AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791033901570
Éditeur : Harper Collins (10/05/2017)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Pour la première fois de sa vie, Ginny  Moon a trouvé sa Maison-pour-Toujours : un foyer avec une famille aimante qui saura la protéger et l'entourer. Le foyer dont n'importe quel enfant adopté pourrait rêver. Alors pourquoi cette adolescente de 14  ans cherche-t-elle à tout prix à se faire kidnapper par sa mère biologique, incapable de s'occuper d'elle  ? Pourquoi Ginny veut-elle absolument retourner dans cet appartement où elle a failli mourir ?
C'est une a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  13 juillet 2017

Prêts à partir à la recherche d'une Poupée dans sa valise? Alors accrochons nous au chemin de la pensée de Ginny, ado, autiste, et adoptée.

Pas facile d'être Ginny Moon. D'avoir 14 ans et de vivre dans la maison-pour-toujours avec ses parents-pour-toujours. Surtout quand on en est à la troisième famille-pour-toujours, et que quelque part sa Poupée a besoin d'elle.
Au travers de sa quête, Ginny nous transmet avec ses mots sa perception du monde dans lequel elle vit. Certes elle en a acquis les codes, qu'elle utilise de son mieux, même lorsqu'ils n'ont pas de sens pour elle. Et malgré ses compétences apprises, il est parfois difficile de faire fi de de ce qui lui tient à coeur et de respecter les interdits (comme ne pas consoler un bébé qui pleure).
En miroir, les réactions de l'entourage, commentées par Ginny nous font entrevoir le gouffre qui l'isole de la majorité de ses contemporains, élèves de la classe, parents, profs.
On le découvre assez rapidement, Ginny cumule les nuages au dessus de sa tête (Ginny : c'est une expression!) puisqu'elle est adoptée à la suite de placements multiples après qu'elle a subi des maltraitances graves. Mais en même temps, la différence, le handicap sont des facteurs favorisants, et ce n'est pas invraisemblable.
C'est un superbe roman, une histoire attachante, contée avec justesse, et qui permet de comprendre la façon dont la pensée fonctionne chez un jeune autiste. Et que s'il doit apprendre les règles de fonctionnement de la relation interhumaine, il serait bien nécessaire que le reste du monde, qui fonctionne naturellement avec ces règles, tente aussi de décoder les demandes qui lui sont faites.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Nastie92
  25 juin 2017
Elle est drôlement attachante cette petite Ginny ! Et la vie n'est pas facile pour elle... ni pour son entourage.
C'est que Ginny n'est pas une adolescente comme les autres, et elle en fait voir de toutes les couleurs à ses parents adoptifs.
Ginny est autiste et l'auteur ayant décidé que cela ne suffisait pas, elle a été adoptée après avoir été maltraitée par sa mère biologique.
Présenté de cette façon, on pourrait craindre que le livre ne soit larmoyant, désespérant ou tout simplement ennuyeux, mais il n'en est rien, bien au contraire : Benjamin Ludwig a écrit un roman gai, plein de vie et d'humour.
Il réussit formidablement bien à faire parler Ginny et à nous livrer ses pensées. Choses que Ginny serait incapable de faire toute seule car la communication lui pose de sérieux problèmes.
Sous la plume de l'auteur, Ginny s'exprime, ou plutôt pense, et le lecteur suit les tourbillon qui se bousculent dans sa tête.
À première vue, Ginny peut paraître incohérente, elle passe du coq à l'âne, elle change brusquement de direction, mais le lecteur comprend petit à petit que sous une apparence de grand fouillis, il y a une grande logique. Plus précisément, Ginny a "sa" logique, qui n'est pas la nôtre, mais qui est tout à fait rationnelle... d'une certaine façon.
Un des grands intérêts de ce livre est que l'auteur a réussi un portrait très réaliste de l'autisme, ou plutôt d'une autiste. Il nous fait sentir ses difficultés à suivre la marche d'un monde dont bien des codes lui échappent, il nous fait partager ses angoisses lorsqu'elle est dépassée, il nous fait comprendre ce que c'est que d'avoir des tonnes d'idées et de pensées dans sa tête et de ne pas arriver à les exprimer. On sent bien que sa vie est terriblement compliquée et fatigante, car il lui faut sans cesse s'adapter et composer avec des événements qu'elle ne comprend pas ou qu'elle interprète mal.
Ce livre plein de tendresse se dévore en un rien de temps, on s'attache forcément à Ginny, et on suit avidement ses aventures.
Même si la fin, qui m'a semblé assez artificielle et peu crédible, m'a déçue, j'ai apprécié cette lecture assez originale.
Je remercie Babelio, qui à travers ses masses critiques nous offre régulièrement le plaisir de découvrir de nouveaux auteurs ou de nouvelles oeuvres. Je remercie également les éditions HarperCollins pour l'envoi de ce livre, accompagné de jolis petits badges reprenant les phrases fétiches de Ginny.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Ichirin-No-Hana
  22 juin 2017
Ginny Moon est une jeune autiste âgée de 14 ans. Après avoir subi des mauvais traitements jusqu'à l'âge de neuf ans quand elle vivait encore avec sa mère droguée et après avoir vécu dans diverses familles d'accueil, Ginny vit aujourd'hui avec Maura et Brian, un couple aimant qui fait tout ce qu'ils peuvent pour que Ginny se sente heureuse avec eux. Bien qu'elle vive dans un foyer accueillant et qu'elle ait beaucoup d'activités et d'amis à l'école, Ginny n'arrive pas à être heureuse. En effet, il lui manque quelque chose : sa Poupée qu'elle a abandonnée dans une valise quand la police est venue la chercher quand elle était encore chez sa mère biologique. Va-t-elle bien ? Où est-elle ? Voici les questions qui obsèdent Ginny.
Ce roman, écrit à la première personne, nous immerge totalement dans l'esprit d'une jeune adolescente autiste. L'auteur, Benjamin Ludwig, étant lui aussi parent d'une jeune autiste nous propose avec Ginny Moon, un récit fort enrichissant, surtout pour des personnes comme moi qui en connaissent très peu sur le sujet. Ne connaissant pas grand-chose à cette maladie, j'ai donc énormément appris dans ce roman. Il aura eu le mérite de me donner envie de me renseigner encore plus sur cette maladie (que ce soit avec d'autres romans ou même des documentaires). A base de chapitres courts, Ginny Moon se lit particulièrement vite malgré ses 420 pages. Un peu comme un journal intime, nous suivons le quotidien de Ginny et de sa famille. On s'attache réellement à la jeune fille, qui malgré la complexité de sa maladie est très intelligente et pleine de sentiments. Par moments, le roman est touchant et même parfois dur (malgré que Ginny ne comprenne pas la gravité de la situation). Nous suivons avec beaucoup de curiosité le cheminement de Ginny et son évolution.
Autre point positif, les différents personnages qui entourent la jeune fille, ils sont réellement humains et j'ai vraiment apprécié cela. L'autisme est une maladie plutôt difficile à vivre notamment pour l'entourage car elle demande beaucoup d'énergie, d'adaptation et de surveillance et l'auteur nous le démontre avec ce roman. Maura et Brian, les parents adoptifs de Ginny (son Père-pour-toujours et sa Mère-pour-toujours comme elle les appelle), bien qu'ils soient aimants, altruiste et plein de bonne volonté ne restent pas sans défaut. Quand la situation deviendra trop difficile, ils leur arriveront de craquer et d'avoir envie de tout abandonner, comme toutes personnes.
La plume de l'auteur est très juste et remplie de beaucoup de sensibilité et de tendresse. J'ai réellement pris Ginny Moon comme une déclaration d'amour à sa propre fille, ce qui le rend d'autant plus touchant. le style se veut simpliste et reflète parfaitement la personnalité et la pensée de Ginny. On peut mettre un peu de temps à s'adapter mais pour ma part, cela a été plutôt rapide.
Je remercie Babelio et les éditions HarperCollins pour l'envoi de ce roman (et des très jolis badges !) dans le cadre d'une Masse critique. Ce roman fut une découverte à bien des égards !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Yumiko
  25 juin 2017
Quand j'ai lu le résumé, je n'ai pas pu résister, je voulais absolument découvrir ce roman. Et comme je suis contente d'avoir tenté l'aventure car je ne suis pas déçue par cette lecture qui est entraînante, envoûtante, et qui nous emporte dans la pensée autistique de Ginny, une héroïne hors du commun et tellement attachante. 
Cette jeune fille poursuit des buts louables et tellement importants pour elle, qu'elle va se retrouver dans des situations déstabilisantes et très inhabituelles, alors qu'elle aime pourtant que tout soit bien ordonné et structuré. Elle saura pourtant poursuivre sa route, se battre, le tout pour savoir ce qu'il est advenu de sa poupée. Pourtant, elle va en avoir des obstacles à surmonter et sa pensée autistique ne l'aidera pas toujours à bien cerner ce qu'il se passe, ni ce qui est attendu d'elle.
Le lecteur a envie de l'aider de bout en bout face à ce monde qu'elle décode à sa façon et à sa difficulté à analyser certaines situations. J'ai vraiment été touchée par cette jeune fille mais aussi par ses parents adoptifs. Car ce roman ne s'arrête pas à nous conter l'histoire d'une fille autiste, mais à raconter celle d'une jeune autiste adoptée avec toutes les difficultés que cela sous-entend au quotidien. 
C'est bien ce qui m'a le plus touchée: cette famille qui essaie de trouver son équilibre comme elle peut alors que l'arrivée de bébé Wendy va bouleverser bien des choses. Les remises en question, les clashs mais aussi les scènes touchantes vont s'enchaîner, laissant craindre le pire quant à l'avenir de Ginny au sein de cette famille qui s'occupe du mieux qu'elle peut d'elle. 
En bref, j'ai retrouvé dans cette lecture les réactions et pensées des jeunes avec qui je travaille, mais aussi les questionnements, les joies et les inquiétudes de leurs familles. C'est pourquoi j'ai totalement accroché à ce roman et que je vous le conseille chaudement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
lebazarlitteraire
  27 juin 2017
On a été gâtées par Babelio ces temps-ci et c'est donc le second ouvrage que nous avons reçu grâce à eux que je vous présente aujourd'hui. Ayant été Assistante de Vie Scolaire pendant un an, c'est le thème du livre et les premières critiques que j'ai pu en lire qui m'ont intriguée. En voici donc quelques lignes, pour vous donner envie à votre tour.
Pour la première fois de sa vie, Ginny Moon a trouvé sa Maison-pour-Toujours – un foyer avec une famille aimante qui saura la protéger et l'entourer. le foyer dont n'importe quel enfant adopté pourrait rêver. Alors pourquoi cette adolescente de 14 ans cherche-t-elle à tout prix à se faire kidnapper par sa mère biologique, incapable de s'occuper d'elle ? Pourquoi Ginny veut-elle absolument retourner dans cet appartement où elle a failli mourir ?
C'est une adolescente comme les autres – elle joue de la flûte, s'entraîne pour le tournoi de basket de l'école et étudie les poèmes de Robert Frost –, à un détail près : elle est autiste. Et certaines choses sont très importantes pour elle : commencer sa journée avec précisément neuf grains de raisin, chanter sur Michael Jackson (son idole), manger de la pizza au bacon et aux oignons et, surtout, retrouver sa mère biologique pour pouvoir s'occuper de sa Poupée, qui court un grand danger.
Avec les moyens limités et pourtant redoutables d'une enfant enfermée dans son monde intérieur, Ginny va tout mettre en oeuvre pour la sauver.
Les premières critiques que j'ai pu en lire disaient que la force de ce roman était que l'on nous présentait cette jeune fille autiste d'un point de vue inédit. le narrateur est Ginny Moon, elle nous fait vivre sa vie avec ses yeux, ses sensations et sa réalité. C'est ce point de vue qui m'a attirée et donné envie de le lire. J'avais tout de même des appréhensions, notamment sur certains clichés qui risqueraient de gâcher un peu le tout.
Mais que nenni ! Au placard les aprioris ! Je me suis retrouvée happée par cette histoire prenante et touchante, sans aucune mièvrerie ni clichés. On entre complètement dans la peau de Ginny Moon, l'identification peut se faire parfaitement, que l'on soit adolescent ou adulte, autiste ou non. La maladie de la jeune fille n'est pas ce que l'on retient de ce roman. Je ne dirais pas que c'est occulté, mais cela devient un élément « normal », juste comme un trait de caractère de l'adolescente. Bien sûr, cela nous donne un aperçu de ce qu'est être enfermé dans l'autisme (en tout cas une certaine forme d'autisme, car il y en a des aspects beaucoup plus sombres), ainsi que ce qu'est vivre au quotidien avec un autiste. Mais c'est tellement bien écrit que ça ne paraît pas être le thème prédominant du livre.
Ce que nous montre benjamin Ludwig, père lui-même d'une adolescente autiste qu'il a adoptée, c'est que ce n'est pas une maladie à craindre (comme ça l'est encore souvent aujourd'hui). Que l'on peut s'adapter, qu'il faut changer son mode de communication et rester très ouvert.
Le fond de l'histoire en lui-même est aussi très prenant. Au-delà de l'aperçu de la vie d'une autiste au quotidien, c'est surtout l'obsession qu'a Ginny Moon de récupérer sa Poupée, laissée dans son ancienne maison, qui nous touche. C'est une idée fixe dont elle ne peut se défaire. Mais que les adultes ne comprennent pas et s'obstinent à vouloir lui offrir une autre poupée. Dans ce roman, tout réside sur la communication. On s'aperçoit progressivement que la demande de Ginny est légitime et que les problèmes ne doivent pas lui être mis entièrement sur le dos. On se rend compte que beaucoup d'erreurs ou de « bêtises » faites par Ginny ne sont en réalité pas forcément dû à elle-même, mais à la difficulté de transmission d'informations ou de règles par les adultes.
Au final, malgré certaines actions parfois difficiles à comprendre du point de vue d'un adulte non autiste, on se range du côté de Ginny et on adopte sa logique, que l'on n'aurait pourtant pas suivie autrement. On comprend le cheminement de pensée de la jeune fille et on ne peut qu'y adhérer.

Une seule petite déception (qui n'est pas un point négatif pour autant) : j'aurais aimé poursuivre l'aventure avec Ginny et la famille Moon plus longtemps, continuer à voir leur évolution.

C'est un roman réellement intéressant, prenant, efficace, et drôlement bien écrit. Chapeau pour un premier ouvrage !
Merci à Babelio et aux éditions Harper Collins pour cette belle découverte.
Pour quelques photos en prime, rendez-vous sur notre site !
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   25 juin 2017
Quelquefois, c'est moins dangereux de réunir les gens que de les séparer.
Commenter  J’apprécie          190
larubriquedolivialarubriquedolivia   27 juin 2017
Je suis là, à l'école, pendant que ma Poupée est dans l'appartement, toute seule avec Gloria, et il n'y a personne, personne pour la protéger.
Commenter  J’apprécie          20
tantquilyauradeslivrestantquilyauradeslivres   30 août 2017
" Je le pose sur mon lit et il crie plus fort, alors je commence à chercher ma Poupée. La vraie. Même si je sais qu'elle n'est pas là. Je l'ai laissé dans l'appartement de Gloria, mais comme les bébés qui pleurent me rendent vraiment, vraiment angoissée, il faut que je cherche. C'est une sorte de règle dans mon cerveau. Je cherche dans mes tiroirs, dans mon placard, dans tous les endroits où une Poupée pourrait être
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NinaaluNinaalu   18 mai 2017
Un mélodrame, c’est quand on ressent beaucoup d’émotions et qu’on parle très fort.
Commenter  J’apprécie          40
larubriquedolivialarubriquedolivia   27 juin 2017
Elle n'aurait pas dû poser cette question, parce que je ne sais pas ce que je dois répondre. Pour ça, il faudrait que j'aie neuf ans, comme avant, et que je sois de l'autre côté de ma Vie-pour-toujours. Que je fasse une soustraction pour m'enlever de ce côté et retourner de l'autre.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Benjamin Ludwig (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benjamin Ludwig
Get your copy of GINNY MOON: http://amzn.to/2rtu22t A life-long teacher of English and writing, Ginny Moon is Benjamin Ludwig?s first novel. Shortly after he and his wife married they became foster parents and adopted a teenager with autism. The novel was inspired, in part, by his conversations with other parents at Special Olympics basketball practices.
autres livres classés : autismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




. .