AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266100168
1032 pages
Éditeur : Pocket (19/10/2000)
3.89/5   73 notes
Résumé :
Été 1960, Atkinson, petite ville ordinaire du Vermont.
Divorcée d'un ivrogne pathétique qui vient encore parfois cogner la nuit à sa porte, Marie Fermoyle s'épuise à joindre les deux bouts, animée d'une ambition farouche pour ses trois enfants et portée par un orgueil qui l'empêche d'accepter l'aide de quiconque. Sa solitude va faire d'elle une proie toute désignée pour Omar Duvall, escroc minable et beau parleur, qui se présente un soir chez elle...
O... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
thedoc
  27 novembre 2015
Eté 1960, dans une petite ville du Vermont, aux Etats-Unis. Marie Fermoyle, mère divorcée de trois enfants, tente de joindre les deux bouts comme elle peut et d’éduquer Alice, Norm et Benjy correctement. Fière et courageuse, Marie doit faire face aux relances de son ex-mari alcoolique et aux critiques des gens bien-pensants de la communauté. Un soir, un inconnu frappe à sa porte. Malgré sa méfiance, Marie se laisse embobiner et séduire par les belles paroles d’Omar Duvall, un énigmatique personnage qui va se révéler bien plus inquiétant qu’il n’y paraît.
Ce roman a été une agréable découverte. L’auteur, Mary McGarry Morris, décrit parfaitement cette petite communauté de l’Amérique profonde des années 1960 où l’apparence et la bonne tenue sont primordiales. Dans une atmosphère lourde et puritaine où chacun épie son voisin, les gens se réfèrent à la religion pour suivre une ligne de conduite. Pourtant, pétris de préjugés, beaucoup vacillent vers le Mal et nul n’est parfait. Le personnage de Marie, à la fois dur et courageux, se révèle particulièrement attachant lorsque sa faiblesse se dévoile. Femme forte qui se veut indépendante, Marie lutte à chaque instant pour que ses enfants et elle-même n’aient besoin de personne. Mais à force de se battre, elle en oublie d’aimer. C’est une femme qui s’échine à survivre dans un monde où tout semble se liguer contre elle. Alors, lorsqu’Omar Duvall fait son apparition, Marie montre qu’elle aspire elle aussi à trouver une épaule sur laquelle se reposer et on peut tout à fait comprendre que ce beau parleur lui fasse baisser la garde. Chaque personnage de ce roman cache ainsi en lui des facettes cachées. Adultes, adolescents, enfants... ils ont tous en eux un terrible besoin d’espérer en une autre vie, bien meilleure que celle qui leur est donnée. Le lecteur cherche lui aussi un brin d’espoir dans la chronique de cette petite ville américaine mais l’auteur a semble-t-il préféré nous décrire une réalité toute simple et terriblement désenchantée.
Un beau roman qui ne découragera pas les plus optimistes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Woland
  26 décembre 2007
Songs in Ordinary Time
Traduction : Daniel Bismuth
Nous sommes en 1960, à Atkinson, petite ville du Vermont, et c'est l'été. Après une espèce de "tour du lecteur" sur les différents personnages qui vont animer ce gros roman de plus de 1000 pages chez Pocket, l'auteur se fixe sur un petit garçon, Benjy, qui prend la fuite devant Sam Fermoyle, son ivrogne de père, alors en pleine crise d'affection paternelle.
Sam ne se soucie en effet de son ex-épouse, Marie, et des trois enfants qu'il lui a donnés, Norman, Alice et Benjy, que lorsqu'il a bu. Il vient alors tambouriner comme une brute à la porte de Marie en la suppliant de le reprendre et traque littéralement ses enfants par toute la ville afin de les accabler de témoignages d'amour plus embarrassants les uns que les autres. Quand il est à jeun par contre, Sam n'a que deux idées : a) trouver de l'alcool ; b) vivre sa petite vie sans se soucier des sentiments des autres.
Alors que, pour dépister son père, Benjy s'est jeté dans le bois voisin, le jeune garçon est témoin d'une scène que, sur le moment, il ne comprend pas très bien : deux hommes, un Blanc et un Noir, s'affrontent, puis le Noir s'effondre, comme une poupée de chiffon.
Quelque temps après, alors que Benjy joue dans la cour de sa maison avec son petit voisin, Louie, surgit devant eux le Blanc de la forêt, qui, tout en demandant à Benjy de garder le secret, lui affirme que deux hommes de couleur le recherche, lui, Omar Duvall, pour lui faire un mauvais parti, et qu'il ne faut surtout pas leur révéler qu'il est passé par là.
Ainsi s'instaure la complicité qui liera Benjy à Omar Duvall jusqu'au moment où celui-ci tentera de s'attaquer à l'un de ses proches. D'ici là, beaucoup de péripéties seront survenues et auront donné à Mary McGarry Morris l'occasion de nous dépeindre à nouveau une petite ville où, en ce tout début des sixties, pullulent préjugés et cancans.
Pas un instant, l'auteur ne lâche son lecteur qui, dès qu'il est contraint de se séparer de "Mélodie du Temps Ordinaire", n'a plus qu'une seule idée : en reprendre la lecture. le style, pourtant, n'a rien d'exceptionnel mais on croit sentir, à travers la traduction française, que cette "platitude", cette façon d'enchaîner les tableaux sans se perdre dans les analyses des caractères, s'inspire en effet des grands maîtres sudistes.
Sur beaucoup de forums ou de sites littéraires, vous trouverez ce roman défini comme "noir." La chose continue à m'étonner car, contrairement à ce qu'il se passe par exemple avec "Une Femme dangereuse", il y a ici une fin "morale" et satisfaisante - sauf peut-être pour Marie, la mère, mais il faut bien avouer que cette femme-là, le lecteur hésite longtemps à son sujet : doit-on l'aimer ? l'admirer ? ou la haïr ? ... Un peu des trois sans doute.
Ne vous laissez donc pas prendre aux chants de ces sirènes qui vous prédisent un roman lugubre et même - je l'ai lu je ne sais plus où - "atroce." "Mélodie du Temps Ordinaire" est un bon roman qui présente en outre une analyse particulièrement intéressante du tempérament d'un escroc, d'un joueur, d'un "looser" en somme, qui, insensiblement, se révèle capable de tuer. Bonne lecture ! ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chriskorchi
  16 janvier 2016
On est dans les années 60 dans une petite ville d'Amérique et comme dans toutes les petites villes du monde entier il y a les histoires, les rumeurs, la réputation, les secrets. C'est la vie de quelques personnes bien ordinaires que nous propose l'auteur. Les personnages ont tous un coté attachant et un coté sombre ce qui fait que le lecteur ne sait jamais s'il faut les aimer ou les détester. Un voyage au milieu de l'humanité et ses horreurs, ses bassesses. Il y a un coté suffocant et dérangeant mais on en redemande, on est dans le rythme tant c'est prenant, on veut en découdre et savoir ce qui va se passer.
La galerie de portraits est saisissante et tout les personnages sont aboutis, la lourdeur et la noirceur de cette petite bourgade paumée est bien retranscrite. C'est un monde de désenchantement et d'espoir mélangés. C'est un roman psychologique et presque sociologique.
Une écriture intéressante et captivante.
VERDICT
Pour amateurs de romans psychologiques et sociologiques. Un super roman qu'il ne faut pas manquer.
Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
valboupi
  20 août 2015
Au départ j'ai été interpellé par ce roman par un simple hasard : sur le site des éditions Belfond des photos de maisons aux usa dans les années 60.. Bizarre direz-vous et le résumé m'a bien plu donc je me suis lancée dans cette lecture titanesque .. Car le livre fait 655 pages d'une écriture minuscule et 850 g!!!! autrement dit THE pavé! mais de fil en aiguille j'ai été prise, absorbée dans cette histoire qui raconte la vie d'une femme séparée d'un mari alcoolique et qui tente tant bien que mal d'élever ses 3 enfants dans une petite ville des Etats Unis. Très bonne description de la psychologie et de l'ambiance de l'époque, écriture très agréable et recherchée, je ne regrette pas de m'être attaquée à ce gros roman ...
Commenter  J’apprécie          50
Errant
  22 septembre 2015
Bien qu'effectivement centré sur la famille immédiate de Marie, ce long (plus de 650 pages) roman fait une place très importante à sa parenté et à plusieurs autres membres de cette ville. C'est donc à un portrait d'une petite communauté que l'auteure nous convie, en y mettant en évidence ses nombreux travers: mesquinerie, égoïsme, tromperie, avilissement, désespoir, résignation, etc. Plutôt lourd et déprimant à la longue d'assister à toute l'impuissance des personnages; à la limite on se trouve confiné à un rôle malsain de voyeur envers ces acteurs qui se débattent tant bien que mal, et plutôt très mal dans la majorité des cas...
Par contre, une force de l'ouvrage réside dans la qualité d'évocation des problèmes existentiels; que ce soit les affres de l'alcoolisme, les montées irrépressibles d'adrénaline à l'adolescence ou la culpabilité obsédante du mari qui trompe sa femme mourante, Morris a le don de nous faire saisir de l'intérieur ces tourments. Dans ce sens l'écriture est très réussie. D'un coté, ce livre me fait penser à "Trop de bonheur" d'Alice Munro: belle écriture, thèmes intéressants, mais rien ne me rejoint vraiment...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   02 septembre 2017
C’était une religieuse plutôt jeune, dotée d’un visage profondément grêlé et de sourcils broussailleux dont la masse surplombait l’arête d’un nez fort. Dès le premier jour d’école, il avait su qu’elle ne l’aimait pas. Elle en avait toujours eu après lui, l’invitant à prendre la parole alors qu’il n’avait même pas la main levée. « Fais un effort, l’exhortait-elle alors, fais au moins un effort. » La plupart du temps, il connaissait les réponses, mais il détestait le silence régnant en ce terrible moment où tous avaient les yeux fixés sur lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jenta3Jenta3   25 juillet 2012
...Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? On n'entend plus que ça. Quand j'étais petit garçon, si je demandais "Pourquoi ?" à mon père, la réponse était "Parce que je l'ai dit". Mais de nos jours, l'ancienne catéchèse ne suffit plus. L'autorité ne veut plus rien dire. Parfois c'est suffisant de faire quelque chose simplement parce que c'est bien de le faire. Pourquoi ? Parce que ! Tout bonnement !
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   02 septembre 2017
En une année, il n’avait ni grandi d’un pouce ni pris un kilo, et personne ne s’en était rendu compte. Il n’était pas malade mais figé, enfermé dans l’immensité que revêt le temps quand on a douze ans, lorsque les événements d’un mois peuvent défiler en une journée, lorsque certains jours, certaines heures, voire de simples moments peuvent durer, s’étirer à n’en plus finir sur des semaines, et même pour toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   02 septembre 2017
Chez lui, il avait la télévision avec ses larmes, ses histoires d’amour et de mort, des vies qu’il pouvait allumer et éteindre à volonté, à peu près comme il maîtrisait sa propre existence, lui qui se considérait comme une sorte d’image logée dans les ondes de l’espace visible quelque part entre les étoiles et les toits, une petite tache muette qui, d’un mot ou d’une pression de bouton, pouvait être convoquée brièvement, à coup sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Mary McGarry Morris (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary McGarry Morris
A Dangerous Woman Trailer 1993
autres livres classés : escrocVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1540 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre