AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782221251591
368 pages
Robert Laffont (07/04/2022)
4.15/5   10 notes
Résumé :
Derrière le mythe, l'enfer...
Le dernier volet de la trilogie noire azur de Patrice Guirao.

Dans une chaleur moite… Chez elles, les journalistes Lilith et Maema tombent nez à nez avec un enfant tétanisé. Son poignet saigne. Apeuré et mutique, le jeune garçon finit par les conduire jusqu’à un squat isolé au fin fond d’une vallée. Elles y découvrent sous une bâche les cadavres mutilés d’un couple. Et un univers insoupçonnable…
De l’enivran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
lalalalivres
  08 août 2022
Sans être aussi exceptionnel que les deux premiers que j'ai vraiment adoré, ce troisième tome est une excellente suite, plus engagée et virulente politiquement. En effet, l'auteur utilise les réflexions de ses personnages pour souligner les dégâts sociaux et économiques de la pandémie (désignée par "la Maladie" dans le roman) sur la société tahitienne.
Ses deux héroïnes, Maema et Lilith, sont toujours aussi complices malgré l'épreuve traversée. Leur duo fonctionne très bien, car leurs caractères s'équilibrent. A la fois fortes et fragiles, elles se lancent dans une enquête complètement dingue mais bien menée et crédible, avec des situations glauques et sinistres qui font honneur au genre noir azur.
En effet, passez votre chemin si vous croyez retrouver ici cocotiers, vahinés, mer bleue pure et fleurs de tiaré : ils servent tout juste de décor, supplantés par la triste réalité d'îles en perdition à plusieurs niveaux (économique, social, politique, culturel...).
C'est cependant ce qui me plaît le plus dans cette série de Patrice Guirao : le contraste entre le cliché que nous avons de Tahiti et la vérité de l'île, peu glorieuse.
La fin laisse augurer d'une suite dont j'espère qu'elle paraîtra rapidement car je n'ai qu'une hâte : continuer à suivre Lilith et Maema et savoir ce qu'elles vont devenir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Amnezik666
  28 avril 2022
Avec sa trilogie noire azure, Patrice Guirao vous invite à découvrir la Polynésie Française en allant au-delà des décors de cartes postales ; et il le fait fichtrement bien, même si le voyage n'est pas toujours de tout repos (et même souvent éprouvant). Prêt pour l'embarquement ? Suivez le guide.
C'est une réalité encore plus noire que nous découvrons avec ce troisième opus puisque l'épidémie de Covid est passé par là et n'a pas épargné la Polynésie. Sur une population totale de 281 000 habitants, 72 678 cas positifs ont été signalés et 648 décès.
C'est d'ailleurs cette même pandémie qui fait que le présent roman, initialement annoncé pour 2021, a été publié avec un an de retard. Entre temps le titre aussi a changé, Tiaré Noir est devenu Rivage Obscur.
Après une escale mouvementée aux Tuamotu (Les Disparus de Pukatapu), Lilith et Maema sont de retour à Tahiti. Alors qu'elles profitent du bord de mer chez Maema, un bruit venant de l'intérieur du faré les tire de leur causerie. À l'intérieur, elles se retrouvent nez à nez avec un jeune garçon, blessé à une main. Une rencontre qui les plongera au coeur de la face la plus sombre de la Polynésie.
Même si ce roman peut se lire indépendamment des précédents, je ne saurai que vous conseiller de les lire dans l'ordre. D'une part c'est la meilleure façon d'aborder les personnages, mais c'est aussi et surtout l'unique façon de comprendre pleinement l'impact du Covid sur la vie de l'archipel.
Chères lectrices du Bûcher de Moorea (le premier opus de la trilogie), j'ai une bonne nouvelle pour vous. le beau Kae est de retour sur le devant de la scène… dans la limite de l'espace que veulent bien lui laisser Lilith et Maema.
Chaque roman de cette série est l'occasion de découvrir de nouvelles problématiques polynésiennes, des problématiques souvent ignorées des non-résidents pourtant bien réelles. Comme partout la crise sanitaire a eu de lourdes conséquences économiques, avec des fermetures d'entreprises, des pertes d'emploi et donc une précarité galopante. Crise économique étant elle-même facteur d'insécurité et offrant un terrain propice à l'expansion de trafics en tout genre (argent facile pour les uns, palliatif – illusoire – à la misère pour les autres), dont celui de l'ice.
Fidèle à son habitude Patrice Guirao pointe aussi du doigt les méfaits de la décolonisation. Je ne dis pas que tout est faux (loin de là), mais il est un peu facile de faire l'impasse sur les nombreux points positifs apportés par la France dans ses colonies du Pacifique. Désolé, mais le coup du « c'était mieux avant » ne prend pas avec moi, sans doute le fait que je vive en Nouvelle-Calédonie n'est pas totalement étranger à cette prise de position.
Au niveau des nouvelles rencontres que vous réserve ce roman, nul doute que vous ne résisterez pas longtemps à l'effronterie et à l'assurance du jeune Toi ; un mélange de force et de fragilité qui vous va droit au coeur.
Une fois de plus j'ai été totalement embarqué par ce voyage au coeur de la dure réalité polynésienne ; même si j'ai trouvé l'intrigue un tantinet en deçà des précédentes, on reste dans très bon niveau.
Je suis bien conscient que le principe fondateur d'une trilogie est de se décliner en trois volets, mais j'aimerai sincèrement qu'un quatrième tome vienne consolider le final. Ce serait dommage de quitter Lilith et Maema dans la situation laissée à la fin du présent roman.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Nine33
  29 avril 2022
Outre l'enquête bien menée et prenante, l'auteur en profite pour faire un constat plutôt sombre de la réalité en Polynésie. le Covid est passé par là et n'a fait qu'accentuer les inégalités déjà existantes. Les suites désastreuses des essais nucléaires sur la population locale sont très bien expliquées.
Un autre regard attachant et très intéressant à lire.
Commenter  J’apprécie          30
Alexmotamots
  24 juillet 2022

La Maladie a ravagé l'île de Tahiti : depuis la Covid, beaucoup de commerces ont fermés, les valeurs tahitiennes d'entraide se sont perdues.
Des enfants trainent en ville sans parents, sans repère. Un de ceux-ci tente de voler des objets dans la maison de Maema, mais en faisant du bruit, il se fait repéré.
Lilith tente de nouer le dialogue avec lui, mais cela est difficile.
Au fur et à mesure du récit, nous découvrons que le garçon n'a pas de prénom, sa grand-mère l'appelle tout simplement Toi.
Sa grand-mère qui est atteinte de la lèpre et vit en marge dans la forêt. L'occasion pour l'auteur de nous parler du village des lépreux qui tombe peu à peu à l'abandon.
J'ai trouvé dommage de ne découvrir qu'à la fin du roman le fin mot de l'histoire, sans avoir de pistes données au lecteur.
Mais la fin laisse présager une suite, et c'est tant mieux.
L'image que je retiendrai :
Celle de Maema qui boit de plus en plus de rhum.
Lien : https://alexmotamots.fr/riva..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Amnezik666Amnezik666   25 avril 2022
Pourquoi les maisons de retraite font leur apparition à Tahiti maintenant ? Est-ce qu’on aime moins nos vieux ? Ils devraient avoir le droit, comme par le passé, de vivre dans leur famille s’ils le souhaitent et les familles le devoir de les garder. Sinon il n’y a plus d’amour.
(...)
Si par le passé on ne mettait pas les vieux en maison de retraite, c’est parce qu’elles n’avaient pas encore été inventées. Ça n’a rien à voir avec l’amour. On ne les aime pas moins, ni plus, qu’avant. C’est juste qu’on n’a pas le temps. Et aussi qu’on n’a pas envie de s’emmerder avec eux.
(...)
Tu sais pourquoi on s’occupe des vieux ? Parce qu’on a peur de notre propre vieillesse. On a peur que personne ne nous prenne en charge. On veut brandir devant la génération qui suit l’obligation qu’ils auront de nous faciliter la vieillesse sous prétexte que nous aussi nous l’avons fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Amnezik666Amnezik666   25 avril 2022
Tout ce qu’il faut faire par devoir m’emmerde. L’obéissance m’emmerde. Tant pis pour ceux qui n’ont pas su générer de l’amour et tant pis pour moi si je finis seule dans un trou à rats. Je m’en fous. Mais j’ai pas de respect pour la soumission. Pour les règles. La norme. Le package des droits et du devoir. Du bonheur en trois leçons. Le formatage du chemin de l’évolution.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Patrice Guirao (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Guirao
BookTrailer "Rivage Obscur" - Patrice Guirao
autres livres classés : tahitiVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2380 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre