AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aurélien Boivin (Éditeur scientifique)
EAN : 9782894061671
Éditeur : Bibliothèque Québécoise (01/09/2005)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Avant de se faire connaître sur les grandes scènes du monde francophone, Félix Leclerc avait su charmer une foule d'auditeurs puis de lecteurs avec une série de contes qui se présentent comme une symphonie en trois mouvements : Adagio, Allegro et Andante. Ces trois recueils de Félix, qui maîtrise toutes les techniques de l'art de conter, ont connu un succès sans précédent. Adagio, publié pour la première fois en 1942, regroupe dix-huit contes ou récits réalistes pou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sachenka
  14 février 2019
Adagio est un petit recueil de contes écrits par Félix Leclerc il y a déjà plus d'un demi-siècle, en 1943. Il fait partie d'un triptyque, si je puis dire, composé également d'un recueil de fables, Allegro, et de poème, Andante. Malheureusement, deux ou trois de ces contes ont paru quelques années plus tard dans un autre bouquin que j'ai lu un peu plus tôt, le hamac dans les voiles. Dommage, ça a donné une impression de répétition, surtout que c'étaient les meilleurs, selon moi, qui avaient été repris. Comme celle de ce pauvre traversier, amoureux d'une jeune fille mais qui se laisse séduire par une danseuse, ou bien ce simple d'esprit à qui l'ont joue des tours au village.
La plupart de ces contes sont empreints d'une moralité très catholique. Par exemple, il y a ce violoniste blessé qui ne peut plus jouer et qui souhaite vendre (se débarrasser ?) de son violon. le luthier lui raconte sa propre histoire et convainc le musicien de garder son instrument parce que « on ne se défait pas d'un ami comme ça », pas après seize ans de bons et loyaux services… Ou bien ce paysan qui pardonne à son voleur de bois. Ça me fait penser à ces romans du terroir qui valorisent le travail de la terre et les bonnes vieilles traditions. La modernité, à quoi ça sert ? Toutefois, tout ne tourne pas autour de la religion. Ce qui doit primer chez les colons, c'est surtout l'amitié et la bonne entente.
Le conte qui m'a surpris positivement est le dernier, intitulé « Par intérim ». Il est beaucoup plus sérieux et sobre que les autres, allégorique, et étrange aussi. le jeune Raymond, qui représente le Québec, est appelé auprès de son grand-père malade Jean Noble, qui représente la France. Sa maladie, c'est l'humiliation universelle, l'occupation de Paris par les nazis. Cette « terre à chefs d'oeuvre » vit la censure, on y brûle les peintures et les livres. Incapacité, le grand-père demande à son petit-fils si cette autre France, la Nouvelle, ne peut pas la remplacer. Ne serait-ce que par intérim. Continuer son travail le temps que la maladie (la Seconde guerre mondiale) passe. Dans les faits, la France s'est libérée alors que le Québec vivait encore dans la grande noirceur mais il est intéressant de noter que, une quinzaine d'années plus tard, la Belle Province se libéra à son tour de son carcan et connut sa révolution culturelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
Errant
  28 janvier 2016
C'est un court recueil de 18 contes où l'auteur aborde une foule de thèmes tels que l'amitié, le progrès, la guerre, l'entraide, les handicaps, la terre, l'espoir, etc. Mais globalement il y étale ses profondes convictions patriotiques, son amour de la terre et son grand respect pour les colons qui ont bâti ce pays. Comme à l'habitude, sa plume est poétique et la langue du terroir enchante. Les dialogues sont vifs et délicieux. J'ai toutefois une petite réserve sur le ton moralisateur de certains contes et l'espèce de nostalgie quasi systématique sur "le bon vieux temps" qui, à la limite, pourrait cacher une certaine peur de la modernité. Somme toute j'ai bien aimé ce livre qui me semble être une pièce importante de la littérature québécoise.
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIED
  14 avril 2013
Premier recueil d'une célèbre trilogie, Adagio réunit dix-huit contes qui ont d'abord charmé les auditeurs de la radio avant de séduire des générations de jeunes lecteurs. Félix Leclerc excelle à peindre l'univers des pauvres et des laissés-pour-compte, qui se heurtent trop souvent à l'indifférence des puissants. Bonheurs simples, fraternité entre les humains, joies de la vie champêtre composent un univers que les lecteurs retrouveront avec un plaisir renouvelé.
Commenter  J’apprécie          20
Sunflo
  14 octobre 2012
18 contes sont présentés dans ce petit livre. de longueur et d'intérêt variés, ils abordent des thèmes divers qui peuvent être encore d'actualité, malgré le fait que ce tome fut publié en 1942. Évidemment, étant donné l'époque, la présence de la religion est importante de certains de ces récits. Mais si on oublie cet aspect, les valeurs présentées dans ces contes demeurent actuelles. L'auteur y aborde la pauvreté, les rapports humains, les préjugés, les passions…
Les histoires sont généralement intéressantes et nous permettent de nous plonger dans le Québec des années 40 avec une vision juste de l'époque. Dans un style fluide, l'auteur parvient à nous raconter des courtes histoires précises et à nous les rendre vivantes, comme s'il était présent pour nous les conter.
Lien : http://universdesunflo.wordp..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ErrantErrant   28 janvier 2016
Plus on dit, dans les écoles, que la province de Québec, c'est la plus belle place au monde, plus le feu est haut. Plus les petites filles sont fières de parler le français, plus le feu est clair. Plus il y a de monde dans les églises, plus le feu chante sur la grève. Un feu, tout dépend de ce qu'on met dessus; du sable, ça l'éteint; il ne faut pas dire qu'on est bon à rien. Jamais. Ça éteindrait le feu. Faut rire, chanter, danser, écrire, peindre, s'amuser dans notre langue; ça, c'est de belles brassées de bouleau dans le feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
leonceleonce   15 décembre 2018
L'Orage

Au sortir des orages, les champs sont plus verts, les fleurs s'ouvrent comme des yeux, l'air est propre, les chemins sont doux, les prairies s'amollissent .
C'est comme au sortir de la nuit. la terre se colore, la brume recule dans le
fond des forêts. Il fait clair partout. La nature est reposée.
Commenter  J’apprécie          100
leonceleonce   07 décembre 2018
La vérité, nos hommes sont rares, on a des étincelles en politique, en littérature , en musique, en peinture, mais des feux clairs qui brillent , des feux de maître, ce que j'appelle maître insatisfait, chercheur affamé, qui crie juste et droit qu'aucun vent peut éteindre, on n'en a pas. On a des élèves contents d'eux autres, un petit peu noceurs, sans haleine, faciles à acheter. On a des désirs de beauté gros comme des montagnes, mais instables comme les nuages. La vérité: on se décide pas à vieillir , parce qu'on se décide pas à s'unir ; on est divisés ; on est craintifs; on est chacun dans son coin comme des vaincus. Voilà la vérité. Pensez-vous qu'il est trop tard ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
ErrantErrant   28 janvier 2016
Le village où il n'y a ni principes, ni coutumes, ni vie intérieure, le village qui essaie maladroitement d'être une réplique de la ville, qui veut ses petites boîtes à vice, son petit courrier de laideur imprimé, qui tolère les paresseux professionnels, qui commence à montrer son dédain des coutumes, qui fait un détour devant le travail, qui soupire à propos de rien comme un dévirilisé, qui s'ennuie le dimanche à cause de la vanité de ses buts, qui grince des dents un petit peu à la vue de la soutane; un village comme ça, engourdi moralement, c'est mauvais signe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SachenkaSachenka   18 février 2019
- La vie est si courte, on devrait s'aimer.
Commenter  J’apprécie          220

Videos de Félix Leclerc (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Félix Leclerc
Présentation du livre-disque «Le petit ours gris de la Mauricie», un conte de Félix Leclerc. Entrevue avec Edgar Bori, qui pour l'occasion a composé et interprété 10 magnifiques chansons qui accompagnent le conte. La vidéo inclut des extraits musicaux et des illustrations du livre-disque.
Présentation du livre-disque (sortie le 5 novembre 2013)
LIVRE À moi le froid, je n'ai pas peur! Dans la grande forêt de la Mauricie, un petit ours gris ignore les conseils de ses parents et choisit de passer l'hiver loin de sa tanière. Libre, il chante et danse avec les oiseaux, les renards et les chevreuils. Mais le printemps est bien loin... Un conte de Félix Leclerc qui rend hommage à son pays de neige.
DISQUE Edgar Bori assure la narration du conte et met en musique, à travers 10 chansons drôles et poétiques, les aventures du petit ours gris. Avec tendresse et bonne humeur, il fait rêver notre héros sur des airs circassiens, traditionnels et jazz. Au rythme des dodos et des saisons, petit ourson deviendra grand !
+ Lire la suite
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Mythologie égyptienne

Dans la mythologie égyptienne, quel est le nom du dieu souverain et juge suprême du royaume des Morts ?

Obelis
Osiris
Onassis
Omalis

14 questions
100 lecteurs ont répondu
Thèmes : mythologie , mythologie égyptienne , mythes , religionCréer un quiz sur ce livre