AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021429053
192 pages
Éditeur : Seuil (14/08/2019)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 134 notes)
Résumé :
Il s'appelait Denis. Il était enchanté.
Nous ne nous connaissions pas. Enfin, de toute évidence, je ne le connaissais pas, mais lui savait fort bien qui j'étais.

Une jeune femme reçoit un message sur Facebook. C'est l'amorce d'un piège suffocant à l'heure du numérique, quand la fatalité n'a d'autre nom qu'un insidieux et inexorable harcèlement.

Dans ce roman âpre, où la narratrice ne se dessine qu'au travers d'agressions accumulé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  24 août 2019
Pour simplifier la compréhension, nous appellerons la narratrice, Narra.
Narra est une jeune et jolie journaliste chroniqueuse ne manquant pas de mordant.
Denis contacte Narra sur facebook pour qu'elle l'accepte comme « ami ». Il trace d'elle un portrait on ne peut plus flatteur.
Il la pare de toutes les qualités… du moins au début… Il lui raconte sa vie et n'hésite pas à lui faire des confidences (très perso). Il prétend être âgé de 49 ans, un fils de 7 ans qu'il adore et il est marié à une femme banale mais avec laquelle il forme un couple solide. Il est employé par une firme pharmaceutique où il fait un travail qui n'est guère passionnant, mais qui paie bien. Il s'éclate vraiment sur sa page Facebook « Denis la Menace » où il effectue ses critiques, essentiellement de cinéma. Là, il se lâche. Il peut « être vraiment lui-même » !
Narra évite autant que possible de réagir à ses messages. Il l'invite à prendre un verre, comme s'ils étaient déjà intimes. Elle ne réagit pas à cette invitation souvent répétée. Même s'il déplore qu'elle travaille pour la « Pravda », c'est ainsi qu'il nomme la radio-télévision de service public pour laquelle Narra travaille, il comprend. « Il ne la juge pas. Il faut bien bouffer. » Il like pratiquement tout ce qu'elle publie. Un jour, il la croise « pour du vrai » dans une salle de concert où il ne s'attendait pas du tout à la trouver là…
Malgré l'admiration qu'il lui porte, il voudrait lui faire une toute petite remarque car dans l'émission du samedi, elle s'est permise d'ironiser sur un maire qui avait fait placer un dispositif anti-SDF…

Critique :
Myriam Leroy a transformé en roman des faits qu'elle a malheureusement vécus de très près. le harcèlement par un fan qui passe de la plus grande admiration à la haine totale, lui pourrissant la vie autant qu'il peut.
La narration de Myriam nous rapporte de façon claire et vivante les propos de son harceleur, un troll de la pire espèce, ainsi que les commentaires des abrutis, presque exclusivement des hommes, tous empreints d'idées racistes, xénophobes, homophobes… Ils ont des idées très précises sur la place que doivent occuper les femmes dans la société, ils détestent les gens de gauche, responsables de tous les maux (tous les journalistes sont de sales gauchistes) et ils admirent les hommes « qui en ont » (Vladimir, tu as ici de grands fans).
Qui ne s'est jamais égaré sur un réseau social ? Facebook et d'autres réseaux sociaux offrent des tribunes à tous ces déverseurs de haine. En lisant le « roman » de Myriam Leroy, impossible de ne pas retrouver ces discours rabâchés sans relâche par ces vomisseurs de propos graveleux dont la prose recueille toujours des « likes » d'autres semblables dégénérés, frustrés d'avoir raté leur vie.
Mais Myriam va plus loin : elle n'omet pas les réactions du compagnon de la narratrice, ainsi que celles de son entourage, des avocats qu'elle consulte, des policiers auprès de qui elle porte plainte… Et des médecins et autres guérisseurs… La narratrice a les yeux rouges : ce n'est pas qu'un problème d'esthétique ! Cela lui crée plus qu'une gêne. Elle passe entre les pattes d'un tas de charlatans, tous plus coûteux les-uns que les autres, sans aucun effet…
Trop c'est trop… La narratrice s'effondre… Va-t-elle un jour pouvoir se relever ?
Un livre qui se lit d'une traite en quelques heures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
krzysvanco
  18 mars 2020
Un roman basé sur une expérience traumatisante vécue par Myriam Leroy sur les réseaux sociaux il y a quelques années.
Texte fort, qui suscite la réflexion sur l'usage que font certains de ces sites, ils peuvent y déverser leur haine, s'introduire dans la vie des autres même si tout est virtuel, tout est permis : les remarques sexistes, racistes, homophobes, les critiques des bobos et des écolos... et même quand il n'y a pas de haine - comme au début du récit - l'intrusion gêne, la narratrice se fait “liker” tout ce qu'elle poste, se fait inviter á prendre un café “en tout bien, tout honneur” par cet inconnu qui sait tout d'elle.
le passage de l'admiration à la haine se produira lorsqu'elle ose le retirer de la liste de ses amis.
Myriam Leroy nous montre que cet épisode a pourri sa vie, comment elle n'a pu être secourue par personne, ni par ses amis, ni par son compagnon, ni par les autorités.
Et elle nous le montre par les paroles des autres, de son “ami Facebook”, des amis des amis de celui-ci, de ses amis à elle...
Je confesse être adepte des réseaux sociaux, je suis sûr Facebook, Twitter et Instagram et je suis souvent écoeuré de voir à quel point ces réseaux peuvent être un vecteur de haine et d'insultes.
J'ai appris à faire le tri mais au contraire de Myriam Leroy, je ne suis pas connu comme elle et n'ai donc pas eu à souffrir de cyber-harcèlement...
Personnellement, contrairement à plusieurs critiques précédentes, j'ai ressenti une empathie certaine pour ce qu'elle a vécu. Son malaise grandit de page en page et m'a touché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
Bazart
  15 septembre 2019
Une chroniqueuse de radio publique ( dont on connaitra jamais le nom) reçoit un message facebook émis par un certain Denis, qui alimente parralèlement une page " Denis la menace", dans lequel il donne ses coups de gueule contre l'ehstablissement et le politiquement correct.
Marié, père d'un fils de 50 ans, punk anar de convictions, Denis semble plutôt courtois dans ses premiers échanges à l'égard de son interlocutrice, si ce n'est qu'il semble afficher déjà une drague sexiste un peu lourdaude et qu'il a le mauvais goût d'illustrer tous ses propos d'émojis particulièrement puérils.
Sauf que rapidement, devant le peu de réaction de la jeune femme, Denis va devenir une véritable menace qui va rendre notre journaliste de plus en plus craintive et apeurée.
Les yeux rouges raconte une histoire très contemporaine de harcelement en ligne.
La romancière belge Myriam Leroy, à qui cette tragédie est vraiment arrivée il ya quelques années, raconte de façon vraiment singulière ( tout en discours rapporté ) le mécanisme implacable du harcèlement en ligne, mettant le lecteur dans une position particulièrement incorfortable..
La violence virtuelle fait elle aussi mal que la violence physique? Peut-on blâmer la lacheté et le manque d'implication des proches, des institutions ( judiciaires, policières, médicales) qui n'ont jamais vraiment pris le pouls d'un phénomène récent assez impalpable? Est-ce que la liberté d'expression véhiculée par les réseaux sociaux n'engendre t elle pas un reflux de haine et de discours xénophobe et liberticide qui était mieux enfoui auparavant? Est ce que l'affaire Weinstein, dont les effets va permettre de lutter plus efficacement contre ce harcèlement odieux dont sont vicitimes les femmes?
Dans «
Les yeux rouges
», Myriam Leroy installe son histoire sans aucune ostentation, avec une énergique et efficace sobriété, ajoute au délétère, au toxique de la situation.
Dans ce récit bref et implacable, Myriam Leroy tente de répondre à ces interrogations sans jamais porter de jugement et de réponses toutes faites.
Surtout, elle dénonce ce mécanisme insidieux et implacable de l'agression tellement humiliante de ce harcèlement en ligne et pose un regard indirect qui lui donne une dimension mi ironique mi distanciée et instaure un climat aussi opressant que paranoïaque.
Un excellent roman, dont la sélection dans les 15 romans du prix Médicis fait bien plaisir et semble totalement méritée ...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
majero
  06 avril 2020
Elle est chroniqueuse plutot de gauche sur une chaine publique, il tient un blog limite macho-facho avec pas mal de fans et la harcèle un peu trop sur sa messagerie jusqu'au moment où elle l'éjecte de ses amis... ce qui déclenche un horrible harcèlement culminant avec les menaces d'un groupe d'extrême droite.
Inspiré du vécu de l'auteure, on espère malheureusement en vain la bonne petite vengeance que réserverait un scénario à la Douglas Kennedy, après avoir perdu ses amis, son conjoint, son boulot et sa santé.
Commenter  J’apprécie          331
oiseaulire
  03 mars 2020
Myriam LEROY a écrit un roman autobiographique sur le harcèlement en ligne : "Les yeux rouges".
🦅🦅🦅🦅🦅
Excellent livre de la journaliste bruxelloise Myriam LEROY sur le harcèlement en ligne et le danger des réseaux sociaux, inspiré par des faits vécus par l'auteure.
Il s'agit d'un témoignage à la fois distancié et redoutablement convaincant.
On y reconnaît les minuscules stratégies d'infantilisation que nous, les femmes, subissons au quotidien, tel un droit de regard collectif exercé sur nous, sous forme de petites réflexions si nombreuses et souvent apparemment si bienveillantes, que nous nous efforçons de ne plus les remarquer : faute de quoi nous nous engagerions dans une lutte perpétuelle contre notre prochain et y nous y aigririons le caractère : remarques pluri-quotidiennes sur nos tenues vestimentaires (ces talons plats, quel dommage ! quand te verra-t-on en jupe ? tu as pensé aux lentilles de contact ? ta coiffure, c'est pas ça, pourquoi tu n'essaierais pas le blond ? ce pull jaune, quelle horreur ! tu n'as pas encore maigri ?), nos opinions, nos choix de vie, et même (même !) sur notre conjoint et notre entourage familial ; le tout émanant de collègues, d'amis, de simples connaissances, qui tentent de nous aider gratuitement à mieux mener notre vie. Sans compter les conseils que nous n'avons pas sollicités sur notre propre domaine de compétence et amicalement susurrés à notre oreille par des ignorants.
"Les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît".
Ces petites atteintes, minuscules et innombrables, auxquelles chacun se croit autorisé à nous soumettre, les réseaux sociaux les amplifient comme une monstrueuse loupe du fait des effroyables mécanismes conjugués du nombre et de l'anonymat ; elles peuvent ainsi se transformer rapidement en véritable traque, passant graduellement de la cordialité à la complicité, de complicité à la critique, de la critique au sarcasme, du sarcasme aux insultes ; Au fil du temps se constitue la meute des suiveurs, "likeurs", "IoIeurs" et commentateurs veules et planqués ; puis vient l'affreux cortège, toujours le même, des diffamations, divulgations d'adresses privées et professionnelles, numéros de téléphone, et adresses de messageries découverts par des petits as de l'informatique, ainsi que montages photos dégradants, puis menaces de mort, de passage à tabac, de viol, pressions professionnelles sur la victime et ses proches.
Ces ligues s'en prennent, on l'aura compris, en priorité aux femmes connues, à celles qui postent des opinions différentes, mais aussi aux adolescents, à toute personne ressentie comme vulnérable du fait de son isolement, de son handicap, de son originalité.
Malgré sa crudité, ce livre est à mettre en toutes les mains, surtout celles des adolescents et des jeunes adultes, qui, à cet âge de la vie, sont volontiers portés à croire qu'ils sont plus forts que le "système" et sont les proies toutes désignées pour les délinquants de ce type .
Puisse-t-il leur permettre une réflexion sur cet outil qui peut engendrer le meilleur mais dont peut sortir le pire et qu'ils manient tous les jours à leurs risques et périls.
Et les inciter à la prudence !
°°°°°°°°°°
NB : le harceleur de Myriam LEROY dans la vraie vie passera bientôt au tribunal correctionnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (3)
LaPresse   12 novembre 2019
La construction, la forme, l’écriture… Tout de ce second roman de Myriam Leroy est atypique, surprenant. Enfin, on dit roman, mais il s’agit plutôt de son histoire. Celle du harcèlement virtuel que la journaliste et écrivaine belge aura subi, incessant. Et dont elle rend compte dans ce récit tranchant.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Actualitte   04 octobre 2019
Original et rondement mené, le second roman de Myriam Leroy offre une plongée vivifiante dans une des facettes de notre modernité galopante. Envolé, enjoué, le récit est mené au rythme haletant des échanges, émojis à l’appui, et il nous entraîne dans sa ronde infernale pour nous laisser ensuite pantois et interrogatifs.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeSoir   20 août 2019
Dans ce livre fort, dur, implacable qu’est « Les yeux rouges », Myriam Leroy dénonce l’ère de l’agression anonyme et humiliante du harcèlement virtuel.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
rossimagrossimag   20 septembre 2019
Qu’ils crèvent. Les toubibs, les flics, les collègues, le juge, (...) tous les confrères qui n’ont pas jugé bon de rectifier, les amis, les copains, ceux qui conseillaient de penser à autre chose, ceux qui parlaient de volonté, ceux qui ont dit qu’il n’y avait qu’à moi que ça pouvait arriver, le docteur Suarez, l’homéopathe avec son lait de dauphin, la diva des urgences, l’autre bohémienne avec son tuyau dans le cul, tous ces charlatans qui se nourrissent à la mamelle de la détresse humaine, et puis toi qui n’avais rien vu, (...) toi qui likais, lollais, toi qui n’avais pas jugé pertinent d’ôter Denis de tes contacts, toi qui regardais faire, toi qui es ami avec lui (...) qui trouves tolérable de le tolérer, toi qui dis ne pas partager ses idées mais le lire pour son avis sur le ciné, toi qui le trouves marrant, outrancier mais marrant, toi qui trouves qu’il y a pire dans la vie, qu’il suffit de ne pas aller lire, toi qui es solidaire mais en silence parce que tu n’as pas envie de te faire insulter à ton tour, toi qui m’envoies beaucoup d’amour oui vraiment, love, et de la paix, de la sagesse et des cœurs avec les doigts, toi qui trouves qu’à l’échelle de la famine dans la corne de l’Afrique nos combats de féministes de salon sont risibles, toi qui me ramènes sans cesse à la Syrie, toi qui estimes que toutes les opinions sont bonnes à dire, toi qui trouves qu’il y a plus urgent à traiter devant les tribunaux, toi qui te dis anar jusqu’au trognon et qui dès lors es contre toute forme de police de la pensée, toi qui penses qu’il n’y a pas de fumée sans feu, ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   24 août 2019
Sandrine :

"Ouais, clair, c'était illégal. Mais les flics, putain, elle les vomissait, les flics n'étaient qu'un visage de plus de la domination masculine, la justice était une institution patriarcale, tout ce petit monde était de mèche, ils se tenaient, les harceleurs, les policiers, les avocats, les journalistes, et elle se demandait si ça valait bien la peine de mettre le doigt dans la machine, parce que des luttes, elle en avait déjà tant et plus à mener et était-ce vraiment celle-là qui était prioritaire ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   24 août 2019
Salomé :
"Mais enfin mais pourquoi ne virais-je pas ce mec de mes contacts Facebook s'il me faisait chier à ce point, s'exaspérait Salomé ? S'il me mettait si mal à l'aise, je n'avais qu'à l'éjecter et le bloquer. C'était logique, non ? C'était ce qu'elle ferait, elle. Quel avantage avais-je à garder ce con parmi mes amis ? S'il me saccageait l'humeur avec ce qu'il racontait ? Il fallait que je le recadre s'il partait en roue libre. Parce que comment pouvait-il déduire qu'il allait trop loin si je ne le lui disais jamais ? Qu'est-ce qui me retenait, de quoi avais-je la trouille ? Des représailles ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
chocoladdictchocoladdict   24 septembre 2019
Oui non, OK, qu’IL me cherche des poux comme ça publiquement mais enfin ça n’était sans doute pas parti de nulle part, il devait bien y avoir un contentieux entre nous, un passif, il ne pouvait admettre qu’un mec, même s’il était pas tout juste dans sa tête, passe ses journées à m’insulter sans qu’il ne se soit rien passé, il ne disait pas forcément que j’avais provoqué l’affaire, juste qu’il avait du y avoir quelque chose, un big bang originel, il y avait toujours un big bang originel, même un truc mineur, pas nécessairement une ouverture d’hostilités de ma part mais un truc, oui, un truc qui avait dû lui aller très loin, le remuer très profond pour qu’il nourrisse une telle obsession.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DalliaDallia   06 octobre 2019
"Il s'appelait Denis. Il était enchanté.
Nous ne nous connaissions pas. Enfin, de toute évident, je ne le connaissais pas, mais lui savait fort bien qui j'étais".

La narratrice est journaliste et travaille pour une radio du service publique.
Elle semble être belle, avoir la trentaine et piquante lorsqu'elle exerce son travail.

Lorsque Denis l'aborde sur Facebook et la demande en amie, elle accepte. Sur un ton toujours flatteur, il l'apprécie en tant que journaliste, pour son travail, lui, le critique ciné sur sa page "Denis La Menace".
Il lui parle alors de sa femme, de son fils, de son métier … bref, de sa vie. Poliment, elle répond.
Cependant, lorsqu'il l'invite prendre un verre, elle esquive, elle est en couple.
Puis lorsque cette "relation" semble déraper, qu'il l'écorche sur sa page suite à une chronique à la radio, elle le retire de sa liste d'amis.
Denis ne l'entendra toutefois pas de cette oreille, et d'idole à ses yeux, la narratrice alors deviendra le bouc émissaire de chacune de ses publications.

Le harcèlement 2.0, tel est l'objet de ce roman de Myriam Leroy, victime elle aussi par le passé de ce genre de faits, après une chronique très critique vis-à-vis d'un humoriste.

Lorsqu'on se plonge dans le roman, on comprend vite que le Denis il n'est pas très clair. Ses émoticônes à chaque phrase, sa page facebook, ses raccourcis et ses jugements… On a envie de dire: ne répond pas, envoie le paître. Myriam Leroy nous entraîne dans ce tourbillon de haine, dans la solitude de la narratrice qui après tout "a du bien le chercher", dans ce sexisme quotidien et public auquel personne ne réagit.

En y repensant, je me suis rappelée les commentaires que l'on peut lire sur les réseaux sociaux sous les articles mis en ligne par les journaux : Manifestations, décès, procès, fait divers, réforme… quelque soit le sujet, on peux constater systématiquement de nombreuses contestations haineuses, beaucoup d'irrespects entre les commentateurs entre eux mais aussi envers les sujets de l'article et parfois certaines insultes.

Des Denis, il en existe des milliers sur la toile et même si leur audience est relativement limité (Denis récolte à un moment dans le roman 64 likes), l'impact sur les cibles visées peut être énorme.

Bref, un roman intéressant qui fera réfléchir chacun de ses lecteurs sur nos actions ou non lorsque nous sommes sur la toile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Myriam Leroy (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Myriam Leroy
Les Yeux rouges, Myriam Leroy - rentrée littéraire 2019 éditions du Seuil
autres livres classés : réseaux sociauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
970 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..