AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Quijano (Traducteur)
EAN : 9782277233138
509 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 324 notes)
Résumé :
Les rêves ne sont que des rêves... bons ou mauvais. Mais la réalité est là. A l'est des Rocheuses, mère Abigaël est entrée dans leur vie après avoir vécu dans leur rêves. Elle seule peut les convaincre. Partir ! Il faut partir. Pour détruire le Prince noir et anéantir ses pouvoirs. Stu accepte le défi. Larry est prêt à l'affrontement...
Il a lieu à Las Vegas. Cibola ! Cité légendaire où Randall Flagg attend. Son sourire dans la nuit comme la flamme d'une lamp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Tinaju
  15 octobre 2020
Qu'est ce qu'elle est longue cette saga ! En même temps, c'est la version longue que j'ai lue, justement... Heureusement, ça va un peu plus vite sur la fin.
Mais bon, autant j'ai adoré le début, j'étais en totale communion avec les personnages, autant je me suis fatiguée au milieu et la fin n'a pas pu rattraper cela. Pourtant, je suis fan du King mais là, il y a eu un moment où je me suis enlisée et je n'ai pas pu m'en sortir.
Il faut quand même reconnaitre que c'est un bouquin carrément visionnaire par rapport à ce que l'on vit en ce moment. La seule différence, c'est le taux de mortalité. Quoique, si ça continue comme ça...
Bref, une bonne lecture même si je me suis fatiguée dessus, mais ce ne sera pas mon oeuvre préférée du King. Tout de même contente de l'avoir lue. Maintenant, j'attends l'adaptation télé qui doit sortir à la fin de l'année.
Pioche d'octobre 2020 choisie par Flaubauski
Commenter  J’apprécie          260
TwiTwi
  11 avril 2010
Suite à un accident bactériologique la grippe la plus meurtrière de toute l'histoire de l'humanité s'échappe d'un laboratoire américain. 99.4% de chance de contagion. Une fois attrapée, c'est la mort assurée. La maladie se répand à travers tout le pays, les gens meurent par milliers. Bientôt, on ne se donne même plus la peine d'enterrer les cadavres. Mais un autre combat se prépare pour les survivants. La lutte du Bien contre le Mal a commencé ...
La relecture de ce copieux ouvrage a pris des allures de madeleine de Proust. L'ayant lu de nombreuses fois pendant ma période King mania, j'ai des tas de souvenirs qui y sont rattaché. C'est un brin nostalgique que je vous parle donc aujourd'hui du Fléau de Maître King.
Le livre s'ouvre sur une préface du grand Maître lui-même, nous expliquant les tenants et les aboutissants de la publication de la version augmentée. Lors de la première édition en 1978, le livre avait été amputé de 500 pages. En effet, à l'époque King n'était pas encore aussi connu et les coûts de production s'avéraient trop énormes en regard du prix auquel le livre pouvait être vendu. L'auteur dû donc couper dans le texte. N'ayant pas lu la version courte, je ne pourrais vous parler de sa qualité, en comparaison avec la version longue.
La première chose qui frappe dans ce bouquin, c'est la pluralité des personnages et des points de vue. de chapitre en chapitre, nous sommes transbahuté d'un personnage à l'autre, d'un coin des Etats-Unis à l'autre, autant du côté des méchants que de celui des gentils. Là où King fait fort c'est que les personnages, loin d'être superficiels comme on pourrait s'y attendre du fait de leur nombre, ont une psychologie fouillée, un caractère bien à eux, une évolution au cours de l'histoire. Ce qui nous les rend attachants bien sûr, et le sacrifice de certains sera rendu douloureux.
Le second point important est la prégnance de la thématique de la religion, du Bien et du Mal, de Dieu et du Diable. Si l'idée de la destruction de l'humanité par un virus mortel est bien sciencefictionnesque, le fantastique reprend le dessus dans cette lutte du Bien contre le Mal, personnifié respectivement par le personnage de Mère Abigaël et Randall Flagg. Si la première fait office de prophète, le second tiendra lieu d'antéchrist. le Fléau est un livre très manichéen, non par manque de finesse de l'auteur mais car c'est là tout le but de l'histoire.
King restant King, le Fléau comportera bien sûr son lot de scènes dérangeantes, crues et violentes.

Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Ambere
  25 mai 2018
Du Stephen King comme je l'aime : post-apocalyptique, horreur et trahisons sont au rendez-vous. On ne voit pas le temps passer à la lecture des 3 tomes, et ce dernier, est vraiment un feu d'artifice.
Commenter  J’apprécie          101
Gwenaweb
  27 avril 2020
Le fléau, tome 3 est très court par rapport au 2e, et donc il se lit très vite. C'est une sensation qui est accentuée par le fait que la conclusion de plus de mille pages s'achève dans ce 3e tome.
Moi qui avais du mal à m'attacher aux personnages en début de 1er tome, on peut dire qu'ici, j'étais bien accrochée. On subit quelques pertes qui, comme d'hab, ont un peu transpercé mon coeur. Mais à quoi pouvais-je m'attendre avec un King post-apo ? Ce à quoi je m'attendais par contre, c'est à une fin bâclée, voire carrément ratée, comme celle de Bazaar. Heureusement, elle n'était que bâclée. C'est fou, l'auteur n'hésite pas à nous parler pendant 1200 pages mais par contre, il expédie la fin de la guerre entre gentils et méchants en 25 pages, et a recourt à des procédés carrément sans profondeur (ou explication). Il faut simplement avoir la foi… Mouais.
En bref, j'ai beaucoup aimé, j'ai passé un moment intense avec la communauté créée après la grippe qui a dévasté le monde, malgré une fin manichéenne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AriAri   24 novembre 2020
Je connais une vieille femme qui est maintenant sans doute morte quelque part, d'une mort misérable, parce qu'elle croyait que c'était ce qu'elle devait faire. Poussée par une sorte de folie religieuse, j'en suis convaincu. Mais les gens qui s'efforcent de faire ce qu'ils croient être bon paraissent toujours fous.
Commenter  J’apprécie          10
AmbereAmbere   25 mai 2018
OK. Ce n’était donc pas un rêve. Elle sentit s’enfoncer dans son ventre une terreur qui lui parut presque familière. Ils étaient au courant pour le juge, et maintenant ils étaient au courant pour elle. Il leur avait tout dit. Elle jeta un coup d’œil au réveil sur la table de nuit. Quatre heures moins le quart du matin. L’heure de la police secrète.
Commenter  J’apprécie          20
DexteretteDexterette   10 juin 2012
Nick avait la sensation que le monde normal était défiguré en un lieu où les bébés étaient sacrifiés derrière des machines bornées, aveugles et d'un noir terrifiant, vrombissant sans fin dans les sous-sols verrouillés.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Stephen King (143) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
Extrait de "Histoire de Lisey" de Stephen King lu par Marie Bouvier. Parution numérique le 25 novembre 2020.
Pour en savoir plus : www.audiolib.fr/livre-audio/histoire-de-lisey
autres livres classés : pandémiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le quiz Stephen King !

Quel est le premier livre de King a avoir été publié ?

Shining
Dead Zone
Carrie
Le dôme

10 questions
1318 lecteurs ont répondu
Thème : Stephen KingCréer un quiz sur ce livre