AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782364745049
46 pages
Éditeur : Thierry Magnier (17/09/2014)
3.91/5   35 notes
Résumé :
1910, Jeanne brode la nappe blanche qu'elle offrira à sa petite-fille pour son mariage. 1914, départ pour la guerre, la nappe reste pliée au fond de l'armoire. 1936, premiers congés payés, 1944, la guerre à nouveau... 2014, la petite Jeanne écoute l'histoire de la nappe : jours heureux, jours de peine, jours de peur, le linge brodé a accompagné les grands moments de la famille au fil du temps.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 35 notes
5
7 avis
4
6 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ziliz
  05 juillet 2017
Comme le titre l'indique, c'est une nappe blanche brodée qui est au coeur de cette histoire.
Autour de cette pièce d'un trousseau de mariage du début du XXe siècle, s'esquisse une saga familiale en quelques instantanés, sur un peu plus de cent ans.
Un roman original, beau, émouvant et instructif, pour nous parler succinctement d'Histoire de France et plus généralement de transmission familiale sur plusieurs générations - objets, histoire de chacun de ses membres, mais aussi prénoms... ♥
♪♫ https://www.youtube.com/watch?v=VtWW87ufh6I
Commenter  J’apprécie          351
cuisineetlectures
  10 avril 2018
La nappe blanche brodée par Jeanne au début du XXe siècle pour la mariage de sa petite fille est le fil conducteur de cette nouvelle pleine de délicatesse et de poésie qui retrace l'histoire familiale de Françoise Legendre à travers cette grande pièce tissu en lin, témoin de moments heureux ou tragiques.
En quelques chapitres très courts, précédés de la date de l'évènement, Françoise Legendre fait surgir de véritables tableaux animés, le temps s'écoule mais la nappe transmise de génération en génération jusqu'à nos jours reste un lien sensuel d'une blancheur lumineuse.
Un livre très court de la taille de ma main que je voudrais glisser dans d'autres mains pour qu'elles tournent elles aussi les pages de ce texte émouvant, sans trace de mièvreries. Juste un condensé de souvenirs et de vie très touchant, servi par une belle écriture.
Commenter  J’apprécie          242
Juin
  14 septembre 2016
Petite poche comme son nom l'indique c'est une collection de tout petit livre pour le format et doté de moins de 50 pages. Les CM aiment bien les lire....
Depuis peu la collection a été relookée avec succès, moins de fadeur pour la couverture.
La nappe blanche c'est le fil rouge de cette histoire. Une nappe brodée de 2 initiales et qui raconte l'histoire de la famille sur plusieurs générations : de 1910 à nos jours.
C'est bref mais touchant. Juste quelques pages pour transmettre.
Ce que j'ai aimé, la figure des 2 aïeuls à 60 années de distance.
L'auteur utilise souvent dans ses romans un objet pour raconter.

Commenter  J’apprécie          193
trust_me
  21 octobre 2014
La nappe blanche, c'est une merveille de fil de lin confectionnée en 1910 par Jeanne pour le mariage de sa petite fille Anna. 1911, la nappe est sur la table du banquet, le jour des noces. 1914, le mari d'Anna part pour la der des der. Il n'en reviendra pas. 1936, les premiers congés payés. La nappe est utilisée pour un pique-nique en bord de Seine. Anna est devenue à son tour une grand-mère. 1944, un soir de mai. La police fait irruption dans l'appartement... Ainsi va la vie, ainsi va cette merveille en lin blanc qui traverse les décennies au sein de la même famille. 2014, la petite Jeanne écoute son aïeule Marie lui raconter l'histoire de la nappe.
Très joli texte, tout en retenu et en douceur qui traverse le 20ème siècle et aborde, entre autre, les relations mère-fille et la notion de transmission. La nappe est en quelque sorte l'objet transitionnel familial, ce doudou rassurant que l'on se passe de génération en génération, cet héritage, ce trésor précieux, symbole d'une mémoire commune que personne ne veut effacer. Encore une réussite dans cette collection « Petite poche » qui recèle décidément de biens belles pépites.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Saiwhisper
  05 novembre 2016
Le titre de ce petit roman est aussi poétique que son contenu. En effet, on va suivre la famille qui a fabriqué une nappe blanche. Ce bel ouvrage va passer de génération en génération, des années 1910 à 2014. On a là une belle notion de mémoire, d'héritage familial et de transmission. Construit comme un journal datant quelques événements familiaux, le livre permet de faire référence à des points peut-être vus à l'école : la Grande Guerre, les premiers congés payés durant les années 30, la Seconde Guerre mondiale, etc. Ce sont des moments historiques pas forcément faciles à aborder pour des jeunes lecteurs, toutefois c'est seulement survolé : on ne rentre pas dans des détails, on donne seulement une idée de l'ambiance. Certaines scènes comme la censure de 44 sont très fortes en émotions.
Ce livre va être intégré à un concours auquel ma médiathèque participe, cependant il fait partie de la catégorie CE1-CE2. Je ne pense pas que ces jeunes lecteurs vont être émus par ce petit roman. Certes, c'est bref, touchant et poétique, mais je doute qu'ils soient intéressés par la thématique. Il faudrait peut-être réserver cet ouvrage au cycle suivant, car cela peut très bien compléter un cours ou un documentaire sur les guerres mondiales… Outre le concours, je ne suis pas convaincue par le public visé par cette collection. Vont-ils réellement être touchés par le texte ? Si je compare à d'autres romans que j'ai lus comme « La gelée d'été » de Mathis ou « Trop fort, Victor ! » de Mikaël Ollivier, je pense que ces derniers s'adresseront mieux aux jeunes lecteurs…
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (1)
Ricochet   14 octobre 2014
Excessivement classique, le texte est pourtant empreint d'émotion qui tient à la force de son histoire, dont on attend la suite le souffle presque en suspens.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
JangelisJangelis   02 décembre 2014
Mardi 22 novembre 1910
Une merveille de lin blanc

L'hiver est là. La grisaille tenace, les murs épais de presque un mètre et les petites fenêtres maintiennent la grande cuisine de la ferme dans la pénombre. Un feu brûle dans la cheminée de pierres grises. Penchée sur le tissu, Jeanne brode à la lumière de la lampe à pétrole. Son visage ridé est concentré, ses yeux brillent. L'aiguille monte et descend, passant et repassant à travers la nappe immense et blanche qui recouvre sa jupe noire. Elle a commencé ce travail au début de l'été, dès que la date du mariage de sa petite-fille, Anna, a été fixée.
Au centre de la nappe, les deux grandes lettres A et J sont entrelacées. Les initiales d'Anna et de Jean... Des fleurs, des feuilles, des épis de blé brodés courent tout autour, des jours réguliers filent près du bord du tissu. C'est une merveille de fil de lin blanc.
Jeanne soupire, lève la tête, frotte ses yeux fatigués et sourit à sa petite-fille cadette, Laure : assise au bord de la cheminée, la petite Laure rêve devant le feu. Les éclats d'argent de l'aiguille attirent parfois son regard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SaiwhisperSaiwhisper   04 novembre 2016
- La belle nappe brodée, pour manger dehors ? s’étonne Louis. Il se souvient encore que sa mère, qu’on n’appelait pas encore grand-mère Anna, durant toute son enfance, interdisait que l’on se serve de la belle nappe blanche brodée, même le dimanche. Il ne l’a vue dépliée que deux ou trois fois. Il regarde grand-mère Anna : ses yeux brillent d’émotion, mais elle semble si heureuse que Louis croit soudain retrouver le visage lointain de sa maman quand il n’était encore qu’un tout petit garçon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SaiwhisperSaiwhisper   04 novembre 2016
Un léger coup de vent soulève le tissu blanc qui vient frôler sa joue. Jeanne ferme les yeux pour mieux respirer l’odeur fraîche de l’étoffe encore humide et sursaute en entendant chuchoter tout près d’elle. Mais non, ce n’est que le tissu qui bouge sous la brise.
Commenter  J’apprécie          60
orbeorbe   16 décembre 2014
- C'est toi qui l'a faite ?
- Oh non, c'est mon arrière-grand-mère qui 'a brodée, il y a cent quatre ans, elle s'appelait Jeanne, comme toi...
Commenter  J’apprécie          100

autres livres classés : transmissionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1220 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

.. ..