AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791093552613
Éditeur : éditions de la Rémanence (01/11/2017)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
En Normandie, entre Cabourg et Houlgate, vit Raphaël, un garçon de huit ans qui aime sa mère de manière fusionnelle. Quand quelques années plus tard, il doit apprendre à surmonter son absence, le roman suit ses tâtonnements dans sa recherche d’un amour absolu, dans la quête de son identité et de sa sexualité. Ces apprentissages, à l’aube de l’adolescence, se feront aussi grâce à l’écriture et à la littérature qui trouvent des échos dans sa vie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
RogerRaynal
  05 mars 2019
Karine Langlois nous offre ici un roman doux et tendre, aux accents volontiers poétiques, mais qui sous une surface tranquille aborde les ressorts de l'âme humaine travaillée par la perte de l'être aimé.
Raphael est un petit garçon de onze ans. Il va devoir faire face à la perte de l'être qu'il aime le plus au monde et trouver comment surmonter cette absence lancinante, cette douleur d'être ; alors même qu'il doit se construire, se découvrir et s'ouvrir au monde qui l'entoure.
Nous suivons Raphael dans les beaux paysages de la côte Normande, empreints d'une sérénité certaine, et nous l'accompagnons dans sa recherche d'une façon de continuer à vivre. Nous le verrons ainsi découvrir la puissance de l'écriture et de la littérature pour panser les âmes blessées et les aider à continuer de vivre, de grandir, de découvrir, et d'aimer aussi.
L'écriture de ce roman est d'une grande douceur et d'une grande force, l'auteur disséminant dans son texte des expressions poétiques d'une grande pureté, comme des graines d'absolu, des fragments arrachés aux jours heureux ou aux instants à jamais enfuis.
On parcourt les derniers chapitres avec la gorge serrée d'émotion, tant la peinture des sentiments est réaliste, détaillée, intensément vivante.
Au final, on referme le livre avec une certaine sérénité, en se disant que malgré les difficultés, et parfois l'absurde, qui viennent perturber nos vies, les mots, les livres, les mille vertus de l'écriture peuvent nous aider non seulement à résister, mais à grandir, nous aussi ; à nous découvrir et à nous réaliser malgré tout.
Une belle plume au service d'un beau message. Que demander de plus ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Kimysmile
  17 février 2018
Raphaël de Karine Langlois est un très court roman (152 pages) qui nous raconte l'histoire de Raphaël, et de la relation qu'il entretient avec sa mère et la place qu'elle a dans sa construction en tant que jeune homme. Honnêtement, mon problème a été dans le style d'écriture de Karine Langlois, la façon dont elle raconte l'histoire. du coup, je n'ai pas su m'attacher aux personnages, et pourtant je sentais que la narration débordait d'émotions brutes, mais malheureusement, je n'ai pas réussi à me laisser aller complètement à la lecture. du coup, j'ai découvert ce roman de façon trop superficielle et je n'ai pas accroché.
Cependant, je vous laisse vous faire votre propre avis. 🙂
Commenter  J’apprécie          00
Aurore666
  20 février 2018
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio qui m'a donné la chance de lire ce livre en service presse grâce à sa masse critique, ainsi que l'éditeur, Rémanence.
La couverture est magnifique. On y voit un homme, adulte, et un enfant qui se tiennent la main sur la plage. Un goût de vacances? En tous cas, les couleurs chaudes donnent clairement envie de se plonger dans l'histoire!
Dans ce livre, on fait la connaissance de Raphaël, un petit bout de huit ans qui vit avec sa maman, puisque son papa est décédé des suites d'une maladie quand il était plus jeune. Il est très fusionnel avec sa maman... ce qui est souvent le cas à cet âge-là. Alors, quand sa maman décède elle aussi, accidentellement, c'est toute la vie de Raphaël qui est chamboulée. Il va dorénavant vivre entre sa maison et celle de ses grands-parents. Mais il est difficile pour un petit garçon de grandir sans sa maman, de ne plus avoir personne à qui se confier; car ses grands-parents sont bien gentils, mais ils ne sont pas sa maman... Heureusement, il a son chien Elfie, qu'il adore, et sur qui il peut compter. Quand quelques temps plus tard, il fait la connaissance de Monsieur Prieur, son professeur de français, lors de son entrée au collège, sa vison de la vie va évoluer. Ce professeur va lui redonner confiance en lui; l'aider à s'épanouir... d'autant plus qu'il avait, lui aussi, tissé des liens avec Blanche, la maman de Raphaël.
Le reste de ma chronique est sur le blog.
Lien : http://lecoindeslecturespart..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FLaureVerneuil
  29 septembre 2018
Raphaël se cherche tout le long de notre lecture et nous assistons à son cheminement.
Les chapitres sont courts, ce qui donne comme souvent, du rythme à la lecture. Écriture poétique avec de temps en temps un peu de longueur et des descriptions qui n'apportent pas grand-chose. Quelques tournures de phrases m'ont obligé à les relire pour les comprendre.
Tous les personnages sont attachants. J'ai aimé aussi bien Raphaël que ses grands-parents ainsi que Baptiste. Troublant pour moi, la fusion de Maman et son fils. Pas étonnant que le petit se cherche. Ils formaient un couple.
Un petit livre que je ne pensais pas apprécier autant en commençant ma lecture. Une belle découverte, un beau cadeau de l'auteure et de la maison d'édition.
Lien : https://vie-quotidienne-de-f..
Commenter  J’apprécie          40
ProfesseurDan
  06 février 2018
Ce roman est un vrai bijou de sensibilité et d'émotion.
Le parcours difficile de ce jeune garçon est écrit avec une telle justesse qu'il est parfois difficile de retenir ses larmes, notamment lorsque Karine Langlois raconte la mort de sa maman (de façon accidentelle et stupide).
Le roman est tellement bien écrit et retranscrit tellement bien les sentiments de Raphaël et de ses proches, que l'on a du mal à ne pas s'identifier à ces personnages et à penser à ce qui a pu arriver (ou à ce qui pourrait arriver) dans nos propres existences, lors de la perte d'un proche.
De plus, le roman connaît de multiples rebondissements aussi intéressants qu'inattendus, ce qui fait qu'on n'a pas envie de lâcher le livre avant de l'avoir fini.
En bref, une histoire extrêmement émouvante, extrêmement bien écrite, que je ne regrette pas d'avoir découvert. Un vrai bijou !
Lien : http://leslecturesduprofesse..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ProfesseurDanProfesseurDan   06 février 2018
C'est le temps de l'enfance et de l'insouciance dont il s'est éloigné si vite. Le temps des ballons et des rebonds sur les galets mouillés par la marée, le temps des ricochets depuis la jetée, le temps des coquilles écrasées que l'on fait crier sous les pieds, le temps des jeux idiots, du varech dans les maillots, le temps des mises en garde des mamans, auxquelles on répond en les raillant, le temps des défis, des abordages, des premières luttes en plein mer et des rebuffades des eaux au goût amer, le temps des garnements qui s'ébattent en courant pour faire fuir les goélands. (p. 9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Aurore666Aurore666   20 février 2018
En cours, l'étude du livre de Saint-Exupéry commence et Raphaël, qui a lu Le Petit Prince pendant les vacances, a compris qu'une histoire d'amitié ou d'amour est unique et se construit par phases d'apprivoisement mutuel. Chaque moment passé avec Baptiste les rendra plus proches l'un de l'autre, jusqu'à la tristesse de se séparer, jusqu'aux souvenirs pour s'en consoler.
Commenter  J’apprécie          00
ProfesseurDanProfesseurDan   06 février 2018
Papy se sent à l'étroit, étouffé par un monde de littérature qu'il sent ne pas être pour lui. Il préfère sortir. Il ne comprend pas que les livres, ce n'est pas un monde parallèle au sien, que la littérature, elle raconte la vie, la sienne. (p. 102)
Commenter  J’apprécie          00
ProfesseurDanProfesseurDan   06 février 2018
Cela fait plaisir à Raphaël de la voir inchangée, elle ne ressemble même pas à une poupée de cire. Lui, c'est différent : il sait qu'il dépose son enfance avec sa mère dans ce cercueil. (p. 45)
Commenter  J’apprécie          00
Aurore666Aurore666   20 février 2018
Cela fait plaisir à Raphaël de la voir inchangée, elle ne ressemble même pas à une poupée de cire. Lui, c'est différent : il sait qu'il dépose son enfance avec sa mère dans ce cercueil.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : absencesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Double meurtre à l'abbaye

Le témoin involontaire d'une scène ou un cadavre est trainé est...

Raymond de Pleaux
Guillaume Taillefer
Thomas le Rouge

20 questions
175 lecteurs ont répondu
Thème : Double meurtre à l'Abbaye de Jacqueline MirandeCréer un quiz sur ce livre