AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782897112455
347 pages
Éditeur : EDITIONS DRUIDE (22/09/2015)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Quand Alexandre Jobin sort d'une consultation médicale inquiétante, il sait que la mort le guette. Que faire ? Boire jusqu'à plus soif ? S'isoler jusqu'à l'heure fatale ? Deux évènements aideront l'antiquaire, ex-officier des services de renseignement de l'armée canadienne, à sortir de cette sombre spirale. D'abord, on lui propose un contrat alléchant : aller en Italie pour y faire expertiser des esquisses anciennes. Puis, une maîtresse un peu oubliée le supplie de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SebastienCreo
  24 mai 2017
Il y a peine trois semaines, je finissais de lire une excellent roman policier qui comprend un antiquaire et c'est le livre de Barry Lancet: Japantown. Et il y a quelques mois, j'ai lu l'histoire d'un ancien militaire devenu policier à ses heures j'ai nommé Lee Child avec 61 heures. Tout les deux ce sont de bon romans policier, on y retrouve de l'action et une intrigue qui se tient. Dans le livre d'André Jacques, il y a beaucoup d'invraisemblance comme le fait que c'est un antiquaire et qu'il ne connaît personne dans les milieu des peintures, ou d'autres antiquités. Les mafias italienne ou russes sont décrit comme étant des imbéciles de premières surtout lorsqu'on vient de leur voler la bagatelle de 50 millions de dollars. Cela s'aurait dû appeler Les morceaux de Pavie parce que la bataille dure à peine un instant surtout que si on prend en compte les moyens qu'ils ont. Il y aurait dû y avoir une tonne d'action et des assassins à chaque coin de rue que ce soit en Italie ou au Québec. L'intrigue est inégale, l'écrivain à un certain talent mais avec ce j'ai lu sur les mafias en général. Ils n'auraient eu aucune chance surtout si elle a un petit couteau pour ce défendre la belle Pavie. le côté antiquaire ne ma pas convaincu non plus, il parle rarement d'objet ancien même pas des allusions et c'est un autre personnage qui fait la recherche tout ce que fait Alexandre Jobin c'est avoir du plaisir et des ulcères. Et le montant de 50 millions de dollars c'est des peanuts comparé aux milliards qu'ils font par année. C'est une goutte d'eau dans l'océan, et l'Italie pas très intéressant. Une autre chose qui ma un peu tanné, pourquoi un éternel sandwich jambon-fromage en Italie ou ailleurs à croire qu'ils n'ont rien au menu là-bas. Après la France, je crois que l'Italie est assez bien côté niveau gastronomie. Je vais peut-être m'y essayé une prochaine fois. Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26
  22 août 2019
J'ai beaucoup aimé ce livre. L'intrigue est soutenue et intéressante.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   15 novembre 2018
Durant la guerre, les Allemands ont mis la main sur des milliers d’objets de valeur et d’œuvres d’art appartenant à des familles juives ou à des familles d’opposants politiques. Dans tous les pays : en Allemagne, en France… En Italie même. Les fascistes leur ont facilité la tâche et se sont parfois servis au passage. Certaines œuvres ont été retrouvées et restituées à leurs propriétaires ou à leurs descendants, mais des milliers d’autres restent cachées. Même aujourd’hui, plus de soixante ans après les faits, il ne se passe pas une année sans qu’on en découvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 novembre 2018
Non. Ces gens-là n’avaient pas voulu la tuer. Simplement l’effrayer, la capturer ou l’affoler pour qu’elle fuie. Mais, avant de fuir, qu’elle les mène au coffre. Pauvres types qui croyaient qu’elle ne ferait que courir vers un abri sûr pour y passer la nuit ! Une Américaine paniquée qui, le lendemain, se précipiterait à la banque pour sortir de son coffre l’argent, les documents, le disque dur et, surtout, les codes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 novembre 2018
Elle aurait voulu plus de stabilité… Qu’on s’installe ensemble… Elle en avait un peu marre de son métier d’accessoiriste. Les plateaux de tournage, ça roule trois ou quatre mois par année. Le reste du temps, elle se contentait de petits contrats pour des théâtres ou pour la télé. Ça lui laissait du temps pour penser. Trop de temps. Et puis, je crois qu’elle aurait voulu avoir un enfant…
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 novembre 2018
Après la guerre et la défaite de Mussolini, la vie avait été dure pour les gens qui avaient travaillé dans l’administration fasciste. Certains avaient été arrêtés, emprisonnés, exécutés même. Plusieurs avaient perdu leur emploi. On profitait du chaos de l’épuration pour régler de vieux comptes.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 novembre 2018
Simplement un peu d’arthrite. C’est normal. Tu as quand même étudié dans un collège militaire avant de devenir antiquaire et on a dû vous apprendre que les vieilles blessures pouvaient laisser quelques séquelles. Des anti-inflammatoires devraient atténuer les symptômes.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : polar québécoisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
171 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre