AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

André Devyver (Traducteur)Simonne Devyver (Traducteur)
EAN : 9782070712731
606 pages
Éditeur : Gallimard (21/04/1989)
4/5   18 notes
Résumé :
Les îles Trobriand forment un archipel minuscule situé au Nord-Est de la Nouvelle-Guinée. Les quelques dix mille habitants de ces atolls entreprennent de vastes expéditions maritimes, souvent pleines de périls, au cours desquelles ils échangent avec leurs voisins du Sud des brassards et des colliers de coquillages. ces opérations ne sont pas uniquement d'ordre commercial : les objets précieux suivent un itinéraire bien précis, ils sont réservés à des partenaires bie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
GeoffreyRob
  11 mai 2021
Surpris par la Première Guerre mondiale alors qu'il se trouve en Australie, le jeune anthropologue Bronislaw Malinowski devient une sorte de « prisonnier d'honneur » (polonais, il est né sujet autrichien) de l'administration britannique, qui le laissera cependant libre de ses mouvements. Il va ainsi passer deux années (1915-1916 et 1918) dans les îles Trobriand, au nord-est de la Nouvelle-Guinée. Isolé, sans autre contact que sa fréquentation intime des indigènes dont il partage la vie quotidienne, il acquiert une connaissance parfaite de la langue vernaculaire. C'est toute l'effervescence spontanée du groupe qui devient son objet d'étude. Malinowski est ainsi le premier à donner une place prépondérante à l'enquête directe sans intermédiaire. En ce sens, il est l'inventeur de l'anthropologie de terrain et de sa méthode de l'observation participante.
Des échanges symboliques.
Paru en 1922, le livre qui résultera de cette expérience peu commune pour l'époque, Les Argonautes du Pacifique occidental, est un des chefs-d'oeuvre de la littérature ethnologique. Son succès tient par ailleurs à ses qualités littéraires : un souffle narratif, de magnifiques descriptions, une sensibilité aux valeurs esthétiques. Les hommes trobriandais, observe Malinowski, pratiquent la kula, un système codifié d'échanges symboliques (des brassards et colliers de coquillages) qui donne lieu à des expéditions maritimes permettant de relier une vingtaine d'îles éloignées et quelques milliers de personnes. Dans un délai de deux à dix ans, les objets reviennent à leur destinataire. Ce circuit d'échanges intertribaux, bien qu'il stimule les économies indigènes (il existe un troc parallèle de marchandises utiles), n'a pas de finalité économique. Il ne s'agit pas non plus de cadeaux libres et désintéressés. L'échange crée un pacte garantissant l'hospitalité et la protection mutuelle.
Coeur de l'ouvrage, cette observation de la kula débouche progressivement sur une coupe transversale de la culture trobriandaise. Car ce système, d'une grande complexité, oblige à aborder les questions de propriété et de répartition des richesses, les relations de parenté et les structures de pouvoir. Sans compter que la magie baigne l'ensemble des activités. Mais Malinowski ne donnera pas une interprétation définitive de la kula. En fait, c'est Marcel Mauss, son fervent lecteur, qui va magistralement théoriser l'importance de cet objet nouveau - qu'il appelle le don -, la kula lui apparaissant aussi comme un « fait social total » (Essai sur le don, 1923-1924). L'ouvrage représente le modèle type de la méthode d'investigation du fonctionnalisme. Celui-ci postule que les éléments de la société interagissent, forment un tout et sont tournés vers un même but. de nombreux ethnologues sont retournés aux îles Trobriand, complétant les descriptions et analyses de Malinowski. Parmi eux, l'Américaine Annette Weiner a découvert un système d'échange-don réservé aux femmes et lié aux rites mortuaires. Malgré les critiques (l'accent mis sur la sexualité, l'intérêt porté à la psychanalyse, le style impressionniste), cette monographie demeure un modèle de référence en ethnologie.
Lien : https://www.scienceshumaines..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
poupoulou
  04 novembre 2013
L'interet de ce livre est de deux faits. Tout d'abord la maniere dont l'auteur etudit ce peuple en vivant non seulement avec lui. En symbiose avec eux, le respect mutuel est a l'oeuvre. Mais aussi, la preuve qu'un peuple peut vivre sans geurre, s'il le decide et en prend les moyens.
Lien : http://fr.groups.yahoo.com/g..
Commenter  J’apprécie          20


Dans la catégorie : Sociologie des françaisVoir plus
>Groupes sociaux>Groupes raciaux, ethniques, nationaux>Sociologie des français (135)
autres livres classés : Papouasie-Nouvelle-GuinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
343 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre