AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782841568628
157 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (15/08/2007)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Depuis toujours, elle s'est perdue. Bébé, ses parents l'oublient dans une fête foraine. Fillette, elle s'égare avec plaisir dans les bois. Trente ans plus tard, à l'hôpital, on la dit perdue. La tumeur, une étoile accrochée à son cerveau, l'a fait basculer dans un univers d'anges et d'ogres. Quelque chose de son enfance lui est revenu. Qu'on lui laisse oublier la rentrée des classes. Elle est partie cueillir des mûres. C'est son dernier été.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Malaura
  26 mai 2013
Depuis toujours, l'héroïne des Bois dormants s'est perdue.
Cela a commençé deux semaines après sa naissance, lorsque ses parents l'oublient dans une fête foraine.
Dans ses yeux de nourrisson, la Voie Lactée s'est inscrite, laissant un grain de poussière étoilé au centre de son cerveau.
En grandissant, à l'école elle préfère les chemins buissonniers, les flâneries dans les bois dans lesquels elle s'égare avec allégresse, avec constance, avec application, « à la recherche d'un nom à donner au vide ».
Trente ans plus tard, mariée à Michel, son grand homme noir, et mère de deux enfants métis, elle se perd encore, mais cette fois pour de vrai.
L'étoile frontale accrochée à son cerveau, la tumeur aux contours d'astre, ne lui laisse que quelques mois à vivre faits d'oublis, de confusions, d'éparpillements et de dispersions qui prêteraient à sourire s'il n'y avait la chute dans l'escalier et le coma profond d'où notre belle aux Bois dormants continue ses déambulations, s'enfonçant dans la forêt de l'oubli jusqu'au point de non-retour...
Fabienne Juhel a trempé sa plume dans l'encre de la nuit pour nous en ramener des éclats d'étoiles, des lueurs de vers luisants, des lumières d'aubes, des murmures et des chuintements, des bruissements de sous-bois, des rires cristallins, des illustrations de livres d'images, des joies primaires, des terreurs enfantines et des saveurs d'enfance…et aussi des yeux qui s'écarquillent, des pas dans la mousse, des gouttes de rosée sur le tapis des feuilles, un tronc d'arbre-cachette, un loup qui fait peur et une truite soeur...
Sentiers de perdition par lesquels il fait bon s'égarer, pour rêver encore…encore, avant que les moniteurs de l'hôpital ne s'arrêtent et que la mort ne vienne chuchoter « ses mots d'ombre » à la conteuse des Bois dormants.
Dans ce roman de la perte, la romancière aborde le thème de la fin de vie sans jamais emprunter le chemin de la tristesse et du deuil.
Au contraire, sa plume fluide, éthérée, gracieuse, s'étanche à la source de la poésie pour nous en faire jaillir toute la part d'onirisme et d'irréalité, et tout le chant de vie malgré la mort si proche.
Un bel univers à découvrir, tissé de songes, de contes, de chemins de traverse, de sentiers escarpés qui nous conduisent au coeur d'un imaginaire sensitif et fantasque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          518
mollymon
  19 mai 2020
Telle une héroïne de Charles Perrault , une jeune femme plongée dans un profond sommeil rêve et se souvient. Mais aucun baiser ne saurait la tirer de son coma qui l'entraîne vers la mort.
Pas gai, me direz-vous ? Certes non, mais tellement beau.
Malgré le côté morbide de la situation, cette histoire surprend par sa fraicheur, sa touche d'humour, sa sensualité délicate et poétique, que se soit pour décrire la réalité ou nous égarer dans les bois sur d'étranges chemins.
La plume de Fabienne Juhel se fait volontiers enchanteresse en évoquant l'explosion d'une capsule de pois de senteur, l'intensité du bleu d'un ciel d'été, le cul rond d'une fermière, la saveur des mûres, l'odeur des crottes de lapin... Des petits trésors d'enfance qui ont illuminé cette lecture dans laquelle je craignais, à tort, de me perdre.
Commenter  J’apprécie          190
claraetlesmots
  30 mars 2011
Ah, merveilleuse Fabienne Juhel ! Après les hommes sirènes, cette auteure continue de me ravir et de me subjuguer par son écriture. Et si j'ai mis en résumé un extrait de la quatrième de couverture c'est parce qu'il restitue l'ambiance de ce roman. Il dévoile ni trop, ni pas assez mais suffisamment pour susciter le désir de pénétrer dans l'univers ô combien envoûtant de l'auteure.
Oui, envoûtant car jugez par vous-même les premières lignes :
Je me suis perdue. Ca devait arriver. Je me perdais souvent, avant.
Une histoire commencée très tôt avant de devenir une habitude. Une humeur aussi. Un petit héritage de famille en somme. Pas grand-chose. Un legs que personne ne vous jalouse. Et qu'on empoche. Pas la peine, pour le coupe, de le formuler dans les clauses testamentaires.
Je peux vous dire que ce livre malgré le sujet triste n'est pas sinistre. Il ne reste qu'un été à vivre à la narratrice. Sa tumeur au cerveau ne lui accorde que quelques mois de sursis. Profiter juste encore du privilège de l'insouciance qu'offre la santé. Mas, ses oublis deviennent fréquents comme on perd le nord, les examens médicaux sont sans appel. Puis le corps se met en sommeil. Indéfiniment. L'esprit vagabonde et les pensées s'échappent. Elles franchissent à pieds joints la frontière du réel et se glissent dans les fables. Des souvenirs épars de l'enfance ressurgissent.
La suite sur :
Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lysette
  20 décembre 2016
Un livre étonnant, voyage entre réalité et imaginaire.
J'ai choisi ce roman pour des raisons très terre à terre. En effet Fabienne Juhel, viendra en mars, présenter son prochain roman, au sein de la médiathèque ou je suis bénévole. J'ai donc penser qu'il serait opportun de me faire une idée de sa plume en amont.
Pour être honnête, je ne pense pas, que de moi même j'aurais choisis ce roman. La quatrième me laissais perplexe et la couverture on ne peut plus classique me laissais de marbre.
L'écriture est parfois déstructurée, longuette, fantaisiste. le langage est un mélange entre courant et soutenu.
Le rythme de ce livre est flou. Les quelques repères temporels glissés de ça et là, ne peuvent pas vraiment être pris pour argent comptant.
Toute la forme de ce roman est en parfaite adéquation avec l'état d'esprit du personnage. Et même si cela est déroutant de prime abord, je dois avouer que j'ai été complétement happée par ce récit.
Passé la surprise et l'envie de déméler la réalité de l'imaginaire, j'ai plongée avec joie dans cette folie douce. En résulte une histoire émouvante, superbement portée par la plume sensible et douce, voir poétique de Fabienne Juhel.
Une histoire qui ressemble à un conte. Un conte pourtant bien ancré dans une réalité douloureuse.
Ce livre traite de la perte, de l'abandon, de la résignation, mais aussi de la résilience. de la capacité de chacun a occulter ce qui fait mal.
Ce voyage que nous propose l'auteure peut sembler compliqué et pourtant le message délivré en vaux la peine.
A mon sens le meilleur moyen d'aborder ce roman, est d'accepter de se perdre soit même dans la plume de son auteur.
Un livre que je recommande, même si j'ai conscience que ce n'est pas une lecture détente, loin de la.
Bonne lecture à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
moustafette
  31 décembre 2010
Les étoiles ont toujours jalonné les errances de la narratrice.
Tout bébé, ses parents l'oublient déjà dans la nuit colorée d'une fête foraine. le regard rivé au ciel, elle attend qu'un homme la sauve de l'hypothermie.
Plus tard, l'enfance l'entraîne sur les chemins buissonniers. Elle se perd, se retrouve. Lorsqu'elle ne court pas les bois et les champs, son esprit s'évade sur les grandes cartes de géographie accrochées au tableau noir ou dans les images du chocolat Poulain.
Adulte et jeune mère de famille, elle est de plus en plus souvent fantasque, voire étourdie, au point que son mari s'en inquiète et la décide à consulter. le verdict sera sans appel. Une tumeur étoilée germe sous sa boîte cranienne.
Une pincée de fantaisie, un grain de folie, quelques gouttes d'humour, un grand souffle d'onirisme. Recette magique et indispensable pour faire la nique au drame et clouer le bec à la faucheuse.

Lien : http://moustafette.canalblog..
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
CCocoCCoco   17 avril 2015
Quelque chose de l'enfance m'est revenu. Mon aptitude à me perdre.
Certains prétendront m'avoir aperçue à l'hôpital, endormi comme Blanche-Neige dans une cage en verre. Je n'en crois rien. Je rêve parfois que je suis à l'hôpital, c'est vrai, que Michel me parle ou pleure en versant son front contre ma main inerte. Je rêve qu'une infirmière me lit des romans alors que je suis simplement perdue dans les bois, comme autrefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CCocoCCoco   17 avril 2015
Je ne dors pas. Je suis saoule de lumières et de rires, de cris échappés des manèges. Devant mes yeux ronds de bébé, des familles prennent place à bord des montagnes russes. Déboussolées et à bout de vertige, les mères et leur marmaille s'enflent de vocalises et de contre-ut. Figures uniformes défigurées par la vitesse et les hurlements. D'ici, on dirait des visages accrochés à des mains, des bonbonnes de berlingots avec des mollesses de gomme à mâcher.
Les odeurs de barbe à papa et de pommes d'amour sucrent mes joues. Je fabrique des bulles de salive poudrées de saccharose. Je suis un prodige. Un petit monstre de foire. Une attraction à crédit.
Encore faudrait-il que l'on fasse attention à moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
claraetlesmotsclaraetlesmots   30 mars 2011
Je me suis perdue. Ca devait arriver. Je me perdais souvent, avant.
Une histoire commencée très tôt avant de devenir une habitude. Une humeur aussi. Un petit héritage de famille en somme. Pas grand-chose. Un legs que personne ne vous jalouse. Et qu’on empoche. Pas la peine, pour le coupe, de le formuler dans les clauses testamentaires.
Commenter  J’apprécie          30
LysetteLysette   20 décembre 2016
La poudre d'escampette ne s'enseigne pas à l'école.
Commenter  J’apprécie          20
LysetteLysette   20 décembre 2016
Il s'excuse, il n'est pas compétent, juste un peu poète.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Fabienne Juhel (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabienne Juhel
Murielle Szac présente "La Mâle-mort entre les dents", roman de Fabienne Juhel consacré au poète Tristan Corbière et au massacre de Conlie. Paru aux Éditions Bruno Doucey, dans la collection Sur le fil, en janvier 2020.
autres livres classés : TumeursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2545 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre