AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

M. Avenel (Traducteur)Michel Meyer (Préfacier, etc.)Patrizia Gasparini (Traducteur)
ISBN : 2253085774
Éditeur : Le Livre de Poche (14/02/2007)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 9 notes)
Résumé :

" Un amant qui se désole, un maître peu rusé, un moine mal morigéné, un parasite, enfant gâté de la malice, voilà pour aujourd'hui votre passe-temps " : c'est ainsi que Machiavel décrit les protagonistes de La Mandragore dans le prologue. Car la pièce est l'histoire d'une tromperie jouée à un maître florentin qui se croit très malin et qui, sans s'en rendre compte, se laisse entraî... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
5Arabella
  14 janvier 2018
Machiavel est surtout considéré comme un penseur du politique, mais son oeuvre comprend des écrits appartenant à d'autres genres, la poésie, et aussi des pièces de théâtre, qui ont été des oeuvres importantes dans l'évolution du théâtre à la Renaissance.
La Renaissance italienne retrouve les auteurs dramatiques antiques : les éditions de Plaute et Térence se multiplient à partir des années 1450, des représentations des pièces antiques sont données. En parallèle se développe une création de comédies humanistes, d'abord plus destinées à la lecture qu'à la représentation. A la fin du XVe siècle et au début du XVI, des adaptations des pièces classiques sont jouées, ainsi que des pièces originales ; un public de plus en plus sensible aux qualités dramatiques de spectacles apparaît.
Les premières comédies importantes du début du XVIe siècle sont celles de l'Arioste, de Bibibiena, de l'Arétin. Les comédies de Machiavel en font aussi partie. Les tragédies vont apparaître dans un deuxième temps, la première d'entre elles étant La Sofonisba de Gian Giorgio Trissino publiée en 1524. Il s'agit de pièces écrites par des lettrés, en destination d'un public cultivé de courtisans et de bourgeois.
Ces pièces italiennes vont connaître un retentissement au-delà des frontières de l'Italie, elles seront diffusées, jouées, traduites, puis imitées par des auteurs d'autres pays, en particulier en France par les auteurs de la Pléiade à partir du milieu du XVIe siècle.
La Mandragore est la première pièce écrite par Machiavel, en 1518. C'est la période qui suit le retour des Médicis à Florence, Machiavel a été mis à l'écart des affaires publiques, dans une inactivité qui lui pèse, dans une sorte d'exil à Sant'Adrea.
Dans le prologue de la pièce, il écrit :
« et si ce sujet vous semblait trop frivole et peu digne d'un homme qui veut paraître sage et grave, excusez-le, dans la pensée qu'il s'étudie à rendre plus doux, par ces vaines imaginations, ses jours de douleur ; car il ne sait pas où tourner ses regards ; on lui interdit de montrer dans d'autres travaux un autre talent, et il n'est point de récompense pour ses peines perdues »
Un jeune homme, Callimaco, récemment de retour de Paris, s'est pris d'un violent désir pour Lucrezia, la femme d'un riche docteur (semble-t-il un juriste), Messire Nicia. Mais sa belle est vertueuse et ne donne pas vraiment d'occasion de la courtiser. Callimaco se fait conseiller un stratagème par Ligurio, une sorte de parasite vivant d'expédients. Lucrezia et Messire Nicia n'ayant pas et voulant des enfants, Ligurio va lui vanter les compétences médicales de Callimaco, prétendument acquises à Paris. Une potion va être prescrite, contenant la Mandragore du titre. Mais c'est une potion dangereuse : le premier homme qui aura des relations avec Lucrezia mourra. Il faudra donc trouver un pauvre hère qui trépassera peu de temps après la nuit passée auprès de la jeune femme, Callimaco compte se déguiser pour tenir le rôle, bernant le mari idiot. Quelques résistances venant de Lucrezia, Callimaco et Ligurio, moyennant finances, circonviennent son confesseur qui finit par vaincre les dernières oppositions.
Une intrigue assez immorale, qui évoque pour moi les récits du Décaméron, avec les histoires d'amour extra-conjugal, le moine corruptible etc. Une Renaissance haute en couleur, par certains aspects pas si éloignée de la farce médiévale. Même si les moeurs vont devenir plus policées (et le mariage l'objectif final), nous avons un schéma typique de comédie, que le théâtre français va prendre comme modèle : un jeune homme à la conquête de sa belle, aidé par un auxiliaire (qui va surtout être un valet) ridiculisant un personnage plus âgé qui veut l'empêcher d'arriver à ses fins. La jeune femme ne jouant pratiquement aucun rôle dans l'affaire, étant plus un objet passif, et n'apparaissant que peu dans la pièce.
La pièce évoque quelques aspects d'actualité : Callimaco s'est réfugié en France pour fuir les guerres et agitations de son pays, comme un certain nombre de ses compatriotes à l'époque, par exemple. Il y a également une grande liberté dans les sujets évoqués, il est par exemple à un moment donné, question de provoquer un avortement. L'ironie, y compris en ce qui concerne les religieux et la religion, est très présente.
La pièce est une étape importante dans l'évolution du théâtre en Europe, et reste agréable à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          106
AmandineMM
  12 août 2011
Lu en italien: Une oeuvre que je voulais lire depuis quelques temps, et je ne regrette pas ce choix! L'ironie de Machiavel sur les différents types de personnages (l'amoureux, le prêtre, le valet, etc.) m'a fait sourire plus d'une fois et, bien que pas toujours facile à comprendre (quand l'italien n'est pas sa langue natale), le style est très agréable à lire. Cette comédie, avec une histoire assez simple et "classique", fait rire, mais aussi réfléchir: sur les personnages ou sur le bien et le mal, etc.
J'aimerais voir cette pièce sur scène, en italien ou en français.
Commenter  J’apprécie          22
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   14 janvier 2018
Fait-il jour, fait-il nuit ? Rêvé-je ou suis-je éveillé ? Suis-je saoûl, encore que je n'aie rien bu aujourd'hui, pour me prêter à toutes ces sornettes ?
Commenter  J’apprécie          40
stekasteka   03 avril 2013
Il est beaucoup de choses qui de loin paraissent terribles, insupportables, sans exemple, et lorsque ensuite vous les examinez de près, vous les trouvez praticables, faciles et nullement étranges.
Commenter  J’apprécie          60
stekasteka   24 février 2016
Je ris et mon rire ne passe pas dedans
Je brûle et ma brûlure n'apparaît pas au dehors
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Nicolas Machiavel (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Machiavel
Machiavel et l’art de gouverner - Jean-Louis Fournel.
Les Chemins de la philosophie, France Culture, 02/05/2012.
« Aujourd'hui, Adèle Van Reeth reçoit Jean-Louis Fournel à propos du Prince de Machiavel. »
Intervenant : Jean-Louis Fournel : Historien de la pensée politique italienne de la renaissance, traducteur, professeur à l'Université Paris 8 et à l'ENS de Lyon
Dans la catégorie : ThéâtreVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Théâtre (33)
autres livres classés : comédieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Machiavel

À quel siècle appartient Machiavel?

IX
XVIII
XVI
XIV

13 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Nicolas MachiavelCréer un quiz sur ce livre