AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782505082460
144 pages
Éditeur : Dargaud (27/11/2020)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 42 notes)
Résumé :
1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l’institutrice Prudence Crandall s’occupe d’une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah.
La population blanche locale voit immédiatement cette "exception" comme une menace. Même si l’esclavage n’est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l’Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui sav... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
lenoute
  14 janvier 2021
"Blanc autour" est une bande dessinée au sujet intéressant. Elle s'inspire d'une histoire vraie. Celle de Prudence Crandall. Une jeune institutrice qui a ouvert en 1832 la première école destinée aux jeunes femmes de couleur, dans une Amérique raciste. Comment d'un projet innovant nait une révolte villageoise ?
En ce qui concerne la partie graphique, je suis davantage sensible à la palette de couleurs et à l'univers qu'il se dégage et moins conquise par le dessin (des différents personnages, ...).
C'est une bande dessinée instructive sur le combat pour l'éducation et la liberté des femmes de couleur.

Commenter  J’apprécie          401
florencem
  18 janvier 2021
Lorsque j'ai commencé à entendre parler de cette bande dessinée, j'avoue que c'est surtout la couverture qui m'avait intrigué. Elle a ce côté simple et en même temps si onirique et riche qu'il est difficile de ne se pas s'arrêter dessus. Je ne m'étais pas penchée plus que cela sur le résumé, pour moi le titre Blanc autour ainsi que ces jeunes femmes noires sur la couverture en disait bien assez et suffisaient à me donner envie d'en apprendre plus.
En lisant Blanc autour, j'ai donc été incroyablement surprise de découvrir une histoire qui était tirée de faits réels. Les auteurs, d'ailleurs, prennent le temps au début et à la fin de l'ouvrage de nous instruire sur les différents événements liés à la bande dessinée. C'est vraiment quelque chose que j'ai apprécié, car disons-le franchement, en France, le programme d'histoire ne se tourne pas vers ces faits (enfin à mon époque ce n'était pas le cas). Faisant résonnance à ce qu'il se passe dans le monde, j'ai trouvé que le sujet méritait de prendre encore plus d'ampleur par le biais de supports comme celui-ci.
Nous découvrons donc la naissance d'une école pour jeunes femmes de couleur dans une Amérique qui a aboli l'esclavage mais qui ne supporte pas que les Noirs aient les mêmes droits que les Blancs. C'est sous l'envie de Sarah, une jeune femme vivant proche de son école que Prudence Crandall décide de l'inclure à sa classe, puis d'ouvrir son école exclusivement à des jeunes femmes de couleur. L'aventure est risquée face à une ville puritaine et raciste au possible, mais l'institutrice tient bon. Un premier combat, des batailles à suivre en pagaille.
Le chemin est long, difficile, parfois violent face à la stupidité d'hommes et de femmes bouchés et plein de préjugés. Les auteurs dépeignent une société qui vous donne envie de vous révolter avec une certaine pudeur, mais en ne romançant pas tout non plus. J'ai trouvé l'ensemble juste et prenant, ne s'arrêtant pas seulement au racisme mais aussi à la condition de la femme, à la religion, au vivre ensemble, à l'envie d'apprendre, de comprendre et de voir combien une personne instruite et curieuse peut faire changer les choses.
Et Blanc autour est aussi drôle. Les jeunes pensionnaires m'ont souvent fait rire avec leurs caractères si différents, leur façon de voir le monde, les répliques bien placées. Elles sont adorables, chacune à leur façon, et aussi tellement intelligentes et pleines d'espoir. Elles sont dignes, fortes, belles aussi.
Je ne savais pas à quoi m'attendre. J'espérais… Un espoir peut-être idiot, car les auteurs voulaient coller à l'histoire, mais j'espérais quand même. Il y a cependant dans les dernières pages un espoir qui réside quand même. Les biographies des personnages féminins importants de ce passage de l'histoire a également été un plus. Les choses pouvaient changer à cette époque si difficile, des femmes se sont battues pour cela. Alors oui, un peu d'espoir, même pour aujourd'hui.
Pour finir, je reviens sur les dessins. Comme je l'ai dit au tout début, j'ai été charmée par la palette de couleur, la rondeur, cette simplicité onirique. Les textes disparaissaient parfois, laissant place exclusivement aux illustrations, et elles se suffisaient à elle-même. C'est quelque chose de magique que j'apprécie toujours grandement.
Une bande dessinée très réussie qui fait réfléchir et donne envie d'en apprendre plus. Sur cette période de l'histoire mais aussi sur tout. Blanc autour c'est surtout une ode au savoir, à la curiosité à l'envie de comprendre le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
coquinnette1974
  16 novembre 2020
Je remercie les éditions Dargaud pour l'envoi, via net galley, du roman graphique Blanc autour de Wilfrid Lupano (scénario) et Stéphane Fert (illustrations).
1832, Canterbury.
Dans cette petite ville du Connecticut, l'institutrice Prudence Crandall s'occupe d'une école pour filles.
Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah. La population blanche locale voit immédiatement cette "exception" comme une menace.
Même si l'esclavage n'est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l'Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d'une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l'école si la jeune Sarah reste admise....
Blanc autour est un roman graphique relatant une histoire vraie.
En effet, Prudence a réellement existé, de même que ses élèves. D'ailleurs une fois le roman graphique terminé il y a un dossier sur cette femme et ses élèves. J'ai trouvé cela passionnant, de savoir ce qu'elles étaient devenues. C'est une très bonne idée d'avoir fait ce dossier en plus.
Prudence est une femme forte dont la vie va changer le jour où elle va décidé d'accepter une jeune fille noire dans son pensionnat de jeunes filles blanches. Car en ce temps là noirs et blancs ne se mélangeaient pas. Non vous imaginez, un noir instruit ça prendra forcément la grosse tête. Et une fille en plus, pourquoi veut t-elle faire comme les filles blanches ?? C'est ridicule !
Et puis, il ne faut pas oublier Nat Turner, cet esclave noir qui un an plus tôt, en Virginie, a pris la tête d'une révolte sanglante. Il savait lire et écrire, pour un esclave !! Ces idées lui sont forcément venus de ça, pas besoin donc d'instruire les noirs...
Évidemment de tels propos sont révoltants, mais les comportements de l'époque sont bien resitués.
Le racisme est très présent, et hommes comme femmes ont des idées et des paroles qui sont à vomir !
Ce qui est inquiétant, c'est que presque 200 ans après les faits, il y a toujours un racisme important aux États-Unis.
Bien sur, cela a évolué. Il n'est plus choquant (pour les trois quarts des gens du moins) de voir un couple mixte et les enfants ont le droit à l'éducation quelque soit leur couleur.
Mais au vue des dernières émeutes, au vue des comportements de certains en Amérique comme dans le reste du monde, on peut parfois se demander si les gens sont réellement (au plus profond d'eux) plus civilisés qu'en 1832 !
L'histoire est très intéressante, j'ai appris plein de choses sur cette période que je connais mal et cette histoire que j'ai découverte. Les personnages sont attachants.
Par contre j'ai un peu moins aimé les dessins, je n'ai pas accroché avec les traits des personnages qui sont parfois un peu grossiers. Et la police de caractère est un peu difficile à lire au format numérique.
Blanc autour est un bon roman graphique, ma note : 4 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
boudicca
  03 janvier 2021
Prolifique scénariste de bandes dessinées, Wilfrid Lupano est l'auteur de bon nombre d'ouvrages qui s'inscrivent dans des genres très différents : la fable pleine de tendresse avec « Un océan d'amour », la fantasy humoristique avec la trilogie « Traquemage », la satyre sociale avec « Les vieux fourneaux », ou encore les femmes dans l'histoire avec la série « Communardes ! ». Une thématique à laquelle l'auteur revient en ce début d'année 2021 puisque « Blanc autour » met en scène le combat pour l'éducation d'une poignée de jeunes femmes noires dans les États-Unis des années 1830. L'action se passe dans la ville de Canterbury, paisible bourgade située près de Boston, dans le Connecticut, où l'esclavage a déjà été aboli depuis 1784 (pour rappel, il faudra attendre 1865 pour que l'abolition soit proclamée dans l'ensemble des États-Unis). La vie des noirs n'a cependant rien d'idyllique puisqu'on continue malgré tout de les considérer comme des êtres inférieurs dont il faut se méfier. Une méfiance d'autant plus vive que les blancs gardent en mémoire le souvenir de la révolte menée quelques années auparavant par Nat Turner, esclave lettré ayant fédéré autour de lui plusieurs de ses compagnons de chaînes avec lesquels il s'est livré à l'attaque de plusieurs plantations en massacrant tous ses habitants. Alors quand Prudence Crandall, l'institutrice de la ville, fait le choix d'accueillir dans son école une jeune fille de couleur, sa décision provoque un véritable tollé parmi la population. Les notables des environs s'estiment déjà suffisamment tolérants de permettre aux filles blanches de recevoir une éducation (après tout, quel est l'intérêt puisqu'elles finiront femmes au foyer ?), alors imaginer ces rejetonnes de bonnes familles fréquenter des noires sur le banc de l'école, c'est inimaginable. Plutôt que de s'alarmer de la décision des parents de retirer leurs filles de l'école, Prudence Crandall prend alors une décision plus radicale encore : les blanches ne veulent plus venir ? Qu'à cela ne tienne, l'école sera désormais exclusivement réservée aux noires. Imaginez la réaction des honorables habitants de la ville ! C'est le début d'un long combat pour les pensionnaires de la Canterbury Female Boarding School, des jeunes filles noires venues de tous les États-Unis qui vont se retrouver confrontées à l'hostilité de plus en plus ouverte de la population locale.
L'ouvrage s'inspire d'événements historiques qui se sont déroulés au début des années 1830 et rend hommage à ces femmes qui se sont battues pour le droit à l'éducation de toutes et tous. A travers le parcours de cette institutrice et de ses pensionnaires, Wilfrid Lupano met en lumière le racisme profondément ancré dans la culture et l'histoire américaine. Certains arguments mis en avant par les familles les plus influentes de la région sont par conséquent difficiles à entendre, de même que les actes de violence commis à l'encontre des personnages se révèlent particulièrement rudes à encaisser, certains ne lésinant devant rien pour faire reprendre à ces jeunes filles la place qu'ils estiment être la leur. En parallèle du quotidien de l'école, l'ouvrage retrace la succession des différentes décisions de justice prises par les tribunaux concernant cette affaire. Outre la qualité de la contextualisation historique, la bande dessinée se distingue également par la subtilité de sa réflexion puisque l'auteur, tout en rendant hommage à ces femmes, ne s'empêche pas de questionner la pertinence de leur combat, notamment à travers le personnage de l'enfant sauvage qui refuse de se conformer à un monde pensé et façonné par les blancs. La question de la religion, ou plutôt de la spiritualité, est aussi abordée avec nuance et permet de révéler des facettes différentes de la personnalité des héroïnes. Toutes sont d'ailleurs très réussies et très touchantes, qu'il s'agisse de Sarah, la première ayant eu le courage de réclamer le droit à s'instruire, mais aussi de la joviale et brillante Eliza, ou encore d'enthousiaste petite Maggie. Les dessins sont pour leur part signés Stéphane Fert dont le coup de crayon se révèle assez particulier car décalé par rapport aux propos du récit. A la violence et au racisme qui transpirent du scénario, l'artiste oppose des illustrations toutes en rondeur et douceur, ainsi que des personnages aux bouilles rigolotes, qu'elles arborent une expression malicieuse ou outragée. On se fait toutefois rapidement à ce contre pied qui a pour principal effet de renforcer l'identification du lecteur aux héroïnes et d'accentuer le ridicule du comportement des bourgeois de Canterbury.
Wilfrid Lupano et Stéphane Fert signent avec « Blanc autour » une belle bande dessinée qui met en lumière le combat pour l'éducation mené par des femmes noires aux États-Unis dans les années 1830. le contexte historique est bien rendu, et la réflexion proposée plus poussée qu'il n'y paraît au premier abord. le racisme et la violence sous-jacents au récit ne rendent pas la lecture aisée pour le lecteur qui trouve néanmoins consolation auprès de ces jeunes héroïnes attachantes et combatives qui forcent l'admiration. Un bel ouvrage, tout à fait accessible à un lectorat adolescent pour qui voudrait les sensibiliser à ces questions et cette histoire.
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
sylvaine
  14 janvier 2021
Blanc autour est un roman graphique signé par Wilfrid Lupano et Stephane Fret publié Chez Dargaud.

1832, Canterbury Connecticut. Prudence Crandall est une jeune femme passionnée qui a crée depuis peu une école pour jeunes filles. Elle décide d'ouvrir son école à toute jeune fille noire qui le souhaiterait. La communauté s'indigne et lui tourne le dos. Elle décide alors de n'accepter comme élèves que des élèves noires... Imaginez le tollé, procès et violence s'ensuivent. Elle sera la première à voir son école partie en fumée lors d'une attaque des habitants de la ville et continuera son combat pour l'abolition de la ségrégation et l'obtention de la citoyenneté pour tous. le 13 ème amendement abolissant l'esclavage aux U.S.A sera promulgué le 6 décembre 1865 et il faudra attendre 1868 pour que soit ratifié le 14è amendement qui garantit la citoyenneté à toute personne née aux États-Unis, et affirme la nécessité de garantir l'égale protection de tous ceux qui se trouvent sur son territoire..
Ce roman graphique promeut l'investissement de Prudence Crandall dans son combat. Elle mènera ce combat jusqu'à sa mort en 1890. le graphisme de qualité est très explicite et la postface rédigée par Joanie Dimartino, conservatrice du musée Prudence Crandall est une mine d'informations fort utiles.
Un combat long, douloureux malheureusement toujours d'actualité. le racisme est encore très profondément présent dans la société américaine, merci à Wilfrid Lupano de mettre en lumière ces femmes engagées, volontaires et déterminées.
Merci aux éditions Dupuis pour ce partage
#BlancAutour #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (2)
LigneClaire   18 janvier 2021
Un album qui tombe à pic alors qu’on a vu il y a peu que les USA pouvaient toujours entretenir en leur sein de vieux démons sur fond de racisme, ségrégation, complotisme, mépris de la constitution.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
LesInrocks   12 janvier 2021
Dans une BD documentée et incarnée, les Français Wilfrid Lupano et Stéphane Fert racontent l’ouverture, au XIXe siècle, d’une école pour jeunes filles afro-américaines.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PillyPilly   17 janvier 2021
- Il n'y a que ça, ici, des journées éprouvantes.
- De quel "ici" parles-tu ?
- Cette école.
- Fais ta valise et fonce sans tarder là où les journées sont paisibles. Et quand tu seras arrivée, envoie-nous une carte.
- Quoi ?
- Elle veut dire, je crois, qu'il n'existe pas un "ailleurs" qui soit paisible, pour nous.
- Dès lors que nous voulons nous instruire, en tout cas. Aucune journée n'est "éprouvante", dans cette école. C'est le monde tout autour qui est une épreuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PillyPilly   17 janvier 2021
- Éduquer quelques noirs, bon, à la limite... Mais pourquoi justement ICI, dans notre ville ?
- Il y a sûrement des endroits plus adaptés ! Si des noirs débarquent ici à cause de cette école, il y aura des agressions ! Des cambriolages ! Pas de ça ici !
- Ce n'est pas un problème de lieu ! C'est tout le projet qui est dangereux !
- Et d'ailleurs, pourquoi des filles ? En quoi cela va-t-il les aider dans les tâches quotidiennes ?
- Ça n'a pas de sens ! Ça risque de laisser penser à ces négresses qu'elles valent les blanches.
- Vous imaginez ? Ça fera des arrogantes ! Et après, ce sera quoi ? Elles voudront épouser des blancs ?!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   17 janvier 2021
- Moi, je veux comprendre pourquoi. Sinon ça m'énerve.
- Il n'y a rien à comprendre. C'est comme ça. Le Seigneur a fait le monde ainsi. Tu veux quoi ? Comprendre le pourquoi des mouvements de l'eau, des nuages ? Le pourquoi des tornades ? Le pourquoi des volcans ?
- Le pourquoi et le comment surtout.
Commenter  J’apprécie          00
letilleulletilleul   16 janvier 2021
A ce moment-là, quelqu’un m’a fait remarquer que c’était à moi de verser le premier sang.
Commenter  J’apprécie          70
BlueEdenBlueEden   17 janvier 2021
Aucune journée dans cette école n’est éprouvante. C’est le monde tout autour de nous qui est une épreuve
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Wilfrid Lupano (64) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wilfrid Lupano
Stéphane Fert publie avec Wilfrid Lupano une bande dessinée qui raconte l'histoire, dans les Etats-Unis de la première moitié du XIXe siècle, d'une école pour filles de bonnes familles que la directrice Prudence Crandall transforme en école pour élèves noires. Un projet qui fit polémique. Il explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour la dessiner.  Prise de son et montage : Alexandre Chesnais Images : Didier Mariani Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/culture/bd-blanc-autour-de-lupano-et-fert-une-courageuse-tentative-de-resistance-contre-le-racisme-aux-etats-unis Plus de leçons de dessin : https://www.franceinter.fr/emissions/la-lecon-de-dessin et https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD Plus de bandes dessinées sur France Inter : https://www.franceinter.fr/theme/bande-dessinee
+ Lire la suite
autres livres classés : ségregationVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le singe de Hartlepool, de Lupano et Moreau

A quelle époque se situe l'histoire ?

1714
1814
1914

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thème : Le singe de Hartlepool de Wilfrid LupanoCréer un quiz sur ce livre

.. ..