AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Anne Damour (Traducteur)
EAN : 9782714438461
250 pages
Éditeur : Belfond (21/08/2003)
3.58/5   37 notes
Résumé :
Installée à New York, Clara avait toujours voyagé pour s'éloigner d'une famille étouffante. À trente-cinq ans, elle revient à Dublin, la ville de son enfance, après qu'une liaison malheureuse l'a détruite jusque dans sa chair. Pour guérir et apaiser son âme agitée, Clara aime se promener seule sur la falaise de Killiney Hill en fredonnant des airs d'opéra. Un jour, un homme l'accoste, certain qu'elle veut en finir...
De cette étrange méprise naît une relatio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  02 janvier 2018
Petite musique des adieux, proposé par Jennifer Johnston, aurait pu n'être qu'une bluette à l'eau de rose en raison de son scénario minimaliste : un homme et une femme broyés par la vie se rencontrent fortuitement et se côtoient platoniquement durant quelques jours, le temps pour chacun de purger ses souffrances, et de décharger son fardeau en racontant son histoire à l'autre.
Laurence a perdu sa femme et son enfant dans un attentat perpétré en Irlande du Nord ; il est enchaîné à la douleur qu'il garde au fond de lui, la nourrit, la laisse grandir au point qu'il n'y a de place pour rien d'autre que la haine. Clara ne se remet pas de sa liaison toxique avec James qui a amoindri ses facultés et laissé son corps meurtri. Ce qu'elle a pris un temps pour de l'affection et du réconfort, dissimulait en réalité des mensonges, de la manipulation.
Si l'intrigue est mince, forte est l'histoire. Jennifer Johnston, dont plusieurs romans ont été prestigieusement primés, murmure à l'oreille du lecteur une douce chanson, une ballade irlandaise, dont les mots simples et poétiques parlent de deuil, de tristesse, de désespoir, de mort... C'est beau, c'est grave, c'est humain et émouvant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          533
sandrine57
  04 juin 2018
Conférencière spécialiste de la littérature irlandaise, Clara voyage de ville en ville, pour être libre de toute attache, pour échapper à la bienveillance d'une famille qu'elle juge envahissante. Mais New York a signé la fin de ses errances. Un homme l'a blessée, l'a meurtrie dans sa chair et dans son coeur et Clara est rentrée au bercail, à Dublin, pour se soigner et se reconstruire. C'est sur la falaise de Killiney Hill, alors qu'il pense qu'elle va se jeter dans le vide, qu'elle fait la connaissance de Lar McGrane. Lui aussi a souffert. Sa femme et sa fille sont mortes dans un attentat en Irlande du Nord, il a tout perdu, il ne lui reste que le chagrin et la haine. Leur rencontre est celle de deux solitudes, deux douleurs, deux êtres qui vont s'apprivoiser, se raconter, se consoler, se faire du bien pour pouvoir aller de l'avant.
Première rencontre avec Jennifer Johnston et le charme à l'irlandaise a opéré. Amour, deuil, blessures, averses de pluie et résilience sont au menu de cette petite musique pour dire adieu à la douleur et au ressentiment. C'est un livre d'ambiance, sans pathos, où deux chagrins se font face. Clara essaie de se reconstruire, d'éloigner la dépression qui la guette. Entourée de l'amour et des confitures de sa mère, de l'attention du médecin de famille, elle porte un regard désabusé sur sa mésaventure amoureuse, s'en veut surtout à elle-même d'avoir été naïve, de s'être laissée piéger par une homme trop beau, trop séducteur, trop peu sincère. C'est par l'écriture qu'elle va entrer en guérison, en couchant sur le papier cette histoire de trahison banale en apparence, mais aux conséquence tragiques pour elle, que la jeune femme pour mettre une distance entre ses sentiments et son vécu. Mais c'est aussi en hébergeant cet inconnu, en appréhendant, sans avoir l'air d'y toucher, sa douleur à lui, qu'elle peut relativiser la sienne. de son côté, Lar a fui l'Irlande du Nord, la compassion tout en retenue de ses parents, tous ceux qui l'exhortaient à prendre sur lui, à aller mieux pour se réfugier avec sa colère et ses larmes auprès d'une femme étrangère à son histoire. Cette parenthèse de quelques jours sera pour ces deux êtres blessés par la vie le déclic propre à les relancer vers l'avenir.
Une belle histoire, de beaux personnages, Dublin pour le décor et la magie d'un roman pudique, subtil, mélancolique mais non dénué d'humour malgré les sujets graves qui y sont évoqués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
carre
  28 mars 2012
J'ai découvert Jennifer Johnston avec ce roman et j'avoue avoir fait une bien belle rencontre.
Clara et Lar se rencontrent à Dublin, ce sont deux êtres solitaires meurtris par la vie, chacun va apprivoiser les différences de l'autre. Jennifer Johnston reprend des thèmes qui lui sont chers : la solitude, le deuil , la tolérance, le droit à la différence avec bien évidemment ce magnifique pays qu'est l'Irlande. le livre empreint d'une douce mélancolie est poignant , touchant et cette petite musique bien agréable à écouter, pardon à lire.
Commenter  J’apprécie          150
adtraviata
  22 novembre 2018
Rien que la couverture de cette édition me plaît déjà : une vitre couverte de pluie à travers laquelle on devine en contrebas une rue dans un mélange de couleurs sombres et claires. Rien ne dit qu'on est en Irlande mais cette image correspond bien à l'atmosphère qui baigne ce roman : la pluie tombe souvent et symbolise le chagrin, le deuil que les deux personnages vivent, les larmes qui coulent ou qui restent bloquées à l'intérieur.
Clara a longtemps vécu à l'étranger pour échapper à une mère étouffante, elle est revenue vivre à Dublin après une rupture amoureuse qui l'a blessée jusque dans sa chair. Lar (Laurence) a fui l'Irlande du Nord sur un coup de tête après la perte de sa femme et de sa fille. Les deux se rencontrent par hasard et sur un malentendu sur Killiney Hill, elle l'invite à passer quelques jours chez elle pour se poser. Tous deux sont tellement écorchés vifs qu'ils s'accrochent régulièrement mais la rencontre a lieu, une sorte de reconnaissance éphémère et finalement bienfaisante de deux douleurs, de deux personnalités très différentes. le récit passe d'un point de vue à l'autre, sans changement de chapitre il se déroule d'une traite en nous donnant aussi accès au roman que Clara a commencé, dans lequel elle dévoile peu à peu ce qui s'est passé à New York, et aux souvenirs de Lar avec sa femme Caitlin.
J'ai retrouvé la plume sensible, à fleur de peau de Jennifer Johnston, une écriture qui fait toujours place aux déchirements internes de l'Irlande et sait se faire acérée au besoin : j'ai adoré le mordant de certains dialogues, l'humour, l'auto-dérision dont fait preuve Clara. La pluie, la nature qui renaît au printemps, les ombres et les rayons dorés du soleil et aussi la musique de Schubert, accompagnent à merveille cette démarche de deux êtres humains sur le point, peut-être, de renaître.
Lien : https://desmotsetdesnotes.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
coca
  23 décembre 2013
Révoltée ! Je suis révoltée après avoir refermé ce roman.
Clara s'est bêtement laissée prendre au filet de James, ce beau mec qui lui a laissé le coeur et le CORPS ravagés par la douleur et l'inguerissable. Il faut toujours se méfier des hommes qui paraissent parfaits !!
Lar, lui, s'en sort bien dans cette histoire. Lui aussi marqué aux fers rouges de la douleur, il va trouver auprès de Clara un réconfort pour l'aider à reprendre la route de l'espoir et oublier le passé.
Cette petite musique des adieux est magnifique ! Elle résonne encore dans mon coeur et restera ancrée dans ma mémoire.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
cocacoca   23 décembre 2013
Je suis moi-même. Je suis Laurence McGrane. Je suis professeur, je sais qui je suis. Je sais que ma femme et mon enfant ont été assassinés. Je sais que je me comporte de façon violente et irrationnelle envers les gens qui disent m'aimer. Je sais qu'un jour je reviendrai à la normalité et que je serai calme, poli et aimable, mais pas encore. Je veux pouvoir crier, m'emporter et haïr, jusqu'au jour où j'en aurai marre de m'apitoyer sur moi-même. Je ne peux pas te donner de date. Alors fous-moi la paix, papa, et cesse de vouloir me guérir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
carrecarre   14 janvier 2012
Bon, dit-elle en agitant la main vers lui. Ne me dévisagez pas ainsi. Je ne veux pas entendre parler du Nord, c’est tout. Pas de Nord dans cette maison. Vous pouvez me parler de votre femme, de votre enfant, de votre mère, de vos espoirs et de vos craintes, de vos rêves perdus, mais pas du Nord. Pas de ces conneries de « vidés de nos tripes par l’Histoire ». Ne polluez pas ma maison avec ça. Quand vous aurez envie de ce genre de conversation, nous irons au pub. Ou marcher sous la pluie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
adtraviataadtraviata   22 novembre 2018
Je vais lui dire toute la vérité ce soir, décida-t-il. Que sa mère aille au diable. Je vais m’asseoir dans ce restaurant et, avec Caitlin à mon côté, je lui dirai tout. Sur l’amour, la haine, le désespoir, sur la nuit qui a recouvert ma vie depuis deux ans. Peut-être posera-t-elle la main sur moi, et à l’endroit o se poseront ses doigts l’obscurité se détachera comme une vieille peau usée. Oui, c’est ce que je vais faire. (p. 236)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
line70line70   22 mars 2011
J'aime m'asseoir et essayer de dégager la vérité de la fiction. Les gens vous débitent en général des mensonges dès qu'ils commencent à se raconter.
[...]
Je ne veux pas dire des vrais mensonges, je veux dire qu'ils enjolivent la vérité - qu'ils structurent la vérité. La vérité n'est jamais structurée. Elle est partout; parfois inexprimable.
Commenter  J’apprécie          50
adtraviataadtraviata   22 novembre 2018
Comme j’aime la pluie irlandaise. Grâce à elle on a la peau douce et les cheveux brillants, c’est du moins ce qu’on disait : je doute qu’on le dise encore longtemps. Enfant, j’en étais si convaincue que j’avais coutume de courir dans le jardin lorsqu’il pleuvait et de lever le visage vers le ciel, laissant les gouttes éclater sur ma peau et rouler le long e mon cou et de mes épaules. Quelqu’un mettait toujours vite fin à cet innocent plaisir. Je ris quand je pense à ce que font les gosses de quatorze ans aujourd’hui. (p. 45)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
164 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre