AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 233009261X
Éditeur : Actes Sud (14/03/2018)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Les Mirages de la certitude revisite la manière dont l’antique question (jamais résolue) du rapport du corps et de l’esprit a informé la pensée contemporaine, et ce souvent pour la déformer, voire la brouiller, dans les domaines des neuro-sciences, de la psychiatrie, de la génétique, de l’intelligence artificielle ou de la psychologie évolutionniste.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
CraboBonn
  03 août 2018
Un essai sur lequel je suis tombé par hasard et qui naît de cette question: qu'est-ce que l'esprit ? Et son corolaire: qu'est-ce que la conscience (voire le moi) ? En filigrane, la question est peut-être de savoir si les machines peuvent avoir un esprit, si l'intelligence artificielle va nous faire interagir avec des alter-egos de métal et d'électronique. Cette question n'apparait pourtant pas explicitement avant la fin de la première moitié du livre alors qu'elle me donnait l'impression d'être un des réels moteurs de l'ouvrage ... mais peut-être est-ce là de la projection de ma part ? A la lumière de quelques philosophes (Descartes, Vico et Elisabeth Cavendish), Hustvedt pose le décor: l'esprit est-il séparé du corps (vision cartésienne) ou fait-il un ? Est-ce autre chose ? Est-il réductible au seul cerveau ? Notre intelligence est-elle purement computationnelle et résulte-t-elle d'une suite d'opérations logiques ? Voilà une liste non exhaustive des questions, abordées souvent avec cette même structure mathématique hypothèse - thèse – démonstration. Une démonstration « par l'absurde », qui vise souvent à démontrer que les thèses développées par d'autres ne tiennent pas.
Le texte est riche en références philosophiques, mais surtout scientifiques (au point que je me suis demandé à de nombreuses reprises si Hustvedt, que je ne connaissais que de nom, n'avait pas une formation de neurologue, ou du moins médicale). le moins que l'on puisse dire est que la réflexion d'Hustvedt est richement guidée par la recherche scientifique sur le cerveau, mais sans y être cantonnée. Il ne s'agit pas non plus de lecture superficielle, ou une absorption de résultats de mauvaise vulgarisation, mais bien d'argumentation qui me semblent généralement solides. Malgré ses défauts (j'ai eu le sentiment que la même argumentation aurait pu être développée avec le même poids en 30% moins de pages; le texte est aussi parfois prétentieux voire péremptoire), cet essai m'a conduit à de nombreuses réflexions, et à affiner mes idées éparses sur ce qu'est effectivement l'esprit. Parti d'une conception dynamique (i.e. en évolution) d'un esprit émergeant de processus neuronaux en interaction avec un corps (vus comme capteurs d'une réalité extérieurs), j'ai rejoint pour une bonne part la vision de Hutsveldt, qui rajoute à celà une interaction plus grande avec « le monde extérieur » et qui voit le corps et l'histoire personnelle comme autre chose que des "capteurs" et un renforcement de circuits privilégiés (vision plus computationnelle). Hustvedt insiste aussi, à raison, sur l'importance du corps dans l'enfance (et l'interaction mère-enfant ; mais je généraliserais à parent - enfant) dans la construction du moi et de l'esprit. Elle aborde aussi la question du placébo pour éclairer le rôle de l'inter-relationnel dans la construction de l'esprit et de la conscience. Il y a réellement peu d'éléments éclairants la question de l'esprit qui ne soit pas abordé dans ce livre sauf peut-être celle du coma et des états dits de conscience minimale.
Au final, c'est le rôle du corps et de l'histoire personnelle, qui pour Hustvedt font que des machines conscientes sont un phantasme. Même si je la rejoins sur de nombreux points, je ne suis pas intimement convaincu par sa conclusion. Peut-être parce que rien ne dit que le modèle animal/humain soit le seul qui donne naissance à l'esprit. Mais peut-être n'est ce qu'une question de langage et qu'un esprit issu d'autres processus, ne serait simplement pas le même esprit et ne pourrait être appelé comme tel. le débat n'est pas clos. Un livre plutôt intéressant (surtout ne pas se laisser décourager par le ton des premières pages … la suite est plus intéressante !) pour ceux que ces questions intéressent, sans pour autant les avoir vraiment sorti de leur esprit ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
JacopoJacopo   16 novembre 2018
Hannah Arendt ne fut pas la seul à suggérer que savoir ce que sont les êtres humains est, pour les êtres humains, un exploit assez comparable à celui qui consisterait à "sauter par dessus son ombre". Nous persévérons néanmoins. La question est bien trop intéressante pour qu'on la laisse de côté.
Commenter  J’apprécie          50
DelphineMaDelphineMa   12 août 2018
L'éducation des enfants était l'un des principaux soucis de Vico. Il craignait qu'un enseignement sous la seule égide de Descartes ne fasse des enfants qui le recevraient des êtres chétifs aux piètres compétences linguistiques. Ce débat n'est pas clos. Aux Etats-Unis, les mathématiques et les sciences sont en général considérées comme plus importantes dans l'éducation que les lettres et les arts. Les mathématiques et les sciences ont une aura de sérieux, une sévérité disciplinée qui manquent aux sciences humaines et aux arts.[...] Vico voulait maintenir en vie l'enseignement classique, dont il craignait la disparition dans le programme cartésien. Il vit aussi que la spécialisation accrue dans les universités fragmentait le savoir au point que les divers domaines devenaient inintelligibles les uns aux autres.

p.26
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JacopoJacopo   16 novembre 2018
Toutes les idées sont, d'une manière ou d'une autre, des idées reçues. Ils existe des penseurs que nous considérons comme originaux mais, pour être capable de penser le moins du monde attentivement, ils ont dû, eux aussi, ingérer les pensée d'autrui, habituellement sous formes de livres, il n'est pas de pensée sans précédent.
Commenter  J’apprécie          10
psechpsech   22 août 2018
En termes simples, les perceptions d'un observateur sont configurées par ses perceptions antérieures. Nous poussédons l'équipement visuel qui nous permet de voir, mais nous apprenons aussi à voir et à lire le monde au travers des expériences que nous y vivons.
Commenter  J’apprécie          10
DelphineMaDelphineMa   12 août 2018
Carrément à l'opposé de la pensée de Descartes et de sa vaste influence, Gimabattista Vico (1666-1744), homme de lettres, historien et professeur à l'université de naples, édifia une défense vigoureuse de la rhétorique, de la culture et de l'histoire grâce à la métaphore et à la mémoire, lesquelles, croyait-il, avaient pour origine nos expériences sensorielles.[...] Pour Vico, la conscience humaine avait elle-même une histoire.

p.24
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Siri Hustvedt (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Siri Hustvedt
Siri Hustvedt présentera son dernier roman : " Un monde flamboyant " paru aux éditions Actes Sud.
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
345 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre