AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 233006392X
Éditeur : Actes Sud (02/03/2016)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 117 notes)
Résumé :
Gabriel accompagne sa mère embauchée pour l'été comme domestique dans la haute bourgeoisie. Solitaire, passionné de nature et d'ornithologie, le jeune homme compte passer ses journées et ses nuits à arpenter les marais et les kilomètres de landes, au plus près de la faune. Pourtant, dès son arrivée, il se sent mal à l'aise et angoissé. Le décorum et l'atmosphère figée de la demeure déclenchent chez lui des pulsions incontrôlables de colère, désir, jalousie. Et quand... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
Soleney
  14 mars 2016
Ce roman m'a laissé une drôle d'impression… L'ambiance, les personnages, le lieu, tout a un côté malsain, et ça m'a rebutée. D'un autre côté, cette atmosphère est la preuve que l'auteure a su transmettre le ressenti de son personnage principal – et donc, il faudrait qualifier cela de réussite. Mais je ne sais pas, c'est quand même un roman jeunesse destiné aux ados, et il y a des passages vraiment déroutants qui m'ont mise mal à l'aise.
Pour commencer, le comte et la comtesse sont présentés sous leur plus mauvais jour : dès sa première apparition, Madame de la Guillardière pousse des hurlements de goret parce qu'il y a un oiseau dans la maison, et juste après sa crise elle se permet de traiter avec hauteur le personnel ainsi que Gabriel (qui ont résolu son problème) ; et Monsieur le comte apparaît très vite comme un pervers. Les scènes suivantes ne font que confirmer cette première impression, et le plus ironique, c'est que malgré cela, ils ont systématiquement l'air de gens bien sous tous rapports.
J'ai trouvé ces personnages particulièrement caricaturaux. Ils sonnent leurs domestiques, ils sont froids et hautains comme s'ils ne s'estimaient pas du même monde, ils ont des amis importants, ils sont riches à millions, ils vivent dans une autre époque parce que le passé leur paraît avoir plus de valeur, ils sont catholiques pratiquants… Tous les clichés sont réunis. Je sais bien qu'il y a des gens comme ça dans la noblesse, mais ce n'est pas la majorité. La plupart vivent dans un château en ruine (quand ils en ont encore un), certains ne sont plus pratiquants, et presque personne n'a de domestique.
Jo Witek s'applique à aligner les idées reçues pour les rendre antipathiques, et pourtant elle a oublié la plus capitale : le blason. le symbole même de la famille et de son histoire, la fierté de toute maison noble, et elle n'en fait aucune mention. M. le comte ne fait d'ailleurs pas une seule fois allusion à l'histoire de la famille devant ses petits-enfants. Selon moi, ce cliché aurait pu être le plus important de tous parce qu'il est vrai. Je suis issue de ce milieu, et toutes les personnes que j'y ai croisé ont leurs armoiries quelque part : sur une chevalière, sur des archives, en tableau, dans un document… Avec tout le fric que les La Guillardière possèdent, Madame la comtesse n'a même pas de chevalière ? Mais c'est terrible ! Cela ne doit lui servir à rien de relever le petit doigt quand elle boit son thé.
Il est toutefois possible qu'ils ne soient pas issus de la noblesse d'épée, mais de robe (juste ciel !), voire que leur anoblissement soit tellement récent qu'ils n'ont pas d'histoire à proprement parler… Mais c'est dommage que l'auteure n'ait pas abordé ces sujets. Au vu de la personnalité des hôtes de Gabriel, ils auraient adoré faire étalage de leur histoire familiale.
À côté de cette génération un peu pète-sec, il y a les petits-enfants. Et (malheureusement), le comportement que leur prête l'auteure est très juste. Ils ont le fric, ils ont de l'espace, ils ont des libertés. Logiquement, ils essayent d'en avoir encore plus, de braver les interdits (boire de l'alcool, se saouler chez les grands-parents, coucher à droite et à gauche…). Gabriel n'est pas comme eux et ressent un profond fossé entre leur monde et le sien. Mais que lui importerait, à lui qui est si solitaire, qui a tant de mal à se mêler aux gens de son âge, s'il n'y avait Éléonore ? Son problème, c'est qu'il éprouve le puissant besoin de se rapprocher d'elle. Et c'est là que le bât blesse : il ne peut pas. Son coeur crie à l'injustice de ne pas être comme eux, il est frustré, il essaye d'aller à l'encontre de sa nature, mais il n'y parvient pas.
Jo Witek met beaucoup en avant la notion de hiérarchie qui a lieu dans ce château, et ça favorise l'étrangeté de l'ambiance du Domaine. le héros se fait souvent servir par sa mère, Florine, qui n'est que domestique, et cette situation est très inconfortable pour lui. Il se retrouve à un grade supérieur au sien parce qu'il est un invité de la maison, alors même qu'il est venu avec elle pour la soutenir… Cette situation est très ambiguë et dérangeante.
En revanche, il y a quelque chose que je ne m'explique pas. Pour quelle raison le héros se trouve-t-il mal dans les forêts du domaine ? Lui qui aime le calme, les plantes et les oiseaux, qui a déjà dormi dehors à plusieurs reprises pour étudier l'environnement, l'auteure n'a même pas pris la peine de donner une raison à son malaise. Il entend certes une présence (qui n'est pas due à son imagination) et cela l'inquiète, mais elle n'est pas systématiquement là. Il y a autre chose.
Je crois aussi que Gabriel psychote beaucoup, dans cette maison. Ce n'est pas parce que M. de la Guillardière surnomme Kun-Thea « Thea » qu'il la rabaisse forcément ou s'efforce de l'occidentaliser malgré elle. Ce n'est pas parce que sa jupe remonte quand elle pousse son fauteuil roulant qu'il a fait exprès de lui choisir cette tenue – mais enfin, elle POUSSE son fauteuil, comment pourrait-il voir ses fesses ? le seul qui le remarque, c'est Gabriel – même les petits-enfants n'y font pas allusion une seule fois. D'ailleurs, j'ai trouvé que c'était son attitude à lui qui était la plus rédhibitoire : qui espionne les autres à l'aide de jumelles ? Qui prend des notes sur les activités de la maison heure par heure ? Qui fantasme sur Éléonore ?
Mais c'est peut-être justement ce que voulait l'auteure : qu'on ne sache pas qui est la source de cette ambiance pesante. Les La Guillardière ont certes des défauts, mais le comportement de Gabriel est également répréhensible.
La fin est très frustrante. Tout s'achève en queue de poisson ; et en refermant le livre, je n'ai pas trop su quoi penser de cette lecture. Est-ce que j'ai aimé ? Est-ce que j'ai détesté ? Ni l'un ni l'autre. Ce roman se range pour moi dans les inclassables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
coquinnette1974
  06 juillet 2018
J'ai emprunté le domaine, de Jo Witek, à la bibliothèque.
Gabriel accompagne au Domaine sa mère, embauchée pour l'été comme domestique dans la haute bourgeoisie.
Solitaire, passionné de nature et d'ornithologie, le jeune homme compte passer ses journées et ses nuits à arpenter les marais et les kilomètres de landes, au plus près de la faune.
Mais à son arrivée au domaine, il se sent nerveux, épié, son caractère change brusquement..
Et les choses ne vont pas s'arranger avec les petits enfants des propriétaires du domaine..
Surtout que parmi eux débarque la belle et inaccessible Éléonore, que Gabriel préfère observer à la place des oiseaux..
Très vite, le jeune homme ne maîtrise plus rien....
J'aime beaucoup les romans de cette auteure mais là je suis un peu moins convaincue que d'habitude.
Le domaine est un livre qui m'a mis mal à l'aise, le climat est vraiment malsain par moment.
Gabriel est un jeune homme bien sous tout rapport, son papa est décédé mais jamais il n'a causé le moindre souci à sa maman jusqu'à leur arrivée au Domaine.
Là le jeune homme devient parfois incontrôlable, on sent bien qu'il y a un malaise.
Et puis les pages passent plus ce malaise est très très persistant.
Du coup, j'ai trouvé cette lecture parfois difficile car j'avais peur de ce qui allait arriver et de comment les choses allaient tourner.
J'appréhendais le dénouement.. et la fin !
Je n'ai pas été déçue mais je trouve que pour un roman pour adolescents l'auteure y va un peu fort.
Après, ça peut faire réfléchir les ados et c'est une bonne lecture, surprenante pour moi car j'avoue que je ne m'attendait pas à ça.
Toutefois, c'est un roman que je recommande, ça peut permettre d'ouvrir le dialogue avec ses enfants ou ses élèves, car ça pourrait être étudier en classe au collège sans problème.
Je mets un joli trois étoiles et demie :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ClassBook
  22 novembre 2016
Résumé :
Un été Rosine une jeune mère est employée dans un grand domaine entouré de landes . Son fils Gabriel ne voulant pas la laisser y aller seule , l'accompagne dans ce monde inconnu. Lors de ce séjour, Gabriel un jeune passionné d'ornithologie et amoureux de la nature rencontre la belle Eléonore, petite fille de la comtesse. Entre passion dévorante et une découverte de lui-même, qu'adviendra t-il du jeune homme ? Jusqu'où ira-t-il pour se faire désirer de la belle ? Finalement pourra t-il survivre à un amour si destructeur… ?
Ma critique :
Ce livre est divisé en trois parties bien distinctes, la première partie se nomme "observation". Cette partie explique l'intégration du jeune Gabriel , ses sentiments , ses impressions sur cette famille attachée à ses valeurs de famille richissime. J'ai trouvé cette partie fade et sans suspense. Quand à la seconde partie "Des espèces", elle est intrigante effectivement, elle nous détaille la déroute du jeune homme après l'arrivée de Eléonore. Pour ma part, cette partie m'a beaucoup plu de par la façon dont l'auteur nous montre sa vision de l'amour et de l'adolescence par le biais de Gabriel. Un passage de cette partie m'a notamment marquée, cela nous démontre pleinement les ravages de l'amour, ses doutes . C'est comme une maladie dont l'on ne peut guérir. Mais surtout cela montre que l'amour entraîne une folie incontrôlable comme un manque qui nous marque, nous lecteurs, car ceci nous fait penser à un pervers, un fou à lier, voire un psychopathe. Ceci rend ce personnage effrayant mais à la fois attachant .
Enfin la troisième partie s'appelle "En voie d'extinction". Ici, nous atterrissons dans une sorte d'histoire d'un tout autre genre, nous sommes perdu entre réel et irréel et il est dur de distinguer l'un de l'autre. Effectivement dans cette dernière partie, nous nous retrouvons dans une sorte d'enquête , un thriller palpitant rempli de rebondissements. Bien sûr les personnages restent les mêmes, malgré une grande surprise
Je conseille vivement ce livre, il est fascinant , palpitant mais surtout déroutant.
Laura
*************************************
Un livre qui détruit les clichés





Comme tous les dimanches, Amandana, une jeune trentenaire se rend à l'habituel repas de famille organisé par sa grande sœur, Mado. L'ambiance à table est plus glaciale que d'habitude. Sa nièce, Eva-Paola, une petite fille de onze ans est née dans l'unique but de faire oublier l'existence de son frère aîné,Tom. Au moment du repas la petite Eva-Paola n'a pas pu s'empêcher de dire que son grand frère a embrassé un autre garçon à l'école. La situation dans laquelle se trouve son neveu lui rappelle ses quinze ans, le moment où '' sa vie à continué d'avancer sans [elle]''. Elle décide donc de lui écrire son histoire. Amandana a vécu dans un lavomatique avec son père, sa mère et sa sœur. Contrairement à sa sœur, Amandana adorait passé par le lavomatique pour sentir l'odeur du linge, de la lessive, de la vapeur du fer à repaser, … . Un jour, alors qu'elle était seule dans sa chambre, sa mère la trouve à moitié nue, portant un pantalon d'homme en flanelle et une cravatte de soie. Ces vêtements, elle les avait volé aux clients les avant oublié au fond des tambours. Sa mère l'obligea a rendre ses vêtements. Le lendemain, elle se rend au collège et à la sortie elle se dirigea vers l'appertement où vivait le propriétaire des habits. Elle rencontra Marc et Jérôme, un couple homosexuel qui deviendra en quelque sorte sa deuxième famille. Ils riaient avec elle et lui apportaient ce que sa famille ne lui apportaient pas. À l'école, Amandana joue le rôle principal d'une pièce de théâtre avec Marie-Line, une fille de sa classe pour laquelle elle va très vite avoir des sentiments … .


Marion MULLER-COLLARD, l'auteure de ce livre est une marseillaise née en 1978. Elle nous raconte à travers la vie d'Amandana une histoire qui concerne beaucoup de personnes de nos jours. L'auteure n'utilise pas de language soutenu, certainement pour rendre le livre accessible aux adultes comme au plus jeunes. J'ai bien aimé la façon dont elle raconte l'histoire. À partir de ce repas de famille, Amandana fait un retour en arrière sur sa vie, sur son enfance, sur son passé, … . Dans ce livre, Marion MULLER-COLLARD veut peut-être dénoncer les personnes qui sont contre l'homosexualité et leur faire comprendre que tout le monde est pareil et qu'il faut accepter les personnes commes elles sont.


Ce livre m'a vraiment plu. L'auteure raconte l'histoire d'Amandana avec émotion. Dans ''Bouche cousue'' Marion MULLER-COLLARD veut faire réagir les personnes qui sont dans la situation d'Amandana. Elle veut leur faire comprendre qu'il faut assumer qui ils sont et qu'il ne faut pas avoir honte ou bien avoir peur du jugement des autres.
Le passage ''Marc et Jérôme étaient devenus ma vraie famille. [ … ] C'est avec eux que j'ai découvert le rire. Dans ma famille nous ne riions pas'' m'a marqué car on voit qu'Amandana n'est pas heureuse dans sa famille et donc elle se voit obligée de combler ce manque en allant chez Marc et Jérôme. Ce passage montre bien à quel point Amandana est triste.
Davina

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Readsofast
  30 novembre 2016
C'est un bon livre car il explique comment un simple regard peut se transformer en amour, comment Gabriel va séduire Éléonore, lui qui est si simple et sauvage, va-t-elle accepter son amour, elle qui est si élégante et distinguée.
Le livre explique comment on peut changer par amour et faire des choses insolites, je vous le recommande car même nous pouvons faire ces choix.
Manon.l

J'ai beaucoup apprécié ce livre qui contient beaucoup de suspense et d'amour, on peut beaucoup s'identifier à Gabriel, qui veut séduire Éléonore. Ce livre nous montre que en un seul regard nous pouvons tomber amoureux. L'ambiance est tout de même angoissante du fait que Gabriel est quelqu'un de très solitaire.
Romain.V
J'ai adoré ce livre qui mélange le suspense, l'amour et la peur. Nous suivons Gabriel, un garçon passionné d'ornithologie,qui accompagne sa mère dans le cadre de son travail. L'ambiance qui règne est angoissante, Gabriel est atypique, il observe les gens, c'est un loup solitaire et il n'aime pas du tout rester avec des jeunes de son âge. Mais son état d'esprit va changer à l'arrivée d’Éléonore la petite fille des propriétaires. Il tombera pour la première fois amoureux et sera prêt à tout pour la moindre minute d'attention d’Éléonore. Je conseille vivement ce livre!
Lilou
pour son été, Gabriel et sa mère Florine partent pour le château du Comte et de la Comtesse de la Guillardère où Florine a été engagé comme assistante cuisinière. Là-bas Gabriel rencontre Vincent le jardinier et grand passionné de nature comme lui. Au château, Gabriel ne se sent pas à l'aise et veut partir le plus loin possible d'ici mais il reste pour sa mère. Même les hectares de forêt de la propriété ne l'aide pas à se calmer jusqu'à l'arrivée des petits enfants du Comte et de la Comtesse. Eleonore ne le laisse pas indifférent mais son amour pour elle s'amplifie chaque jour. Pour attirer son attention il va accompagner Eleonore et ses cousins Gregoire, Adrien, Auguste et Estelle dans leurs activités, aussi bien à la sortie canoë qu'à leur fête improvisée et surtout interdite. Mais malgré ses efforts, Eleonore ne le regarde toujours pas. Gabriel, toujours plus fou amoureux, sombre dans une sorte de folie et d'obsession pour cette fille.
Ce livre m'a beaucoup perturbé. Le fait que l'auteur joue avec l'amour innocent, l'obsession et la folie est plutôt déroutant. Ca crée une sorte de crescendo. Ce qui est frustrant c'est le comportement de Gabriel face à Eleonore, on a envie de la secouer pour le réveiller et lui dire de passer à autre chose car quand il va prendre conscience de la cruelle réalité de l'amour à sens unique, il va en souffrir. La fin représente d’ailleurs cette folie qui atteint son paroxysme après s'être lentement installé au fil des pages. On est triste pour Gabriel mais à 16 ans on se demande comment il n'a pas pu réagir plus vite contre son désir. Ce livre représente aussi bien les sentiments à l'adolescence, en jouant avec l'excès des désirs, des sentiments, émotions et certains comportements dans des passages
Chloé

Quel livre ! L'histoire d'un jeune homme, Gabriel passionné par le monde des oiseaux. Ce garçon se trouve plongé dans le monde de l'aristocratie, qu'il ne connaît pas, un monde qui n'est pas le sien. Comment trouvé sa place au milieu de personnes si différentes de lui ? C'est ce que se demande Gabriel, surtout quand ce dernier tombe sous le charme de la belle Éléonore, petit fille de la Comtesse. S’intéresser à elle est dangereux lui dit-on, mais Gabriel plonge dans la joie, et les doutes que lui apportent cette amour naissant. Mais où va le mener tout cela ?
J'ai été littéralement transportée par ce roman. un dénouement surprenant. L'auteur Jo witek nous emmène dans l'histoire de son personnage, et nous surprend avec la construction de ce roman. En effet les 200 premières pages nous racontent le séjour de Gabriel au domaine. Jusqu'à l'intrigue où nous sommes entraînés dans une chute libre , tout s'accélère. Sarah T
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CL-ENIMIE
  29 mars 2017
ÉTAGÈRE BABELIO
COTE: R WIT

Gabriel est un jeune homme très solitaire qui adore observer les oiseaux. Sa mère trouve un emploi estival dans un grand domaine pour pouvoir payer les études de son fils. Celui ci décide de l'accompagner pour la soutenir et pouvoir observer de nouvelles espèces. A son arrivée, il déteste déjà ses hôtes. "Non mais c'est vrai, pour qui se prennent-ils?"
Ceux ci lui apprennent l'arrivée de leurs petits-enfants, qui, justement, doivent avoir à peu près son âge...
Le souci, c'est que Gabriel n'est pas vraiment doué pour se faire des amis... Et encore moins pour sortir avec des filles! Alors, quand il tombe éperdument amoureux d'Éléonore, il ne sait pas trop comment s'y prendre... Mais il est doué pour observer et compte bien s'aider de cette faculté...
Mon avis:
J'ai bien aimé ce livre car la façon dont l'auteure voit l'amour est très violente et dévastatrice. Cela change des histoires d'amour très, voir trop romantiques habituelles! Ce roman nous montre une nouvelle facette de celui ci. Il n'empêche qu'il y a un petit peu du conte de fée dans cette histoire: le coup de foudre à la première rencontre, l'amour fou...
J'ai aussi été amusée par la façon dont Gabriel essaie d'impressionner la belle Éléonore... et par la manière dont elle ne manque pas de lui clouer le bec! Ce qui est mignon, dans toute cette histoire, c'est que quoi qu'elle dise ou quoi qu'elle fasse, le jeune homme n'en est que plus amoureux. Et cette espèce d'inaccessibilité qu'à Éléonore pour Gabriel me touche particulièrement.
La dernière partie du livre est, je trouve, un petit peu plus compliquée à comprendre; et elle change complètement du reste du livre. Elle m'a un peu (un tout petit peu!) moins plu. Elle fait plus "enquête" que les autres parties, même si elles sont elles aussi mouvementées. Mais -cette partie mise à part- cet excellent livre reste tout à fait compréhensible.
Je ne pense pas qu'il convienne à tous lecteurs, mais si, tout comme moi, vous aimez les choses surprenantes, pensez à ce superbe roman!
Anaïs (4e)

Gabriel est un adolescent de 16 ans assez original car il n'aime pas vraiment la technologie, les réseaux sociaux ou les portables. Sa passion à lui est l’ornithologie: observer la nature, les animaux et les insectes ( en particulier les oiseaux).
Pour ses vacances d'été, le jeune homme part dans un domaine où sa mère a trouvé un emploi comme domestique. Il va y faire la connaissance d'Éléonore, la petite fille des propriétaires, dont il va tomber follement amoureux. Ne sachant pas comment l'approcher, le jeune homme va alors se lancer dans de dangereuses activités en espionnant les gens du domaine. Jusqu'où l’adolescent est-il capable d'aller pour plaire à l'inaccessible Éléonore?
Mon avis:
J'ai vraiment apprécié ce livre mais j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire au début.
Les premiers chapitres tournent énormément en rond et Éléonore n'est toujours pas arrivée à la page 150! Ce début m'a d’ailleurs beaucoup freiné dans ma lecture. Heureusement dès l'arrivée de la jeune fille, l'auteur nous accroche au livre et on ne peut plus partir sans connaitre la fin ! Le suspens est tellement bien conservé qu'il était dur de stopper ma lecture. Je ne m'attendais absolument pas à ce que j'ai découvert en terminant les dernières pages et je suis donc vraiment fan de la façon dont se termine ce roman !
Les personnages sont attachants car on peut se retrouver dans leurs caractères, étant tous assez différents et éprouvant des sentiments qui nous sont familier. Je me suis beaucoup attachée à Gabriel; car même si on peut trouver certains aspects de sa personnalité " étranges", c'est un garçon pour qui je me suis prise d'affection dès le début: c'est un solitaire qui a du mal avec les gens même quand il essaye et on veut l'aider à se sentir mieux.
L'auteur aborde aussi certains sujets actuels comme la drogue, les jeux d'argents, le sexe, les moqueries, la différence...
Un très bon livre à suspens que je conseille malgré un début trop lent.
Apolline (4e)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Ricochet   28 avril 2016
Jo Witek prend son temps pour soigner le décor et créer une ambiance où le malaise grandit au fil des pages.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
letilleulletilleul   03 mars 2016
“Elle n’est pas pour toi, Gabriel. Oublie. Cette fille n’est pas à ta portée. C’est une héroïne de roman, une diva, une princesse moderne. D’ailleurs, elle ne te regarde pas. Son indifférence n’est pas une posture, tu t’es trompé. C’est juste qu’elle ne te voit pas et ne te verra jamais. C’est normal. Dans l’ordre des choses. Quelle fille aimerait un mec de seize ans qui passe son temps à regarder les oiseaux ? À lire ? Qui se lève à cinq heures du matin et préfère passer la nuit à écouter coasser les rainettes que de s’agiter sur les dancefloor branchés ? Quelle fille aimerait le fils de la domestique ? Pas elle, en tout cas. Pas Éléonore de La Guillardière. Oublie. Et puis, elle t’a vu à poil, alors, c’est mort.
Pourtant, même s’il n’y croyait pas, Gabriel sentit dès les applaudissements que son été venait de basculer.
Désormais, son désir l’attachait au domaine.
Désormais, il n’avait d’yeux que pour elle.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KeyraKeyra   30 avril 2016
P. 121 Les émotions de Gabriel après avoir vu Éléonore pour la première fois :

À la vue de la jeune fille, il avait perdu tous ses repères, accostant sur une terre étrangère. Cette fois pourtant, il ne ressentit ni malaise ni sensation d'étouffement. Au contraire. Il avait un appétit démesuré, une curiosité d'explorateur. Cette fois, il avait envie de se laisser griser par ce pays inconnu. Il avait envie de découvrir ses contours, ses mystères, de respirer ses doutes, ses angoisses, de se rouler dans ses joies. Il voulait apprendre cette langue étrangère. Celle d'Éléonore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cambobcambob   11 décembre 2016
Gabriel pédala comme un dingue sous une pluie diluvienne, les éclairs pétaradant partout autour de lui, derrière, devant. Des torrents de flotte dans les yeux. Un bon trip. Ce genre de plan que peu de gens de son âge pouvaient apprécier. Des éclairs déchirant l'azur, des tambours wagnériens, des arbres pliant sous le vent comme des morts-vivants, un paysage en noir et blanc. Traverser la tempête sans autre choix que de pédaler, pédaler les yeux trempés, le corps en sueur et en pluie, s'enfoncer dans cette nature déchaînée en pensant à l'arrivée. À la survie. Pédaler sans répit, et imaginer la petite lumière au loin, surgissant des abîmes. Celle des cuisines de contes de fées. Celle du chez-soi, et d'une mère inquiète qui te serre dans ses bras et te fait couler un bain fumant. Il ne sentait plus ni ses cuisses ne ses ses mains, il n'avait plus de corps ni de pensées, plus de peur non plus, sa volonté avait gagné. Des sensations à la hauteur de ses houles nocturnes qui le terrifiaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ctrl_CCtrl_C   12 février 2017
- J'ai l'impression qu'elle ne me voit pas, avoua Gabriel. Elle m'a complètement ignoré hier soir...
- Quand une fille te snobe, c'est pas forcément mauvais signe. Mais si tu veux un conseil, laisse tomber. Cette gamine va te rendre dingue.
Gabriel releva la tête en sa direction.
- Trop tard.
Commenter  J’apprécie          30
TakalirsaTakalirsa   21 décembre 2016
Dans la nature comme dans le monde des hommes, il fallait survivre. Apprendre à s'en sortir, qu'on soit une fleur, une liane, un arbre de trente mètres ou un garçon de seize ans. Et la force physique comme l'intelligence n'étaient pas forcément des atouts.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jo Witek (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jo Witek
Une journée de dédicaces, de rencontres et d'animations à l'occasion du festival Livres à vous, au Grand Angle à Voiron (Pays Voironnais). Avec comme invités d'honneur : Pierre Péju, Jo Witek et Rémi Courgeon !
autres livres classés : ornithologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

QUIZ sur le domaine de Jo Witek

Quel est le genre de ce livre?

Roman
Poésie
Bande dessiné

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Le domaine de Jo WitekCréer un quiz sur ce livre
.. ..