AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dupuy (Illustrateur)Charles Berbérian (Illustrateur)
EAN : 9782757809914
96 pages
Éditeur : Points (15/01/2009)

Note moyenne : 3.09/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Les brutes sont partout. Nous subissons leur loi, que ce soit à l'école, au catéchisme, à l'armée ou en amour. Un homme pourtant s'est rebellé : Philippe Jaenada a su dire non à la cantinière, refuser Dieu et défier l'armée. Convoqué pour ses trois jours de servie militaire en octobre 1984, il se retrouve encerclé par les brutes, mais rira bien qui rira le dernier.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Luniver
  25 mars 2015
Dès son plus jeune âge, Philippe Jaeneda a craint les trois grandes épreuves de la vie : le Catéchisme, le Service militaire et le Mariage. Si le premier s'est déroulé assez facilement et qu'il a cédé avec une certaine complaisance au dernier, il reste à affronter le second. Il décide alors de dire « non ». Et ce n'est pas évident quand on sait que son dernier défi à l'Autorité a consisté en un refus de manger de la langue de boeuf à la cantine.
Jaeneda n'a pas brisé tous les systèmes à la sortie de cette épreuve, mais il a réussi à remporter une manche. Ce n'est pas si mal, et c'est même sans doute un résultat supérieur à la moyenne. Mais ça rend presque amer, quand on voit la disproportion du combat et jusqu'où il faut s'abaisser pour la remporter.
Commenter  J’apprécie          180
liberliger
  12 novembre 2012
Rarement un titre de livre ne m'a parut aussi peu en rapport avec son contenu. La quatrième de couverture nous annonce un triptyque catéchisme, armée , mariage où nous subirions la loi des brutes. Pour le catéchisme, le thème est évacué en une demi-page. Quant à l'armée, loin de lire un récit de son service militaire ou même à la rigueur quelques anecdotes bien senties (et dieu sait que le sujet s'y prêtait pourtant), l'auteur se contente de nous raconter sa tentative laborieuse mais réussie pour échapper à l'incorporation à l'issue de ses trois jours (pour les plus jeunes c'était l'équivalent de la JAPD avant la suppression du Service National). Bref, rien de bien excitant, ni drôle (j'ai du au mieux esquisser un demi-sourire à l'évocation discrète des Chéloniens de Blade Runner). Tout ça pour annoncer fièrement qu'il a été réformé P4 grâce à une lettre de complaisance d'un psy du civil. Et tout cela se veut "le livre le plus drôle de l'année" (dixit toujours la quatrième de couverture !).
Une lecture ennuyeuse, des dessins sans charme. Aucun intérêt. Je ne l'échange même pas, je le donne par retour du courrier (à défaut de franchise militaire, paiement des frais d' envoi par timbres postaux SVP).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
soleil
  15 août 2018
Premier livre que je lis de cet auteur. Philippe Jaenada raconte quel coup il a monté pour essayer d'échapper au service militaire. 
 Il a quand même l'art de raconter les choses avec beaucoup de réalisme ce qui fait sourire bien des fois tant ses plans semblent parfois loufoques et foireux.
C'est un livre que j'ai apprécié moyennement car il est très court (85 pages) et j'avais davantage l'impression de lire le chapitre d'un livre qu'une oeuvre à elle toute seule.
J'ajoute qu'il y a quelques dessins de Charles Berberian et Philippe Dupuy auxquels je n'ai pas été plus sensible que cela non par ce qu'ils représentent mais parce que lorsque je lis, je n'aime pas m'arrêter pour voir ce qu'il y a sur la page d'à côté ou revenir en arrière pour contempler un dessin.
Commenter  J’apprécie          30
Erelle
  11 juillet 2012
Ce qui charme (surprend ? intrigue ? captive ?) chez Jaenada en général ce n'est pas son récit mais bien son écriture. L'intrigue n'est jamais réellement au coeur du débat par contre son style est identifiable par son originalité et sa singularité. On ne se lasse pas des parenthèses d'humour, des détails incongrus, des adresses au lecteur qui donnent au récit un brin de folie dans cette histoire plutôt banale. le plus de ce livre réside aussi dans ses dessins ; ni une bande dessinée, ni un livre illustré mais plutôt comme une mise en image des moments les plus cocasses comme pour les graver dans notre esprit.
Commenter  J’apprécie          40
Pickwick
  09 septembre 2010
Le service militaire ? Enfin, oui mais non. Parce que sous prétexte de nous raconter ses trois jours d'incorporation, Philippe Jaenada nous parle en fait… des moutons. Des moutons dociles, des moutons inquiets, des moutons indomptables, des moutons enragés, et même - et surtout - des béliers (les brutes). Oui, en réalité, dans ce court récit autobiographique, et joliment illustré par ailleurs, Philippe Jaenada nous interpelle sur la résistance. Un texte furieusement impertinent qui comporte une dimension initiatique parfaitement assumée sur l'anti-conformisme, la désobéissance, l'insoumission - ou comment devenir un libre-penseur, et surtout, comment le rester.
Mais c'est aussi un récit complètement jouissif, aux vertus euphorisantes assurées : je ne compte plus les immenses fous rires que ce tout petit texte aura provoqué. Car enfin comment ne pas évoquer le désormais célèbre style Jaenada ? Un style mordant, bourré de métaphores bien senties et de digressions plus cocasses les unes que les autres. Un style monté sur ressort - les fameux apartés - mais en même temps d'une grande fluidité, et qui provoque un plaisir de lecture incomparable.
Bref, c'est fin, intelligent et vraiment tordant !
Lien : http://lemondeselonpickwick...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LuniverLuniver   26 mars 2015
Il y a ce poncif hypocrite qui dit que le seul moyen de détourner un avion, c'est de monter dedans. C'est ce qu'avancent tous ceux qui ont le bras dans l'engrenage jusqu'à l'épaule et tentent de se justifier, de redorer le blason de leur conscience. « J'ai pris le vol pour Hambourg, mais vous allez voir, je vais le détourner dans pas longtemps, et forcer le pilote à mettre le cap sur Venise.» Mais combien osent faire irruption dans le cockpit et mettre un couteau sous la gorge du commandant de bord ? C'est très difficile. Très risqué. (Il faut être fou, pour tout dire.) Par conséquent, la grande majorité de ces pirates de pacotille atterrissent à Hambourg et se persuadent, en espérant qu'on a oublié leurs fières et rebelles intentions (« Quoi, moi, j'ai dit ça ? »), que finalement c'est pas si mal Hambourg, c'est très sous-estimé, et puis quoi, une ville est une ville. En ce qui me concerne, je pense que le meilleur moyen d'aller à Venise, c'est plus simplement de ne pas monter dans l'avion qui va à Hambourg, mais dans celui qui va à Venise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LuniverLuniver   25 mars 2015
Il y a temps de choses à combattre (le temps, le travail, la peur, l'autorité de l'argent, les pensées toutes faites, les crétins arrogants, les pudibonds, les mortifiés, les brutes de tout poil et ce qui va avec), le service militaire est si présent partout, grossièrement déguisé, les casernes si nombreuses et les bataillons si bien alignés, que réussir à ne pas se faire enrôler, contraindre, enchaîner, à passer plus ou moins à côté, ou au travers, en slalomant, à ne faire à peu près que ce qu'on aime et presque quand on veut, est déjà une sorte de prouesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PickwickPickwick   09 septembre 2010
Quand j'étais petit (avant-hier), après m'être succinctement renseigné, auprès de mes bons parents, sur les grandes lignes de l'existence à venir et les étapes importantes qui jalonnaient le chemin jusqu'à la mort, j'ai compris que tout se passerait à peu près bien si je parvenais à franchir trois obstacles redoutables, angoissants, qui m'apparaissaient comme les seuls points noirs d'une vie sinon plutôt fastoche : le catéchisme, le service militaire et le mariage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
miladomilado   14 décembre 2014
- Si tu mens, Dieu le saura.
- Hein ? Si je mens mal, vous voulez dire.
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Philippe Jaenada (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Jaenada
Masterclass avec Philippe Jaenada « Entre fait divers et enquête romanesque »
Après sept romans tirés de sa propre existence, Philippe Jaenada reçoit le prix Femina pour La Serpe (Julliard) en 2017. Pour la troisième fois, Il s'empare d'un fait divers (triple meurtre impliquant Henri Girard en 1941), enfile le vêtement de détective et part à la conquête « des petites choses qui dérapent, des détails qui interpellent ». Il entraîne le lecteur vers des zones laissées dans l'ombre, manie l'art de la digression et de la parenthèse avec beaucoup d'humour. « Je ne vais pas entrer dans les détails, sinon, je suis foutu » nous dit-il dans son roman de 640 pages.
Masterclass organisée par Aleph-Écriture le samedi 30 mars 2019.
+ Lire la suite
autres livres classés : service militaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1009 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre