AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714474748
Éditeur : Belfond (21/09/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 41 notes)
Résumé :
1935. Comme tous les ans, Lucy, Lilith et leur petite soeur Emily viennent passer l'été en famille dans leur chalet, sur les bords d'un lac du Minnesota.
Mais un matin, Emily est introuvable. Qu'est-il arrivé à l'enfant de six ans ? Nul ne semble le savoir. Et alors que, fou de douleur, leur père se suicidera, Lucy, Lilith et leur mère resteront toute leur vie dans ce chalet, à attendre l'improbable retour de la petite préférée.
1999. Lucy vient de m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Melpomene125
  29 mars 2018
Qu'est-il arrivé à la petite Emily, disparue à l'âge de six ans en 1935, alors qu'elle passait l'été dans la maison de sa famille, près du lac ? Lucy et Lilith, ses deux autres soeurs, avaient onze et treize ans.
Ce roman m'a d'emblée captée car cette cruelle et tragique question ne m'a pas quittée durant toute ma lecture.
En 1999, Lucy est une vieille dame qui va bientôt mourir. Elle décide d'écrire l'histoire de sa famille dans un carnet dont Justine, sa petite-nièce, la petite-fille de Lilith, aujourd'hui décédée, sera l'héritière, si elle vient à la maison du lac. Dans le cas contraire, le notaire brûlera ce carnet qui contient la réponse à l'énigme. Lucy l'avoue dès le début, elle est « la seule à savoir ce qui s'est passé cet été-là », la seule à être encore vivante et à détenir le pouvoir de partager ou non ces événements. Si Justine ne vient pas, « cet été pourra alors sombrer dans l'oubli et Emily avec lui. Comme tous les autres fantômes des choses oubliées. »
Ce roman émouvant sur le poids de la culpabilité, la jalousie et la folie de l'amour développe aussi une réflexion sur la fatalité, le destin et le libre-arbitre. Heather Young décrit en parallèle le quotidien de Lucy jeune et de Justine, que soixante-quatre années séparent. La lenteur de certains passages témoigne du poids de cette fatalité contre laquelle Lucy et Lilith, qui souhaitaient partir mais n'y sont pas arrivées, n'ont pas su lutter. Pourquoi ? Quel est le secret qu'elles ont conservé pendant tant d'années?
Justine saura-t-elle faire mieux et reprendre en main son destin ou sera-t-elle écrasée, elle aussi, par ce drame qui hante sa famille, en même temps que le fantôme d'Emily qui se serait perdue en forêt, le dernier jour des vacances?
Justine choisit de saisir la perche que lui tend Lucy car elle se sent prisonnière de son compagnon Patrick. En apparence parfait, il se montre possessif tant il prétend l'aimer. N'aurait-il pas simulé le cambriolage de leur appartement pour qu'elle ait le sentiment qu'elle ne peut se débrouiller sans lui ? Justine fuit San Diego avec ses deux filles, Melanie et Angela, sans laisser d'adresse. Elle s'établit dans la maison du lac, dans le Minnesota, où, l'hiver, les températures avoisinent les moins vingt degrés. Se trompe-t-elle ? Est-elle devenue instable comme sa mère Maurie ?
J'ai aimé l'ambiance sombre et mystérieuse que crée l'auteure. Ceux qui ont connu Emily sont tous potentiellement coupables ou complices. Derrière la description d'une vie ordinaire dans la chaleur et la monotonie estivales se cache l'indicible.
Mais de quelle nature est-il ? Que s'est-il passé ? Qu'est devenue Emily ? Tous les personnages sont ambigus. Lilith n'était-elle qu'une banale jeune fille qui souhaitait se détacher de ses soeurs, plaire aux garçons et faire sa vie ailleurs ? Que savait au juste Lucy ? Pourquoi Emily, si douce, si sage, la préférée de sa mère, essaie-t-elle à plusieurs reprises de fuguer ? Que fuit-elle ? Pourquoi sa mère est-elle si protectrice et son père si obsédé par la vertu ? Quant aux Miller qui tiennent le lodge qui accueille les touristes, quel rôle jouent-ils dans cette histoire ? Abe Miller n'est-il qu'un simple d'esprit inoffensif que son frère tente de protéger du racisme et du snobisme des gens qui les méprisent car ils ont du sang indien ?
Peu à peu, au fil des pages et des chapitres, la clé du mystère nous est dévoilée, jusqu'à la conclusion dont l'écriture est très belle, poétique et émouvante. Elle offre une tragique et poignante réflexion sur les vies rêvées, les vies volées et les vies jamais vécues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          347
iris29
  30 décembre 2017
C'est l'histoire d'une famille et de sa maison de vacances près d'un lac .
1935 : elles sont trois soeurs à venir (tout comme leur père avant elle ) dans ce chalet , lors de chaque vacances d'été . C'est le temps des amitiés, des premières amours, des jeux d'enfants, de la liberté d'aller et venir dans cette nature à moitié sauvage .
Il y a la plus âgée, Lilith , qui aimerait partir "faire l'actrice à Hollywood" , sa soeur Lucie qui la suit comme son ombre et puis la toute dernière , Emily , la chouchoute , celle qui a disparu .
C'est Justine , de nos jours , qui hérite de cette maison grâce à sa tante Lucie et qui décide de quitter son compagnon et la Californie, pour cette maison près du lac , en hiver .
C'est l' histoire d'une famille sur trois générations que nous propose Heather Young . Un aller retour perpétuel et lancinant entre passé et présent , entre les morts et les vivants, entre l'été , puis l'hiver et le froid mordant.
Il y a celles qui aiment le lac , celles qui fuient, celles qui aimerait juste aller voir ailleurs et puis les personnes fidèles qui sont solidaires des choix des autres et celles qui ne peuvent faire autrement ...
C'est une histoire magnifique de non-dits, de secrets, de fidélité, de liens familiaux et puis d'autres qui se créent aussi précieux que les liens du sang.
C'est une histoire qui commence comme pleins d'autres que j'affectionne, pour leur décor estival , mais qui finit sur des notes plus graves ...
C'est un remerciement que j'adresse aux précédentes lectrices qui n'ont pas tout dit , qui ont su oublier un mot (dans les étiquettes ) , afin de garder intacte la magie du récit .
C'est une auteur qui fait très fort pour un premier livre ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Valmyvoyou_lit
  10 octobre 2017
A la mort de sa grand-tante Lucy, de nos jours, Justine, maman de Mélanie et Angela hérite de son vieux chalet, dans lequel la défunte a vécu la plus grande partie de sa vie, avec sa soeur Lilith et sa mère.
Justine saisit cette occasion de prendre un nouveau départ et de quitter son compagnon Patrick, cet homme qui l'aime tant...
Quand Lucy avait onze ans, en 1935, un drame s'est produit. Sa petite soeur Emily a disparu à l'âge de six ans. Avant de mourir, elle a écrit le récit du dernier été qu'elle a passé avec sa famille au complet.
Chaque chapitre est une alternance entre le carnet de Lucy et ce qui se passe dans la vie de Justine.
Ce roman, c'est une femme, l'auteure, qui raconte les histoires de deux femmes.

J'ai adoré ce livre. Il a tous les ingrédients : des femmes attachantes, fortes, mais avec leurs fragilités, des drames, une ambiance familiale parfois oppressante, des révélations bouleversantes qui surprennent, de l'amour familial, une montée en puissance du récit, graduellement, etc... et pourtant ce n'est pas du déjà-vu. En lisant "Un été près du lac", j'ai vécu dans ce chalet, aux deux époques. J'ai ressenti les émotions des protagonistes. Ce qui donne aussi ce côté très mystérieux, c'est que les vies de ces deux femmes sont relatées de manière parallèle. J'ai aimé Lucy et Justine de manière différente, mais je les ai aimées toutes les deux. D'autres personnages que je vous laisse découvrir, ont aussi reçu mon attachement. D'autres m'ont fait éprouver des sentiments négatifs. Mais ils ont tous leur importance dans l'histoire.

J'étais avide de reprendre ma lecture, même si j'ai fait un peu durer les dernières pages, afin de ne pas quitter celles qui ont fait parti de moi pendant quelques jours.
J'espère vous avoir donné envie de lire ce livre car cela a été une belle découverte.

Je remercie les Éditions Belfond pour l'envoi de "Un été près du lac".
Lien : https://www.facebook.com/Val..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
lilibookncook
  15 octobre 2017
Avant tout j'aimerais remercier les éditions Belfond et plus particulièrement Carine Verschaeve et son équipe, pour l'envoi de ce roman et la confiance accordée pour la participation au book club cercle Belfond qui aura lieu le 22 octobre! Évidemment je me suis jetée à corps perdu dans ce roman qui m'a beaucoup étonné. D'abord déconcertée par un début un peu "déjà vu" porté par quelques stéréotypes et personnages flous, j'ai vite changé d'avis et pour cause. Heather Young utilise certes un filon déjà exploité, le secret familial, mais le fait avec tellement de finesse, de réalisme et de sensibilité que j'ai totalement adhéré et compris sa démarche. Avec une subtilité psychologique, elle évite l'emphase pour révéler les drames et leurs conséquences sur plusieurs générations. L'héritage familial, un poids inévitable? En abordant ce thème mais aussi la jalousie domestique, l'amour pervers et la condition féminine, l'auteure explore un large panel de sentiments pour expliquer couche par couche les femmes d'hier et d'aujourd'hui.
Justine accompagnée de ses deux jeunes enfants, Mélanie et Angela, prend la fuite. Au revoir San Diego, bonjour le Minnesota. Outre le changement de climat, elles découvrent leur nouveau lieu de vie, un chalet rustique en bord de lac et de forêt appartenu à Lucy, grande tante récemment décédée. Héritage fortuit, Justine sans le sou fuit une relation présumée toxique avec son nouveau compagnon. Mère célibataire, cette nouvelle vie promet un nouveau départ pour ses filles depuis l'abandon de leur père un an plus tôt. Mais derrière cette demeure austère se cache un secret vieux de plus de soixante dix ans désormais à prêt à être révélé: la disparition, en 1935, d'Emily soeur cadette de Lucy et Lilith...
J'avoue qu'au commencement je ne comprenais pas bien les motivations de Justine à quitter Patrick, son petit ami. Explications peu crédibles, bancales, paranoïa...j'étais convaincu des clichés qui illustreraient ce roman. Mais heureusement je me trompais et compris ainsi le tour de force de l'auteure. Car en doutant je doutais aussi de la parole de Justine et de toutes celles qui sont bafouées, harcelées et confrontées à la perversité et pression psychologique qu'il s'agisse d'hommes ou femmes. En déjouant les codes du mélodrame, la romancière prête sa voix à cette femme victime de manipulation et qui ose dire non. Loin de jeter la pierre aux hommes grâce à d'autres personnages bienveillants, elle met également en avant la complexité mères/filles.
En utilisant une narration à deux voix, celle de Justine pour décrire son quotidien et les révélations écrites par Lucy, l'auteure exploite une tension dramatique évidente et arrive à semer le doute. En distillant une ambiance à la fois envoûtante et asphyxiante, Heather Young possède un don pour raconter le drame sans fioritures, de façon simple et permet d'alléger faussement le récit. Car derrière cette tragédie se cache des secrets familiaux qui expliquent la condition féminine d'hier et d'aujourd'hui et le défi d'être une femme à travers les époques et les âges et ce porté par des personnages féminins forts, parfois faibles, mais qui fait toujours la part belle aux femmes. En abordant l'énigme et le silence familial elle s'attaque à leurs répercussions quelque soit l'époque. Finalement la parole libère ce secret pour empêcher qu'il ne se reproduise, comme un écho à l'actualité.
J'aimerais aussi parler brièvement de la religion présente et qui revêt son plus sale habit pour justifier les actes commis, excuser le péché. Mais n'est-ce toujours pas le cas aujourd'hui? Que ce soit pour les femmes ou les différences raciales, elle endosse malheureusement encore le rôle de paroles sacrées immuables dans le temps.
D'une profondeur troublante, sous différentes couches, la romancière gratte le vernis d'un idéal familial comme la jalousie entre soeurs qui se heurte au moment charnière de l'adolescence. Bref vous l'aurez compris, derrière une apparente facilité se cache un récit sobre, intense et d'une intime violence. Un pari gagnant puisque qu'il a été sélectionné dans la catégorie "Meilleur premier roman du Edgar Award", prestigieux prix du polar américain.
Lien : http://bookncook.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
BlackKat
  12 novembre 2017
Un chalet près d'un lac, demeure de vacances devenue la résidence principale des femmes de la famille.
Ce vieux tas de planches est important pour Lucy qui va mourir… Il renferme les secrets et les souvenirs de toute une famille et Lucy ne veut pas que tout disparaisse… pas tout de suite.
Justine étouffe. Elle veut fuir Patrick, un homme qui l'aime tellement… trop. Et dans ce legs, elle n'y voit pas les souvenirs d'une famille qu'elle a trop peu côtoyée, c'est sa planche de salut pour fuir.
Lucy n'est plus mais le chalet tient encore debout pour accueillir Justine et ses deux filles. Tout n'est pas simple avec ses deux enfants mais elle tient bon, apprivoise l'intérieur de son aïeule et découvre peu à peu le passé.
L'alternance entre l'époque actuelle et l'héritage laissé à Justine, jeune femme paumée entre l'éducation difficile de ses filles, Melanie et Angela, et une emprise toxique de sa mère, et le passé de ce dernier bel été près du lac relaté par Lucy nous emporte dans la nostalgie d'une chronique familiale.
Trois soeurs.
Lilith entre dans l'adolescence, ne veut plus jouer à des jeux de petites filles avec sa soeur Lucy. Elle s'intéresse aux garçons, au flirt. Il y a de la rébellion dans l'air mais c'est sans connaître le douloureux secret dont elle a pris la charge pour protéger sa cadette.
Lucy est bouleversée des changements imposés par Lilith mais pas au point de se rapprocher de la petite chérie de sa maman, Emily.
Emily est toute petite mais ne veut pas de cette attention maternelle étouffante, elle veut ses grandes soeurs!
Trois soeurs dont une ne deviendra jamais femme et marquera à jamais l'existence des deux survivantes.
Très difficile de donner un ressenti sans tomber dans l'analyse des caractères de ces dames. Ce serait spoiler ce que nous découvrons au fil des pages, donc silence. le roman est porté par une ambiance dans laquelle je me suis immergée sans attente particulière comme souvent lorsqu'il est question de littérature blanche. J'avoue être beaucoup plus exigeante avec des thrillers ou polars!
Chronique familiale avec des portraits de femmes fragiles qui sauront se montrer fortes, frondeuses pour certaines ou effacées pour d'autres, mais toutes marquées par la place qu'on ne leur laisse pas dans la société, qu'on ne leur permet pas. Elles subissent. Les autres mais aussi le père ou le compagnon, au sein de leur propre foyer.
Portraits attendrissants mais terribles, qui révoltent et questionnent sur la condition féminine, que ce soit en 1935 ou en 1999, au sein d'une petite communauté prompte aux médisances et autres ragots, prisonniers de préceptes religieux, et également au mépris pour les amérindiens. Et à ce propos, j'ai beaucoup aimé le personnage de Matthew, résigné à la solitude, bourru et pourtant si attachant.
Je regrette qu'il n'y ait pas eu davantage d'indices révélateurs du secret de Lilith qui peut surprendre un peu trop tardivement car j'aurais pu aisément passer à côté des petits détails distillés en quelques occasions et me laisser juste aveugler par l'oppressante présence de la religion au sein de cette famille.
L'obéissance au père et la mère totalement passive qui garde le silence jettent un voile oppressant sur ses vacances au bord du lac, et avec les relations entre les soeurs qui sont développées, c'est la base tragique de l'avenir des générations d'après, dont Justine.
C'est à travers un éventail large de sentiments que l'auteur nous fait vivre les situations qu'une femme rencontre dans son parcours: la maternité, un mariage étouffant, la jalousie dans une fratrie, les relations toxiques, l'éveil amoureux, le deuil, le sacrifice, l'abandon…
J'ai beaucoup aimé ce roman, pour sa nostalgie tragique mais aussi pour sa réflexion sur l'héritage immatériel représenté par les photos et les souvenirs, lorsque Lucy, à l'approche de sa mort, se demande si tout n'est pas vain, en fin de comptes…
Littérature blanche avec Un été près du lac, une plume délicate et sensible avec Heather Young, et même si la fin augure de joyeux lendemains, un sentiment de tristesse perdure, pour Lucy et tout ce qu'elle n'aura pas vécu pour elle-même et Matthew…
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   29 décembre 2017
Justine repensa à tous ces hommes qui avaient partagé leur petit déjeuner quand elle était enfant. Pour elle, ils n'avaient été que des silhouettes sans relief, tantôt petites, tantôt élancées, tantôt grande gueule, tantôt taciturnes ; des silhouettes dotées d'étiquettes : Paul le Pompier, Steven le Parolier, Joe le Dingo.
Commenter  J’apprécie          252
iris29iris29   29 décembre 2017
Maurie ne revenait jamais deux fois au même endroit. Quand elles quittaient une ville, elle ne laissait même pas Justine regarder derrière elle. " Secoue cette poussière, disait-elle. Secoue la poussière de cette ville de tes chaussures."
Commenter  J’apprécie          220
iris29iris29   30 décembre 2017
Il régnait un tel calme ici... Un calme si épais qu'il compressait les tympans. Elle regarda par la fenêtre les branches dénudées qui ployaient sous la neige et le lac qui semblait couvert d'une fine couche de feutrine. Il ne neigeait pas mais le ciel était opalescent et cette monochromie lui a brièvement donné le vertige.
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   30 décembre 2017
Ces jeux étaient plus exubérants que ceux auxquels j'étais habituée. Avec Lilith, nous nous imaginions en fées ou en princesses au sein de forêts enchantées ; avec Matthew, tout était plus physique : il fallait courir, grimper, sauter, chasser, construire, détruire.
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   30 décembre 2017
Elle choisit un titre d'Elizabeth George - elle adorait le personnage de Barbara Havers , l'adjointe maladroite et sans charme de l'élégant détective - s'assit dans un fauteuil et entama sa lecture. Lorsqu'elle leva la tête un peu plus tard, il était midi passé et la bibliothèque s'était animée ; elle n'avait pas vu l'heure tourner.
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
964 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
. .