AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782259306300
Éditeur : Plon (12/05/2021)
4.04/5   53 notes
Résumé :
Une femme dans une voiture délabrée. Une autoroute, un jour de grand départ. Et soudain, l'accident. Qui est cette victime de la route ce soir du mois de
juin ? Épouse, mère, femme ordinaire ? Qu'a-t-elle fait durant les heures qui ont précédé le choc ? Pourquoi son mari a-t-il été arrêté un peu plus tôt ? Tour
à tour, les personnages qui l'ont croisée au cours de cette journée racontent ce qu'ils savent d'elle ou ce qu'ils en imaginent.
Depuis ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 53 notes
5
19 avis
4
14 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Cancie
  19 mai 2021
Agnès Laurent, pour écrire son premier roman Rendors-toi, tout va bien a utilisé une démarche non conventionnelle. Elle commence par nous décrire une femme au volant d'une vieille voiture sur l'autoroute A31. C'est un vendredi soir, à la fin du mois de juin, titre d'ailleurs de ce premier chapitre. Elle roule, « les autres ne comptent pas ». Malgré les appels de phares, les pare-chocs qui se frôlent, elle s'en fout quand soudain, après s'être déportée sans s'en apercevoir sur la voie de gauche et tenter de freiner pour se rabattre, c'est l'accident !
L'auteure va alors reprendre cette journée par le début, soit « le matin du même jour, 6h 45, café du port, Sète ». On apprend alors dans ce deuxième chapitre, que Guillaume, son mari, a été arrêté par les gendarmes en ce début de matinée alors qu'il venait prendre un café au bistrot de Gilbert où il passe chaque matin avant d'aller bosser, son entreprise se trouvant juste en face du café.
Guillaume et Christelle Dumont ont deux filles Noémie et Sophie. Guillaume est directeur financier dans une conserverie de poissons et la petite famille est propriétaire d'une villa à Sète.
Les chapitres vont ensuite se succéder avec le temps qui avance et nous permettre ainsi de faire connaissance avec cette femme, savoir qui elle était et ce qu'elle a fait durant les heures qui ont précédé l'accident. La question étant : qui était cette femme, cette mère, cette épouse ?
Quant à son mari, depuis sa cellule de garde à vue, il ne comprend rien à cette interpellation et les questions se bousculent dans sa tête. Au fil des heures qui défilent, il tente de comprendre ce qu'il n'a peut-être pas vu, ce qui lui a échappé quand la nuit, elle pouvait être souffrante et répondait à ses questions en lui disant de ne pas s'inquiéter.
Des voisins, des amis, des parents vont tour à tour donner quelques éléments et raconter ce qu'ils savent de ce couple sans histoires ou plutôt ce qu'ils pensent en savoir, car difficile à cerner, notamment Christelle.
L'analyse de l'enfance, de l'adolescence, de leur rencontre, de leur début de vie de jeunes mariés puis de jeunes parents est adroitement et délicatement exprimée par toutes ces voix. C'est un régal !
Mais, quel est ce mystère que l'auteure sait superbement et savamment entretenir jusqu'à la fin de son récit ?
Les gendarmes savent, tout le monde sait car les médias relayent en continu ce terrible fait divers. Seuls le mari et le lecteur ne savent pas et avancent pourtant, pas à pas mais inexorablement vers une vérité horrible, dans un sentiment de malaise et d'incompréhension, Guillaume prenant peu à peu une part de culpabilité. J'ai d'ailleurs beaucoup souffert avec lui.
Et quand, enfin, après tout ce suspense, nous avons la réponse, nous sommes scotchés, abasourdis par l'horreur que nous découvrons.
Ce roman-thriller est écrit avec une finesse psychologique remarquable et nous interroge durablement sur la connaissance que nous avons de nos proches et des vies que nous côtoyons.
Agnès Laurent est grand reporter au magazine L'Express et elle a puisé son inspiration dans les faits divers et de société pour écrire ce livre bouleversant qui nous fait basculer vers des choses inimaginables et glaçantes.
Rendors-toi, tout va bien est un superbe thriller qui m'a tenue en haleine jusqu'à la dernière page, et dans lequel la psychologie a une place prépondérante : une belle réussite
Je remercie Les éditions Plon et Babelio pour m'avoir permis de découvrir cette auteure pleine de talent.

Lien : https://notre-jardin-des-liv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12523
Kirzy
  26 mai 2021
Ce récit m'a immédiatement happée avec son choeur antique de différents personnages qui entremêlent leur voix pour tenter de percer le mystère d'un terrible drame intrafamilial : celles de Christelle et Guillaume, le couple, parents de deux fillettes ; celles des autres, flics, amis, voisins, à la fois acteurs et spectateurs de ce qui va se jouer sur la scène principale ou du moins de ce qu'ils en devinent.
Agnès Laurent mène avec brio sa narration, dévoilant très progressivement et subtilement, par tranches, les ressorts du drame. A peine sait-on dès les premières pages que Guillaume est en garde en vue et que Christelle a eu un accident de voiture après avoir tenté de fuir. Si j'ai deviné assez vite ( trop vite ) la teneur de la tragédie, c'est uniquement parce que, hasard des lectures, je venais juste de terminer un autre roman sur le même thème. Ce dévoilement précoce n'est en aucun cas né d'une maladresse de l'auteure qui sait où elle va ni à cause d'une quatrième de couverture trop diserte.
Cela n'a en rien gâché ma lecture, j'ai cependant perdu le choc de la révélation qui devait être fort et important dans l'expérience de lecture. Par contre, cela m'a permis de bien remarquer la qualité du dispositif narratif et la montée en tension qui saisit à mesure qu'on arrive au moment où tous les indices conduisent au dénouement. Ce crescendo, presque étouffant, est porté par une écriture de grande qualité, chirurgicale mais néanmoins incarnée qui m'a fait penser à Chanson douce de Leïla Slimani ( même si le thème est différent, même si le dispositif autour du fait divers est inversé puisque dans Chanson douce, on sait dès les premières pages comment cela va finir ).
Derrière cette froideur contrôlée et implacable, pointe une finesse psychologique évidente pour caractériser les personnages et décortiquer l'engrenage. Tout est juste pour raconter le glissement d'une femme d'apparence banale, pour montrer la faillite d'un couple et l'aveuglement général. Sans pathos, sans jugement, laissant toute la place au lecteur de questionner son rapport à la normalité, à la monstruosité, à la conjugalité dans un portrait glaçant des époux, présentés dans leur évolution globale depuis l'enfance. le titre prend tout son sens. Je ne l'aimais pas, de prime abord ( je goûte peu en général ces titres utilisant l'impératif, c'est comme ça ) mais une fois refermée, je l'ai trouvée d'une grande pertinence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1080
Jeanfrancoislemoine
  22 mai 2021
Avant toute chose , qu'il me soit permis de remercier l'equipe de Babelio et les Éditions Plon qui m'ont accordé leur confiance en m'adressant cette nouveauté, " Rendors toi , tout va bien " .
Un petit livre de 200 pages pour un roman qui m'a tenu en haleine du début jusqu'à quelques pages de la fin . Vous avez bien lu : " tout va bien " ...Là , faut l'faire , une femme victime d'un accident de voiture qui semble plus que grave , les gendarmes qui " embarquent " son mari , au petit matin , au moment où il arrive à son travail ...A part ça, " Tout va bien " . Non seulement je n'ai pas pu me rendormir , mais les questions ont envahi mon cerveau . Qui est- il ? Qui est - elle ? Pourquoi vient-elle de fuir son foyer ? Pourquoi a- t-elle abandonné ses deux filles ? Et lui , qui est - il ? A peine avez- vous lu quelques pages que vous vous débattez dans une opacité oppressante ...
Et là , les amis et amies , elle entre en lyce. Qui ? Ben l'autrice , tiens .Ça devrait pas vous surprendre , c'est son boulot , non ? Et je peux vous dire qu'elle le fait plutôt bien . D'abord , elle " écrit " juste , très juste , ne dévoilant que parcimonieusement des indices qui n'en sont pas vraiment dans de courts chapitres où différents personnages prendront la parole pour nous faire découvrir, mais à dose vraiment " homéopathique " ,'la personnalité de Christelle et Guillaume . de Gilbert le cafetier au copain garagiste en passant par tel ou tel autre , de Sète aux abords de Lyon , de la gendarmerie à l'autoroute , on en apprend des choses en si peu de temps , une tranche de vie en une journée , un vendredi de fin juin . Effet balancier. A toi, à moi . Et moi ? Toi , ben tu tournes les pages , tu n'éteins pas la lumière . Et dis toi bien que , demain matin , personne ne te dira " Rendors - toi , tout va bien" ....Cernes sous les yeux garantis ....
Peu de temps pour faire basculer des vies dont les failles se dévoilent sans toutefois nous mettre vraiment sur la voie ( enfin , pour ma part ) . La vie de plus en plus intime d'un couple pas si extraordinaire que cela ....Et pourtant , chaque témoignage , chaque chapitre porte " un petit coup de canif " dans le contrat . Une construction remarquable pour moi , de nature à aiguiser en permanence les sens du lecteur et les" mots" nous invitent à partager "les maux " de Guillaume , etfont monter en nous une sorte de " nausée " bien désagréable, une oppression de plus en plus lourde , une remontée acide ....
Oui , c'est un petit livre . Pas " violent " , non , pire ....Une analyse sans concession de natures humaines .Un drame de notre temps avec , pour témoins.......des regards du quotidien.
Un grand petit livre qui m'a beaucoup plu .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          788
sylviedoc
  26 juin 2021
J'ai cru ne jamais recevoir ce livre, l'éditeur a même du me le renvoyer au bout d'un mois d'attente, mais cette attente en valait la peine ! C'est le quatrième que je critique dans le cadre de l'opération "expert polar", et je remercie une fois de plus Babelio de m'avoir permis d'y participer, ainsi que l'éditeur Plon de l'avoir organisée.
L'histoire débute par le récit laconique et presque photo-journalistique d'un accident de voiture sur l'autoroute de Dijon, un soir de juin. On n'en connait pas les circonstances exactes, mais un gendarme s'apprête à devoir passer un angoissant coup de fil...
Et on remonte le temps, on rembobine l'histoire jusqu'à la genèse de cette journée qui va faire exploser la petite vie en apparence si tranquille de la famille Dumont. Pourquoi Christelle a-t-elle pris la décision de partir de bon matin, juste après le départ de son mari Guillaume au travail, laissant leurs deux filles seules, mais prenant soin de préparer leur petit déjeuner ? Pourquoi Guillaume est-il appréhendé par les gendarmes de Sète à son arrivée à la conserverie de poisson où il exerce la fonction de comptable ? Les chapitres, courts et précis, s'enchaînent, on suit tour à tour la progression de Christelle, les témoignages des voisins et connaissances des Dumont, et les pensées de Guillaume qui ne comprend rien, pourquoi l'a-t-on arrêté, est-ce en rapport avec son travail, pourquoi sa femme est-elle injoignable, qui s'occupe des enfants ? Quelle angoisse ! Et nous pauvres lecteurs, on ne comprend pas non plus, alors que toutes les chaînes de télé ne parlent que de "ça", et d'une descente de police au port de Sète. Et les autres protagonistes ne nous aident pas beaucoup, ils pensaient bien connaître Christelle ou Guillaume, mais en fait n'ont pas grand-chose à en dire, ils ne se livraient guère... Guillaume semblait très amoureux, mais à présent il s'interroge : a-t-il été assez présent, assez attentif pour sa famille ? N'a-t-il pas négligé la fatigue ou les signaux d'alerte que sa femme lui aurait envoyés ? Pourquoi les gendarmes ne veulent-ils pas comprendre qu'il ne sait rien, alors qu'il est au bord du malaise ?
On est complètement immergé dans le récit, et l'écriture nerveuse, phrases courtes, découpage minute par minute au présent, n'y est pas pour rien. J'étais en cellule avec Guillaume, et sur la route avec Christelle, je m'inquiétais pour les filles, je m'interrogeais avec les voisins.
Et l'auteure m'a gardée en haleine jusqu'au bout, je n'ai pas vu venir le pourquoi avant qu'elle ne le dévoile, chapeau pour le suspense ! elle est journaliste, ça se ressent dans sa façon d'écrire (et ce n'est pas un reproche !), mais elle a toutes les qualités d'une bonne romancière. Les questions qu'on se pose au sein d'un couple même quand on pense que tout va bien, l'analyse psychologique des personnages, le point de vue extérieur des connaissances, tout est finement présenté, ça sonne vrai, la crédibilité est là.
Je n'ai qu'une seule petite critique à émettre, un point qui a d'ailleurs été soulevé par @Giraud_mm dans sa critique également : le début de l'enquête me semble un peu chaotique, dans ce genre de cas on "chope" les personnes ensemble, au saut du lit, à mon avis. Mais cela n'enlève rien à mon plaisir de lecture ! Un de mes préférés parmi les envois de cette sélection, pour l'instant, je suis vraiment ravie d'y participer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          509
Christophe_bj
  07 juin 2021
Un vendredi soir, sur l'autoroute, une femme, Christelle Dumont, a un grave accident dans une vieille voiture. Son mari, Guillaume, est arrêté par les gendarmes en arrivant sur les lieux de son travail. Nous allons les suivre tous deux pendant cette journée pour comprendre ce qui s'est passé ● Les chapitres alternent l'histoire de Christelle et celle de Guillaume. L'histoire de Christelle nous est racontée de façon magistrale à travers les yeux d'autres personnages qu'elle croise ce vendredi. Celle de Guillaume nous est racontée par lui-même, nous donnant à vivre presque physiquement l'horreur de cette journée de garde-à-vue. ● L'affreuse vérité nous est progressivement révélée, c'est très bien fait, il n'y a pas de grands effets de style ou de narration, ce qui met d'autant mieux en lumière l'atrocité de ce fait divers. ● C'est quand même dommage qu'il n'y ait pas d'extrait Kindle, j'ai failli ne pas le lire à cause de cela. ● Merci à @Cancie de m'avoir fait découvrir ce premier roman à la fois excellent et très maîtrisé qu'à mon tour je conseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          573

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
CancieCancie   22 mai 2021
« Les habitants de la rue décrivent un couple isolé, replié sur lui-même. » Comment peuvent-ils parler de nous comme ça ? Raconter des choses aussi fausses ? C’est vrai qu’on est discrets, on essaie de ne pas se mêler des affaires des autres, et alors, c’est un crime ? Je suis écœuré de voir ce type, presque un inconnu, commenter ma vie à la télé. Plus je l’écoute, plus je suis fou de rage, j’aimerais lui répondre, corriger ses erreurs, me défendre. Mon procès se déroule en direct à la télé, je ne peux rien faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
CancieCancie   20 mai 2021
Il a passé des heures face à cet homme et ne sait toujours rien. Rarement dans sa vie de gendarme un individu lui a résisté à ce point. Au début, il a pris Guillaume Dumont pour un cadre un peu arrogant. Il s’est dit qu’après quelques heures en cellule, ce serait facile, il leur dirait tout. Ils sont comme ça, les gens qui ont de l’argent, ils pensent que ça les protège, ils se croient solides. Ils n’ont jamais eu affaire aux gendarmes, ce sont les premiers à s’effondrer. Il s’est trompé, Guillaume Dumont a vomi dans la voiture, il est resté des heures avec les menottes sur un banc et rien, pas un mot. Comme s’il ne savait rien, réellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
CancieCancie   20 mai 2021
Mme Dumont parle vraiment très fort désormais. Elle risque d’attirer l’attention des autres clients. Éviter le scandale est une autre règle qu’on leur inculque. Si Sylvain pouvait juste lever les yeux une minute… Il doit être en train de vendre une carte soi-disant très avantageuse pour le client, surtout très rentable pour la banque. À ce jeu, Sylvain est imbattable. Il est beaucoup moins performant quand il s’agit de gérer l’agence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
CancieCancie   23 mai 2021
Je déteste me faire remarquer. J’ai grandi entre le rire tonitruant de ma sœur et les commentaires acerbes de ma mère sur les autres femmes. Elles se fichaient qu’on les entende et qu’on se retourne sur elles, j’aurais voulu disparaître sous terre.
Commenter  J’apprécie          270
CancieCancie   26 mai 2021
Christelle a vécu de ce rien que sa mère lui accordait. Elle s’en accommodait, se glissant dans les interstices de la vie familiale, vivant dans les brèches d’une maison trop pleine.
Commenter  J’apprécie          270

Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2144 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..