavres flottent. Janvier 1910. La Seine est sortie de son lit et submerge la capitale. Rues, boutiques, logements, monuments, stations de métro, tout est sous les flots. Mais tout finit par remonter à la surface : les rats, les passions, les vieux démons... et un corps impossible à identifier. Ange Leca, journaliste rebelle, détective à ses heures et opiomane abstinent, s'accroche à son enquête et à Emma, sa nouvelle addiction, ... >Voir plus
Que lire après Ange Leca Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 84 notes
5
8 avis
4
8 avis
3
9 avis
2
1 avis
1
0 avis
Nous sommes en janvier 1910 à Paris.
Et qui l'eût cru, la capitale est en crue ; une crue historique !
La Seine déborde comme jamais et de ses flots surgissent, outre les rats et autres bestioles vivantes ou mortes, des objets et des êtres voués à l'oubli. Et parmi eux les cadavres des noyés accidentellement ou volontairement.


Ange Leca, un jeune journaliste corse monté à Paris pour oublier une mésaventure amoureuse locale, qui lui a coûté la moitié de l'oreille gauche, une cicatrice au plus profond du coeur, et l'a fait tomber dans l'opium et "la fée verte" ( absinthe ), travaille pour "Le Quotidien", un journal appartenant au sieur Alfred Clouët des Perruches, lequel est marié à la jeune et très belle Emma Capus, une comédienne de renom dont Leca et sa gueule d'Ange est (sont) l'amant.
Au sortir de l'appartement de sa maîtresse avec laquelle il a passé la nuit en l'absence du mari, le jeune homme accompagné de son fidèle Clemenceau, un chien renifleur dont le flair est plus affûté que celui des meilleurs détectives, tombe à l'eau.
Repêché, il échange avec les sauveteurs et apprend qu'on a retrouvé le corps démembré, mutilé et étêté d'une jeune femme.
Il se rend à la faculté de médecine transformée en morgue... circonstances obligent.
Il échange avec le médecin légiste.
Le corps ramené à la surface est celui d'une jeune femme. Sur les doigts de la main du bras qui lui reste on voit des traces d'aiguille. de là à en déduire que la jeune femme était couturière, il n'y a qu'un pas qu'Ange Leca franchit. Il passe au journal pour y accomplir sa tâche quotidienne... mais on lui fait savoir que son patron le demande.
Il se rend à son bureau où il se voit reprocher de sentir très fort l'absinthe et les égouts.
Or il y avait un contrat tacite entre des Perruches et le jeune journaliste : choisir entre l'alcool et son poste au journal.
Il est congédié sur-le-champ, non sans avoir préalablement fait part à son ex-patron de son désir d'enquêter sur la mort de la mystérieuse jeune femme repêchée dans l'état que l'on sait ; celui-ci ne veut rien savoir, c'est la porte.
Ange Leca commence son enquête tout en se cherchant un nouvel emploi. le hasard faisant bien les choses, un ami le présente à Marie-François Goron, illustre détective qui, voulant consacrer du temps à l'écriture, embauche Ange qui peut ainsi partir sur les traces de l'énigmatique "couturière"...

Une plongée ( sans jeu de mots ) dans ce Paris de 1910 que Tom Graffin et Jérôme Ropert restituent avec beaucoup d'authenticité et de vie grâce aux planches éminemment talentueuses de Victor Lepointe.

La structure narrative n'a pas la densité, l'intensité, le liant et la cohérence d'un Kris et d'une Maël ( se référer à Notre mère la guerre ), mais on s'immerge ( toujours pas de jeu de mots ) avec plaisir dans cette époque rapportée avec un réalisme qui pourra peut-être heurter certaines sensibilités.

On apprend à la fin de l'album, grâce à des explications illustrées par des documents d'époque, que Marie-François Goron a bien existé, que le personnage de des Perruches a été inspiré aux auteurs par un certain Alfred Edwards et qu'Emma Capus est un peu l'émanation fictionnelle de Liane de Pougy, Geneviève Lantelme ou la Belle Otero...

Au final cette crue centennale aura submergé 40% de la capitale, noyé 20 000 caves, sinistré 150 000 Parisiens, causé 5 décès et quelques cas de typhoïde.

Elle aura donné naissance à un album instructif, dont l'énigme sans être un must collector n'en reste pas moins un très honorable travail de création littéraire et artistique.







Commenter  J’apprécie          420
J'ai remarqué que pas mal de BD ont abordé le thème de la Seine qui avait submergé la capitale Paris durant l'hiver 1910 lui donnant des allures de Venise. En effet, la circulation se faisait en pirogue.

Nous suivons un journaliste opiomane, alcoolique et rebelle sur une enquête suite à la découverte d'un corps de femme démembré et décapité qui flotte sur la Seine. Or, cette enquête va le mener assez loin et bousculer un peu plus ses dernières certitudes. Voilà pour le décor.

Le héros semble tourmenté à cause d'un amour qu'il n'a jamais oublié et qu'il a du laisser dans sa Corse natale. Il y a un peu la gravité psychologique derrière des apparences légères et libertines.

J'ai bien aimé le dessin réaliste qui restitue à merveille cette ambiance un peu particulière de ce Paris de la Belle époque avant la Première Guerre Mondiale. A noter que le chien s'appelle Clémenceau. Une jolie colorisation, en adéquation avec le dessin, parachève le tout. C'est délicieusement retro !

Tout m'a paru surjoué et un peu artificiel malgré tout. A noter que la fin de cette intrigue policière se termine un peu en eau de boudin sans réel satisfaction pour le lecteur. Visiblement, il n'y aura pas de suite alors que cela aurait pu continuer. Mais bon, le démarrage n'est guère fracassant.

Le charme va t'il opérer sur tout le lectorat ? J'en doute fort. Les femmes n'apprécieront pas d'être relégué à un simple objet de désir. Moi, cela ne me laissera pas un souvenir impérissable surtout avec une fin aussi décevante.
Commenter  J’apprécie          490
Club N°52 : BD non sélectionnée
------------------------------------

Une bonne enquête dans le Paris de 1910.

Cette BD a les avantages et les inconvénients d'un one shot, on a une histoire terminée mais c'est un peu court et expédié à mon goût, elle aurait mérité un peu plus d'épaisseur.

Les dessins sont très beaux mais je trouve la colorisation trop fade.

Gilles
------------------------------------

Une BD policière inscrite au début des années 1900 à Paris.

Le dessin aurait mérité un scénario plus complexe (Fusil de Tchekhov).

Malgré tout une BD agréable mais qui laisse un peu sur sa faim.

Yann
------------------------------------
Commenter  J’apprécie          380
Je ne sais qui il faut remercier, de l'éditeur ou des scénaristes.
Je ne sais pas qui a choisi Victor Lepointe pour illustrer l'histoire d'Ange Leca, mais c'est le meilleur choix.
Bon d'accord, je ne suis pas objectif, je suis fan de ce dessinateur.
Mais franchement, jetez un oeil à son travail sur cet album et vous en conviendrez, c'est une réussite.
Associé à Tom Graffin et Jérôme Ropert, Lepointe nous emmène dans le Paris du début du XXe siècle.
La Capitale est sous l'eau.
La Seine est sortie de son lit et a envahi les rues.
Charriant toutes sortes de détritus.
Ange Leca, jeune journaliste qui aime un peu trop une femme mariée et bien autant l'absinthe, se retrouve bientôt sans travail.
Mais voici qu'un corps démembré, remonté des eaux sales, va l'intriguer au point de mener l'enquête qui permettrait d'identifier la victime et son assassin.
Une intrigue captivante, magnifiquement mise en dessin (Oui, je sais, j'insiste).
Foncez !
Commenter  J’apprécie          270
L'histoire se déroule à Paris en 1910 au moment de la grande crue. Ange Leca, immigré corse, est un journaliste qui a un penchant pour l'alcool et les nuits parisiennes. C'est l'amant d'Emma, la femme du patron de son journal.

Après une nuit de débauche, il tombe dans la Seine et est repêché par des pompiers qui ont déjà fait une drôle de découverte remontée par la crue : un tronc de femme sans tête, sans jambe, dont les seins ont été découpés.

Ange Leca de retour au journal doit affronter la colère de son patron qui décide de le renvoyer lassé de son alcoolisme et de son manque de professionnalisme.

Impression et horrifié par le corps mutilé de la femme, il se met en tête d'en trouver l'identité pour confondre son meurtrier. Il avait remarqué des marques à ses doigts et émis l'hypothèse qu'il s'agissait d'une couturière. Ange Leca fait donc le tour des ateliers de confection. Mais les tentations des nuits parisiennes l'entraînent vers des cabarets où il rencontre Jules Lévy et abuse à nouveau d'absinthe.

Le lendemain, un ami journaliste lui propose de rencontrer Marie-François Goron, ex commissaire de police qui a monté sa propre agence de détective. Celui-ci est spécialisé dans la recherche de "serial killer" ou du moins dans la recherche de meurtriers ayant commis des crimes particulièrement atroces. Goron va prendre Leca sous son aile.

Leur enquête nous entraîne dans les rues de Paris et nous donne des informations su le statut des femmes à cette époque et les moyens qu'elles avaient pour essayer d'échapper à leur conditions.

Le scénario de Tom Graffin s'inspire librement de faits historiques et de personnages ayant pour certains existé. J'ai particulièrement aimé le graphisme de Victore Lepointe. Les vues de Paris et des nuits parisiennes sont d'un grand réalisme, il en est de même pour les délires éthyliques de Leca. L'usage de l'aquarelle est adapté tant pour Paris et la crue que pour la Corse sous le soleil.

Apparemment il s'agit d'une oeuvre "One shot". C'est dommage car Ange Leca pourrait devenir un personnage récurrent associé à Goron.



Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (5)
Auracan
17 avril 2023
Les scénaristes Tom Graffin et Jérôme Ropert ont intelligemment placé le récit dans la période de la Belle Époque où l’insouciance règne, et plus particulièrement dans les milieux bourgeois tandis que le petit peuple parisien tente de survivre quand survient la crue du siècle.
Lire la critique sur le site : Auracan
LigneClaire
21 mars 2023
Les grandes crues de 1910, Paris se croit à Venise. Ange Leca est un journaliste qui a le don de se mêler de ce qui ne le regarde pas. Et qui est une forte tête. Corse certes et qui ne lâche rien. Dandy un soupçon alcoolique, un corps démembré va l’engager dans une enquête qui lui rappelle des souvenirs de tueur psychopathe.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Bedeo
06 mars 2023
Tom Grafin et Jérôme Ropert ont écrit ensemble ce récit d’investigation s’appuyant sur des faits historiques. D’un trait léger, Victor Lepointe nous plonge dans la Belle Epoque, au moment de la grande crue de la Seine.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest
03 mars 2023
La Belle époque est le cadre choisi par Jérôme Robert et Tom Graffin pour servir de décor aux déboires d’un Don Quichotte moderne qui chasse son spleen dans les effluves d’absinthe.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD
27 février 2023
Alors que l’on reparle de la sécheresse, trois auteurs Tom Graffin, Jerôme Ropert et Victor Lepointe nous plongent dans une intrigue policière ayant pour cadre les inondations de la capitale... en 1910 !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
- Cet accent ravissant. Corse, je présume ?
- Et fier de l'être.
- Connaissez-vous la différence entre une énigme et un mystère ?
- Non...
- Qui a tué cette pauvre femme ? C'est une énigme...
- Mais pourquoi un corse a-t-il quitté son île pour cette ville sordide ? Ça, c'est un mystère !
Commenter  J’apprécie          140
Cette ville est magique. Quand sa lumière ne nous a rien donné, sa nuit arrive pour nous combler.
Commenter  J’apprécie          240
- Connaissez-vous la différence entre une énigme et un mystère ?
- Non.
- Qui a tué cette pauvre femme ? C'est une énigme ...
- Mais pourquoi un corse a- t'il quitté son île pour cette ville sordide ? Ça , c'est un mystère !

(page 28)
Commenter  J’apprécie          40
Asile de beauté, rocher de mon enfance...
Montagne de désir, abîme de souffrance...
Berce-moi d'illusions jusqu'au prochain adieu.
Brûle, comme on brûlait, d'un impossible feu...
Commenter  J’apprécie          20
-Avez-vous une piste ?
-Une intuition
- Cruelle conseillère ! Elle feint de vous aider pour mieux vous perdre.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Tom Graffin (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tom Graffin
Ange Leca
autres livres classés : belle epoqueVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (140) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5222 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..