AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782263153297
224 pages
Éditeur : Solar (08/03/2018)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 94 notes)
Résumé :
Le journal d’une jeune imparfaite qui décide d’en finir avec les prises de tête : à travers ses chroniques pleines de piquant, de nombreuses pistes, des rituels express et des outils pour assumer une féminité décomplexée. Oser dire « Fuck », ça se travaille… Beyoncé ne s’est pas faite en un jour !

Moi, c’est Alice, jeune femme attachiante (si j’en crois mon entourage) qui a des rêves plein la tête. Pourtant, j’ai l’impression de subir ma vie plutôt qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  05 septembre 2020
En me baladant dans ma librairie, mon regard a été attiré par cette jolie couverture rose, et surtout son titre : "Celle qui a dit FUCK". J'attrape le livre, lis le résumé et je me dis : mais c'est que c'est tout moi, ça. Même le qualificatif "attachiante" me parle. J'ai trouvé comment me définir ! Alors, je me lance. Ce n'est pas du tout le genre de livres que je lis, mais j'aime explorer de nouveaux horizons en littérature, surtout quand le pitch me parle.
Les premières pages qui décrivent notre héroïne, me font sourire. Encore une fois, je me retrouve dans pas mal de choses la concernant, et son problème principal : l'overthinking. Je suis donc curieuse dès le départ, et totalement ouverte quant à l'analyse qui va suivre, ainsi que le parcours qu'Alice va traverser pour pouvoir aller de l'avant et lâcher prise. L'idée était bonne. Mélanger roman et développement personnel était un moyen de faire entrer des lecteurs comme moi dans un nouvel univers sans le côté trop "scientifique" ou pointu. Mais voilà, il y a Alice... Et là, j'ai décroché très rapidement. Elle est attachante, certes, mais très vite ce n'est pas seulement son problème d'overthinking qui prime, mais le fait qu'elle soit autocentrée et névrosée. Et cela m'agace. Je passe à côté de l'humour, et sans doute de l'envie aussi d'en faire un personnage caricatural. J'ai envie de secouer Alice, et je comprends tout à fait, le raccrochage au nez de sa mère, la remise en place d'une de ses amies, la pichenette qu'une autre à oser lui faire. Un couple d'amis se sépare : c'est le désastre pour elle. Elle n'aime pas le changement. Mais, j'ai envie de dire, on s'en moque. Sa première pensée, voire l'unique, doit être que son amie voit sa vie chamboulée et qu'elle n'a pas envie de savoir qu'Alice ne veut pas qu'elle se sépare de son chéri, un peu comme on ne veut pas que ses parents divorcent. Elle a 34 ans, mince !
Donc, arrivée à la moitié, j'ai lu en diagonale. Chose que j'ai apprise à faire depuis peu, car j'ai choisi de ne plus me forcer à lire un roman jusqu'à la fin pour le finir vraiment. Je me suis arrêtée sur les passages liés au développement personnel, aux méthodes pour aider, aux réflexions pour passer outre cette mauvaise habitude. Et c'est là que je suis ennuyée parce qu'encore une fois, dans le fond, Celle qui a dit Fuck est une excellente idée. En plus le côté carnet illustré est top. le côté développement personnel m'a bien plu, et m'a permise de me poser des questions, de pointer des mauvaises habitudes et des idées pour les effacer doucement. Mais tout cela se perd dans le reste, et c'est tellement dommage.
Malgré une envie de me plonger dans ce roman, et une grande ouverture d'esprit quant au sujet, je n'ai donc pas adhérer. Et j'en suis la première déçue, je vous l'assure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
stokely
  17 avril 2018
Ayant lu beaucoup de romans policiers dernièrement je cherchais une lecture différente sans prise de tête et étant un peu surmenée actuellement, je me suis dis que ce titre était parfait.
J'ai en effet beaucoup aimé cette lecture qui se lit très vite en deux petites soirées pour ma part et cela m'a fait du bien, cela m'a fait relativisé certaines choses, je ne suis pas sûre de faire tout ce qu'il y a mentionné mais certaines choses sont assez faciles à suivre.
On suite avec plaisir Alice et les conseils qu'elle nous délivre afin d'être plus zen, une lecture qui pour le coup sort de ma zone de confort mais que j'ai apprécié lire.
Les conseils prodigués peuvent convenir à tous les âges quand on devient maman, au travail, à la maison etc....
Commenter  J’apprécie          230
corali
  28 mai 2018
Que dire de Celle qui a dit Fuck écrit par Anne-Sophie Lesage et illustré par sa soeur Fanny, à part que c'est une lecture très atypique et largement rafraîchissante pour cet été ?
J'ai acheté ce roman après des semaines et des semaines à attendre le bon moment : entre le cadeau d'anniversaire qui n'a pas été fait et les ruptures de stock Amazon, je dois dire que j'ai largement eu le temps de lire et relire le résumé, de lire des avis sur le net et de penser à ce que raconterait le livre. Au final, comme chaque fois que j'attends pendant très longtemps un livre, j'ai été un peu déçue, sans doute parce que j'avais trop imaginé le texte que je rencontrerais à la lecture. Mais je dois quand même souligner que j'ai passé un super moment de lecture, les pages se sont tournées toutes seules et m'ont happée dans les réflexions et sentiments d'Alice, jeune trentenaire en pleine crise existentielle.
J'ai adoré Alice, l'héroïne : elle est drôle et cocasse, pétillante, pleine d'envie. Sa vie va mal – comprendre : elle ne l'aime pas : elle s'ennuie dans son travail pas assez artistique à son goût, elle n'arrive pas à concrétiser ses projets de bébé, elle est sans cesse sous pression à cause d'elle-même, etc. Au final, c'est très facile de s'identifier à elle, de se voir à travers elle. La construction du texte aide largement à cela : c'est un journal intime, une suite de réflexions où se mêlent fiction et événements que nous avons tous un jour vécu. de plus l'artifice du journal intime est extrêmement bien fait : l'illustration du texte et sa mise en scène – les ratures, mots barrés, les gribouillis – donnent vraiment l'impression de lire un journal intime (qui pourrait d'ailleurs être le notre).
Celle qui a dit Fuck c'est aussi un incroyable mélange de genres littéraire et moins littéraires. En effet le texte fait très développement personnel mais, même si d'ordinaire je n'aime pas beaucoup les pseudos romans qui dissimulent de grands principes sur le bonheur, l'amélioration de sa vie, etc., j'ai trouvé ici que l'auteur faisait cela avec brio. le texte est drôle, on s'identifie, il n'y a que des évocations des « penseurs du bonheur » sans qu'on ne s'appesantisse sur l'ensemble de leurs théories , et au final ça marche, on a presque envie d'aller voir nous même ce que ces penseurs censés révolutionner notre vie ont écrit. de plus le texte nous fait réfléchir, au fil des mots on se dit « Ah ça c'est tout moi », « Oh mon Dieu moi aussi je ne sais pas voir le verre à moitié plein, je ne le vois qu'à moitié vide », « Sur ce point je suis comme Alice », « Ah tiens ! je pourrai changer cela moi aussi »…
Celle qui a dit Fuck c'est aussi un roman un peu Chick-Lit et grandement feel-good. Quand on quitte Alice et qu'on referme le livre, on regrette que ça soit déjà fini, mais aussi se sent bien, ou mieux, ou on sait quoi faire pour essayer de se sentir mieux.
En bref, Celle qui a dit Fuck est un texte de développement personnel romancé, très bien fait, qui fait rire et réfléchir. Je le conseille, pour les femmes qui se remettent en question ou qui se sentent perdues et dépassées par leur vie, pour celles qui veulent se rassurer et voir que non leur vie n'est pas si nulle, qu'on peut toujours l'améliorer et, surtout, qu'elles ne sont pas seules à ne pas être satisfaites de ce qu'elles ont. Enfin, ce journal intime est à lire pour celles qui voudraient passer un bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coquinnette1974
  30 juin 2018
Celle qui a dit Fuck de Anne-Sophie Lesage et illustré par Fanny Lesage, sa soeur, m'a été envoyé par les éditions Solar et net galley, que je remercie.
Ce roman, c'est l'histoire d'Alice, une trentenaire qui a décidé de.. dire Fuck à la vie :)
Ras le bol de se prendre la tête, elle décide d'écrire un journal pour lâcher prise.. enfin.. et faire un pied de nez à cette satanée charge mentale dont nous entendons tant parler !
Alice c'est un peu moi, un peu vous, un peu toutes les femmes en fait :)
Elle a des rêves plein la tête mais elle ne se donne pas forcément les moyens de les réaliser.
Son journal intime, qui parle de sa vie mais aussi du développement personnel, est bourré de conseils très pertinents.
Les illustrations sont très réussies, cet ouvrage est interactif car il y a des to-do list , des gribouillages, des notes ici et là.. bref ça ressemble à un vrai journal intime comme nous en faisions à notre adolescence.
C'est très sympathique, il y a du rythme, c'est parfois drôle et j'ai adorée cette lecture :)
On découvre sa vie, son évolution, ses réactions, ses colères, ses moments de doute..
C'est léger mais pas que, et surtout le contenu est très pertinent.
Je ne suis pas du tout une grande amatrice des ouvrages de développement personnel, mais là j'ai passé un très bon moment avec Alice et je mets un énorme cinq étoiles :)
A lire, et pourquoi pas à essayer de faire car il y a de sacrément bons conseils dans ce bouquin ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
echosdemots
  27 août 2018
Bon, ce résumé est beaucoup trop long, mais il a le mérite de parfaitement montrer le style de l'auteure ! Anne-Sophie Lesage nous offre une plume 100% naturelle, drôle et piquante.
J'ai écouté ce livre sur mon application Audible et je dois avouer m'être esclaffée plutôt bruyamment plus d'une fois dans ma voiture... Dont une fois la fenêtre ouverte en attendant mon tour à la station service... Attendez il faut que je vous raconte quand même.
OUVERTURE DE LA PARENTHÈSE
DONC je suis à la station service, les écouteurs dans les oreilles et j'attends derrière une personne qui est en train de se servir lorsque Anne-Sophie Lesage, pour la dixième fois en 10 minutes me fait exploser de rire. Personnellement je ne suis pas quelqu'un qui s'intéresse au regard des autres ; non vraiment je m'en fous. du coup je n'ai pas spécialement cherché à être discrète (surtout que, je ne sais pas vous, mais quand je suis dans ma voiture, j'ai l'impression d'être chez moi et cachée du reste du monde. Bref.) et après avoir ri, j'ai tourné la tête vers la gauche où j'ai découvert un petit couple de vieux dans la voiture d'à côté, fenêtre ouverte également. Je jure solennellement que la mamie m'a regardée et a actionné le bouton pour fermer sa fenêtre, le tout sans me quitter des yeux (si, si, jusqu'à ce que la fenêtre soit tout en haut) et avec, j'en suis sure, une interrogation dans son regard « est-elle dangereuse ? Dois-je demander à René de sortir le fusil du coffre ? ».

FERMETURE DE LA PARENTHÈSE
(quel chouette moment d'intimité nous avons vécu !)
Donc vous l'aurez compris, l'auteure m'a fait exploser de rire beaucoup trop souvent dans ce roman qui respire la bonne humeur. C'est LA lecture parfaite pour l'été !
Je ne me suis pas spécialement identifiée à l'héroïne, Alice, car elle est à peu près mon opposé. Elle ne sait pas lâcher prise (mon canapé est mon deuxième mec), cherche à avoir un enfant (AH MAIS DÉGUEU) et n'ose pas dire ses quatre vérités à sa boss (Y a t'il un seul de mes employeurs qui ne m'a pas détesté après 3 jours ?). D'un autre côté, le coté trentenaire, hilarante et en couple depuis un moment m'a aidé à me sentir proche d'elle et j'en ferais bien ma pote pour être honnête. Surtout, l'auteure glisse très souvent des références d'aujourd'hui (que ce soit Michonne de W9 ou l'émission culte de Bataille et Fontaine... Quoi ? Comment ça plus personne ne sait qui sont ces hommes ?) ce qui nous aide, encore une fois, à nous sentir proche d'elle.
Dans ce roman nous suivons donc Alice, trentenaire et fatiguée de se prendre la tête pour tout et tout le temps. Elle va alors chercher et tester des solutions que ce soit sur Internet, dans les livres ou à travers un groupe de parole et rapportera tout dans son journal. J'ai aimé le fait de découvrir le journal intime de l'héroïne car elle y parle, du coup, d'une manière totalement décomplexée.
J'ai aussi adoré le fait que toutes les techniques citée dans ce livre existent réellement. Finalement, pourquoi s'embêter à acheter des livres de développement personnel (sur la manière de lâcher prise, de mieux s'organiser... Bref, le délire du « vivre mieux ») quand vous pouvez vous offrir Celle qui a Dit Fuck ?

Mon coup de coeur va également à la lectrice d'Audible : Sabrina Marchese. Elle est absolument gé-niale ! Cette femme vit à fond la lecture et sa voix (super agréable au passage) se prête SI BIEN à l'héroïne du livre !

Bref, Celle qui a dit Fuck est un peu une ode à l'imperfection; un gros FUCK aux attentes de la société envers les femmes. Ce roman donne au lecteur (du plus cool au plus angoissé) l'envie de (re)devenir lui-même, de (re)prendre du plaisir dans tous les domaines de la vie et de mettre une grosse baffe dans la gueule de la perfection.
Lien : http://echos-de-mots.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
TPLF   18 juillet 2018
A travers des chroniques mordantes, de nombreuses pistes, des citations qui boostent, des petits rituels, une boîte à outils et de belles illustrations de Léna Piroux, ce journal intime prône l’imperfection avec beaucoup d’humour et d'autodérision.
Lire la critique sur le site : TPLF
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   06 septembre 2020
Le seul endroit où je suis habituée à attendre et à prendre mon parti, parce que c’est un endroit spécial où l’espace-temps n’est pas le même que sur la terre, c’est la POSTE !
Commenter  J’apprécie          100
florencemflorencem   04 septembre 2020
L’âge auquel j’ai été le plus épanouie ? 4 ans et demi, car je me fichais du regard des autres. Je me sentais libre (je pouvais sortir en leggins roses sous une jupe orange sans risquer d’être jugée).
Commenter  J’apprécie          80
Fanny_se_LivreFanny_se_Livre   22 juin 2019
Je ne dis pas non juste pour dire non, mais je prends plaisir à faire preuve de détermination, à assumer mes choix et à cesser de faire passer les besoins des autres avant les miens.
Alice
Commenter  J’apprécie          30
ElodiecombeauElodiecombeau   28 mai 2020
Même si certains choix peuvent paraître risqués, même si ton entourage ne les comprend pas vraiment. Cela peut sembler basique, comme pensée, mais je n’oublie pas que je n’ai qu’une vie à vivre, et que personne d’autre ne l’a vivra pour moi! 
Commenter  J’apprécie          20
ElodiecombeauElodiecombeau   28 mai 2020
Il ne faut évidemment pas rester accroché à l’autre à tout prix quand rien ne va plus, mais j’ai parfois l’impression qu’on est aussi moins indulgent avec son couple, qu’on va vite chercher les failles, jusqu’au moment où l’on n’arrive plus à lâcher prise.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Anne-Sophie Lesage (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Sophie Lesage
Et si vous deveniez l’héroïne de votre vie ? : Défi #4
autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre

.. ..