AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Bonnet (Traducteur)Arthur Greenspan (Traducteur)
ISBN : 2290349984
Éditeur : J'ai Lu (28/04/2006)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 117 notes)
Résumé :
St Andrews, un coin paisible d'Ecosse. Cette nuit-là, pourtant, un cadavre atrocement mutilé y est découvert par une bande d'étudiants éméchés : celui de Rosie, barmaid. Instantanément dégrisés, les jeunes gens alertent la police. Sans se douter que tout les accable : chacun d'eux n'avait-il pas un motif secret d'en vouloir à une fille aussi séduisante ? Faute de preuve, ils restent libres. Sauf que les frères de la victime, eux, sont bien décidés à les faire payer.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  06 avril 2016
Il va falloir me faire confiance ou passer votre chemin, car on ne peut pas raconter grand-chose de ce roman sans prendre le risque d'en dire trop. Pour allécher quelques éventuels amateurs, je précise qu'il est pour moi, au jour d'aujourd'hui, comme disent certains journalistes surenchéristes, le meilleur roman psychologique, thriller, roman policier que j'ai lu en ce début d'année 2016.

Deux périodes. La première en 1978. Quatre garçons, comme l'indique le titre, les Quatre de Kirkcaldy, Ziggy, Weird, Mondo et Alex, se connaissent depuis le début de leur scolarité et ont fait leur cette devise : “Un pour tous, tous pour un”. Après une soirée étudiante banale, alcool, drogue et baise, ils rejoignent pedibus, l'appartement qu'ils partagent, en prenant un raccourci enneigé et trébuchent sur le corps mourant de Rosie Duff, 19 ans, serveuse dans un pub, violée, étripée, dans un sens ou dans l'autre. Ils sont là pour recueillir son dernier souffle et s'empressent d'alerter les secours, la police, mais : “Ils avaient trouvé un corps. Il étaient forcément suspects. Tout le monde sait que dans une histoire de meurtre, les principaux candidats à la réclusion perpétuelle sont, soit les derniers à avoir vu la victime vivante, soit ceux qui ont découvert le cadavre. Ils étaient les deux à la fois.” (p. 26). Certain, plus que d'autres, est marqué du sceau de la culpabilité, puisqu'il est homosexuel, et qu'il est bien connu dans l'opinion publique et la police, que les homos hommes détestent les femmes.

Splendide, profonde, lente réflexion sur les conséquences d'un concours de circonstances malheureux qui fait de 4 jeunes hommes pour qui l'avenir s'annonçait radieux, des coupables rêvés faute de trouver le tueur, sans même qu'ils soient passés devant un tribunal. Jamais ils ne seront totalement lavés des soupçons qui ont pesé sur eux : “Il était difficile de ne pas penser que cette fameuse nuit lui avait en quelque sorte volé un avenir différent. C'était comme un tache indélébile, une flétrissure qui le marquait de façon définitive.” (p. 200)

Bon, ils feront quand même leur vie, chirurgien, prêtre ou... 25 ans se passeront avant que la police, dont on peut noter la force d'inertie, décide de réouvrir certains cold-cases, à la lueur des nouvelles méthodes d'investigation arrivées sur le marché policier, parmi elles l'analyse adn. Ouf, ces quatre là vont-ils être enfin disculpés, pouvoir reprendre le cours de leur vie cisaillée par le meurtre de Rosie.

C'est à Val McDermid qu'il faut le demander, et elle ne lâche pas le morceau facilement. Jusqu'au bout, elle invente des rebondissements, qui sans être décoiffants compte tenu du faible nombre de personnages impliqués, n'en restent pas moins totalement crédibles, si l'on apprécie les histoires humaines faites de liens psychologiques, amicaux, familiaux, complexes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
spleen
  11 juin 2016
Avertissement au lecteur insouciant qui ouvrirait ce roman policier sans prendre garde :
une fois entamé, il ne se lâche plus !
Ecosse, Décembre 1978 , quatre amis étudiants en rentrant d'une soirée bien arrosée découvrent le corps de Rosie Duff, serveuse du bar qu'ils fréquentent.
Affolés, ils vont chercher du secours et trouvent un policier en patrouille dans le coin.
Mais ce qu'ils n'imaginent pas, c'est que , en plus du choc de cette mort violente , ils sont les seuls témoins et donc les plus suspects .
Ces jeunes hommes, Gilly, Ziggy, Weird et Mondo, soudés jusqu'à présent par une amitié sans faille vont connaitre des jours d'anéantissement et de doutes puis sont relâchés faute de preuve.
Leur enfer n'est pas pour autant terminé car ils sont poursuivis par les frères de la victime, persuadés de leur culpabilité .
Deuxième partie , 25 ans plus tard, certains dossiers non élucidés sont rouverts avec l'espoir que les nouvelles technologies puissent apporter un éclairage décisif .
Les jeunes gens ont fait leur vie, chacun de leur côté , ne se fréquentant que de loin en loin et la réactivation de l'enquête ravive de sombres souvenirs et les interrogations sur l'innocence de chacun.
Cette seconde époque est plus rythmée, plus angoissante et la tension au fur et à mesure des disparitions suspectes des témoins s'accroit jusqu'au dénouement que je n'ai absolument pas deviné .
Alors là, chapeau !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Yunali
  10 mars 2013
C'est donc une histoire qui commence en 1978, avec un groupe de quatre amis, qui sortent d'une fête en ayant tous un peu trop bu, et alors qu'ils rentrent ‘tranquillement' l'un d'eux tombe sur le corps d'une jeune femme, qu'ils reconnaissent tous, Rosie Duff, une barmaid d'un bar où ils vont souvent.
L'un d'entre eux, en études de médecine tente de la sauver, mais n'y parvient malheureusement pas.
Ils arrivent à alerter la police en trouvant un policier en faction par très loin de là, mais sont considérés plus comme des suspects que comme des témoins par les inspecteurs et policiers.
Ils clament leur innocence mais peu de personnes les croient, surtout pas Colin et Brian Duff, les grands frères connus des services de police et très protecteurs envers leur petite soeur.
L'enquête n'arrive pas vraiment à avancer, car la police n'arrive pas vraiment à trouver de véritables preuves matérielles. Ce qui laisse le temps aux journaux et diverses personnes de traiter nos quatre amis comme les véritables coupables en leur menant la vie dure, ne leur laissant pas de répit.
Ceci fait que les relations entre les membres du groupe changent, leurs comportements changent aussi.
Au fil de l'histoire on fait un bond dans le temps, et l'on arrive en 2003, alors que de nombreux progrès ont été faits dans les techniques d'enquête, notamment scientifiques. C'est donc l'occasion pour la police de rouvrir de vieilles enquêtes, dont l'enquête inachevée de la mort de Rosie Duff.
Un des policiers de 1978 est toujours là en 2003 et a même pris un sacré galon en 25 ans !
De nouvelles révélations sont faites sur Rosie, et grâce à la science un sacré coup de pouce va être donné dans cette enquête, pour arriver à trouver le violeur et meurtrier.

Notre groupe de quatre amis est donc au centre de l'histoire.
On a Sigmund Ziggy Malkiewick, étudiant en médecine et protecteur des trois autres ; Alex Gilly Gilbey, étudiant en arts, le plus proche de Ziggy ; Tom Weird Mackie, étudiant en mathématiques qui adore boire et se droguer ; et David Mondo Kerr étudiant en français et grand collectionneur de conquêtes féminines.
En gros, un groupe assez ‘typique' d'étudiants.
On suit avec plaisir leur ‘combat' pour leur montrer leur innocence, même si face à eux on a des policiers tenaces, dont l'inspecteur Maclennan, Janice Hogg, James Lawson.
J'ai bien accroché au personnage de Maclennan, qui essaye vraiment de faire tout ce qu'il peut, que ça soit pour les faire se dénoncer ou juste résoudre cette enquête. On sent vraiment que s'il avait eu dès le départ la technologie suffisante il n'aurait pas fait traîner l'enquête !
La police ne trouvant aucune piste, c'est ‘naturellement' vers les 4 que se portent tous les soupçons, ne trouvant rien de mieux.
On s'attache aux 4 jeunes gens, même si on ne sait pas très bien s'ils sont vraiment si innocents, ils auraient tous des choses à cacher après tout… Mais l'injustice et le traitement qu'ils subissent nous les rend forcément attachants. Qui aimerait être traité comme un coupable quand il est innocent ?
J'ai bien aimé ‘l'après-coup', quand se produisent des changements dans leurs comportements, leur amitié n'est plus comme avant aussi… L'effet de toute affaire est vraiment important, on assiste à de grands changements, surtout pour Tom Weird Mackie en fait, sa façon à lui de passer à autre chose est assez… surprenante et m'a assez fait sourire.
25 ans plus tard ils se sont tous éloignés, géographiquement parlant, ne sont pas forcément restés en contact, mais les choses font qu'ils vont devoir se revoir, du moins certains, pour arriver à la conclusion de cette affaire. Ils ont tous changé et ont tous une vie loin des autres, mais ils ne sont jamais vraiment passés à autre chose, et la pauvre Rosie les hante depuis 1978.

J'ai beaucoup apprécié la lecture, qui est très fluide. La partie se déroulant en 1978 est celle qui m'a le plus séduite, et en fait on se dit même qu'il aurait été possible que tout se passe en 1978 (même s'il aurait fallu trouver autre chose que les progrès en ADN etc.) et ça ne m'aurait pas dérangée.
Dans la partie contemporaine, j'ai surtout trouvé dommage qu'on se sépare d'un personnage dès le début… j'aurai bien aimé le revoir encore plus !
Mais bon, ce n'est pas grave, l'histoire avance (avec des ficelles plus ou moins grosses certes) et on s'y laisse prendre, on a finalement envie de savoir comment ça va se passer et si le meurtrier sera découvert !
Je m'étais doutée de l'identité du meurtrier au tout début, ce qui fait qu'au fil des pages j'essayais de trouver des ‘indices' pour me prouver que j'avais raison (c'est tellement mieux que d'avoir tort !).
J'en ai trouvés un peu, mais j'aurai presque eu envie de m'être trompée quand on a la vraie confirmation ! C'est allé tellement vite dans le livre la façon dont on découvre qui c'est ! Il y a des personnages qui réfléchissent super vite en tous cas !
Je n'ai quand même pas boudé mon plaisir en lisant ce livre, un bon rythme, de bons personnages, une écriture précise et efficace, tout pour en faire un bon thriller ! C'est à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BlackKat
  02 octobre 2015
Quoi de plus jouissif que de retrouver son lit, même dans une minuscule chambre d'université, après une soirée de beuverie entre potes?
C'est ce à quoi aspirent Ziggy, Mondo, Weird et Gilly… Il leur faut juste traverser une partie de la ville enneigée et bonjour Morphée!
Nous sommes dans les années 70-80. Décembre. Juste avant les fêtes de Noël.
Et Rosie Duff est malencontreusement sur leur chemin.
L'avenir de chacun bascule en cette nuit froide et silencieuse.
Rosie est mourante… Elle a été violée et poignardée…
De témoins, les quatre étudiants se retrouvent les principaux suspects. A défaut d'avoir un coupable idéal.
Et le doute sur leur innocence les poursuivra durant toute leur vie.
Certains y perdront la vie.
Leur amitié affrontera les tempêtes.
Et au bout de près de 20 ans, enfin, le nom du coupable est révélé…
Merci à Sand pour la découverte de cet auteur. J'ai plusieurs de ses livres dans ma PAL mais il m'aura fallu un petit coup de pouce pour franchir le pas!
Et je ne le regrette pas.
Nous sommes en Ecosse, avec quelques petites piques glissées contre les anglais, apparentes dans les rapports entre les étudiants de cette université.
Nous sommes dans les années fin 70, sur fond de musique, drogues, fêtes et excès… Surtout quand les vacances de fin d'année s'annoncent. C'est l'insouciance de la jeunesse, les bêtises irréfléchies, la recherche du fun et l'ignorance des responsabilités.
J'ai adoré la douche froide opérée par l'auteur lorsque ces quatre jeunes se retrouvent malmenés sur le devant de la scène alors qu'ils avaient spontanément et simplement chercher à sauver une jeune fille en détresse…
Et là, une soirée qui ne devait être tâchée que de quelques nausées et maux de tête dégénère en horreur… du sang sur la neige immaculée… le dernier souffle de Rosie.
Et là, leurs petits travers, propres à tous jeunes sains et normaux, deviennent suspects. le rouage policier est en marche. Bête et méchant. Sans égard pour les conséquences que cela peut engendrer sur les vies des ceux qu'on harcèle par commodité.
Et des vies vont être bouleversées durablement, une amitié sera écornée, la joie s'éteindra dans les yeux de certains, tout comme la vie.
L'intrigue est simple mais prenante. On vibre devant l'injustice, le tort causé à ces jeunes, l'incompétence et l'inertie de la police, la colère des proches de Rosie, leur cruauté, l'intolérance ignorante de leurs camarades.
Le manque d'indices nous agace, le sort qui s'acharne aussi.
Et si ces quatre garçons arrivent tout de même à se construire une vie somme toute équilibrée, ils restent hantés par ce meurtre non élucidé et leurs rapports se sont distendus. Jusqu'à ce que l'un d'entre eux meurt et puis un autre…
J'ai apprécié ces quatre jeunes hommes au caractère différent, avec chacun leurs petites faiblesses, unis dans une amitié saine et solide, avec leur attitude bravache et insolente qui se heurte aux obstacles d'une réalité d'adultes qui n'a rien d'idéale.
Ils savent s'amuser mais ont la tête sur les épaules, appréhendent très vite que leur geste premier les a plongé dans une situation glauque et inextricable.
Même si je me suis doutée de l'identité du coupable assez rapidement, je me suis prise au jeu, envisager ce qui pouvait condamner l'un, innocenter l'autre, traquer LE détail qui confondrait le véritable meurtrier!
L'arrivée tardive et logique d'un nouveau personnage brouille formidablement les pistes et explore les troubles méandres de la volonté de vengeance.
Val McDermid nous entraîne dans l'univers des apparences, des médisances, des diffamations gratuites, de celles qui détruisent des vies plus sûrement que la mort.
Le rythme un peu lent se mêle à l'ambiance angoissante pour augmenter la tension du lecteur jusqu'à ce que les fils de l'histoire se démêlent enfin dans une dernière partie plus axée sur l'action.
Une écriture fluide, agréable et hop… près de 500 pages défilent à toute vitesse!
Un régal!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Sharon
  28 avril 2011
Ce roman est un excellent roman policier, sans doute l'un des meilleurs que j'ai lu. L'auteur s'écarte des clichés, des facilités : nous savons dès que le prologue que l'enquête ne serait pas résolue dans un premier temps et qu'elle sera réouverte plus de vingt ans plus tard, grâce aux avancées technologiques. le roman est donc divisé en deux parties, 1978 (période du crime) et 2003 (conclusion de l'enquête).
De ces quatre garçons qui donnent leur nom au titre, je préfère garder les surnoms qu'ils s'étaient donné dans leur adolescence : Ziggy, Weird, Mondo et Alex. C'est lui qui découvre le corps, par hasard, et j'ai immédiatement senti de l'empathie pour lui, d'autant plus que leur premier mouvement est de tout faire pour sauver la victime, Rosie (Ziggy est étudiant en médecine) et d'aller chercher du secours. Fort heureusement, une voiture de patrouille était garée non loin, et l'agent Jim Lawson se montre particulièrement efficace. Commencent néanmoins pour ces jeunes gens le début d'un calvaire subtile. Oui, ces quatre jeunes gens ont quelque chose à cacher, rien de très grave, mais ce "quelque chose" les rend suspect, de même (ironie du sort) que le fait qu'ils aient porté secours à la victime.
L'enquête piétine, alors que l'inspecteur chargé de l'affaire jette toutes ses forces (et plus encore) pour la résoudre, et si l'on pense souvent que c'est horrible pour la famille de la victime (et c'est vrai), ce l'est encore plus pour les quatre jeunes suspects dont la police ne peut prouver ni la culpabilité, ni l'innocence. Les réactions de chacun sont finement analysés, les conséquences dans leur vie banale d'étudiant sont racontées, sans pesanteur (la narration est toujours extrêmement vive) et, bien sûr, leur amitié est mise à l'épreuve.
Alex, qui prendra plus d'importance dans la seconde partie, est celui qui résiste le mieux, envers et contre tous, tout comme Ziggy. le drame changera profondément Weird, quant à Mondo, il se laisse aller à ses pires faiblesses. Autre transgression avec les clichés, les quatre personnages, s'ils ont vu leur vie profondément changée par la non-résolution du crime, ont pourtant des vies équilibrées. Ils ont tous des métiers qui les satisfont, certains (Ziggy, Weird) mènent de brillantes carrières, tous ont une vie sentimentale heureuse. La réouverture de l'enquête est plutôt pour les ravir. Enfin, leur innocence sera reconnue !
C'est compter sans des rebondissements humains surprenants, qui éclairent d'un jour nouveau le meurtre de Rosie. La technique aide, oui, mais Val Mc Dermid ne se perd pas en longues explications techniques prétentieuses ou ennuyeuses. La technique ne sert que si elle est au service de l'humain, et la focalisation sur différents personnages montre inquiétudes, tourments, force ou lente montée de la folie. L'étau se resserre autour Alex et le révérend Tom Mackie (Weird) : quelqu'un leur en veut, et si ce quelqu'un est sous nos yeux depuis le début (attendez-vous à un coup de théâtre lors du dénouement), il ne se doute pas de la réactivité des deux amis, même quand le pire survient.
Un excellent roman policier, rempli de suspens.
Lien : http://le.blog.de.sharon.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   06 avril 2016
Insidieusement, le Front national se faisait une place sur l'échiquier politique. Grèves et revendications ouvrières mettaient le gouvernement à cran. Les attentats de l'IRA donnaient aux politiciens tous les alibis nécessaires pour prendre des mesures répressives. Et cette espèce de peau de vache à la tête du Parti conservateur n'arrêtait pas de parler des immigrants qui détruisaient la culture nationale. Il ne manquait pas grand-chose pour que ça explose.

Page 85
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
namelessnameless   04 avril 2016
On était dans un pays civilisé. Jamais les fascistes ne prendraient le pouvoir ici. C'était du moins l'opinion courante. Mais l'Allemagne aussi avait été un pays civilisé. Qui sait ce qui pourrait advenir dès que le nombre de déshérités atteindrait un seuil critique ? N'importe quel messie ferait des émules.

Page 85 - J'ai Lu
Commenter  J’apprécie          220
cocainecocaine   02 mai 2016
Ça suffit tous les deux ! J'ai honte d'être votre copain. Ça fait presque dix ans que Ziggy s'occupe de nous. Il est notre ami, il a toujours été là quand on avait besoin de lui et jamais il ne nous a laissé tomber. Et s'il préfère les hommes aux femmes ? moi je m'en fous. Ça ne veut pas dire pour autant qu'il ait envie de moi, ou de vous, pas plus que ne n'ai envie de toutes les paires de nichons que je croise dans la rue. Ni que j'aie besoin de regarder derrière moi quand je prends un douche. Bon sang ! il n'a pas changé. Et je continue à l'aimer comme un frère. Je lui confierais ma vie, et ce devrait être pareil pour vous. Et toi qui te dis chrétien. Comment oses-tu juger un ami qui en vaut dix comme toi. Tu ne mérites pas d'avoir un ami comme Ziggy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
namelessnameless   04 avril 2016
Thatcher avait réglé leur compte aux mineurs et fait de la police une armée bien à elle. La gauche était morte et le phénix issu de ses cendres aimait manier la trique presque autant que les conservateurs.

Page 187
Commenter  J’apprécie          160
XSXS   25 juin 2017
Ziggy était capable de vous surprendre par une remarque, de vous déstabiliser par une question, de vous faire voir un truc sous un jour nouveau parce qu'il avait retourné le monde dans tous les sens comme un Rubik's Cube et qu'il en avait une vision différente.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Val McDermid (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Val McDermid
Entretien avec Val McDermid à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com, le 29 mars 2017 pour son roman Les suicidées, publié chez Flammarion, ainsi qu'à l'occasion de la sortie en poche de son roman La victime idéale, chez J'ai Lu.
La page du livre : http://www.babelio.com/livres/McDermid-Les-suicidees/923048
Retrouvez-nous sur : F A C E B O O K : Babelio T W I T T E R : @Babelio I N S T A G R A M : @babelio_ P I N T E R E S T : Babelio S N A P C H A T : babelio_off
autres livres classés : littérature écossaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Lignes de fuite" de Val McDermid.

Quel est le nom de l'alerte lancée quand un enfant a disparu ?

Hunter Alert
Amber Alert
Jimmy Alert

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Lignes de fuite de Val McDermidCréer un quiz sur ce livre
. .