AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226322814
Éditeur : Albin Michel (30/01/2019)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 76 notes)
Résumé :
Août 2011. L'ouragan Irene s'abat sur le Vermont, laissant derrière lui le chaos et la désolation. Loin de là, à La Nouvelle-Orléans, Vale apprend que sa mère a disparu lors du passage de la tempête. Cela fait longtemps que la jeune femme a tourné le dos à sa famille, mais cette nouvelle ne lui laisse d'autre choix que de rentrer chez elle, à Heart Spring Mountain. Elle y retrouve celles qui ont bercé son enfance : la vieille Hazel qui, seule dans sa ferme, perd la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Cannetille
  19 juillet 2019
Lorsqu'en 2011, sa mère Bonnie est portée disparue suite à l'ouragan Irene qui vient de frapper la côte Est des Etats-Unis, Vale quitte précipitamment son travail de serveuse et de strip-teaseuse à la Nouvelle-Orléans pour revenir dans le Vermont, à Heart Spring Mountain, ce coin perdu de nature qui est le berceau de sa famille et où elle a passé toute son enfance. C'est la première fois depuis des années qu'elle revient dans ce lieu pauvre et rural, qu'elle a fui en même temps que la toxicomanie de sa mère. Alors qu'elle se lance désespérément sur les traces maternelles, c'est bientôt tout le passé familial qu'elle se retrouve à exhumer peu à peu, déterrant des secrets longtemps tus sur sa généalogie et se réconciliant finalement avec ses racines et sa terre d'origine.

Cette vaste saga sur trois générations de femmes se déploie lentement, alternant les époques au fil de courts chapitres qui viennent peu à peu dissiper les mystères de cette famille. Les hommes en sont les grands absents, presque tous disparus ou inconnus, alors que les femmes s'agrippent courageusement à leur indépendance et à leur mode de vie rude et sauvage, au contact de la terre et de la nature.

Il aura fallu ni plus ni moins qu'un dérèglement climatique pour qu'enfin Vale puisse mettre de l'ordre dans le passé, et trouver par là la possibilité de se construire qui aura tant fait défaut à sa mère. Car comment trouver son équilibre sans connaître ses origines, surtout lorsque les secrets s'empilent au fil des générations, depuis une lointaine et oubliée ascendance amérindienne, jusqu'au mystère de pères dont on ignore l'identité ?

Sur fond de désastre climatique, au moment où les violents et perturbants bouleversements qui s'annoncent nous amènent à nous interroger et à nous recentrer sur les vrais essentiels, cette histoire nous questionne sur notre identité profonde, insistant sur l'importance du sentiment d'appartenance et la transmission entre les générations. Il nous rappelle que nous faisons partie d'un tout, que sans conscience de nos origines et sans harmonie avec notre environnement, il nous est impossible de nous sentir légitimes, de nous construire en tant qu'individus, de vivre tout simplement.

Si ce récit puissant et choral est intelligemment construit autour de beaux portraits de femmes, il ne m'a pas captivée du début à la fin. Je me suis souvent sentie perdue dans les incessants sauts entre les personnage et les époques. J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, à m'attacher aux personnages et à leur marginalité un peu excentrique. J'ai eu un sentiment de longueur et de lassitude, et je n'ai pas compris l'utilité des références littéraires et cinématographiques qui m'ont semblé alourdir le récit plus qu'autre chose.

Je garde donc une impression mitigée de ce livre aux qualités indéniables, mais que j'ai plus apprécié intellectuellement que véritablement aimé.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          679
Zakuro
  09 juin 2019
Comme j'ai adoré ce roman de Robin MacArthur ! J'ai arpenté les montagnes du Vermont en me laissant porter par la très belle histoire de trois générations de femmes, Lena, Bonnie et Vale. J'ai marché au même rythme que j'ai tourné les pages du livre chapitre après chapitre, près de la rivière et des bois, le long des champs et de la maison. le Heart Spring Mountain, la source du coeur, est là, toute proche. J'ai entendu l'écho de ces femmes par-dessus la fureur de l'ouragan qui s'abat en ce mois d'aôut 2011 durant lequel Bonnie disparaît. Pour tenter de la retrouver, sa fille Vale partie en Louisane revient au pays en s'installant dans la cabane de sa grand-mère Léna où elle découvre ses carnets cachés écrits en 1956.
L'histoire familiale nourrie de césures et d'amour en complète communion avec la beauté fissurée d'une nature en danger m'a conquise. Je vivais au rythme des confidences de Léna et des recherches de Vale pour retrouver Bonnie. J'ai aimé se dessiner petit à petit l'arbre de vie d'une famille qui remonte jusqu'aux premiers Abénakis malgré le refoulement de l'identité amérindienne. Un arbre généalogique un peu bancal, où l'absence des hommes le plus souvent partis à la guerre est une cicatrice dans la nervure mais leur présence reste profondément ancrée dans le coeur de ces femmes courageuses et aimantes. Vale coud les plaies de
la femme anti-conformiste marginalisée, de l'épouse bafouée et de la mère défaillante dépendante aux drogues pour nouer l'écorce de cet arbre d'origine. Sur une terre à aimer et à préserver pour que chacun puisse continuer à l'arpenter et à l'admirer. A y vivre.
J'ai aimé la délicatesse de Vale à respecter ce qui est, à sauver aussi ce qui peut l'être encore sur la fine branche de l'arbre qui est la sienne pour irriguer à nouveau les liens de sa famille.
L'écriture de Robin Mac Arthur est rayonnante, belle et optimiste malgré le contexte assez terrifiant. J'ai trouvé ce roman moins sombre que les nouvelles « le coeur sauvage » . Son écriture est sincère sans être alarmiste, elle dit notre vigilance à prendre soin de notre environnement comme s'il s'agissait d'un membre de notre famille avant que des catastrophes sanitaires ou environnementales aient totalement raison de nous. C'est un très beau roman aux accents métaphysiques sur les origines et notre place sur la planète. Absolument adoré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          438
montmartin
  19 juin 2019
Un ouragan ! Les infos l'ont annoncé, il est là. Et bien là. Dean tend la seringue à Bonnie, Bonnie sourit, elle redevient une jeune mère, sa fille Vale dans ses bras. Au même moment Vale est en train de servir dans un bar de la Nouvelle-Orléans. Elle reçoit un appel de sa tante Deb. Bonnie est partie se promener en pleine tempête. Elle a été aperçue marchant vers un pont qui s'est effondré. Elle n'est toujours pas rentrée. Vale va retourner dans le berceau de sa famille pour tenter de retrouver sa mère disparue et aussi ses racines.
Un récit fait de courts chapitres, où l'on suit trois générations de femmes sans père, de 1956 à 2011. Des femmes dévastées par la drogue, la solitude ou la passion et qui trouvent refuge dans cette montagne, vivant dans des cabanons déglingués au milieu des bois, des rivières, des marécages et des secrets enfouis.
J'ai beaucoup aimé ce roman qui accorde une grande place à la nature et à l'héritage de ses ancêtres. Un récit accompagné tout au long par les chansons de Léonard Cohen, Billie Holiday, Nina Simone, Elvis Presley et les autres. Même si je me suis un peu égaré dans les aller-retour entre passé et présent, et dans l'arbre généalogique de Vale. L'écriture est belle, et l'auteur nous dresse le portrait émouvant de ces femmes fortes qui ont appris à vivre sans homme.
« Tu sais comment on trouve de l'amour ? Quand tu es dans le ventre de ta maman, tu entends son coeur. C'est ça qui fabrique ton coeur à toi. Et quand tu sors de son ventre, tu as cet amour à l'intérieur de toi. Une maman est une usine à fabriquer de l'amour. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
JIEMDE
  09 juin 2019
Dans sa chronique enthousiaste, Leatouchbook nous a « confié ce livre », alors autant vous dire que je compte en prendre soin !
En 2011, les ouragans étaient encore exclusivement féminins, et Irène s'abattait sur la côte est des États-Unis, n'épargnant pas le Vermont et la région des Heart Spring Mountains, laissant derrière lui destructions et disparus. Dont Bonnie ; ce qui conduit Vale, sa fille, à débarquer de la Nouvelle Orléans pour la retrouver.
Dans Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin MacArthur – traduit par France Camus-Pichon – on plonge dans le gynécée fondateur de cette incroyable saga familiale dont Vale va remonter un pan d'histoire.
Comment se construire quand on a des origines indiennes rejetées ? Des ascendants au passé hippie version communautaire ? Un penchant pour les vies marginales et solitaires ? Un entourage extra-familial bienveillant mais enfermant ? Des secrets cachés qui resurgissent au bon moment pour apporter des débuts d'explications ? Pour y arriver, il faut un jour partir, ce que Vale, Lena ou Bonnie ont un jour fait chacune à leur manière. Pour mieux se retrouver un jour…
En prenant son temps, en traversant les époques, en variant les narratrices, Robin MacArthur réussit à nous rendre incroyablement attachante ces femmes libres, fières et réunies par ce lien indescriptible qu'est la lignée. Un livre de femmes, mais pas que pour elles !
PS : je suis toujours frappé à travers mes lectures d'auteurs américains de l'importance et du poids de leur culture littéraire ou cinématographique française dans leur oeuvre. À nouveau ici avec les références empruntées au si beau Sans toit ni loi d'Agnès Varda ou au Deuxième sexe de Simone de Beauvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Cigale17
  08 décembre 2019
On sait aujourd'hui, grâce à des études récentes (et moins récentes), que les traumatismes des générations précédentes peuvent être transmis aux générations suivantes. Ce postulat habite le roman de Robin MacArthur, Les Femmes de Heart Spring Montain. Les non-dits, les secrets inavoués pèseront lourdement sur plusieurs générations de femmes que nous présente cette belle histoire. Divisé en un prologue (Bonnie) et trois parties (La Rivière, Les Bois, Les Champs), le roman est composé de brefs chapitres, titrés par le nom d'un personnage et datés, ce qui s'avère plus que nécessaire à cause des sauts entre les personnages et les époques. On suivra alternativement, plus ou moins régulièrement, sept personnages : Bonnie (en focalisation dans le prologue seulement), puis Haezel, Deb, Stephen, Danny (quelques chapitres vers la fin), Vale, et Lena qui est la seule à s'exprimer à la première personne. Leurs liens de parenté sont importants, et j'ai dû faire un arbre généalogique au fur et à mesure de ma lecture parce que je m'y perdais…
***
En 1803, Ezekial Wood et sa femme Zipporah s'installent dans le Vermont et baptisent Heart Spring Montain l'endroit où ils ont choisi d'établir leur ferme. Leur fils Pierre et sa femme Louise auront un fils : Henry Wood. Il prendra pour épouse Marie, une femme brune, aux longs cheveux tressés, qui n'a pas vraiment le physique des femmes de colons… Ils auront une fille, Jessie (je ne me souviens pas du nom de son mari), qui meurt alors que ses filles, Haezel et Lena, sont encore très jeunes. Nous sommes maintenant parmi les personnages principaux du roman qui se déroule entre 1956 et 2011. Haezel épouse Lex et donne naissance à Stephen. Lena aura une enfant, Bonnie ; le nom de son père est un des non-dits de cette histoire. Bonnie aura une fille, Vale, avec… avec ? elle ne sait pas trop qui. Son cousin Stephen aura un fils, Danny, avec Deb, venue dans la région rejoindre une communauté hippie fin des années 60, début des années 70, et décidant de s'y installer. Le prologue présente Bonnie, paumée, droguée, errant sur un pont pendant l'ouragan Irène qui a causé d'énormes dégâts dans l'Est des États-Unis pendant l'été 2011, et qui a dévasté une bonne partie du Vermont et de la Nouvelle-Angleterre. Dans le premier chapitre, Vale, qui vit à la Nouvelle-Orléans depuis huit ans, est prévenue de la disparition de sa mère par un coup de téléphone de Deb. Elle décide alors de retourner dans le Vermont pour y retrouver Bonnie, morte ou vivante.
***
J'ai aimé ce livre pour les portraits de femmes qu'il donne à voir : tant de destins brisés, tant de courage pour s'en sortir, tant d'échecs et tant de résilience font d'elles des personnages attachants ou, à tout le moins, pour lesquels on ne peut qu'éprouver de l'empathie. L'originalité de Lena, sa solitude choisie, sa communion avec la nature en font une femme remarquablement moderne, comme Deb, d'ailleurs, qui a su conserver son idéal hippie sans le dévoyer malgré la vie rude qu'il lui impose. Le courage d'Haezel et sa générosité touchent au cœur les générations suivantes et lui confèrent longtemps le rôle du port d'attache. Bonnie, la plus désespérée, n'en finit pas de se perdre, de répéter ses erreurs, jusqu'à cette disparition pendant l'ouragan Irène. Malgré tous ses problèmes, elle donne à sa fille, Vale, tout l'amour qu'elle est capable de donner. C'est elle qui m'a touchée le plus, Vale, qui, en tentant de retrouver sa mère, va percer à jour des secrets de famille qui donnent les clés du présent. J'ai aimé aussi ces personnages pour leur attachement à leur morceau de pays, attachement qui n'empêche nullement la lucidité. J'ai beaucoup apprécié l'écriture, hachée parfois, parfois ample et lyrique, toujours précise. Probablement un grand roman !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   16 septembre 2019
Touchant, poétique, il évoque le passage destructeur d’un ouragan sur la région et, en filigrane, des histoires de famille, racontées par trois générations de femmes.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeJournaldeQuebec   23 avril 2019
Un beau roman qui accorde une grande place à la nature, à l’héritage de ses ancêtres et aux secrets de famille profondément enfouis.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
CannetilleCannetille   19 juillet 2019
Le violoneux, c’est Lex. L’homme aux yeux couleur de fougère, à peine bordés de noir. Quand il joue, on dirait que son corps se détache du sol, seulement relié à la terre par un fil électrique courant de son orteil gauche au sommet de son crâne. Il tournoie autour de ce fil, tanguant légèrement, tremblant, se baissant, transporté, épanoui. La plupart du temps, ses yeux sont fermés, mais il lui arrive de regarder les danseurs et là il sourit, un sourire pareil à l’explosion d’une ampoule électrique dans cette salle tout en bois où nous dansons, où les hommes sont si tendus et les femmes si raides, le visage impassible, mais quand l’ampoule explose, l’espace d’un instant on a tous l’air tellement beaux que j’ai l’impression de pouvoir me métamorphoser en quelque chose que je n’étais pas auparavant : un faucon, une braise, les pétales épars d’une rose du Venezuela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Heloise7163Heloise7163   04 août 2019
Dans quel vide culturel on vit, hein? dit-il au bout de quelques minutes. Chacun doit chercher sa voie. Trouver tout seul un sens au monde. Quel travail ça représente, quand on y réfléchit...
Commenter  J’apprécie          90
VALENTYNEVALENTYNE   29 novembre 2019
29 novembre 2011

Ces jours sont les plus courts de l’année. N’aurait-on pas droit à un peu de lumière ?
Deb range le téléviseur et le magnétoscope à l’arrière de son pick-up, et descend au pied de la montagne les installer chez Hazel. Elle a loué L’insoutenable légèreté de l’être, qu’elle n’a pas revu depuis vingt ans. Vale et elle ont besoin de quelque chose d’exaltant, qui les transporte. Dev veut remonter le temps et s’identifier à Sabina, artiste mélancolique, bohémienne et solitaire par choix ; voir un film sur une période terrible de l’Histoire et se rappeler comment on survit à une tragédie. L’art comme modèle.
« Ça, tu connais ? » demande-t-elle comment Vale arrive.
La jeune femme secoue la tête.
Deb met des olives dans un bol. Leur sert à chacune un verre de vin français. Vale prend le sien. Hume le bouquet. Sourit et dit : « Éclaire ma lanterne. »
Ne voulant pas réveiller Hazel, elles s’asseyent à la table de la cuisine pour regarder le film. Tout se passe pendant l’invasion des chars soviétiques à Prague en 1968. Sexualité, politique, capacité des individus à se rencontrer dans l’obscurité. Sur l’écran : Léna Olin dans le rôle de Sabina, qui se déshabille, un chapeau sur la tête. Juliette Binoche jeune, qui photographie l’occupation soviétique. 1968 : à plus d’un titre, Deb regrette le sentiment d’urgence qui régnait cette année-là. Sa pleine conscience des buts qu’elle poursuivait alors, de la voie qu’elle avait choisi de suivre. L’élan de résistance – contre la guerre, contre le racisme – de toute une génération, son engagement politique.


Les femmes de Heart Spring Mountain – Robin MacArthur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cigale17Cigale17   08 décembre 2019
Elle ne connaît rien à la guerre. Sa douleur à elle vient de différentes blessures, mais toute douleur n’est-elle pas plus ou moins de la même couleur ? Bleutée, violacée. Courant dans nos veines. Reconnaissable dans cette pièce. (p. 145)
Commenter  J’apprécie          50
kathelkathel   31 janvier 2019
Et les enfants de Danny, ceux de Vale : qui seront-ils et de quel monde hériteront-ils ? Y aura-t-il des fruits pour les petits-enfants, encore à naître, de Deb, dans cette région où les hivers sont devenus si imprévisibles ?
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : vermontVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Robin MacArthur (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1443 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..