AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

E. Frédéric-Moreau (Traducteur)Jean-Louis Curtis (Préfacier, etc.)
EAN : 9782268056616
186 pages
Éditeur : Le Serpent à plumes (15/09/2005)
3.81/5   18 notes
Résumé :
" Le scandale ne connut pas de bornes le jour où la femme du vicaire s'enfuit avec un jeune homme sans le sou. "
Ce roman possède la vertu de raconter avec une sensibilité rare, la découverte de la sensualité chez une jeune femme de la bonne société anglaise confrontée à un homme fruste et fort. Un " Gitan " de condition plus modeste, mais " rayonnant d'aura sexuelle et d'exubérance vitale ". La prouesse est que Lawrence parvient à adopter avec une belle jus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Laccrocheplume
  10 juin 2021
Est-il utile de présenter encore ce fils de mineur dont la liberté totale lui a coûté quelques années d'exil, lui qui haïssait les contraintes sociales et l'hypocrisie de la société anglaise confite. Lui qui fut l'un des premiers à si bien peindre l'ambivalence du sentiment amoureux, la violence du désir, les gradations du sentiment amoureux, à une époque où l'essentiel de la littérature s'alimentait de tous les problèmes de la vie en société, du positionnement social, de l'argent et de l'ambition. Lui qui d'un livre à l'autre a exploré l'approfondissement de la subjectivité de l'homme en proie à ses instincts naturels au contact notamment de la nature nous livre ici une excellent livre où une jeune femme anglaise découvre la sensualité au contact d'un homme frustre et fort de condition plus modeste qu'elle, un gitan.
On est loin des clichés habituels du « elle succomba sous son charme », puisqu'ici le désir est éprouvé mais non identifié. La jeune Yvette découvre le désir avec cet homme qui la regarde « intensément » avec « un sourire presque imperceptible » qui retrousse ses lèvres, et ses yeux qui « ne souriaient pas, et leur expression insinuante se durcit farouchement. » Et le « regard éloquent des yeux noirs qui infailliblement semblaient la pénétrer jusqu'en un point vital et inexploré. »… Je vous laisse deviner la suite du rite initiatique. Enfin, sachez qu'« un affreux spasme, assez violent en effet pour la tuer, secoua son corps blanc tout recroquevillé »…
Un récit écrit peut-être avec sa plume la plus enlevée même si le merveilleux « L'amant de lady Chatterley » nous a tous laissé un souvenir impérissable… N'est-ce pas ?
4.25/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
myriampele
  01 décembre 2014
c'est certes un beau texte, dont les mots effleurent les sens. mais après avoir lu " L'amant de Lady Chatterley", je n'ai pas ressenti les mêmes émotions.On aurait aujourd'hui beaucoup de mal à trouver plausible l'histoire de cette jeune fille vivant dans une cure au milieu de personnes rigides et étouffantes . le contenu a un peu vieilli malgré tout!
Commenter  J’apprécie          120
rosesaylavi
  07 mars 2010
C'est beau, terriblement sensuel
là où les "émois de jeunes filles" prennent tout leur sens: l'éveil d'une sensualité liée à un refus des conventions.
à mettre entre les mains des jeunes filles et des jeunes hommes!
Commenter  J’apprécie          60
tristantristan
  06 décembre 2017
C'est court. C'est bien. C'est l'attraction vers ce qui est différent, interdit, l'envie de faire autre chose que les autres. Morceau de bravoure: le sauvetage de l'héroïne par le gitan lors de la crue du fleuve.
Personnellement, je ne garde de D.H. Lawrence que "Le serpent à plumes" (L'amant de Lady Chatterley, pas encore lu)
Commenter  J’apprécie          40
LOccitanelitteraire
  11 juin 2020
Avec ce roman que j'ai trouvé par hasard en librairie, je crois bien que j'ai fait la rencontre d'un auteur qui va marquer mon parcours de lectrice pour de bon. La magnifique préface du livre pose le cadre des aspirations de l'auteur et de sa vision politique et philosophique de la vie, et de la littérature, j'ai été séduite comme jamais avant d'entamer l'histoire même, et je n'ai pas été déçue.
À travers ce récit, ce sont deux visions de la société et de la nature qui se rencontrent. le gitan, représente l'idéal de nature, de virilité et de force que D.H. Lawrence porte aux nus, alors que la « Vierge » est justement l'incarnation de contrôle sociale et de la « pureté » de la jeunesse qui est à la fois spontanée et cultivée. Elle est séduite dans sa féminité par la masculinité brute mais néanmoins éduquée de cet homme nomade.
J'ai aussi trouvé une forme d'opposition d'une forme de patriarcat et d'un matriarcat à travers le personnage du gitan et de la grand-mère de la famille de la jeune femme. En effet, cette vielle dame profite de l'ascendant qu'elle a sur le reste de la famille, et en abuse, alors que le gitan est droit dans son rôle de chef de famille, et fait figure de force sereine qui ne dépasse pas les limites de son pouvoir, et se laisse même complètement émouvoir par la spontanéité de cette jeune vierge. La scène de l'inondation (très symbolique) m'a énormément marquée et fascinée en même temps.
Voici un récit captivant, très sensuel sans jamais tomber dans la vulgarité. La sensualité vient de la nature et de la rencontre du féminin et du masculin. J'ai découvert un grand auteur que je prendrai plaisir à lire à l'avenir, et que je vous recommande vivement de découvrir.
Lien : http://bookymary.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
myriampelemyriampele   01 décembre 2014
Elle restait étendue, regrettant de ne pas être une bohémienne. Vivre dans une roulotte, camper, ne jamais mettre les pieds dans une maison, ignorer l'existence d'une paroisse, ne jamais regarder une église.Son coeur s'endurcissait, s'emplissait de répugnance à l'égard de la cure. (...) Chez les bohémiens, pas de salle de bains, mais du moins, pas d'égouts non plus. Ils vivaient à l'air pur. A la cure, jamais il n'y avait d'air pur. Jamais. Et l'âme de ses habitants respirait le moisi jusqu'à la puanteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de D.H. Lawrence (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de D.H. Lawrence
Lady Chatterley de Pascale Ferran : Entretien avec Michel Ciment (2006 / France Culture). Par Michel Ciment. Réalisation : Pierrette Perrono. Photographie : Pascale Ferran • Crédits : Sipa. Le 11 novembre 2006, dans son émission “Projection privée” diffusée sur France Culture, Michel Ciment recevait la réalisatrice Pascale Ferran pour s'entretenir avec elle autour de son film “Lady Chatterley” : une adaptation cinématographique d'un roman de l'écrivain britannique D. H. Lawrence. Pascale Ferran expliquait notamment les raisons pour lesquelles elle avait choisi d'adapter la deuxième version du livre, intitulée “Lady Chatterley et l'Homme des bois”. “Lady Chatterley et l'Homme des bois” (“John Thomas and Lady Jane”) est un roman du Britannique D. H. Lawrence publié en 1927. Deuxième des trois versions du roman polémique de 1928 “L'Amant de lady Chatterley”, il s'en distingue par l'absence de scènes crues et plusieurs variations, notamment à la fin. Moins connu que la version définitive, “Lady Chatterley et l'Homme des bois” a servi pour la mini-série télévisée britannique de Ken Russell diffusée en 1993, et l’adaptation cinématographique française de Pascale Ferran sortie en 2006, où jouent Marina Hands, Jean-Louis Coulloc'h et Hippolyte Girardot.
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : angleterreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

L'amant de Lady Chatterley - D. H. Lawrence

En quelle année est paru ce roman ?

1918
1928
1948
1968

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : L'Amant de Lady Chatterley de D.H. LawrenceCréer un quiz sur ce livre