AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782848112541
604 pages
Editions des Falaises (11/09/2015)
3.55/5   64 notes
Résumé :
April, experte en mobilier ancien, est envoyée à Paris afin d’expertiser un appartement fermé depuis soixante-dix ans contenant mobilier, bijoux précieux et peintures d’une valeur inestimable, dont un remarquable portrait signé par le fameux portraitiste italien Giovanni Boldini. Cette femme magnifique, vêtue d’une somptueuse robe rose, s’appelle Marthe de Florian, propriétaire de l’appartement à la Belle Époque.

Intriguée, April commence à étudier le... >Voir plus
Que lire après L'appartement oubliéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 64 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
2 avis
April Vogt, experte américaine en mobilier classique est sollicitée par une maison de commissaires-priseurs parisiens pour établir l'inventaire d'une succession et plus particulièrement d'en faire l'expertise et la tâche s'avère immense puisque l'ensemble des nombreux meubles et objets sont restés protégés dans l'appartement depuis 1940. Jamais déplacés, ils sont recouverts d'une épaisse couche de poussière et ont été protégés de la lumière. Le problème principal est l'authentification des pièces de cette succession et plus particulièrement vérifier celle d'un tableau qui serait de Boldini, célèbre portraitiste de la Belle-Époque mais qui n'a jamais été répertorié ou exposé au public. Des documents datant de quelques années avant 1900 pour les plus anciens vont permettre de retracer l'histoire des objets au travers de la vie de leur propriétaire, Marthe de Florian,une demi-mondaine.

Ce roman commençait particulièrement bien, une héroïne contemporaine sympathique, experte en art, notamment en mobilier, qui enquête sur la vie d'une demi-mondaine et qui se bat pour imposer une vente particulière, elle a bien senti que cette succession devait raconter une histoire, celle des séductrices qui faisaient la mode et tournaient le tête des hommes. Et l'on apprend beaucoup sur la Belle Époque, la vie de ces femmes, la vie de bohème de certains artistes - j'ai découvert les peintres Boldini et surtout John Singer Sargent, un portraitiste américain hors pair - le travail des commissaires priseurs est également instructif. En revanche, et c'est le gros bémol de ce roman, la narratrice dévie rapidement sur la vie en détail de son héroïne April Vogt, en pleine déconfiture matrimoniale, sa romance parisienne vue par le prisme des clichés américains, champagne à tous les repas, recherches des sacs de marque (Ch..., Guc., Vuit..), l'appartement haussmannien of course, la fête du 14 juillet avec le bal des pompiers. A cela il faut ajouter ses problèmes de couple et d'histoire familiale assez lourde, avec des considérations hyper détaillées sur sa vie, c'est très délayé avec des dialogues souvent sans intérêt.
L'appartement oublié est un roman qui est tout de même intéressant mais cent pages de moins et un peu plus de concision n'aurait rien fait perdre (au contraire) à l'intrigue et il y a tout de même un petit parfum d'atelier d'écriture sur la forme...
Commenter  J’apprécie          200
Ce livre se lit très bien : je n'ai pas vu passer les 200-250 premières pages. J'étais totalement happée dans l'histoire, la narration est très bien menée, servie par un style très agréable, on est tenu en haleine à suivre les découvertes d'April Vogt et à en apprendre plus sur Marthe de Florian (enfin, selon le point de vue de l'autrice, et ce qu'elle a imaginé). La frontière entre le réel et la fiction est très trouble, et ça amène à se poser beaucoup de questions. Et puis, vers le milieu, le souffle est un peu retombé. J'ai été un peu moins emballée, je trouvais qu'il y avait des longueurs, quelques petites réflexions trop "gnangnans" ou reloues (niveau clichés sur les français, on est servi) qui m'ont embêtées, bref, ça manquait du pep's du début. Puis les 50 dernières pages, c'est à nouveau haletant, plein de suspens et de découvertes. L'histoire est, en elle-même, fascinante, puisque c'est basé sur un événement véridique : la découverte d'un appartement parisien empli d'oeuvres d'art, de magnifiques meubles, en parfait état, qui n'avait pas été ouvert depuis près de 60 ans. C'est incroyable ! Ça a dû être une expérience inoubliable pour les personnes qui ont eu la chance et l'honneur d'en faire la découverte et qui ont pu gérer l'estimation de l'origine et de la valeur des biens de cette demi-mondaine. J'ai très envie de me renseigner sur l'artiste phare du livre, Giovanni Boldini, sur la période de la Belle Epoque également. J'ai un livre De Balzac dans ma PAL qui s'intitule Splendeurs et misères des courtisanes, que j'ai très envie de sortir depuis ma lecture de ce livre!
Commenter  J’apprécie          20
April est experte en oeuvres d'art et est envoyée à Paris expertiser le contenu d'un appartement datant de la fin du XIXe siècle.
Ce livre nous parle de deux femmes, April trompée par son richissime mari et qui ne sait pas si elle doit lui pardonner, et Marthe, demi-mondaine de la Belle Époque. Par ce livre on plonge au coeur du quotidien des femmes parisiennes, et c'est passionnant. le style mériterait d'être un peu plus affiné, mais c'est largement compensé par les détails du récit, si croustillants qu'on aimerait en lire davantage. Une histoire originale qui mérite d'être lue.
Commenter  J’apprécie          60
Giovanni BOLDINI ... ce nom ne dit pas forcément grand chose, mais c'est l'un de mes peintres préférés. J'aime sa touche nerveuse, l'aura qu'il donne aux personnes sur ses tableaux. Je crois que le premier que j'ai apprécié chez lui, c'est celui consacré à Cléo de Mérode, danseuse et demi-mondaine (autre sujet qui me fascine aussi). Lors de ma dernière visite au Musée Jacquemart André, je suis tombée sur ce roman qui a comme point de départ, l'ouverture d'un appartement fermé depuis 70 ans et la découverte de mobiliers de grande valeur et d'un tableau non recensé de BOLDINI.
Cet appartement c'est celui d'une demi-mondaine, Marthe de Florian, jeune femme d'un milieu très classique et modeste, qui est devenue la muse et la maîtresse de nombreux hommes politiques réussissant ainsi à sortir de son milieu d'origine et à occuper une place certes non officielle, mais tout à fait surprenante dans la vie de son époque. Tous les biens de l'appartement ont fait l'objet d'une vente exceptionnelle à DROUOT, contée à la fin du livre.
L'auteur s'est amusée à croiser l'histoire d'une expert artistique américaine, April VOGT et de Marthe de Florian. Même si elle a pris de grandes libertés avec la vérité historique, c'est un roman qui se lit aisément et fort agréablement et ce qui est imaginé n'est pas si malvenu que cela. Un joli moment de lecture sur l'histoire familiale et ses traces dans nos vies ...
un lien pour découvrir l'appartement lors de son ouverture : https://sibylledefrance.wordpress.com/.../saturday-home.../
Commenter  J’apprécie          10
L'appartement de Marthe de Florian, cette demi-mondaine, qui y reçut le Tout-Paris de la fin du XIXe siècle, a été découvert intact lors d'une succession en… 2010. le roman de Michelle Gable en retrace l'incroyable histoire.

Quand April Vogt, experte en mobilier, apprend qu'un appartement fermé depuis soixante-dix ans vient d'être découvert à Paris, elle est loin de s'imaginer les richesses et les secrets qu'il renferme. Au milieu des nombreux trésors, April trouve le journal de Marthe de Florian, la très séduisante demi-mondaine qui y vécut en multipliant les amants.

Comprendre la tumulteuse histoire de cette femme libre conduit April à une véritable plongée au coeur du Paris des artistes et des hommes politiques de la Belle Époque.

Vraiment un roman que je conseille pour passer un agréable moment. On se retrouve dans cet appartement avec April et comme elle, on a hâte de lire son journal pour en savoir plus sur sa vie et sur tous les trésors accumulés dans son petit domaine.

On a du mal à s'imaginer la réaction et la stupeur des personnes qui ont eu la chance de découvrir ce lieu préservé pendant tant d'années.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
- Les demi-mondaines n'étaient pas de simples prostituées, protesta t-elle avant de boire une seconde gorgée de vin. Du temps de Marthe de Florian, il y avait bien sûr des filles qui faisaient le trottoir. on les appelait des "filles soumises". Au dessus, il y avait les grisettes, en général des femmes qui travaillaient dans la confection et qui arrondissaient leurs fins de mois. Au niveau supérieur, vous aviez les lorettes. Et pour finir, les demi-mondaines, une espèce à part.
- Mais néanmoins prostituées.
- Vous avez raison, techniquement parlant. Cependant, les demi-mondaines étaient très en vogue. Les femmes de la haute société copiaient leurs tenues et leurs coiffures, avec plus ou moins de mal à les suivre.
Commenter  J’apprécie          90
Assise sur une méridienne mauve, elle regardait loin derrière le peintre. Elle avait des cheveux bruns, mousseux, relevés si lâchement sur le cou qu'on ne pouvait pas à proprement parler d'un chignon. Elle portait une somptueuse robe rose et vaporeuse qui s'évasait autour de ses chevilles comme la queue d'une sirène. Comparés à tant de splendeurs, les rares bijoux qu'elle portait semblaient spartiates, mais son visage était d'une pure beauté.
- Elle est magnifique... tout simplement magnifique.
Commenter  J’apprécie          120
- C'est fascinant. Je suis ébloui par votre connaissance des prostituées.
- Les demi-mondaines, corrigea-t-elle en lui rendant son sourire. C'étaient des femmes fascinantes. Elles ne faisaient pas que vendre leur corps. Elles remplissaient un rôle social et avaient même des obligations professionnelles. Pour avoir droit au titre de "cocotte", il fallait avoir provoqué quatre duels, un suicide, et déniaisé au mois un puceau.
Commenter  J’apprécie          80

autres livres classés : belle epoqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Lecteurs (146) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3177 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}