AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aline Pacvon Azoulay (Traducteur)
ISBN : 2265116513
Éditeur : Fleuve Editions (28/09/2017)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Eleanor Oliphant est un peu spéciale.
Dotée d’une culture générale supérieure à la moyenne, peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, elle dit les choses telles qu’elle les pense, sans fard, sans ambages.
Fidèle à sa devise « Mieux vaut être seule que mal accompagnée », Eleanor évite ses semblables et préfère passer ses samedis soir en compagnie d’une bouteille de vodka.
Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  21 janvier 2018
Un vrai délice !
Eleanor Oliphant va très bien , c'est vite dit...
Sa vie n'est que solitude et routine ...
Les semaines s'écoulent identiques . Un boulot de comptable dans une agence de design, des collègues qui la trouvent tellement bizarre qu'ils ne savent pas par quel bout la prendre et d'ailleurs ils l'ignorent la plupart du temps, le reste , ils préfèrent se foutre de sa gueule .
C'est qu'elle est particulière , Eleanor... cash et sans filtre , dotée d'une grande érudition .
Tous les vendredi, après une visite au supermarché , elle trouve du réconfort dans une bouteille de vodka , de quoi affronter le week-end , et passer le temps jusqu'au lundi matin , jour béni où elle pourra enfin s'occuper l'esprit toute la semaine . Niveau compagnie, elle peut compter sur une plante verte , seul vestige de son enfance et sur le coup de fil hebdomadaire de " maman" , d'excellente compagnie ...
C'est dans cette routine toute "routinière" que le changement va survenir: Eleanor va faire plusieurs rencontres masculines ...
Oh , dit comme ça , ce n'est pas grand chose , ce qui compte au final c'est la façon dont c'est raconté...
Eleanor est complétement décalée et sa façon de voir le monde est savoureuse . On sourit intérieurement de ses réflexions si originales et pertinentes .On a peur pour elle, si seule et si fragile dans ce monde de brutes. On est émus, bouleversés quand surviennent des indices sur son passé . Entre suspens, émotion et "loufoqueries ", on en prend doucement plein la figure . Par petites touches subtiles , toutes nos certitudes , nos à-priori sur les gens différents volent en éclats...
Oh, à la fin, c'est sûr , Eleanor va bien. Très bien , même , mais nous, on a les larmes au bord des yeux ...
Sensible, amusant, et délicatement puissant, Eleanor ,pourrait bien devenir votre nouvelle meilleure amie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5813
BlackKat
  27 janvier 2018
Eleanor navigue entre son boulot, la semaine, et une bouteille de vodka, le week-end. Seule.
Ne recherchant pas le contact. 
Mais un soir, elle craque pour un inconnu, un rockeur qu'elle voit pour la première fois sur scène. 
Et tout change.
Et Raymond, un collègue de travail, glisse son grain de sel pour bouleverser l'existence de la jeune femme.
Mais à part cela, Eleanor Oliphant va très bien. Really! 
Ce roman est doté d'un titre qui clame d'Eleanor Oliphant va très bien. Mais juste en surface, hein, ne grattez pas!
Et lorsqu'on écaille le vernis social, en fait, Eleanor s'est dotée de tout un arsenal de garde-fous pour préserver une image de bien-être mais elle ne va pas bien. Depuis trop longtemps...
Animal social inadapté, handicapée émotionnelle, Eleanor a développé des comportements quasi autistiques  pour se protéger, ce qui engendre des situations cocasses à aberrantes tout au long du roman.
Se protéger des autres, d'elle-même. Ce roman parle de résilience face à un traumatisme d'enfance. Et s'il est question de solitude au quotidien, c'est le thème du rapport à la mère qui est abordé en filigrane.
Un enfant est une éponge et absorbe l'amour et l'attention de ses parents pour asseoir une future vie d'adulte saine et équilibrée. Mais quand l'un ou l'autre n'a pas été présent, les séquelles sont dramatiques.
Eleanor en subit chaque jour les conséquences.
Et ce roman, je l'ai vécu comme les étapes d'un deuil. La réponse à un traumatisme, c'est le repli sur soi, l'accumulation de carapaces pour se rendre hermétique à tout autre assaut toxique.
Et la solitude choisie, voire vitale pour ne pas sombrer davantage, devient subie quand on n'a pas acquis les codes de la vie en société. On devient un animal qu'on ignore au mieux, qu'on regarde avec curiosité ou mépris au pire.
Mais Eleanor, inconsciemment, évolue et éprouve le désir de vivre réellement, en tombant amoureuse d'un inconnu. L'élément déclencheur d'un changement de vie.
La vie lui apprend douloureusement que mettre des pansements sur une plaie sanglante est inefficace, ne fera que retarder la guérison qui ne peut se faire qu'une fois le membre gangrené, amputé.
Et il faut parfois toucher le fond, frôler la mort, pour réagir profondément, rebondir et se réinventer, se défaire définitivement du schéma modelé par la mère.
S'ouvrir de nouveau aux autres, c'est prendre le risque de s'ouvrir. Eleanor le sait. Mais c'est aussi trouver des personnes formidables sur son chemin, pour peu qu'on leur offre une petite place. Raymond est ce genre de personne qui, l'air de rien, s'impose et ne lui laisse pas le choix du repli. Il n'a l'air de rien ce Raymond mais j'ai adoré sa manière de soutenir Eleanor, sans jugement ni grand discours moralisateur et culpabilisant. 
J'ai beaucoup aimé la référence à ce gros pachyderme de la Terre du Milieu de l'univers de Tolkien, l'oliphant. Quatre défenses, un physique pas très gracieux. Joli symbole pour l'Eleanor du début du roman! 
Beaucoup d'émotions avec cette lecture. du rire aux larmes, Eleanor est attachante. Attachante et émouvante si on ne s'arrête pas à sa froideur apparente. 
Ce roman est beaucoup plus profond que la simple succession de scènes de la vie quotidienne car ce sont ces petits riens qui marquent la "renaissance" d'Eleanor.
Et cette histoire est belle.
Elle a mis du temps, le temps de son cheminement vers la liberté, mais elle est enfin sortie de sa chrysalide... Alors bon vent, Eleanor, même les oliphants peuvent se transformer en papillon!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Jazzynewyork
  09 février 2018



“ Aujourd'hui, j'ai délaissé le Telegraph pour m'intéresser à un autre type de lecture. J'ai dépensé une somme sidérante pour m'offrir un petit assortiments de magazines féminins, des plus cheap et tapageurs aux plus épais et glacés qui promettaient monts et merveilles et toutes sortes d'astuces simples simple pour transformer sa vie. (...) Ainsi, je me fondrais dans la masse des femmes au physique convenable. On ne me dévisageait plus. le but ultime était de me camoufler efficacement pour avoir l'air d'une femme humaine. ”


Eleanor Oliphant est comme qui dirait un peu spéciale. Dotée d'un QI plutôt supérieur à la moyenne. Peu diplomate, elle a une certaine tendance à dire tout haut ce qu'elle pense tout bas sans aucune gêne. La gêne elle laisse ça aux autres.

Elle vit seule car comme le dit ce vieil adage : mieux vaut être seule que mal accompagnée. Seule la vodka tape l'incruste dans sa vie, peut-être pour mieux supporter l'appel hebdomadaire de sa mère.

Mais voilà qu'elle s'amourache d'un mec. C'est pas dans ses habitudes, alors si elle veut attirer l'attention, va falloir faire quelques efforts.

" L'atmosphère confinée et les dorures des salons de beauté, n'étaient pas mon habitat de prédilection, comme la poule qui avait pondu les oeufs de mon sandwich, je préférais évoluer en liberté. ” 

Ça va pas être simple. Eleanor n'est guère sociable, mais si elle veut que son fantasme aboutisse, elle va devoir faire confiance et accepter les conseils
.
“ Je me sentais un peu à cran. Si mon humeur devait être une énigme de mots croisés, la réponse serait « bouleversée ».
" 
Raymond, un de ses collègues, pas très attirant sous ses airs négligés, va mine de rien se révéler très utile, et un échange de bon procédé va se mettre en place en tout bien tout honneur.

Navigant en eaux troubles entre son obsession amoureuse et son étrange relation avec sa mère, elle va découvrir le pouvoir de l'amitié et du partage..
.
" J'avais du pain sur la planche. le passé m'avait échappé - ou c'était moi qui lui avait échappé -, et pourtant, il rôdait toujours dans l'ombre. Il était temps de laisser entrer la lumière. ”




Je l'ai déjà dit mais une fois encore cela s'avère vrai. Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous. 
J'avais donc apparemment rendez-vous avec Eleanor, et j'ai passé un sacré bon moment. J'ai eu l'impression de rencontrer mon double, une autre moi, c'est grave docteur ? 
Aurais-je été atteinte du syndrome du lecteur ? Aurais-je fait un transfert ? 
Une chose est sûre, cette nana qui cache derrière son humour décapant de grosses blessures est une sacrée battante, et nous donne à travers cette histoire de belles leçons de vie et de courage. Sous ses airs de Bridget Jones se cache une wonder woman des temps modernes. 
Entre les bons et les mauvais jours on découvre la vie présente et passée d'Eleanor, racontée tantôt avec humour noir ( ben oui les filles aiment le noir ) tantôt avec esprit ( parfois dérangé) mais toujours avec délicatesse et surtout sans hypocrisie. le regard d'une femme blessée qui tente à sa manière de guérir dans ce monde si hostile avec les gens différents.

Un roman cynique, tendre, intriguant, attachant, imprévisible, surprenant, merveilleux. 
En faite Eleanor Oliphant, elle déchire, un peu comme moi en fait... 
Alors qui m'aime le lise !



Lien : https://dealerdelignes.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
VivianeB
  29 octobre 2017
Coup de coeur pour ce livre qui traite de la résilience au travers de l'histoire d'une jeune femme, personnage touchant et que l'on voit s'ouvrir au fil des pages pour se pardonner à elle-même et également à ceux qui lui ont fait du mal. C'est émouvant et vibrant de vérité pour décrire un parcours semé d'embûches pour se reconstruire, s'aimer et aimer les autres, après un traumatisme subi dans l'enfance. Remarquable.
Commenter  J’apprécie          150
MademoiselleBouquine
  09 février 2018
Eh bien, le moins que l'on puisse dire est que ce livre était spécial. J'aurais même envie de le qualifier d'anomalie littéraire, une anomalie des plus touchantes, attachantes et délicates.

La raison pour laquelle ce roman est si touchant, attachant et délicat est tout simplement qu'il ne prétend pas l'être et ne se force pas à l'être à travers une myriade de procédés téléphonés. Il l'est, c'est tout. Avec son ton sobre, authentique, cru même, il parvient à atteindre une incroyable justesse et simplicité et à s'y maintenir. Il prend son temps, tissant petit à petit un lien solide entre Eleanor et le lecteur au fur et à mesure que cette dernière dévoile sa routine, qui s'avère bien moins insignifiante qu'elle ne peut le sembler.

Et qu'est-ce que j'ai aimé.

Je me suis plongée dans ce livre sans avoir la moindre idée de ce qu'il racontait, convaincue simplement par sa couverture et surtout son titre.
Eleanor Oliphant va parfaitement bien.

Vraiment, tout va pour le mieux, elle gagne sa vie, elle vit confortablement, ne souffre d'aucune maladie en particulier, bon, d'accord, il y a bien ces deux bouteilles de vodka qu'elle descend tous les week-ends et le fait qu'elle n'a absolument aucun lien social, mais bon, peu importe, elle va bien. Et puis, regardez, elle se fait même plaisir avec une pizza tous les vendredis soirs, vous voyez bien que ça va. Merci d'avoir demandé.

"Ca va et toi ?"
Phrase anodine que l'on répète automatiquement à chaque rencontre, quand bien même cela serait complètement faux, parce que qu'est-ce que ça serait impoli d'admettre que parfois - et même la plupart du temps -, on n'a au fond absolument aucune idée de comment on se sent ou de ce qu'on veut faire de sa vie.
Ces quelques petits mots sont le symbole parfait d'une société conformiste et hypocrite qui n'a aucun mal à s'enflammer pour le moindre scandale ou la moindre polémique, mais se renferme et se tait dès lors que le problème réside dans la sphère de l'intime, de l'individu, comme si cela en faisait brusquement quelque chose d'honteux, d'anormal, de tabou.

Sauf que ça ne l'est pas.
Eleanor Oliphant est à la fois une exception et le reflet de chacun d'entre nous. Bien sûr, elle se comporte souvent de façon plus extrême que ce que l'on pourrait jamais faire, mais finalement pas tant que ça. En quoi vivre comme elle le fait est-elle plus absurde que certains de nos comportements ? En quoi est-elle plus anormale que toi, lecteur ?
Au contraire, Eleanor est une véritable guerrière ordinaire, une héroïne banale comme une autre, qui touche et bouleverse par sa résilience, ses errances, ses faiblesses et ses victoires. Son histoire, sa voix, ses actes ne pourraient pas être plus éloignés de tout stéréotype grandiloquant, mais touchent justement par leur simplicité, et disons-le, leur absence de résonance. C'est finalement une simple vie qui se joue, comme n'importe laquelle, dans un roman tout en bizarrerie et en sensibilité qui conduit le lecteur vers des situations à la fois complètement ordinaires et incroyables, vers des personnages aussi touchants qu'oubliables. C'est le parfait catalyseur de l'unicité absurde, illusoire et miraculeuse de nos propres vies.

Oui, c'était lyrique.

Lisez donc cette petite pépite de simplicité, qui arrive à ce résultat justement parce qu'elle ne se répand pas en vaines tentatives pour y parvenir. C'est brillant.
Lien : https://mademoisellebouquine..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
mybooksnteamybooksntea   13 février 2018
If someone asks you how you are, you are meant to say FINE. You are not meant to say that you cried yourself to sleep last night because you hadn't spoken to another person for two consecutive days. FINE is what you say.
Commenter  J’apprécie          10
Lili81Lili81   10 février 2018
Comme si la deuxième place dans une course avec un oeuf dans une petite cuillère pouvait compenser leur inaptitude à intégrer les principes de l'élision.
Commenter  J’apprécie          30
iris29iris29   19 janvier 2018
Nous avons traversé un lotissement de maisons blanches, composé de quatre types de constructions agencées selon un ordre répétitif. Toutes avaient une voiture presque neuve dans leur allée. des petits vélos avec roulettes et des paniers de basket fixés au mur des garages suggéraient la présence d'enfants, mais on en voyait aucun nulle part. Les rues portaient des noms de poètes - allée Wordsworth, passage Shelley, butte Keats - sans doute choisis par le service marketing du promoteur. Uniquement des poètes que les gens qui aspirent à ce genre de lieu de vie seraient aptes à reconnaître , des poètes qui avaient écrit sur des urnes, des fleurs, et des nuages glissant dans le ciel . A en juger par mon passé, j'avais davantage de chances de finir dans une impasse Dante ou une promenade Poe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
iris29iris29   18 janvier 2018
(...), j'avais nourri un petit fantasme tenace sur la personnalité et l'apparence de ce père absent. Elle avait été secouée d'un rire inextinguible.
- Un donneur ? C'est vraiment le mot que j'ai employé ? Ce n'était qu'une "métaphore", ma chérie, a-t-elle dit. (...)
Je voulais juste te ménager. Il faudrait plutôt parler de ... donation compulsive, dans son cas . Je n'ai pas eu voix au chapitre. Tu comprend ce que je suis en train de te dire ?
J'ai répondu oui mais je mentais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
iris29iris29   18 janvier 2018
- J'ignore s'il est encore de ce monde , Eleanor. S'il est en vie, il s'est sans doute débrouillé pour faire fortune de manière trouble et immorale. S'il est mort , ce que je souhaite de tout mon cœur, alors j'imagine qu'il erre sur le bord extérieur du septième cercle de l'Enfer, immergé dans une rivière en fusion , sous les quolibets des centaures.
C'est à ce stade de la conversation que j'ai compris qu'il serait superflu de lui demander si elle avait conservé des photos de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Gail Honeyman (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gail Honeyman
Eleanor Oliphant Is Completely Fine, by Gail Honeyman Audiobook Excerpt
autres livres classés : résilienceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Poètes et poésies

Quel poème n'a pas été écrit par Louis Aragon ?

Le Fou d'Elsa
L'Amour fou
Le Crève-cœur
Les Yeux d'Elsa

12 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , poésie , poète , versCréer un quiz sur ce livre
. .