AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264025603
Éditeur : 10-18 (21/01/1997)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 108 notes)
Résumé :
Après Légendes d'automne, Faux soleil, Un bon jour pour mourir, voici un nouvel exemple de l'immense talent de Jim Harrison.

Tout à fait lyrique, émouvant et rabelaisien, le héros de ce livre – proche de ceux d'un James Crumley, d'un Thomas McGuane – fait partie de ces paumés de génie illustrés à l'écran par Bob Rafelson dans son inoubliable Five Easy Pieces.

Entrer dans l'univers de Sorcier, partager ses émotions, son combat conjugal, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
carre
  19 janvier 2013
« Sorcier » est publié en 1983, Sorcier c ‘est le surnom donné au héros de J.H. Sorcier est un jouisseur, il aime autant le sexe que la bonne chair, l'amour tarifé autant qu' un petit joint de marijuana, le tout arrosé de boissons alcoolisées. Diana sa deuxième épouse est en parfaite harmonie avec son mari, même si celui-ci se retrouve en proie à des crises d'angoisse depuis qu'il est sans boulot. le pauvre Hudley, le chien de la maison est le souffre-douleur de Sorcier. Mais un jour la roue tourne.
Jim Harrison est vraiment un auteur hors pair ces personnages sont tous plus ou moins barré, tous sacrément porté sur le sexe. Sorcier est un mélange de Wilt (du bon Tom Sharpe) et du Homer (pas celui de l'odyssée, celui des Simpson !). Dialogues franchement hilarants, scènes cocasses, scabreuses, Jim Harisson s'amuse comme un garnement mal élevé et le pire c'est qu'on le suit avec le sourire Ultra-brite. Incorrect, immoral, Sorcier est un sacré salopard mais sous la plume d'Harrison, il est franchement épatant. Esprit étroit passe ton chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Renod
  24 octobre 2017
Sorcier est le surnom scout de John Lundgren, un quadragénaire du Nord-Michigan, qui vit mal d'être au chômage. Pour surmonter sa déprime, il suit rigoureusement la thérapie dite des "3 B" : bouffe, biture et baise... Question galipettes, il trouve en Diana, sa magnifique épouse, une partenaire enthousiaste. Elle l'est moins quand il s'agit de goûter les plats mitonnés par son cher et tendre qui - avouons-le - a la main lourde sur l'ail, le poivre et les épices. Sorcier tourne en rond dans sa maison comme dans ses méninges jusqu'à ce qu'une opportunité s'offre à lui. le docteur Rabun, un ami du couple qui s'est enrichi grâce à ses inventions, lui demande de mettre le nez dans ses nombreux investissements pour y démasquer les vols et les fraudes dont il est victime. Notre antihéros se lance dans sa nouvelle carrière de détective avec sérieux mais sans pour autant mettre de côté son goût pour la chair et la bonne chère. Ses missions aux quatre coins des Etats-Unis pimentent son existence, mais attention aux mauvaises surprises. Et si Sorcier n'a pas la sagesse que laissait présager son surnom, ces épreuves vont lui permettre de reprendre sa vie en main.
Si la première partie permet à l'auteur de mettre en scène un hédoniste aux prises avec ses tourments existentiels, bref un prototype des héros "harrisoniens", j'ai été agréablement surpris par la drôlerie jouissive des parties suivantes puisque les péripéties invraisemblables, les dialogues savoureux et les passages scabreux s'y enchaînent. Les personnages sont décalés et je tiens à rendre hommage à Hudley, qui mérite le titre du chien le plus stupide de la littérature. Un excellent opus qui allie humour et questions existentielles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Malabar_
  19 juillet 2013
Sorcier, c'est Johnny Lundgren, au chômage et la quarantaine déprimée, qui tue le temps en mitonnant force petits (gros?) plats et en grimpant à tout bout de champ sur sa pauvre femme, la sculpturale Diana, assistante chirurgicale. Désoeuvré, Sorcier va accepter la proposition du Docteur Rabun, un obscur inventeur pour lequel il va se faire détective privé.
Affublé d'Hudley, son chien dévoué mais un rien idiot, Johnny ne se doute pas un instant des mésaventures qui l'attendent...
Sorcier détonne un peu dans la bibliographie de "Big Jim". Bien sûr, l'on y retrouve les grands espaces, la cuisine, le sexe et ce goût immodéré pour les paumés magnifiques, ingrédients omniprésents dans l'oeuvre de l'écrivain. Mais le registre est ici plus enjoué, plus sarcastique. Harrison s'amuse comme un petit fou et ça se sent.
Un excellent cru, peut-être mon préféré de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          270
Loutre_des_Rivieres
  27 septembre 2012
Sorcier, c'est Johnny Lundgren, un hédoniste râleur, amateur de cuisine expérimentale, qui vit avec sa femme, une charmante infirmière se rêvant médecin, et son chien, un airedale, qui lui tient compagnie lors de ses longues ballades. Une petite routine s'installe jusqu'au jour où une opportunité d'emploi, plutôt originale, va bouleverser sa vie tranquille. Des enquêtes, des tracs, des déguisements, Sorcier, en bon hédoniste, en tirera, presque toujours, le meilleur parti.
Commenter  J’apprécie          70
MAPATOU
  07 avril 2019
J'avais découvert ce monument de la Littérature Américaine dans ma jeunesse en lisant « Légendes d'Automne » et « Nord Michigan ». Mais la lecture du « Vieux saltimbanque » m'avait déçue.
La réédition de » Sorcier » par les Editions 10-18 m'a parue une bonne occasion de retomber en amour avec cet auteur.
Sorcier est le surnom que se donne à lui même Johnny Lundgren, la quarantaine, cadre au chômage depuis deux ans et époux de la somptueuse Diana. Désoeuvré avec de grandes dispositions pour la dépression, Sorcier semble ne penser que par le biais de son estomac et de son pénis. Ce qui paraît il est très courant dans la psychologie masculine !!
J'ai eu un peu de mal à entrer au début dans ce roman, les tergiversations de cet homme me laissant froide. Je n'ai commencé à prendre du plaisir à ma lecture qu'au milieu de la deuxième partie, c'est à dire au moment où le richissime Docteur Rabun propose à Sorcier d'être un espion à sa solde (très bien rémunérée) dans le cadre de ses affaires et de sa famille résidant en Floride.
Les mésaventures qui vont alors survenir m'ont amusée même si c'était parfois rocambolesque mais pourquoi pas. Dans la préface, François Busnel parle de « farce rabelaisienne ». C'est tout à fait ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   15 janvier 2013
"Si vous êtes amené à faire quelque chose d'illégal, ayez la gentilleuse de ne pas me le dire. Les avocats sont soumis à une certaine éthique, malgré ce qu'on en dit.
-Ouais, c'est pour ça qu'ils finissent tous par faire de la politique.
Commenter  J’apprécie          550
Loutre_des_RivieresLoutre_des_Rivieres   27 septembre 2012
Lorsqu'il n'était encore qu'un écolier, il avait assiégé son père pour obtenir des bottes de cow-boy, et celui ci s'en était sorti en disant à son fils que les cow-boy sont des gens qui font l'amour avec les moutons. Du coup, Sorcier avait renoncé aux bottes. A présent,en roulant sur la route qui menait à Sault-Sainte-Marie, il se disait qu'il s'était fait avoir. Il éprouva une pointe de colère qu'il noya dans une longue gorgée d'alcool. Qu'est ce que les parents ne raconteraient pas à leurs enfants pour économiser quelques dollars !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
RenodRenod   23 octobre 2017
La vision d'une réalité débarrassée de ses mensonges et de ses illusions était un peu gênante. Ce ne serait peut-être pas une réalité tellement plaisante. Au collège, son ami Dick prétendait que sa mère ne l'aimait pas. Sorcier décida d'éclaircir cette situation et un jour, il se présenta chez la mère en question.

"Exact, dit la dame, je ne l'aime pas. C'est un vilain petit merdeux qui passe le meilleur de son temps à se fouiller les trous de nez. Il était tellement gros en venant au monde qu'il m'a complètement démolie. (...) Je le déteste."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
WictorianeWictoriane   27 janvier 2012
Le seul inconvénient des grandes promenades le long de la mer est qu'il arrive un moment où il faut se décider à refaire le même chemin en sens inverse. Et c'est beaucoup moins drôle. En l'occurence, la plage était merveilleuse sous le vent chaud du sud ; merveilleuse mais étrangement déserte. Cela était probablement dû au fait que tous les milliardaires qui se construisent des maisons sublimes sur le rivage ne manquent jamais de se fabriquer également des piscines afin de démontrer qu'ils n'ont pas vraiment besoin de l'océan. C'est bête mais c'est ainsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
carrecarre   14 janvier 2013
L'homme est perdu s'il ne prend pas la peine d'améliorer sa propre nature.
Commenter  J’apprécie          680
Videos de Jim Harrison (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Harrison
Cet épisode du podcast Homo Ethicus est un hommage à Jim Harrison et, plus particulièrement, à sa vision toute personnelle de la sagesse. Sa vision du monde était faite d'amour de la nature sauvage, de gueuletons inimaginable, d'amitié, de poésie et d'écriture que nous voyons à travers des citations de plusieurs de ses ouvrages.
autres livres classés : michiganVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jim Harrison, l'homme du Michigan...

Parmi ces nouvelles, laquelle ne figure pas dans le recueil "Légendes d'Automne" paru en 1979?

Une vengeance
Légendes d'Automne
En route vers l'Ouest
L'Homme qui abandonna son nom

10 questions
89 lecteurs ont répondu
Thème : Jim HarrisonCréer un quiz sur ce livre