AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205073577
184 pages
Éditeur : Dargaud (05/02/2016)
3.78/5   104 notes
Résumé :
L'histoire vraie du premier scientifique américain - d'origine française et naturalisé américain, entré au Panthéon national.

En 1810, John James Audubon s'embarque sur le Mississipi pour son premier voyage d'exploration. Le but de cet homme au destin tumultueux ? Découvrir et peindre tous les oiseaux du continent. Car J.J. Audubon est un excellent peintre, mais aussi un vrai aventurier, car il veut voir les animaux dans leur environnement pour mieux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 104 notes
5
6 avis
4
13 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
1 avis

ninosairosse
  07 décembre 2018
Pour faire le portrait d'un oiseau de Jacques Prévert
♫Peindre d'abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d'utile
pour l'oiseau
placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans une forêt
se cacher derrière l'arbre
sans rien dire
sans bouger ...
Parfois l'oiseau arrive vite
mais il peut aussi bien mettre de longues années
avant de se décider
Ne pas se décourager
attendre
attendre s'il le faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau
n'ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau
Quand l'oiseau arrive
s'il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l'oiseau entre dans la cage
et quand il est entré
fermer doucement la porte avec le pinceau
puis
effacer un à un tous les barreaux
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau
Faire ensuite le portrait de l'arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l'oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été
et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter
Si l'oiseau ne chante pas
c'est mauvais signe
signe que le tableau est mauvais
mais s'il chante c'est bon signe
signe que vous pouvez signer
Alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l'oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.♫
mis en musique pour Yves Montand-1978-
Que c'est bon, Ô du beau !
Audubon, peintre des oiseaux !
Une hirondelle fait son printemps
Il ne les peint qu'en mouvement...
Aventurier, explorateur et savant
précurseur en avance sur Mon temps
Un Français qui impose son Histoire aux U.S.A
Comme un oiseau blessé dans la nuit volera,
Il voulait partir avec vous
Tout au bout du ciel sur vos ailes
Les oiseaux des terres amères
Et mon cœur qui se perd
1851, Fée comme l'oiseau, il est tombé sans ailes...
à New York, loin de la Tour Eiffel.
Je ne sais pas
je ne sais plus
je suis perdu...
C'est arrivé un : 07 décembre.....2010
Un exemplaire de "Birds of América" s'est vendu
... 8.6 millions d'euros chez Sotheby's, à Londres.
Les 435 planches aquarellées des Oiseaux d'Amérique, un des livres les plus chers et des plus recherchés au monde
(p 179)
merci aux auteurs pour cet enseignement.
Ouvrage récompensé par le prix de la BD Géographique en 2016.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          745
Foxfire
  21 juin 2017
Je connaissais déjà Audubon avant de tomber sur cette B.D biographique. J'étais déjà béate d'admiration devant la beauté de ses planches ornithologiques. J'étais donc curieuse d'en savoir plus sur la vie de ce naturaliste aventurier.
Avec "sur les ailes du monde", Grolleau et Royer ne proposent pas une biographie classique. Les auteurs ne cherchent pas l'exhaustivité, ils ne racontent donc pas la vie d'Audubon de façon linéaire et chronologique. Ils préfèrent s'attarder sur des épisodes précis de la vie de l'ornithologue et s'autorisent même pas mal de liberté narrative, ayant recours à des passages oniriques, à de nombreuses ellipses, en inventant des anecdotes (le dialogue Audubon / Darwin) tout en faisant l'impasse sur certains aspects de la vie d'Audubon. Ce parti-pris permet à "sur les ailes du monde" de se lire avec une grande fluidité. Ce n'est jamais indigeste comme le sont parfois certaines biographies trop factuelles.
En s'intéressant à certains aspects précis de la vie d'Audubon, les auteurs abordent des thèmes très intéressants. Par exemple, le fait qu'aux Etats-Unis les planches étaient perçues comme artistiques et non scientifiques (alors qu'Audubon définissait son oeuvre comme un travail purement scientifique) permet de s'interroger sur les liens entre art et science. Un travail scientifique peut-il être beau ?
En revanche, sur le vieux continent, son travail a été immédiatement reconnu et il a trouvé sans mal les fonds nécessaires pour publier "les oiseaux d'Amérique".
A travers cette succession d'anecdotes, on découvre un homme passionné, au delà du raisonnable, qui va jusqu'à délaisser sa famille pour poursuivre son oeuvre.
Le dessin de Royer est réussi. Il a eu l'intelligence d'opter pour un dessin à l'opposé du trait très réaliste d'Audubon, la comparaison n'aurait peut-être pas été flatteuse. La mise en couleurs, assez rétro, est très bien faite et en adéquation avec le récit.
Moins de 200 pages pour narrer la vie si riche de ce scientifique aventurier, bien sûr c'est court, ça va très vite. Si on ne s'ennuie pas, on reste un peu sur sa faim, il reste beaucoup de zones d'ombres.
Mais globalement, cette B.D est une jolie réussite qui aura le mérite de mieux faire connaitre Audubon qui, s'il est très célèbre aux USA, reste ici très méconnu. Je vous invite d'ailleurs chaudement à admirer les oeuvres d'Audubon qui sont un régal pour les yeux et qui ont inspiré nombre de naturalistes venus après lui. La planche représentant les perruches de Caroline, une de ses plus connues, reste ma préférée, elle est tout simplement magnifique.
Challenge B.D 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
jamiK
  27 juin 2018
Cette biographie en bande dessinée du peintre ornithologique John James Audubon raconte la vie d'un passionné, le scénario insiste sur le côté aventurier et ajoute une pointe de fantastique. le dessin est assez brut, les couleurs naturelles et lumineuses, il ne se met pas en concurrence avec les réalisation d'Audubon. Les options choisies par les auteurs sont judicieuses et nous font entrer dans cet univers d'un point de vue totalement romantique et naturaliste, celui de l'homme de son temps face à la nature, avec quelques prises de conscience écologique, bien qu'Audubon doive tuer les oiseaux pour les peindre, il nous fait aussi entrer dans cette époque (première moitié du XIXe siècle au États-Unis), dans le monde scientifique d'alors, le contexte social et économique. À travers un belle histoire,
cette bande dessinée apporte une aura romantique à ce personnage, pourtant pas toujours sympathique. Pour moi, c'est une belle découverte.
Commenter  J’apprécie          280
gouelan
  30 janvier 2017
De belles planches colorées dans les tons bruns pour raconter les aventures d'un homme amoureux de la nature, bien que pour dessiner les oiseaux d'Amérique, il fasse de véritables carnages.
Audubon est un passionné et il en oublie sa famille, lorsqu'il vole après ses oiseaux, sur les ailes du monde, comme un oiseau qu'on ne pourrait tenir en cage.
Il a hâte de saisir la beauté de ces milliers d'oiseaux, de noter leurs caractéristiques, de comprendre le mystère des migrations, dans ces contrées encore sauvages de l'Amérique encore naissante, avant que certains disparaissent à tout jamais.
Rencontre avec les Indiens qui tentent de survivre, ou avec des esclaves en fugue, dans des lieux qui semblent ceux des tous premiers instants du monde, avant que l'homme détruise peu à peu ces forêts.
Peintre ornithologique de talent, aventurier, considéré comme l'un des pères fondateurs de l'écologie américaine, Audubon est cependant un chasseur redoutable.
« Aux États-Unis, John James Audubon est le seul français aussi connu que La Fayette. En France, il est quasiment inconnu. »
Il publie en 1842 une édition populaire des Oiseaux d'Amérique qui connaît un vif succès.
On en apprend un peu plus sur lui à la fin de cette BD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
musaraneus
  26 juin 2019
De très belles planches, magnifiquement mises en couleurs, pour conter les aventures de Jean Jacques Audubon, le célèbre naturaliste.
Inspirée de ces écrits, l'histoire de ses recherches ornithologiques (plusieurs années passées à traquer et à dessiner les milliers d'oiseaux que compte l'Amérique), défile au grée du courant du Mississippi, dans les marais de Louisiane ou au milieu d'une nuée d'oiseaux migrateurs... Quelques reproductions de ses oeuvres viennent illustrer ce voyage en fin d'ouvrage.
J'ai pris plaisir à découvrir des détails méconnus de la vie d'Audubon, sa passion pour les oiseaux (et pour la chasse malheureusement...) son amour des grands espaces.
Un roman beau graphique
Commenter  J’apprécie          181


critiques presse (5)
BDGest   29 mars 2016
Si Birds of America constitue un monument de l'iconographie ornithologique et l’œuvre de toute une vie, celle-ci se résume-t-elle seulement à 435 planches fussent-elle superbes ? Reste cependant une histoire hors du commun.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan   25 mars 2016
Après avoir lu l'album, profité d'une formidable leçon d'histoire, voyagé dans les pas du peintre et pris un grand bol d'air grâce à ces chers oiseaux, on n'a plus qu'une envie, en savoir plus en découvrant ses écrits.
Lire la critique sur le site : Auracan
BoDoi   22 mars 2016
Une lecture agréable et instructive, qui permet la (re)découverte d’un personnage très romanesque.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   16 février 2016
Un magnifique album qui nous permet de découvrir l’homme Français le plus connu aux États-Unis après La Fayette. Un magnifique roman graphique à mettre entre toutes les mains.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   11 février 2016
Une très belle histoire d'hommes, une belle aventure et un récit qui nous en apprend davantage sur un pan de l'histoire des Etats-Unis.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
NievaNieva   12 mai 2016
— Une lettre pour vous, de votre mari je présume. Tout va comme vous voulez ? Où en est-il de ses aventures ?
— Il approche de la Louisiane. Ils ont subi une grosse tempête apparemment, tout va bien, mais ils ont été immobilisés un moment. John James en a profité pour passer beaucoup de temps dans les bois alentour à prélever des spécimens. Tenez, Mrs Percy, il m'envoie ces quelques dessins.
— Hum, l'homme a du talent, pour sûr... Quand rentre-t-il ? Écoutez, Lucy, je vous apprécie beaucoup et les enfants d'autant plus. Ils progressent comme jamais. Cela va de soi que je souhaite vous garder auprès de nous le plus longtemps possible. J'estime toutefois qu'un homme marié doit vivre auprès de sa femme et de ses enfants.
— Il rentrera quand il aura fini de dessiner les oiseaux d'Amérique, madame.
— Quels oiseaux d'Amérique ?
— Tous, madame.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
gouelangouelan   30 janvier 2017
Jean Audubon naît à Haïti en 1785... [...]
Il passe son enfance à Nantes, ses vacances dans la villa familiale de la Gerbetière à Couëron, près de Nantes.

Dans les marais, qui portent aujourd'hui son nom, il apprend la nature à l'école buissonnière.
Commenter  J’apprécie          200
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   19 août 2016
- Écoutez, Lucy, je vous apprécie beaucoup et les enfants d’autant plus. Ils progressent comme jamais. Cela va de soi que je souhaite vous garder auprès de nous le plus longtemps possible. J’estime toutefois qu’un homme marié doit vivre auprès de sa femme et de ses enfants.
- Il rentrera quand il aura fini de dessiner les oiseaux d’Amérique, Madame.
- Quels oiseaux d’Amérique ?
- Tous, Madame.
- Tous
- Mon Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
tamara29tamara29   28 juillet 2017
Nous devons peindre ces oiseaux maintenant, alors qu'ils vivent par milliers dans leur écrin des premiers jours du monde car, je le crains, bientôt il sera trop tard.
Commenter  J’apprécie          120
BibliotekanaBibliotekana   27 juillet 2016
Un oiseau est un être vivant, pas une simple matière morte ! Oui je représente mon faucon piaillant, hurlant, fouillant les entrailles encore chaudes du canard ! Dévorant sa chair, le bec ensanglanté ! Oui ! Oui ! Oui ! Mais parce que c'est ça la vie ! Observer les moeurs, les modes de vie du faucon, et les représenter dans son état de nature ! Oui, mon cher Wilson, voilà comment, moi, je vois le dessin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Fabien Grolleau (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Grolleau
LES COUPS DE COEURS GLENAT DES LIBRAIRES
autres livres classés : ornithologieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..