AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782755639827
340 pages
Éditeur : Hugo et Compagnie (11/10/2018)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 101 notes)
Résumé :
Certaines erreurs méritent d'être pardonnées
Merit Voss sait qu'elle est une fille un peu bizarre. Elle collectionne, par exemple, les trophées qu'elle n'a pas gagné. C'est en voulant en acquérir dans une brocante qu'elle fait la connaissance d'un séduisant jeune homme, Sagan. Il lui plaît immédiatement mais elle va vite réaliser que la situation risque d'être un peu plus compliquée qu'elle ne le pensait et que l'alchimie qu'elle a cru percevoir entre eux, a ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
Winter-
  05 mai 2020
Dans ce roman, nous faisons la découverte d'une famille originale vivant dans une ancienne église. On y suit tout au long les jumelles Merit et Honor puis leur frère Utah mais aussi Moby leur demi-frère, fils de leur père et de sa nouvelle femme Victoria. L'histoire est contée du point de vue de Merit qui est une adolescente de dix sept ans mal dans sa peau qui ne réussit pas à trouver sa place au sein de sa famille plutôt atypique, elle est un peu le vilain petit canard de la famille. J'ai eu du mal à avancer dans ce roman assez déconcertant et moralisateur par moments qui ne commence à être réellement intéressant qu'à partir de la moitié de l'ouvrage.
Commenter  J’apprécie          471
Saiwhisper
  15 juin 2020
Adepte de la plume de Colleen Hoover, j'attends toujours les versions pocket de ses romans avec impatience ! Alors, lorsque ma petite panda rousse (et son papa) m'ont offert « À première vue » lors de la fête des mères, j'ai été aux anges. Je n'ai d'ailleurs pas traîné à le lire, puisque j'ai plongé dedans quatre jours après l'avoir reçu. J'avais hâte de découvrir cette nouvelle romance et me demandais quels sujets l'auteure allait aborder. Or, le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai été étonnée ! La famille que l'on va apprendre à découvrir est véritablement haute en couleurs et originale. Mais, pour tout vous avouer, j'ai trouvé l'ambiance particulièrement dérangeante, atypique et malsaine. Laissez-moi plutôt vous présenter tout ce petit monde !
Merit, l'héroïne, collectionne les trophées des autres dès qu'il lui arrive quelque chose de contrariant ou douloureux. Elle fait l'école buissonnière et se comporte de façon très agressive avec son entourage qu'elle méprise. Si on peut comprendre ses difficultés à côtoyer certains membres de sa famille, on ne peut néanmoins pas accepter certains de ses choix comme celui de fantasmer secrètement sur le petit-ami de sa soeur jumelle vivant à la maison ou encore demander à son demi-oncle de coucher avec elle ! Je ne me suis absolument pas attachée à elle et, même en ayant terminé le livre, je n'arrivais toujours pas à l'apprécier. Il y a aussi Honor, sa jumelle, qui a une étrange fascination pour les garçons en phase terminale, puisqu'elle a volontairement choisi des compagnons devant mourir bientôt d'une maladie grave. Être la dernière personne qu'ils aiment est un choix qui lui tient à coeur. On notera également Utah, un frère aîné caractériel et secret que l'on apprendra à découvrir en fin d'ouvrage ou encore Moby, le demi-frère mignon de quatre ans, encore innocent.
Le patriarche de la famille a longtemps eu une mauvaise image auprès des siens, puisqu'il semblait avoir fait des choix terribles : alors que sa femme était atteinte du cancer, il est sorti avec son infirmière. Depuis, les deux compagnes, portant le même prénom, vivent sous le même toit. L'ex-femme au sous-sol avec une agoraphobie extrême et l'autre vivant à la maison, mais dictant sa loi ou encore son régime alimentaire. À ce noyau s'ajoutent Luck, un oncle à l'esprit débridé, et Sagan, celui qui obsède littéralement l'héroïne. Honnêtement, j'ai longtemps trouvé ces personnages ainsi que l'ambiance très très spéciaux ! J'avais l'impression que tout le monde couchait avec tout le monde ou enviait/fantasmait l'un sur l'autre. Il m'a d'ailleurs été très difficile de rentrer dans le récit que je lisais certes, aisément, mais en me demandant où l'auteure voulait en venir. Il m'a d'ailleurs fallu attendre le dernier tiers pour avoir des réponses et enfin comprendre les maux de chaque protagoniste. Il faut dire, que le rythme est lent, afin de permettre au lecteur de découvrir chaque personnalité. Comme Merit, on se forge malgré nous une opinion sur chaque portrait et on finit par tomber de haut lorsque les non-dits se brisent et que les langues se délient enfin… Hélas, pour ma part, c'était déjà trop tard. Hormis Sagan et le petit Moby, je n'avais réussi à m'attacher à personne, ni à éprouver de la compassion pour quiconque.
En soit, le livre n'est pas mauvais. Il ne répondait simplement pas à mes attentes. Colleen Hoover a réussi un véritable tour de force en m'obligeant à juger ses personnages, puis en démontant cette image. Elle a fait un pari osé : proposer une famille dysfonctionnelle. Chaque individu est complexe, original et ne ressemble pas aux personnages que l'on peut croiser en littérature. En outre, l'auteure parvient avec brio à aborder plusieurs thématiques (identité, bonheur, dépression, inceste, adultère, famille, amour, sexualité, entraide, phobie, etc.), tout en donnant son avis sur certains sujets. On notera également l'intégration de quelques dessins réalisés par Sagan. L'idée est bonne toutefois, j'ai trouvé que ces éléments étaient trop petits. On aurait pu les agrandir pour mieux en profiter. Cette lecture m'a donc laissé un ressenti mitigé, voire s'est transformé en déception. Hélas, je me suis sentie très éloignée des personnages, ce qui a nui à mon ressenti sur le scénario, déjà particulièrement long à se mettre en place. Ajoutons à cela une atmosphère trop dérangeante ainsi qu'une romance qui, à mes yeux, manquait de peps… J'ai également été hermétique aux tentatives d'humour. Si vous ne connaissez pas Colleen Hoover, mieux vaut commencer par un autre titre que celui-ci.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Gaoulette
  08 novembre 2018
Coho sait tout faire. Coho sort encore une fois de sa zone de confort. Coho tente, propose et ça matche avec moi encore une fois pour moi. Quand on a une plume magique, on peut tout se permettre et Colleen Hoover le fait brillamment. Par contre je ne comprend pas pourquoi ce roman n'est pas sorti dans la catégorie New Way d'Hugo Roman car on est en plein Young adult. Les adeptes de Coho ont du être surpris par cette romance qui est traité en second plan. D'ailleurs elle n'est pas vraiment essentiel dans le dernier bébé de Coho, c'est juste un accessoire pour apporter un peu de suspense aux péripéties de Merit.
La trame principale du roman est la famille dysfonctionnelle et son manque de communication. Un roman jeunesse a une seule voix portée par Merit, 17 ans, jeune fille complétement perdue et se renferme dans son cocon et mutisme. Elle nous fait partager toute sa colère en elle car elle ne communique avec personne. Sa rencontre avec Sagan, jeune homme énigmatique ne va pas arranger les choses et va exacerber sa colère et son manque de confiance en elle.
Colleen Hoover a toujours été douée pour décrire des sentiments, pour donnes des émotions fortes. C'est simple j'ai eu la larme à l'oeil à plusieurs reprises. La vie de Merit est en apparence un chaos complet et on la voit s'enfoncer dans son gouffre émotionnel.
Comme à son habitude, Coho garde des secrets sous la manche et les dévoile tout doucement pour créer son effet de surprise totale. Elle a réussi à façonner chaque personnage pour les rendre réels à dans notre imagination. du coup elle arrive à nous pousser là où elle veut pour s'idéaliser ou pas chaque héros. Coho a l'art et la manière de retourner chaque situation. Cette fois ci elle ne déroge pas à la règle. Elle m'a retournée comme une crêpe et m'a encore donné un coup de coeur.
Colleen Hoover a réussi son pari de proposé un parfait Young adult comme je les aime. Elle m'épate par sa finesse et ses choix de héros. Cette fois ci elle en propose plusieurs qui vont marquer le lecteur. Une famille atypique qui fera pleurer, donnera des séquences émotions et provoquera aussi de fous rire. Elle pointe du doigt une maladie encore tabou de manière subtile. J'ai adoré cette prise de direction pour éviter l'évidence au lecteur. Without Merit/Première vue, les deux titres conviennent parfaitement sachant que le second fait échos très vite au lecteur. Un énième coup de coeur pour la COHO!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
sylviedoc
  10 février 2020
A première vue, il s'agit d'un roman contée par une ado de 17 ans un peu en rébellion contre sa famille, qui ne va plus au lycée et trouve qu'on ne s'intéresse pas à elle. Elle compense ses journées un peu pourries en s'achetant (ou en dérobant) des trophées qu'elle collectionne, peu importe la discipline. Elle vit au sein d'une famille un peu mise à l'index par sa communauté, parce que peu conventionnelle. Déjà, au lieu d'habiter une maison comme tout le monde, son père a racheté et réaménagé une église. Il y vit en compagnie de ses 4 enfants, Utah, Merit (la narratrice)et Honor sa jumelle, Moby, le petit dernier de 4 ans, ainsi que Victoria, sa seconde femme, mère de Moby, et Victoria, sa première femme qui vit au sous-sol. (Pratique d'avoir deux femmes portant le même prénom, comme le remarquera Merit, pas de risque de se tromper si on parle en dormant). En résumé : "cette maison est habitée par sept habitants plus incroyables les uns que les autres. Nul ne saurait deviner, de l'extérieur, que notre famille inclut un athée, une briseuse de ménage, une ex-femme atteinte d'une forme sévère d'agoraphobie, et une adolescente affectée d'une obsession frisant la nécrophilie" (p.25). Cela vous donne une petite idée de la famille Voss. Cet "équilibre" précaire va être bousculé par deux nouveaux arrivants. Sagan, jeune homme sensible et doué pour le dessin, va éveiller des sentiments nouveaux chez Merit, sentiments qu'elle va bien vite réprimer, craignant de marcher sur les plates-bandes de sa jumelle. Un autre garçon va également débarquer par surprise, Luck, le jeune frère de Victoria n°2 qu'elle n'a pas revu depuis des années. Cinq jeunes adultes sous le même toit, cela crée forcément des émois et la jeune Merit commence à perdre pied, se sentant de plus en plus transparente par rapport à Honor, tellement plus sûre d'elle malgré sa bizarre manie de ne choisir ses petits amis que parmi des jeunes gens au seuil de la mort. En plus, elle a la lourde tâche d'être dépositaire de tous les secrets de la famille, ce qui un jour va tellement lui peser qu'elle décide d'écrire une lettre où elle dévoilera tout ce qu'elle sait de chacun. Autant dire que ça va faire mal...
Mais derrière les apparences, il y a parfois des choses qui ne sautent pas aux yeux à première vue. Et c'est toute la finesse de ce roman, qui détricote peu à peu ce qui nous semblait évident, pour révéler une autre réalité, et des personnages aux motivations bien différentes de ce que nous avions cru. Et nos jugements vont se nuancer, nous allons comprendre en même temps que Merit qu'il ne faut pas toujours s'arrêter à ce que l'on perçoit "A première vue"
Un bon divertissement, qui se lit d'une traite, et plus profond que je ne l'aurais pensé...à première vue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
9004089
  13 octobre 2017
Ce n'est plus une nouveauté, Colleen Hoover est mon auteure préférée et ses livres sont les sorties les plus attendues pour moi, chaque année. J'étais donc très impatiente de lire ‘Without Merit'. D'autant que ce qui en était dit sur les réseaux de l'auteure laissait présager un nouvel OVNI, au même titre que ‘It Ends With Us‘ (Jamais Plus) ou ‘Too Late‘ mais dans un autre genre. J'avais vraiment hâte, donc !
Commençons par présenter le livre. C'est l'histoire de Merit, de sa famille et de leurs proches. Un père, une mère, une belle-mère, un frère, une soeur jumelle, un demi-frère, un chien et puis deux jeunes hommes. Ils sont étranges, tous. Les gens parlent d'eux en ville et ils ont peut-être raison parce que cette famille cache bien des secrets. Des secrets que Merit ne supporte plus.
Maintenant que vous avez lu la quatrième de couverture, plus haut, et mon propre résumé : oubliez tout. Cela ne vous servira à rien. Ce livre ne sera de toute façon pas ce que vous pensez. N'ayez aucune attente si ce n'est de lire un récit de qualité, parce que vous pourriez être déçus (ou au contraire, positivement surpris). ‘Without Merit' n'est pas une romance, il ne ressemble à aucun livre de Colleen Hoover, il est unique, il est fort, il est particulier, il est vrai… il est beaucoup de choses, mais certainement pas ce que vous imaginez.
Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre en commençant la lecture et en même temps, j'étais totalement confiante car j'adore le style de Colleen Hoover. Et pourtant, un malaise s'est emparé de moi dès le début, et après une cinquantaine de pages, j'ai commencé à avoir peur. J'ai retrouvé la plume que j'aimais tant et je ne pouvais donc nier la qualité du récit, mais quelque chose clochait, quelque chose me gênait et je me suis demandé si cela serait le premier CoHo que je n'apprécierais pas. Paradoxalement, j'ai trouvé le tout très addictif, je n'arrivais pas à lâcher le livre et j'étais vraiment perplexe. Pourquoi est-ce que je voulais tant avancer alors que ce sentiment de malaise était si pesant ?
J'ai continué et j'ai compris. J'ai compris ce qui « n'allait pas » avec Merit, j'ai compris qu'elle était moi, que j'étais elle, que ses peines étaient (ou avaient été) les miennes et que je me sentais mal parce que j'avais le sentiment de m'observer moi-même. Ce malaise ressenti, c'était juste le mien, celui de ma propre existence.
Lorsque j'ai réalisé le thème au centre de l'histoire, qui m'est si familier, tout s'est mis en place et j'ai compris que l'histoire de Merit faisait écho à la mienne. Je me suis mise à pleurer et j'ai continué à lire sans pouvoir m'arrêter.
Je dois avouer que cela a été assez dur, émotionnellement parlant, mais en même temps, je suis tellement heureuse que Colleen Hoover ait abordé de tels sujets !
Au-delà des points sombres particulièrement bien travaillés, j'ai aimé cette notion de perspective que l'auteure mentionne. Cela m'a beaucoup fait réfléchir à mes craintes, mes propres opinions sur mes proches et sur les relations humaines de manière générale. Elle aborde également le rapport à la souffrance, comment chaque être est différent et a son propre seuil de tolérance sans pour autant être plus faible ou avoir des problèmes moins importants que les autres. (Vous savez cette phrase très agaçante qui ne vous aide absolument pas à aller mieux et vous fait culpabiliser de souffrir : « Ne te plains pas, il y a pire que toi » et toutes ses variantes.)
Colleen Hoover a su toucher ma corde sensible et c'est ce qui a fait toute la différence.
Le livre est excellent, il est extrêmement bien travaillé et écrit, les personnages sont originaux et fascinants (j'ai adoré Sagan et Luck, puis Utah vers la fin, quant à Merit, inutile de dire que j'ai un fort attachement pour elle) et l'histoire est bien trouvée, mais ce sont les émotions qui ont fait toute la différence.
Je pense que beaucoup de fans de l'auteure vont être déçus ou même dire « ce n'est pas son meilleur livre » mais c'est faux. Ce ne sera pas leur préféré mais pour autant, il n'est pas moins bon que les autres. Il est différent car ce n'est pas une romance, surtout ne vous attendez pas à ça ! (Même s'il y a des éléments romantiques.) J'ai mentionné plus haut ‘It Ends With Us‘ (Jamais Plus) et ‘Too Late‘ parce qu'ils ont cette particularité aussi. Les deux sont des romances où justement la romance n'est pas au centre de l'histoire. ‘Without Merit' est dans la même veine mais avec encore moins de romance et un focus plus fort sur la thématique abordée. Pour autant, il y a de l'amour, il y en a toujours.
Il est très difficile pour moi de faire une chronique de ce livre. Je ne peux même pas dire « j'ai adoré », c'est bien plus complexe que ça. Ce roman m'a fait vibrer comme jamais et pour la première fois de ma vie, je me suis identifiée à un personnage. Dans un ancien rendez-vous littéraire, j'exprimais ma difficulté à trouver un personnage qui me ressemble car je suis une personne très particulière et que je n'avais encore jamais réussi à m'identifier réellement à un personnage fictif. Maintenant, il y a Merit. C'est la première fois que cela m'arrive et cela explique donc mon sentiment concernant ce livre.
Même si je fais abstraction de mes goûts personnels, je persiste à trouver ce livre excellent et immanquable. Il diffère de ce que l'auteure propose habituellement mais il est aussi bien écrit qu'à son habitude, les personnages sont singuliers et vraiment attachants, il y a encore un mélange de deux arts avec les oeuvres de Brandon Adams (même si j'ai été un peu moins sensible à son travail qu'à celui de Danny O'Connor dans ‘Confess‘), l'histoire est addictive et les sujets abordés sont extrêmement intéressants et bien traités.
J'ai envie de relire le livre immédiatement, je voudrais plus de Merit, plus de Sagan, de Luck, d'Utah et de tous les personnages, en fait. Mais plus que tout, je veux que des gens lisent ‘Without Merit', qu'ils soient touchés et peut-être aussi, que certains ouvrent les yeux. Je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler mais lisez-le. Ne vous attendez pas à une romance, oubliez que c'est Colleen Hoover et lisez simplement l'histoire de Merit. Peut-être que vous y serez aussi sensibles que moi et que vous comprendrez pourquoi ma chronique est si confuse.
Lien : http://plumebleuee.com/2017/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
GaouletteGaoulette   23 octobre 2018
- Ca m'ennuie quand les gens essaient de convaincre leurs voisins que leur colère ou leur stress n'est pas justifié tant que quelqu'un dans le monde a de quoi se plaindre davantage. C'est nul. Tes émotions et tes réactions sont valables, Merit. Ne laisse personne te dire le contraire. Toi seule les ressens.
Commenter  J’apprécie          90
Ninie067Ninie067   30 novembre 2018
Je possède une impressionnante collection de trophées que je n’ai pas gagnés.
Pour la plupart, je les ai achetés dans des brocantes ou des vide-greniers. J’en ai reçu deux de mon père pour mon dix-septième anniversaire. Je n’en ai volé qu’un.
C’est sans doute celui que j’aime le moins. Je l’ai pris dans la chambre de Drew Waldrup, juste après qu’il a rompu avec moi. On est sortis ensemble pendant deux mois et c’était la première fois que je le laissais passer la main sous mon tee-shirt. Je trouvais ça très agréable, jusqu’au moment où il a baissé les yeux sur moi et a laissé tomber :
— Je crois que je n’ai plus envie de sortir avec toi, Merit.
Alors que j’appréciais sa caresse sur mes seins, il ne pensait qu’à une chose : ne jamais recommencer. Stoïquement, je me suis levée. Après avoir rajusté mon tee-shirt, je me suis dirigée vers sa bibliothèque pour y prendre le plus gros de ses trophées. Il n’a pas dit un mot. J’estimais qu’après m’avoir larguée, la main sur mon cœur, il me devait bien ça.
Ce trophée du championnat régional de football a lancé ma collection. Dès lors, j’en choisis au hasard dans les brocantes, chaque fois qu’il m’arrive des trucs nuls.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Winter-Winter-   03 mai 2020
Toutes les erreurs n'entrainent pas forcément de conséquences. Parfois, elles n'invitent qu'au pardon.
Commenter  J’apprécie          210
Winter-Winter-   03 mai 2020
- Ca m'ennuie quand les gens essaient de convaincre leurs voisins que leur colère ou leur stress n'est pas justifié tant que quelqu'un dans le monde a de quoi se plaindre davantage. C'est nul. Tes émotions et tes réactions sont valables, Merit. Ne laisse personne te dire le contraire. Toi seule les ressens.
Commenter  J’apprécie          50
LesPetitsMotsDeCiLesPetitsMotsDeCi   09 octobre 2017
"What I'm saying is, the same two things could happen to two people, but that doesn't mean they would experience the exact same stress over it. We all have different levels of stress that we're accustomed to. You probably felt the same amouth of stress over your family situation as sometimes do about mine, even though they're on completely different levels. But that doesn't make you weaker. It doesn't make you an asshole. We're just two different people with two different sets of experiences."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Colleen Hoover (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colleen Hoover
Mélusine reçoit Colleen Hoover, l'auteure de November 9, Jamais Plus, Maybe Someday, Ugly Love, et Never Never !
Suivez-nous sur les réseaux sociaux ! - Instagram : https://www.instagram.com/hugonewroma... - Facebook : https://www.facebook.com/HugoNewRomance/ - Twitter : https://twitter.com/HugoNewRomance - Snapchat : @HugoNewRomance
Pour commander November 9 : PAPIER Amazon : http://amzn.to/2xFWr7O Fnac : http://bit.ly/2iPUh2W Cultura : http://bit.ly/2gZbFBW Chapitre : http://bit.ly/2A26SnI Decitre : http://bit.ly/2lzLOli
NUMÉRIQUE Amazon : http://amzn.to/2xHRtr1 Fnac : http://bit.ly/2zTsguI Playstore : http://bit.ly/2yhkHBD Nolim : http://bit.ly/2z5Or3C
Si vous avez aimé cette vidéo, n?hésitez pas à vous abonner et mettre un petit pouce bleu, ça fait toujours plaisir ! La #TeamNewRomance
+ Lire la suite
autres livres classés : secretsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quizz - Ugly love

Quelle est le prénom du personnage principal (féminin)?

Rachel
Tate
Colleen
Bella

9 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Ugly Love de Colleen HooverCréer un quiz sur ce livre

.. ..