AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782505082460
144 pages
Dargaud (27/11/2020)
4.17/5   808 notes
Résumé :
1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l’institutrice Prudence Crandall s’occupe d’une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah.
La population blanche locale voit immédiatement cette "exception" comme une menace. Même si l’esclavage n’est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l’Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui sav... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (249) Voir plus Ajouter une critique
4,17

sur 808 notes
5
114 avis
4
88 avis
3
15 avis
2
5 avis
1
0 avis

cascasimir
  25 juin 2021
"Le racisme, comme le sexisme, commence par la généralisation, c'est à dire la bêtise!" Christiane Collange.

1832, Canterbury dans le Connecticut.
Une nuit blanche! Les jeunes élèves noires eurent une peur blanche en voyant tous ces blancs dans une colère noire.

Ils venaient saccager leur école, en sortant des ténèbres, comme une effroyable marée noire...
Des habitants de Canterbury dont la bête noire était Prudence Crandall, cette femme blanche qui osait enseigner à des noirs!

Les auteurs s'inspirent de l'histoire vraie de Prudence et Sarah Harris, sa première élève noire.
D'autres jeunes femmes noires suivirent son enseignement.

Les auteurs ajoutèrent le personnage d'une "vieille sorcière blanche" qui montre à Sarah et aux autres élèves, que les femmes doivent s'émanciper, par elles-mêmes, sans attendre quoique ce soit de la part des hommes.

Une vieille aux cheveux blancs qui ramène le corps d'un jeune noir nommé "Sauvage", abattu par un blanc, afin de mettre la ville de Canterbury, face à son hypocrisie et à ses crimes.
-"Il s'appelait Charles. Je ne viens pas demander justice, car je ne suis pas folle! Mais au moins, regardez le!"

Elle regardait les habitants de Canterbury, dans le blanc des yeux. Aucun homme n'en sortirait blanchi, de cette histoire...

Roman graphique paru en janvier 2021, et c'est en janvier 2021 que des hommes (dont des Suprémacistes, QAnon et racistes) partirent à l'assaut du Capitole, en voulant changer l'histoire de leur pays...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1214
marina53
  16 mai 2021
Canterbury, petite ville paisible dans le Connecticut, 1932. Les habitants sont encore marqués par la sanglante révolte d'esclaves menée par un certain Nat Turner, l'année précédente, dans le sud de l'état. En deux jours, la bande a tué pas moins de 60 personnes issues de familles blanches, propriétaires de terres ou d'esclaves. Si les Noirs sont "libres" aujourd'hui, ils n'ont pour autant aucun droit et les Blancs vivent dans la peur de se faire assassiner... Prudence Crandall est une jeune institutrice qui enseigne à de jeunes filles blanches, très appréciée aussi bien de celles-ci que de la population. Non loin de là, Sauvage, un jeune garçon livré à lui-même, ne peut s'empêcher de relater les faits d'armes de Nat Turner, ce qui n'est pas du tout du goût de Sarah, une adolescente noire, qui s'interroge sur de vraies questions, à savoir pourquoi son bâton, dès qu'elle le plonge dans l'eau, a l'air de se briser. Elle s'empresse d'interroger Prudence à ce sujet. Cette dernière prend conscience alors que les Noires n'ont pas du tout accès à l'enseignement. Elle décide alors d'accueillir Sarah dans sa classe, ce qui va, d'emblée, déplaire aussi bien aux jeunes blanches qu'à la population de Canterbury. Mais Prudence n'en a que faire...
Cet album est inspiré d'un fait réel. En effet, Prudence Crandall, institutrice de profession, ouvrira l'une des premières écoles destinées aux jeunes Afro-Américaines et ce, malgré la tension latente entre Noirs et Blancs. En effet, comme le souligne Wilfrid Lupano en avant-propos, Nat Turner et sa bande de révoltés est encore bien présent dans l'esprit des gens, la majorité des Blancs pense que des Noirs, il y a en a déjà beaucoup trop, et l'abolition de l'esclavage n'interviendra que 30 ans plus tard. Aussi, c'est sans surprise que Prudence attise la colère de Canterbury. Femme courageuse et volontaire, elle poursuivra néanmoins sa cause, soutenue par les abolitionnistes. Si l'auteur s'est librement inspiré de faits réels, le propos n'en reste pas moins percutant et passionnant d'autant qu'il trouve malheureusement résonance aujourd'hui. Il met parfaitement en lumière le combat de cette femme mais aussi le droit à l'éducation, le racisme, la religion. Graphiquement, Stéphane Fert nous offre de très belles planches. Son dessin sans contour et tout en rondeur, et sa palette de couleurs douces apportent douceur et légèreté, détonant avec la gravité du propos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          682
bidule62
  21 avril 2021
Roman graphique, bande dessinée, je ne sais pas. Ce qui est sûr c'est que j'ai aimé les dessins et apprécié l'histoire.
1832 : une jeune femme blanche crée dans le Connecticut une école pour jeunes filles noires. Si l'esclavage n'existe pas dans le Nord, la tolérance et l'ouverture d'esprit ne sont pour autant pas de mise.
Cette histoire est tirée de faits réels. Tristement réels.
C'est bon de rappeler de temps à autre que l'école est une chance et peut être un luxe. Ca a été le cas pour les jeunes filles passées par cette école : une chance et un luxe mais de courte durée.... 2 ans....
Une histoire à connaître. Plutôt pessimiste en fait. A moins que ce ne soit mon humeur du jour....
Commenter  J’apprécie          634
florencem
  18 janvier 2021
Lorsque j'ai commencé à entendre parler de cette bande dessinée, j'avoue que c'est surtout la couverture qui m'avait intrigué. Elle a ce côté simple et en même temps si onirique et riche qu'il est difficile de ne se pas s'arrêter dessus. Je ne m'étais pas penchée plus que cela sur le résumé, pour moi le titre Blanc autour ainsi que ces jeunes femmes noires sur la couverture en disait bien assez et suffisaient à me donner envie d'en apprendre plus.
En lisant Blanc autour, j'ai donc été incroyablement surprise de découvrir une histoire qui était tirée de faits réels. Les auteurs, d'ailleurs, prennent le temps au début et à la fin de l'ouvrage de nous instruire sur les différents événements liés à la bande dessinée. C'est vraiment quelque chose que j'ai apprécié, car disons-le franchement, en France, le programme d'histoire ne se tourne pas vers ces faits (enfin à mon époque ce n'était pas le cas). Faisant résonnance à ce qu'il se passe dans le monde, j'ai trouvé que le sujet méritait de prendre encore plus d'ampleur par le biais de supports comme celui-ci.
Nous découvrons donc la naissance d'une école pour jeunes femmes de couleur dans une Amérique qui a aboli l'esclavage mais qui ne supporte pas que les Noirs aient les mêmes droits que les Blancs. C'est sous l'envie de Sarah, une jeune femme vivant proche de son école que Prudence Crandall décide de l'inclure à sa classe, puis d'ouvrir son école exclusivement à des jeunes femmes de couleur. L'aventure est risquée face à une ville puritaine et raciste au possible, mais l'institutrice tient bon. Un premier combat, des batailles à suivre en pagaille.
Le chemin est long, difficile, parfois violent face à la stupidité d'hommes et de femmes bouchés et plein de préjugés. Les auteurs dépeignent une société qui vous donne envie de vous révolter avec une certaine pudeur, mais en ne romançant pas tout non plus. J'ai trouvé l'ensemble juste et prenant, ne s'arrêtant pas seulement au racisme mais aussi à la condition de la femme, à la religion, au vivre ensemble, à l'envie d'apprendre, de comprendre et de voir combien une personne instruite et curieuse peut faire changer les choses.
Et Blanc autour est aussi drôle. Les jeunes pensionnaires m'ont souvent fait rire avec leurs caractères si différents, leur façon de voir le monde, les répliques bien placées. Elles sont adorables, chacune à leur façon, et aussi tellement intelligentes et pleines d'espoir. Elles sont dignes, fortes, belles aussi.
Je ne savais pas à quoi m'attendre. J'espérais… Un espoir peut-être idiot, car les auteurs voulaient coller à l'histoire, mais j'espérais quand même. Il y a cependant dans les dernières pages un espoir qui réside quand même. Les biographies des personnages féminins importants de ce passage de l'histoire a également été un plus. Les choses pouvaient changer à cette époque si difficile, des femmes se sont battues pour cela. Alors oui, un peu d'espoir, même pour aujourd'hui.
Pour finir, je reviens sur les dessins. Comme je l'ai dit au tout début, j'ai été charmée par la palette de couleur, la rondeur, cette simplicité onirique. Les textes disparaissaient parfois, laissant place exclusivement aux illustrations, et elles se suffisaient à elle-même. C'est quelque chose de magique que j'apprécie toujours grandement.
Une bande dessinée très réussie qui fait réfléchir et donne envie d'en apprendre plus. Sur cette période de l'histoire mais aussi sur tout. Blanc autour c'est surtout une ode au savoir, à la curiosité à l'envie de comprendre le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
lenoute
  14 janvier 2021
"Blanc autour" est une bande dessinée au sujet intéressant. Elle s'inspire d'une histoire vraie. Celle de Prudence Crandall. Une jeune institutrice qui a ouvert en 1832 la première école destinée aux jeunes femmes de couleur, dans une Amérique raciste. Comment d'un projet innovant nait une révolte villageoise ?
En ce qui concerne la partie graphique, je suis davantage sensible à la palette de couleurs et à l'univers qu'il se dégage et moins conquise par le dessin (des différents personnages, ...).
C'est une bande dessinée instructive sur le combat pour l'éducation et la liberté des femmes de couleur.

Commenter  J’apprécie          511


critiques presse (9)
Bedeo   25 août 2021
Les auteurs montrent parfaitement bien comment la diffusion et le partage de l’instruction sont perçus comme une menace par une communauté blanche qui a conscience de la remise en question de son pouvoir qui pourrait en découler. Si leur démonstration est bien entendu salutaire, il est possible de la trouver parfois un peu trop appuyée. Cela n’affaiblit en rien les grandes qualités narratives de cet album qui, notamment par son découpage et sa mise en page, travaille le temps de manière tout à fait intéressante, jouant sur les dilatations comme sur les accélérations.
Lire la critique sur le site : Bedeo
FocusLeVif   17 février 2021
Deux auteurs blancs et français racontent la première tentative d'école pour jeunes filles noires aux USA. Un fait réel aux allures de conte moderne, et nécessaire à plus d'un titre.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
Actualitte   10 février 2021
Blanc autour est un BD historique qui, malgré un trait rond et des couleurs chaudes qui la feraient passer pour un album pour enfants, attaque frontalement un sujet brûlant : celui de la place occupée par les Noirs au sein de la société américaine, non de nos jours, mais au cours de son histoire.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Sceneario   02 février 2021
Une histoire à ne pas manquer en ce début d’année, qui ne démoralise pas mais galvanise face à l’intolérance et au racisme.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   28 janvier 2021
Ce roman graphique doux-amer nous rappelle qu'aux USA chaque victoire pour les droits civiques s'est accompagnée d'un violent retour de bâton.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   21 janvier 2021
Blanc autour est autant un portrait de Prudence Crandall, qu’un plaidoyer de la cause abolitionniste, qu’un marqueur pour le droit des femmes et de l’évolution sociale des États-Unis.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BoDoi   21 janvier 2021
Blanc autour est autant un portrait de Prudence Crandall, qu’un plaidoyer de la cause abolitionniste, qu’un marqueur pour le droit des femmes et de l’évolution sociale des États-Unis.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LigneClaire   18 janvier 2021
Un album qui tombe à pic alors qu’on a vu il y a peu que les USA pouvaient toujours entretenir en leur sein de vieux démons sur fond de racisme, ségrégation, complotisme, mépris de la constitution.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
LesInrocks   12 janvier 2021
Dans une BD documentée et incarnée, les Français Wilfrid Lupano et Stéphane Fert racontent l’ouverture, au XIXe siècle, d’une école pour jeunes filles afro-américaines.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
LeClubdes5DLeClubdes5D   10 janvier 2022
Apprenez docilement la culture des blancs ! Vénérez les écrivains des blancs, l'histoire écrite par les blancs ! Les noms des hommes célèbres blancs ! La philosophie des blancs ! Gavez-vous du monde des blancs ! A la fin, vous serez toujours aussi noirs !
Commenter  J’apprécie          30
Hecate_and_BooksHecate_and_Books   06 janvier 2022
C'est pas contre vous, mademoiselle Crandall. Je veux bien apprendre Alexandre le Grand, "L'Iliade", Christophe Colomb, le Mayflower... Mais j'ai besoin de comprendre la différence entre un ignoble massacre et une conquête héroïque. Parce que je ne la voie pas mademoiselle. Je ne la voie pas.
Commenter  J’apprécie          10
NinaaluNinaalu   04 janvier 2022
De vieux, voire très vieux hommes blancs sont en train de débattre entre eux, quelque part, pour savoir si nous, jeunes filles noires, nous avons le droit d'étudier dans cette école. 
Commenter  J’apprécie          10
PillyPilly   17 janvier 2021
- Il n'y a que ça, ici, des journées éprouvantes.
- De quel "ici" parles-tu ?
- Cette école.
- Fais ta valise et fonce sans tarder là où les journées sont paisibles. Et quand tu seras arrivée, envoie-nous une carte.
- Quoi ?
- Elle veut dire, je crois, qu'il n'existe pas un "ailleurs" qui soit paisible, pour nous.
- Dès lors que nous voulons nous instruire, en tout cas. Aucune journée n'est "éprouvante", dans cette école. C'est le monde tout autour qui est une épreuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
boudiccaboudicca   17 décembre 2020
Apprenez docilement la culture des blancs ! Vénérez les écrivains des blancs, l’histoire écrite par les blancs ! Les noms des hommes célèbres blancs ! La philosophie des blancs ! Gavez-vous du monde des blancs ! A la fin vous serez toujours aussi noires.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Wilfrid Lupano (75) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wilfrid Lupano
Nos deux nouveaux chroniqueurs de choc partagent avec vous leur coup de coeur pour le Loup en slip, de Wilfrid Lupano, Mayana Itoïz et Paul Cauuet. Parce que les sujets de société (la culture intensive, les OGM, les conditions de travail des agriculteurs), c'est AUSSI pour les enfants ! Le Loup en slip tome 6, Cache-noisettes, en librairie : https://www.dargaud.com/bd/les-vieux-fourneaux/le-loup-en-slip/le-loup-en-slip-tome-6-cache-noisettes-bda5389070
autres livres classés : ségregationVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le singe de Hartlepool, de Lupano et Moreau

A quelle époque se situe l'histoire ?

1714
1814
1914

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Le singe de Hartlepool de Wilfrid LupanoCréer un quiz sur ce livre

.. ..