AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2212569246
Éditeur : Eyrolles (07/06/2018)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Lucie fête ses 25 ans en famille et comme d’habitude, sa mère n’a pas prévu de gâteau . Car Lucie a 30 kilos en trop… dont ni le sport ni les régimes ne sont jamais venus à bout. Quand elle fait le bilan de ses efforts, Lucie se dit qu’elle a le choix entre :
1. Avoir faim non-stop tout en faisant du sport à outrance.
2. Continuer de grossir et mourir d’un infarctus trop jeune.
Elle fait alors une déclaration tranchante : elle va s’offrir une ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
migdal
  21 juin 2018
« I am thin and gorgeous » proclame la publicité du matin au soir mais Lucie préfère se suicider avec gourmandise, goinfrerie, gloutonnerie, et 150 pages ne nous épargnent rien de la descente aux enfers du ruminant qu'elle devient inexorablement.
Jusqu'à ce qu'une réunion avec d'autres « gros » ne la confronte à la réalité et l'oblige à assumer en adulte une vie saine et une alimentation naturelle … magnifique chapitre seize qui ouvre la voie à une lente résurrection.
« La femme qui voit de l'autre côté du miroir » est un ouvrage qui m'a semblé un peu indigeste et trop caricatural pour être crédible.
Comment imaginer qu'un enseignant puisse avoir une vie aussi bestiale et ne s'intéresser à rien d'autre que la bouffe ?
Est-il imaginable que l'éducation nationale n'inspecte pas un professeur qui n'a aucune activité cérébrale ? Lucie, en 200 pages, ne manifeste aucun intérêt pour un livre, un film, un opéra, une représentation théâtrale, un match de sport, ni la moindre attention à la vie associative, politique ou syndicale ; c'est invraisemblable.
Et c'est insultant pour le corps enseignant.
Ce qui est excessif est insignifiant … un problème aussi sérieux que l'obésité aurait gagné à être traité avec plus de finesse et d'équilibre (les 150 premières feuilles m'ont semblées indigeste ; les 30 dernières trop vite expédiées).
Lucie, rejoins-nous vite sur Babelio, intéresse-toi à la culture, et tu seras mieux dans tes baskets ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
agrume
  20 juin 2018
j'ai dévoré ce roman de Catherine Grangeard et Daphnee Leportois comme un bonbon car il sonne très juste. Et j'en veux encore, j'aurais voulu aller encore plus loin dans l'histoire plus je me rapprochais de la fin et puis je me disais "noooon je ne veux pas refermer ce livre". Vous l'aurez compris l'héroïne est attachante et normale. Lucie a quelques kilos en trop (30) et elle cogite beaucoup la dessus. Se trouvant grosse, elle décide de faire une opération de chirurgie bariatrique mais elle doit d'abord consulter un psy pour obtenir l'autorisation de le faire. On suit donc la vie de Lucie, on découvre sa famille, sa vie de professeur d'anglais au collège, ses amis,... Et on se demande si elle va se faire opérer et obtenir son autorisation? Si elle va sortir avec l'homme qui lui plaît ? Est-ce qu'elle va s'accepter telle qu'elle est ?... Ce roman parle donc de l'obésité, des raisons qui peuvent rendre malade, du rapport au corps, à la famille, du poids du regard des autres. Il y a plusieurs témoignages qui m'ont semblé juste dans ce roman. Et je pense qu'il peut aider à comprendre les choses et à s'accepter soi-même tel que l'on est. Encore un petit bijou des éditions eyrolles. J'aime vraiment beaucoup leurs romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sebito
  20 juin 2018
Un bon roman biographique dans la veine du "feel good" que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire. Je parle de roman biographique car ce n'est pas qu'une histoire, ce que vit l'héroïne a été vécue par de nombreuses personnes obèses ou en surpoids. Il y a donc une certaine part biographique. Etant en léger surpoids et ayant croisé de nombreux médecins me l'ayant rappelé régulièrement, je me suis retrouvé dans ce qu'a vécu l'héroïne.
On pourrait aussi dire quelquepart que ce roman est un essai/pamphlet contre les diktats de la société actuelle, pleine de règles et de lois qu'il faut respecter pour être accepté, et contre ceux qui en profitent (la critique contre le fameux Dr Cohen est à peine voilée).
Un bon roman, qui fait du bien, qui ne se veut pas prétentieux. A lire cet été, histoire de se sentir mieux dans les maillots de bain.
Commenter  J’apprécie          30
Eve94
  21 juin 2018
Dans ce roman à l'écriture fluide, l'auteur nous amène à partager le quotidien d'une jeune femme, prof, en surpoids.
Tout les sujets sont évoqués : le regard des autres, l'estime(ou plutôt le dégoût) de soi, les relations familiales et professionnelles, la vie sociale, amoureuse, les complications du quotidien liées à l'embonpoint, les régimes et les stratégies/solutions envisagées. Inévitablement l'aspect psychologique, la rencontre avec un thérapeute et le début d'une réflexion sur la prise de poids....pourquoi ? Et que faut il envisager pour maigrir, s'assumer, retrouver du plaisir et sourire à nouveau ?
Ceci pour dire que ce roman au contenu très attendu ne m'a pas fait découvrir autre chose que des situations ou réflexions déjà largement évoquées par ailleurs.
Une lecture rapide qui ne me laissera pas un souvenir marquant.
Commenter  J’apprécie          10
Augustinaline
  13 juin 2018
Lire , c'est pensé autrement...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
migdalmigdal   20 juin 2018
Un ange passe dans la salle, avec un air de « que celui qui n'a jamais été glouton lui jette la première pierre». Lucie, elle, est décontenancée par cette intervention véhémente. Elle en a tellement soupé, tellement bavé. Et, au moment où elle arrive enfin à se rebeller et à oser exprimer sa colère contre sa famille et à se sentir mieux, il faut que ce soit un gros en plus qui vienne la sermonner et lui demander d'endosser ses responsabilités, de se flageller.

Mais elle en a assez de faire tous ces efforts. Qu'on arrête de la croire coupable ! Elle n'a pas fait exprès, bordel, d'être grosse ! Bon, elle veut bien reconnaître qu'elle n'est pas un ange, un modèle diététique. C'est bien elle et personne d'autre qui soulève son popotin du canapé pour aller se chercher des cookies ou un gros chocolat chaud. Toutes ces sucreries ne sont pas arrivées non plus toutes seules dans son placard. Ce n'est pas juste la publicité qui les y a conduites.

C'est elle aussi qui, d'une certaine manière, a choisi de régler ses problèmes de cette manière. Il faudra qu'elle aborde ce sujet-là avec sa psy. Qu'est-ce qui la pousse encore à jouer le personnage de la grosse ? Quelque part, en fait, cet homme a raison, et c'est rassurant d'ailleurs de reconnaître qu'elle garde un rôle dans son histoire, que tout ne dépend pas des autres.

Responsable mais pas coupable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
migdalmigdal   20 juin 2018
—J'en ai surtout marre d'entendre que je n'ai aucun mérite d'avoir minci, sous prétexte qu'avec une chirurgie c'est facile. Les gens ne comprennent rien. Et, pourtant, ils en parlent comme s'ils savaient tout sur tout...

— C'est normal, ça remet en question leurs préjugés, continue une autre patiente, de l'autre côté de la salle. Pour certains, on est devenus gros parce qu'on n'a pas fait assez de sport ou de régimes. Ils ne réalisent pas qu'on a arrêté le sport justement parce qu'on est gros ni qu'on a grossi parce qu'on a entre autres suivi des régimes. Donc, la chirurgie, ça leur coupe l'herbe sous le pied. C'est trop facile, ça leur semble même injuste, ils voudraient que tu paies, que tu sois punie d'avoir pris ces kilos, que tu souffres pour les perdre. Comme si on ne souffrait pas assez comme ça... Quoi qu'on fasse, on gêne, on déborde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
migdalmigdal   20 juin 2018
Un homme, la cinquantaine, s'énerve soudainement :

— Eh oh, d'accord pour analyser tout ça, mais il serait peut-être temps d'arrêter de jouer les victimes. Depuis le début de la réunion, vous accusez la société, vos parents, le sexe, les hommes, les grandes industries alimentaires, bientôt ce sera les magazines féminins, la mode, les applis... comme si cela suffisait pour nous faire plonger dans la nourriture. C'est bien joli vos histoires, mais, nous, on a choisi d'être goinfres quand d'autres préfèrent se priver de nourriture. La vérité est aussi là !

La question n'est pas d'essayer de trouver toutes les causes possibles à notre problème parce que je vous promets que la liste, elle n'est pas près d'être finie, vu la société dans laquelle on vit, mais de comprendre pourquoi aujourd'hui, toi, moi, lui, nous, on n'arrive pas à se détacher de cette souffrance. Si on est là, c'est bien pour en parler et aller mieux, non ?

Faudrait pas faire comme si, chacun d'entre nous, on n'avait pas joué un petit rôle dans cette histoire, faudrait pas nier non plus qu'on continue parfois à le jouer, même si c'est difficile de le reconnaître tellement on nous la seriné que c'étaient nous les coupables.

Remettons les choses à leur juste place et assumons un peu ! On n'est pas obligés de céder au syndrome de Stockholm et de croire religieusement les règles édictées par la société, selon lesquelles, sans corps mince, on ne vaut rien. On est des adultes, maintenant, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : grossophobieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
833 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre