AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754810285
Éditeur : Futuropolis (09/10/2014)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 139 notes)
Résumé :
Après Voyage aux îles de la Désolation et Un printemps à Tchernobyl, Emmanuel Lepage livre un documentaire, vivant, incarné. Humain en un mot ! d’une mission scientifique en Antarctique, en résonnance avec l’homme, l’humaniste, qu’il est. La Lune est blanche est aussi un beau témoignage sur la fraternité. Fraternité de la fratrie et fraternité de la famille humaine. Emmanuel Lepage dessine les portraits magnifiques de ces scientifiques en mission au bout du monde, d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  14 avril 2015
L'Antarctique. le sixième continent. le plus froid, le plus sec. Et le plus difficile d'accès... Pourtant, c'est bien sur ces terres gelées que les deux frères, Emmanuel et François Lepage, l'un dessinateur, l'autre photographe, vont s'aventurer... 
En septembre 2011, un an après son voyage sur les terres australes, Emmanuel Lepage croise à nouveau Yves, le directeur de l'IPEV, l'Institut Polaire Français Paul-Emile Victor de Brest, rencontré sur le Marion Dufresne. Grand amateur de bandes dessinées, il souhaite que le dessinateur fasse un nouveau livre sur la Terre-Adélie, qu'il rende compte du travail de chaque corps de métier présent là-bas (technicien, médecin, cuisinier, plombier, sismologue...) , des programmes scientifiques menés et la vie quotidienne à la base de Dumont d'Urville Terre-Adélie. François Lepage lui demande alors de participer au raid, cette expédition de plus de 1400 kms reliant la base à la station Concordia. Aussitôt, il propose le projet à son frère qui, enthousiaste à l'idée de faire ce voyage et ce livre ensemble, accepte de suite.
En octobre 2012, le projet prend forme, les premières rencontres ont lieu.
Un rêve d'enfant qui se réalise...
Les frères Jacques ou les Dupondt, comme on les surnomme, indissociables et complémentaires dans cet album, nous livrent un fort beau et exceptionnel témoignage de leur expédition vers ce monde de l'extrême. Dans ce récit intimiste et personnel, l'on vit avec eux leur voyage, l'on côtoie toutes ces personnes unies qui le rendent possible. L'on est évidemment saisi par le caractère hors-norme et atypique de cette expédition. Les auteurs le font partager avec force et sincérité. Utilisant différents supports (photos, aquarelles, croquis, lavis...), cet album n'en est que d'autant plus saisissant. Toute l'histoire de la conquête du Pôle Sud nous est livrée, dans des couleurs sépia de toute beauté. Les auteurs nous offrent de très belle planches, en pleine page. L'on plonge dans ce froid polaire et l'on ne peut que se réjouir de ce fort voyage entrepris par les deux frères. 
La lune est blanche... dépaysement garanti...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
LePamplemousse
  24 décembre 2014
Emmanuel et François Lepage sont deux frères, l'un est dessinateur, l'autre est photographe, et ils partagent des rêves d'exploration depuis l'enfance.
Ils vont avoir la possibilité d'aller passer quelques semaines sur une base scientifique australe et de peut-être même prendre part à un convoi de ravitaillement situé à 1200 km de la base, qu'on appelle un RAID.
Dans cet album, ils nous racontent et nous montrent tout, leurs espoirs fous, leurs préparatifs de départ, les nombreux aléas qui ont failli leur faire abandonner ce projet plus d'une fois, leur départ enfin et le voyage laborieux jusqu'au pôle Sud.
Là-bas, ils vont rencontrer des gens fabuleux, des scientifiques, des techniciens, des cuisiniers, des plombiers, des mécaniciens, des médecins...des gens prêts à les accueillir, à les aider, à donner d'eux-mêmes à chaque instant, même par mauvais temps, même malades, mêmes épuisés par une journée à conduire un tracteur immense par - 40 degrés avec du blanc à perte de vue...
Ce récit est plus qu'un récit de voyage, c'est le témoignage de la vie telle qu'elle se déroule au quotidien dans une base scientifique isolée au bout du monde, quand des hommes et des femmes se retrouvent loin de leur famille, de leurs amis, réunis pour une mission commune, soumis au climat, à la solitude parfois, à la promiscuité souvent.
Et malgré tout certains reviennent chaque année travailler dans ces conditions difficiles mais qui leur offrent des sensations inédites.
C'est aussi un magnifique album qui raconte l'histoire d'explorateurs célèbres et de leurs exploits formidables ou de leurs destins tragiques, car nombre d'hommes sont morts en tentant de découvrir ces contrées lointaines et hostiles. Les parties plus historiques sont totalement intégrées au récit et rendent compte des conditions atroces dans lesquelles ces hommes devaient naviguer et vivre il y a des dizaines voire des centaines d'années.
Les dessins sont sublimes, l'alternance avec des photos renforcent l'impression d'y avoir été soi-même et on a la sensation de partager un peu le rêve de ces deux frères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
jamiK
  21 mars 2019
C'est vraiment impressionnant.
C'est un reportage sous forme de bande dessinée, François (photographe) et Emmanuel (illustrateurs) sont invités à suivre une mission scientifique et logistique en Antarctique. On découvre que le simple fait de ravitailler et de changer les équipes de scientifiques dans cet univers hostile est une mission loin d'être de tout repos, périlleuse, pleine de doutes, délicate et aléatoire. Les aquarelles sont tout simplement magnifiques, et donnent à ce monde sa grandeur et son inquiétante puissance. le récit s'attache à de nombreux petits détails mais qui dans ce lieu prennent des proportions et une intensité insoupçonnée. On rencontre ces aventurier du XXIème siècle, on les côtoie réellement, on s'imprègne de cette atmosphère. Cette bande dessinée est un travail remarquable et pas uniquement graphiquement, elle rend un bel hommage à ces acteurs, sans héroïsme grandiloquent, sans lyrisme superflus, juste tels qu'il sont, des gens comme nous et pourtant pas tout à fait non plus. le travail graphique de très grande qualité suffirait presque, mais les mots aussi sont justes et concis. Parfois de grandes surface de nuances de blanc occupent toute la double page, quelques portraits crayonnés, un peu d'humour salvateur, c'est raconté avec finesse et poésie. L'auteur n'hésite pas à s'attarder sur son angoisse provoquée par le départ retardé, sur ses écarts d'attention dans le convoi et plein d'autre petits détails qui ancrent le récit dans le réel et rendent cette réalité encore plus impressionnante.
J'ai mis du temps à la lire, j'ai pris le temps de savourer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
boudicca
  30 mars 2017
« L'Antarctique. le sixième continent. 14 millions de kilomètres carrés. Un dôme de glace enchâssé dans un socle rocheux. le continent le plus sec, le plus froid, le plus difficile d'accès. le continent des superlatifs. le monde des extrêmes. » Après un voyage à bord du Marion Dufresne ayant donné lieu à une première bande dessinée (« Voyage aux îles de la désolation »), François et Emmanuel Lepage rempilent pour une nouvelle aventure. Sollicités par l'Institut polaire français, les deux frères sont cette fois invités à rendre compte du quotidien des bases antarctiques Dumont d'Urville et Concordia, séparées l'une de l'autre par 1200 km de glace. Après des mois d'attente, d'incertitude et de rebondissements, le photographe et le dessinateur embarquent finalement à bord de L'Astrolabe, le navire qui les emportera en Antarctique pour une expérience inoubliable que le lecteur est ici invité à partager. Les journées interminables passées à bord à souffrir du mal de mer, l'arrivée à la base Dumont d'Urville, les kilomètres de route avalés pour atteindre la base Condordia en compagnie du raid de ravitaillement... : la bande dessinée revient sur les moments forts de cette aventure exceptionnelle, alternant dessins de l'un et photos de l'autre. le résultat est à couper le souffle et passionnera tous les amateurs de voyage aussi bien par la beauté des décors que par les réflexions pleines de sagesse et de sensibilité des deux artistes. « Le voyage râpe les peaux qu'on se donne, les apparences sociales. On est nu, la peau à vif. C'est un miroir sans concession. »
Des paysages plus magnifiques les uns que les autres défilent pages après pages et transportent le lecteur dans un monde presque surréaliste, fait de blanc, de solitude et de silence. « Nous glissons sans bruit sur le miroir d'une autre réalité, accrochés au bastingage comme à un rêve, sidérés, immobiles dans la beauté des choses. Les icebergs sont comme les dômes d'une ville engloutie, on vient de nous tendre la clef d'un monde inaccessible et lointain, d'une nature gigantesque et confidentielle. » Outre la beauté des illustrations et des photographies, l'ouvrage séduit aussi et surtout parce qu'il entrouvre les portes d'un monde peu (voire pas du tout) connu du grand public. Tout en relatant leur expérience, les deux frères évoquent notamment à plusieurs reprises les différents programmes scientifiques menés en Antarctique dans des domaines extrêmement variés : météorologie, ornithologie, sismologie, biologie...Le lecteur se familiarise ainsi peu à peu avec une communauté intellectuelle rassemblant les spécialistes de tout pays, collaborant ensemble pour le bien de la science. « L'Antarctique est un continent qui n'appartient à personne... ou plutôt, fait unique, il est le bien de l'humanité toute entière. » La présentation de la base et de ses habitants ne se limite cependant pas qu'aux scientifiques mais comprend également les personnels techniques auxquels on ne pense pas forcément malgré leur rôle crucial sur le terrain (cuisinier, plombier, chauffeur, menuisier...) « De l'Antarctique, on retient des dates, des records, mais on sait fort peu de choses des aventures humaines au quotidien. »
L'ouvrage aborde aussi la question du réchauffement climatique et de son impact sur ce sixième continent qualifié de « thermostat de la Terre » : « C'est là, en Antarctique, que je prends conscience de l'impact de l'homme sur la Terre. » Les deux artistes apportent notamment d'intéressantes précisions concernant les recherches menées sur le climat au pôle sud, mais aussi sur les transformations rencontrées ces dernières années par les scientifiques. « En un siècle le niveau de l'océan à augmenté de 17cm... Et ça s'accélère. Pour les dix dernières années, on estime que l'Antarctique a perdu entre soixante-dix et cent cinquante gigatonnes de sa masse. » Paradoxalement, si l'activité humaine est bel et bien responsable des changements observés sur place, il est évident que l'homme n'a pas sa place dans ce désert glacé qui vit périr son lot d'aventuriers. Emmanuel Lepage revient d'ailleurs sur les premières expéditions menées au pôle sud aux XIXe et XXe siècle, mettant ainsi en avant des parcours et des personnalités extraordinaires qui ont marqué l'histoire de ce continent (la course entre Amundsen et Scott et le destin tragique rencontré par ce dernier ; l'odyssée vécue par les membre de l'équipage de l'Endurance menés par Ernest Shackleton qui parvint par miracle à ramener la totalité de ses hommes à bon port...). Cette fascination éprouvée par certains pour l'Antarctique, on la conçoit sans mal à la vue des illustrations et photographies rapportées par les frères Lepage qui lèvent le voile sur des paysages d'une beauté qui ne pourront que toucher le coeur du lecteur.
Avec « La Lune et blanche », Emmanuel et François Lepage nous invitent à partager une formidable aventure et livrent un ouvrage bouleversant qui ne manquera pas de réveiller les instincts d'explorateur de certains. A lire et surtout à admirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
yanndallex
  02 janvier 2017
Je crois que je n'aurais pas trouvé de meilleur ouvrage pour aborder le thème de la neige. Celle-ci est omniprésente. Elle hante le livre avec tous ses dangers et merveilles.
Le dessin, le style :
Emmanuel Lepage est bien connu pour ces BD documentaires magnifiques et de référence comme "un printemps à Tchernobyl" ou "voyage aux îles de la désolation". Il nous revient dans ce récit d'aventure humaine avec son style bien à lui, classique et réaliste.
Mais cette fois-ci il va user de bon nombre de techniques de dessins et d'outils comme le fusain, les pastels, aquarelles, lavis etc... Tout cela est évidement aussi du aux contraintes climatiques de l'aventure.
Les tons restent froids, gris, blancs, bleus parsemés de petites touches de couleurs, mais bizarrement rien n'est triste et il se dégage une étrange chaleur et quiétude.
Les cadrages sont simples, et superbement efficaces. Les perspectives sont splendides et idéalement proportionnées.
Cela devient donc un vrai régal de parcourir ce récit et découvrir derrière chaque page les merveilles graphiques de l'auteur.
Le travail graphique d'Emmanuel Lepage est vraiment remarquable et varié, voire exceptionnel ! Il a su donner de la vie à l'immobilisme de la neige, mais aussi et surtout bien mettre en avant les qualités humaines de cohésion, solidarité, chaleur etc...
On ne se sent pas isoler malgré la dimension désertique de ce continent. Emmanuel Lepage a réussi ce tour de force de ne jamais nous faire ressentir de solitude.
Le recueil est aussi parsemé de superbes photos de François Lepage. Celles-ci laissent rêveur ! Elles sont placées à merveille dans le livre et donne un sentiment de contemplation. On s'y attarde souvent et cela nous permet de nous imprégner "réellement" de ce que les protagonistes ont pu vivre.
Le scénario, le découpage :
Si vous cherchez des sensations fortes avec de l'action, des belles dames etc... Et bien ce n'est pas l'ouvrage qu'il vous faut.
Ce récit est le documentaire d'une extraordinaire épreuve humaine à la portée de gens "ordinaires", parsemée de rencontres atypiques, singulières et remarquables.
Le "suspens" est régulier et tout porte à croire que le rêve n'aboutira pas...
Le découpage est aéré, ordonné, simple et maîtrisé, avec de belles pleines pages et doubles pages. La lecture est fluide et loin d'être ennuyeuse.
Le contraste avec la région et le froid polaire est juste flagrant et hors norme.
En aucun moment on risque de prendre froid à contempler cette neige antarctique.
Elle en devient même presque une compagne très chaleureuse !
A noter aussi en fin de livre, un complément sous formes de notes et photos ayant pour objet la base Concordia.
En bref, ce livre est beau et d'un humanisme fort. A la fin de la lecture, on en demande encore.
Ce récit nous laisse rêveur mais aussi plein d'espoir quant à la maîtrise de notre vie pour accomplir nos rêves.
Ciao
Yann
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

critiques presse (9)
LeJournaldeQuebec   30 mars 2015
Un album remarquable où, de la rencontre des deux médiums dans une parfaite alchimie, éclot un récit unique, puissant, touchant, didactique.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
ActuaBD   07 janvier 2015
Antarctique, continent de glace et immense étendue invariablement blanche. Un voyage signé Emmanuel Lepage pour le texte et les dessins, son frère François signant les photos et quelques lettres à sa femme. Un périple aussi impressionnant pour les informations qu’il dévoile que dans les relations humaines qui s’y nouent.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Culturebox   03 décembre 2014
L'un est dessinateur de bandes dessinées, l'autre photographe. Eux, ce sont les frères Lepage, Emmanuel et François. En 2012, Ils ont fait un voyage extraordinaire en antarctique, pendant lequel ils ont suivi une mission scientifique. Ils livrent "la lune est blanche" (Ed. Futuropolis), un ouvrage qui mêle documentaire, récit de voyage et reportage.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Actualitte   20 novembre 2014
Emmanuel et François Lepage viennent de réaliser à 4 mains la plus belle bd de reportage de cette année. Mêlant les photographies de François et le travail en noir et blanc et aquarelles plaines pages d'Emmanuel, nul doute que cet album en émerveillera plus d'un.
Lire la critique sur le site : Actualitte
BoDoi   18 novembre 2014
La Lune est blanche brille par son didactisme et sa liberté mêlés. Son chef d’orchestre, Emmanuel Lepage, tricote savamment cases de BD, croquis et photographies — de François Lepage. Il détaille l’organisation et le fonctionnement d’une expédition, renvoie à ses modèles d’aventurier (par exemple Shackleton, bloqué sur la banquise avec son équipage en 1914).
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan   06 novembre 2014
Devant un album narré à la façon d'un reportage, tant graphique que photo, le lecteur est vite transporté dans le grand froid où pris par le récit, il ne va tarder à faire corps avec les frères. Les superbes photos de François se fondent avec harmonie dans les planches d'Emmanuel et l'on en revient presque à déplorer que le récit n'ait pas été plus développé tant il est fascinant.
Lire la critique sur le site : Auracan
BullesEtOnomatopees   04 novembre 2014
Cette BD documentaire est formidable à lire, les auteurs l’ont pensé à la façon d’un carnet de voyage et nous content en voie off leur périple et l’histoire de ce continent méconnu.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BDGest   31 octobre 2014
À la fois original et dans la grande tradition de la littérature de voyage, La lune est blanche trouve parfaitement sa place aux côtés des classiques du genre. Bonne expédition, n'oubliez pas vos kamiks !
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   21 octobre 2014
Ce livre est une leçon de vie et d’aventure magistralement racontée que l’on dévore de bout en bout !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
AelinelAelinel   13 mars 2015
"Je n'ai rien de l'aventurier. Ni le physique, ni l'envergure. L'aventure, je l'ai vécue dans les livres, ceux que j'ai lus, ceux que j'ai faits. Sans doute, un moment ai-je pensé moi aussi que "ceux qui passent leur temps dans les livres ne vivent pas". Incapable de voir en relief à cause d'une vue défaillante, rien de me prédisposait à sortir de la "deux dimensions". Voyager, c'était entrer dans une troisième dimension. C'était devenir adulte. J'imaginais alors que le voyage me rendrait plus fort, plus sûr de moi... Mais le voyage râpe les peaux qu'on se donne, les apparences sociales. On est nu, la peau à vif, c'est un miroir sans concession. Le raid, c'était l'aventure improbable. Soudain, je me suis vu suivant les traces des grands aventuriers. Et puis, j'y suis. Et je ne parviens pas à prendre conscience du lieu où je me trouve. J'ai beau me répéter que je voyage en Antarctique, mon cerveau s'ensouille." (p.198-199)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
boudiccaboudicca   06 mars 2017
La vertu première de l'aventurier digne de ce nom : faire que l'aventure soi déjà en elle-même, par delà les aléas du meilleur et du pire, du succès et de l'échec, un accomplissement.
Commenter  J’apprécie          170
marina53marina53   14 avril 2015
Je suis toujours fasciné par les destinées de ces gens qui courent après leurs rêves.
Commenter  J’apprécie          340
marina53marina53   14 avril 2015
La vie n'est pas dans les livres! Ceux qui lisent oublient parfois de vivre.
Commenter  J’apprécie          320
TitaniaTitania   04 février 2016
La vie n'est pas dans les livres ! Ceux qui lisent oublient parfois de vivre !
Commenter  J’apprécie          160
Lire un extrait
Videos de Emmanuel Lepage (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Lepage
Emmanuel Lepage en dédicace
autres livres classés : antarctiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le voyages d'Ulysse (en coulisses)

Comment s'appelle le personnage principal du livre ?

Jules
Salomé
Athénaïs
Ammôn

5 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Les voyages d'Ulysse de Emmanuel LepageCréer un quiz sur ce livre
.. ..