AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Annette Duché (Traducteur)
ISBN : 2603006495
Éditeur : Delachaux et Niestlé (04/04/1990)

Note moyenne : 4.79/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Ayez souci d'un changement radical, d'une révolution totale.
L'unique révolution est celle qui se produit entre l'homme et son prochain. " Nous avons une conscience grandissante des menaces matérielles qui pèsent sur l'existence même des hommes : la détérioration de l'environnement, l'utilisation de la puissance nucléaire, le sous-développement et ses problèmes... Pourquoi ne sommes-nous pas conscients des dangers psychologiques et d'une détérioration de l'in... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
colimasson
  23 mai 2017
C'est un livre qui nique tout ce que tu croyais être, savoir, avoir. Au-delà de ça, c'est tout le reste qui s'ouvre.
Commenter  J’apprécie          150
Danieljean
  04 janvier 2016
Ce livre de Krishnamurti est construit comme un échange traitant notamment de la radicalisation et de la violence qui en découle. Un lire encore plus actuel en ces temps de tensions.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   23 mai 2017
Vous voyez donc que la rose, que tout l'univers et les gens qui le peuplent, votre propre femme si vous en avez une, les étoiles, les mers, les montagnes, les microbes, les atomes, les neutrons, cette chambre, cette porte, tout cela est bien là. Maintenant, avançons d'un pas: ce que vous pensez de ces choses, ce qu'elles vous font ressentir, c'est votre réaction psychologique à leur égard. Ceci nous le nommons pensée ou émotion. La perception superficielle est donc une affaire très simple: la porte est là. Mais la description qui en est donnée n'est pas la porte, et quand vous êtes émotivement affecté par cette description, la porte, vous ne la voyez plus. La description peut être un mot, ou un traité scientifique ou une réaction émotive intense ; mais rien de tout cela n'est la porte elle-même. Ceci, il est très important de le comprendre dès le départ. Si nous ne le comprenons pas nous serons de plus en plus dans le brouillard. La description n'est jamais la chose décrite. En ce moment même, nous sommes en train de décrire quelque chose, nous y sommes contraints, mais l'objet que nous décrivons n'est pas la description que nous en donnons. Donc, s'il vous plaît, souvenez-vous de ceci tout au long de notre causerie. Ne confondez jamais le mot avec la chose qu'il désigne. Jamais le mot n'est le réel, et nous nous laissons facilement emporter quand nous arrivons au deuxième degré de perception, quand les choses deviennent personnelles et que la parole provoque en nous un état émotif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   08 juin 2017
Alain Naudé – L'esprit peut-il être libéré du passé?
Krishnamurti – Qui pose cette question? Est-ce cette entité qui est le résultat d'innombrables conflits, de souvenirs et d'expériences. Est-ce elle qui pose la question? Ou bien la question surgit-elle d'elle-même, jaillissant de la constatation même du fait? L'observateur en posant la question cherche à s'évader du fait – qui est lui-même – parce que, se dit-il, « j'ai vécu si longtemps dans la souffrance, dans la douleur, dans la tristesse, que je voudrais dépasser cet état de lutte perpétuelle ». S'il pose sa question à partir d'un tel mobile, sa réponse sera un refus, une évasion. On tourne le dos à un fait ou on lui fait face. Par le mot et le symbole on s'en détourne. En fait, poser la question est déjà une évasion, n'est-ce pas? Alors, constatons si cette question est oui ou non une activité d'évasion. Si oui, elle est bruit. S'il n'y a pas d'observateur, il y a silence, la complète négation de tout le passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   09 mars 2018
Le mot discipline veut dire apprendre à connaître, non pas se conformer, non pas supprimer, non pas imiter un modèle de ce que l'autorité établie considère comme étant noble. C'est une question très complexe parce qu'elle implique bien des choses: apprendre à connaître, être austère, être libre, être sensitif, et voir la beauté de l'amour.
Commenter  J’apprécie          130
DanieljeanDanieljean   04 janvier 2016
Question. - La sexualité peut-elle exister sans qu’il y ait ce désir issu de la pensée ?

Réponse. - C’est une chose qu’il vous faut découvrir par vous-même. La sexualité joue un rôle extraordinairement important dans notre vie parce que c’est peut-être l’unique expérience profonde et directe que nous ayons. Intellectuellement et émotivement toujours nous nous conformons, nous imitons, nous suivons, nous obéissons. Dans tous nos rapports il y a douleur et lutte sauf dans l’acte sexuel. Cet acte étant si différent et si beau, nous en devenons esclaves, et à son tour il devient un esclavage. Cet esclavage exige d’être prolongé - encore par l’effet du centre qui divise. On se trouve ainsi enfermé - intellectuellement, dans la famille, dans la communauté, par la moralité sociale, par les sanctions religieuses - enfermé au point qu’il ne reste plus que cet unique rapport humain qui soit empreint de liberté et d’intensité. Nous lui donnons par conséquent une importance immense. Mais si nous étions dans un univers de liberté, il n’y aurait pas une telle soif et un tel problème ; en fait, parce que jamais nous ne pouvons en avoir assez, ou parce que nous nous sentons coupables d’en avoir joui et aussi parce qu’en le recherchant nous brisons les règles établies par la société. L’ancienne société a collé sur la nouvelle l’étiquette de licencieuse alors que pour la nouvelle société la sexualité fait partie de la vie. L’esprit étant libéré de cet esclavage dû à l’imitation de l’autorité, du conformisme et des prescriptions religieuses, la sexualité prendra sa place propre, mais elle ne sera plus une flamme dévorante. D’où il est évident que la liberté est essentielle à l’amour - non pas la liberté de la révolte, ni celle qui consiste à agir à sa fantaisie ou à se laisser aller ouvertement ou secrètement à tous ses désirs, mais plutôt la liberté qui accompagne la compréhension de toute cette structure, toute cette nature du centre. Dès lors la liberté est amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   31 août 2017
Le changement est la négation même du changement et maintenant seulement je peux me permettre de poser la question: existe-t-il un changement quelconque? Cette question peut être posée quand tous les mouvements de la pensée ont pris fin et alors seulement, car la pensée doit être rejetée pour donner la place à la beauté du non-changement. C'est dans la totale négation de tous les mouvements de la pensée pour s'éloigner de ce qui est, que surgit la fin de ce qui est.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Jiddu Krishnamurti (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jiddu Krishnamurti

Isabelle Clerc présente "L’esprit de création" de Jiddu Krishnamurti
Ce que nous sommes compose la société. Techniquement, nous sommes prodigieusement avancés, mais moralement, spirituellement, nous sommes très en retard. le progrès technique extraordinaire ...
Dans la catégorie : IndeVoir plus
>Philosophie antique, médiévale, orientale>Philosophie de l'Orient (sans distinction d'époque)>Inde (53)
autres livres classés : changementVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1472 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre