AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757874950
Éditeur : Points (21/11/2019)

Note moyenne : 2.8/5 (sur 10 notes)
Résumé :
« À un moment, vous devez prendre une décision. Vous devez cocher des cases. Le fait qu'il existe un nombre infini de manières de mourir mais seulement cinq catégories de mort en dit long sur notre désir de simplicité. Homicide. Suicide. Naturelle. Accidentelle. Indéterminée. Mon boulot commence avec les morts mais continue avec les vivants ».

San Francisco. Un jeune coroner, Clay Edison, enquête sur la mort suspecte d'un excentrique professeur de Be... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Yunali
  07 août 2019
Clay Edison, coroner à Berkeley est appelé sur une scène qui ressemble à un accident: un homme, ancien professeur de fac, est tombé de l'escalier de sa maison et est décédé.
Mais sa fille, Tatiana ne croit pas en un accident et dit que c'est un meurtre.
Tombé sous le charme de la jeune femme, Clay outrepasse quelque peu ses fonctions et va mener sa petite enquête afin de savoir ce qu'il en retourne.
Il va se retrouvé plongé dans une vieille affaire, où l'assistant du professeur est lui aussi décédé en tombant d'un escalier.
C'est un bon roman policier, parfait pour les vacances, qui se lit facilement, mais j'ai eu beaucoup de mal à accrocher au personnage de Clay Edison. Il me semblait assez "lointain", pas antipathique, mais pas sympathique non plus. Je ressentais qu'il était un peu trop "mollasson" à mon goût, j'aurais aimé plus d'action.
Le postulat est un peu réchauffé aussi vu qu'il ne mène l'enquête que pour les beaux yeux (et pas que) de la fille du défunt, celle-ci ayant pour elle un magnifique physique de danseuse.
J'ai bien aimé les personnages secondaires, du bureau du coroner ou le policier Nate Schickmann; même s'ils sont assez nombreux et du coup on n'en sait pas vraiment beaucoup sur leurs vies personnelles.
Heureusement que le déroulé de l'intrigue est vraiment intéressant. J'aime bien les histoires policières de ce style, où l'on replonge dans une enquête passée, un peu à la façon de la série télé "Cold Case".
En plus cette fois-ci le héros n'est pas policier, mais coroner, ce qui est un tantinet différent, et au moins on en apprend un peu plus sur ce métier.
Un bon roman policier, mais je ne m'en souviendrai pas très longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hmurgia
  01 mai 2019
Un honnête roman policier, classique, sans rebondissements ni suspense, dont les principaux intérêts sont le statut du personnage principal - un jeune coroner dont l'enquête sur la mort d'un universitaire conduit à réouvrir une ancienne affaire considérée comme réglée - et les lieux du roman, un Berkeley et un San Francisco dépouillés de fantasmes et de brillance.
Commenter  J’apprécie          40
Rennath
  28 décembre 2018
Un polar qui se laisse lire, on y découvre le métier de coroner que je ne connaissais pas vraiment. L'histoire est plutôt simple mais la psychologie des personnages est soignée. Par contre, le héros a tellement de collègues que j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
LeDevoir   12 février 2019
L’histoire est passionnante, avouons-le, une des meilleures que les Kellerman, père et fils, aient jamais concoctées ensemble. L’écriture fluide, la connaissance profonde du contexte et le personnage d’un cool exemplaire de Clay Edison, tout cela prend l’allure d’une sorte de documentaire californien sur la persévérance. Rare pour un polar, quand même.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   02 décembre 2018
Le fait qu’il existe un nombre infini de manières de mourir mais seulement cinq catégories de mort en dit long sur notre désir de simplicité.
Homicide.
Suicide.
Naturelle.
Accidentelle.
Indéterminée.
Mon boulot commence avec les morts mais continue avec les vivants. Les vivants ont des téléphones avec des touches bis. Ils ont des regrets, des insomnies, des douleurs thoraciques, des crises de larmes incontrôlables. Ils demandent : Pourquoi ?
Quatre-vingt-dix-neuf fois sur cent, pourquoi n’est pas une vraie question. C’est une expression de désespoir. Même si je connaissais la réponse, je ne suis pas sûr que quiconque pourrait l’encaisser.
Alors je fais de mon mieux. La bonne vieille ruse.
Ils me demandent pourquoi, je leur réponds comment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 décembre 2018
Une overdose vous tue. De même que la décision d’essayer l’héroïne. De même que l’historique qui vous a conduit à cette décision. La famille. Les amis. Les expériences. Les coïncidences. Je comprends que mettre un enfant au monde puisse vous faire sentir responsable de tout ce qui suit. Je comprends qu’on préfère rejeter la faute sur le dealer.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   02 décembre 2018
Il y a souvent une relation inversement proportionnelle entre l’intelligence et l’adaptabilité. Les gens les plus intelligents – et Tatiana m’avait l’air d’en faire partie – ont tendance à camper plus longtemps sur leurs positions, principalement parce qu’ils en ont les moyens. Ils possèdent les ressources dans lesquelles puiser. Ils épluchent Internet à la recherche d’arguments en leur faveur. Ils sont capables de fournir un million de raisons qui prouvent que j’ai tort, que j’ai forcément tort. Et ils peuvent se montrer terriblement convaincants. Plus le cerveau est souple, plus il se laisse facilement asservir par ce féroce petit dictateur sanguinaire qu’est le cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 décembre 2018
Ne jamais rien présupposer.
Régulièrement, je me remémore cette règle.
Régulièrement, l’univers se charge de me la remémorer.
Quand je rencontre des gens nouveaux, en général ils sont morts.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 décembre 2018
Où que j’aille, je pense aux morts. C’est inévitable. Sur deux mille kilomètres carrés, il n’y a quasiment aucun endroit dont le souvenir ne soit entaché par la mort dans ma mémoire.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jonathan Kellerman (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Kellerman
The masterfully plotted and addictive series of psychological thrillers from Jonathan Kellerman, the No.1 bestselling author and creator of Alex Delaware - The Crime Reader.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1325 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre