AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782749305554
55 pages
Éditeur : Vents d'Ouest (22/09/2010)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 158 notes)
Résumé :
"Alors mon but sera atteint. J’aurais contribué, dans la mesure de mes ressources, à créer un gredin, un ennemi de plus pour cette odieuse société qui nous rançonne." H.K. Huysmans,Vienne, 1900.

Deux riches noceurs, désabusés et cyniques portent un regard impitoyable sur ce milieu artistique viennois de la Sécession qui prétend révolutionner l’art.

Un soir d’ivresse, ils font le pari de transformer un jeune homme pauvre en ennemi de la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  05 novembre 2014
Vienne, 1900. Victor, de la classe ouvrière, vend des fleurs en ville, avec sa petite soeur, Pavlina. Malheureusement, ils se font parfois déloger par les Tsiganes qui prennent possession de ce secteur. Aussi, cela se termine parfois en bagarre. Cela déplait fortement à son père puisque c'est lui qui paye les fleurs. Cette fois-ci, le pauvre Victor s'est fait amoché par l'un d'eux et finit à l'hôpital. Evidemment, il se fait engueuler par son paternel qui lui promet une belle rouste. Pour l'éviter, le jeune homme s'enfuit de l'hôpital. Devant un bordel de luxe, il tombe nez à nez avec une très belle femme, visiblement bien apprêtée pour aller travailler. Il passe son chemin, certain que ce monde n'est pas fait pour lui. Non loin de là, Alec et Klement, deux jeunes hommes de la "haute", pédants et très sûrs d'eux, viennent de faire un esclandre dans une galerie d'art en mettant le feu à un tableau, le bien nommé "Le brasier". Ils sont convaincus de tenir une idée géniale, à savoir transformer un homme bien sous tous rapports en ennemi de la société. Une forme d'art, selon eux. Aussi, lorsqu'ils aperçoivent Victor dans la rue, ils leur semblent avoir trouver le bon sujet...  
Dans ce premier tome, l'on fait connaissance avec Victor, gamin souvent maltraité par son paternel qui envisage pour lui le même avenir à savoir tailleur de pierres. Malheureusement, il ne l'entendra pas de cette oreille. Ayant côtoyé le luxe et les putes, grâce à (ou à cause de) Alec et Klement, il y prendra immanquablement goût. Mais, il ne sait pas ce que ces deux nantis avaient derrière la tête. Encore une fois, Lupano m'a séduite. Dans ce récit original, enlevé et rythmé, l'on se prend d'affection pour ce jeune homme. Ce premier tome tient largement ses promesses. L'on retrouve au dessin Yannick Corboz, déjà associé à Lupano dans Célestin Gobe-la-lune. Et, une fois encore, cela fonctionne plutôt bien. Il réalise superbement cette Vienne de 1900, faisant la part belle aux nombreux décors et croque admirablement ces "tronches". le trait est séduisant, tout en finesse, et les couleurs au ton froid créent une atmosphère inquiétante.
L'assassin qu'elle mérite, Art nouveau... de l'Art!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
carre
  27 novembre 2016
Je continue mon immersion dans l'oeuvre de Lupano, et c'est toujours aussi bien. Ce tome 1 nous plonge en 1900 à Vienne, ou un jeune garçon subit régulièrement les coups d'un père un poil colérique. Alors forcément lorsque notre jeune héros (que son père voit tailleur de pierre) croise la route de noceurs argentés, le choix est vite fait. Mais,Victor ne sait pas que sous cette générosité se cache un pari aussi absurde que méprisant. le plaisir Lupanien fait une nouvelle merveille, W.L. a un sens du rythme et un talent de dialoguiste hors pair. Les aventures du naïf Victor donnent de suite le ton d'une série qu'on a hâte de lire (et regarder). Un scénario et des dialogues solides, un dessin signé Yannick Corboz qui rend hommage aux décors et restitue l'ambiance de l'époque et vous avez là une histoire (en 4 tomes je crois) qui accroche sans la moindre réticence. Lupano et Corboz duo gagnant.
Commenter  J’apprécie          370
Crossroads
  15 novembre 2014
Qu'on se le dise une bonne fois pour toutes, le jeune Victor ne marchera pas sur les traces d'un père qu'il vénère autant qu'une bonne vieille blenno purulente.
Tailleur de pierre, ça lui ferait mal. Et puis faut dire qu'Obélix a déjà largement saturé le marché. Non, ce qu'il le fait avancer, le gars Victor, c'est l'espoir fou de décrocher un jour la timballe. L'opulence et la luxure, ça c'est un vrai projet d'avenir.
Aussi, lorsque deux rupins en mal de sensations se défient en affirmant pouvoir transformer n'importe quel quidam en ennemi juré de la société, devinez sur quelle pomme ça tombe ? Non, pas celle de Newton mais sur un Victor qui passera du statut de loser héréditaire à seul et unique gagnant de la française des jeux en moins de temps qu'il n'en faut pour bégayer dichlorodiphényltrichlorétane.
Seulement il est des rêves qui ont un prix, celui de la douleur et du sang....
Un scénario qui tient la route ( en rappelant sensiblement Un Fauteuil Pour Deux qui ne nous rajeunit pas ), parfait pendant d'un graphisme travaillé aux couleurs surannées, l'immersion en ce Vienne, début XXe, est pleine et entière.
Ajoutez-y un cynisme omniprésent totalement assumé, secouez, dégustez.
L'assassin qu'elle mérite...toute votre attention !
Johnny Hallyday.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
Derfuchs
  13 octobre 2020
Vienne 1900
Dans l'art la sécession bat son plein, ce qui déplait fortement à deux richards, Alec et Klement, plein aux as, en recherche d'émotions fortes. Ils font le pari, pour l'art, de changer un pauvre, et honnête jeune homme en ennemi de la société.
Pour ce faire ils l'habillent et l'entrainent dans leurs débauche et leurs beuveries, lui donnant compte ouvert, illimité dans une très select maison close.
Forcément Victor, c'est le nom du jeune, y prend goût, jusqu'au moment où ils ferment le robinet et, donc, tout accès aux bonnes choses, amenant le jeune Victor à retourner dans sa misère. Cela ne plait pas, mais alors pas du tout à ce dernier.
C'est bon et cette BD m'a plu. le scénario est sérieux, l'histoire bien orchestré. Texte et dialogues rythmés. J'ai lu vite car dessins et texte s'enchainent bien, de façon agréable.
Les dessins de Corboz sont séduisants. Il y a du Toulouse-Lautrec chez ce garçon. Les scènes au bordel géniales, notamment un grand dessin où l'on retrouve ce tableau de femmes dans la maison close De Toulouse-Lautrec. Trait puissant, crayon solide, couleurs froides quand il le faut (scènes de la rue, de la pauvreté) et chaudes également (restaurants, bordels).
De la belle ouvrage, j'irai voir le tome 2.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Under_the_Moon
  10 avril 2018
Dans la Vienne du début du 20ème siècle, alors que la ville est en pleine effervescence intellectuelle et culturelle, Alec un riche héritier qui succomb sans complexe au péché d'oisiveté (entre autre!) se dit que ce serait fort distrayant s'il arrivait à créer un pur produit de ce nouveau siècle qui serait l'assassin que cette époque mérite. Et c'est Victor qui sera le jouet de ce plan ...
Quel cynisme grinçant ! Un scénario qui mêle à la fois le cynisme à la manière des Liaisons dangereuses et de la télé réalité du 21ème siècle !
Quand les pauvres deviennent - par candeur ou bêtise - des marionnettes humaines pour nobles capricieux, le résultat est explosif !
L'histoire de Victor et Alec , c'est les dessous de ces rêves de gloire de l'ego et des idéaux socialistes. L'histoire d'un jeu malsain où les sentiments d'un ingénu rêveur n'ont pas leur place... Wilfrid Lupano et Yannick Corboz ont parfaitement mis en scènes cette fausse émancipation sociale (et morale), dans un monde où l'argent est toujours maître. Et, ce qui ne gâche rien : les graphismes sont superbes ! peut-être plus par la richesse de la coloration que par la technique, mais qu'importe.
Je retiens mon souffle pour découvrir la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
DerfuchsDerfuchs   13 octobre 2020
Mais si! c'est ça qu'il faudrait faire: créer de toutes pièces un ennemi de la société à partir d'un être innocent! Une oeuvre d'art vivante...Mais attention! Il ne s'agirait pas de payer quelqu'un qui est déjà une canaille pour qu'il accomplisse des méfaits, non. Il s'agit de créer un criminel "ex nihilo", à partir d'un individu pur et parfaitement intégré dont on aura modifié la trajectoire de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Erik_Erik_   11 octobre 2020
Chacun est traité selon son mérite.
Commenter  J’apprécie          10
Under_the_MoonUnder_the_Moon   07 avril 2018
- Vous êtes si riche que ça ?
- Ooouh ! Ma famille est richissime depuis le Moyen Âge. Et ce n'est pas prêt de s'arrêter !
- Pourquoi ?
- Parce que les pauvres, au fond d'eux, ne se sentent pas dignes de faire partie de l'élite. C'est là l'oeuvre de plusieurs siècles de culpabilisation des masses.
Commenter  J’apprécie          120
ColibrilleColibrille   25 août 2014
C'est ça qu'il faudrait faire : créer de toute pièce un ennemi de la société à partir d'être innocent ! Une oeuvre d'art vivante... mais attention ! Il ne s'agirait pas de payer quelqu'un qui est déjà une canaille pour qu'il accomplisse des méfaits, non. Il s'agit de crée un criminel "ex nihilo", à partir d'un individu pur et parfaitement intégré dont on aura modifié la trajectoire de vie : voilà qui serait une oeuvre d'art subversive et véritablement décadente. Donner à cette odieuse société l'assassin qu'elle mérite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   19 juillet 2014
-Hé! Vous vous ramenez ou vous restez là la bouche ouverte?!
-Excuse-nous de rever! Tu rêves jamais toi?
-Si, mais rêver à des trucs comme ça c'est débile!
-Et pourquoi?
-Parce que, comme disait ma grand-mère, il faut pas rêver plus haut que son cul!
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Wilfrid Lupano (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wilfrid Lupano
Avec Elena (6 ans), dans sa chambre, et qui a écrit son texte toute seule, La minute urbaine confinée mais toujours active a décidé de fouiner dans nos bibliothèques. Aujourd'hui "Le loup en slip" - "Le loup en slip n'en fiche pas une - Volume 4", Wilfrid Lupano, Mayana Itoïz et Paul Cauuet, Dargaud https://www.lalibrairie.com/livres/le-loup-en-slip--volume-4-le-loup-en-slip-n-en-fiche-pas-une_0-6053360_9782505075325.html
autres livres classés : vienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le singe de Hartlepool, de Lupano et Moreau

A quelle époque se situe l'histoire ?

1714
1814
1914

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thème : Le singe de Hartlepool de Wilfrid LupanoCréer un quiz sur ce livre

.. ..