AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : SIE40866_9944
(30/11/-1)
3.83/5   6 notes
Résumé :
D'abord publiés chez Skira en trois volumes, parus de 1947 à 1949, intitulés Psychologie de l'art – Le Musée imaginaire, La Création artistique, La Monnaie de l'absolu –, les grands textes sur l'art d'André Malraux (1901-1976), recomposés et retouchés, deviennent, en 1951, chez Gallimard, un imposant livre illustré divisé en quatre parties, Les Voix du silence. Malraux écrivain, habité par la création artistique, publie par ailleurs en 1950 un essai sur Goya, Saturn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
paullefebvre60120
  26 octobre 2021
Versé près des confrontations et des métamorphoses, l'art se définit avant tout selon la vie des formes. Les "dessinateurs des cavernes" en ont été le commencement et la coulée des siècles en a suivi le fil, jusqu'à en être parmi notre musée imaginaire. Notre musée imaginaire ne s'érige pas seulement par l'approfondissement de l'histoire, il s'élabore selon l'oeuvre d'art et son présent artistique. Il convient néanmoins de rappeler le sens que prend l'oeuvre selon la volonté de l'artiste, puisque au-delà de la volonté, la délivrance en est le point d'ancrage. Dans l'art, comme pourrais le dire Malraux, tout est gouverné selon une volonté et non par une élaboration inconsciente.
Tout ce que j'ai décris, énoncé et dévoiler en haut n'est qu'une esquisse des définitions et réflexion que nous donne Malraux. L'ouvrage, au-delà de l'aspect textuel, nous est présenté par une reproduction des chefs-d'oeuvre par la photographie. le tout donne ainsi lieu à une rencontre absolue entre le spectateur et l'art. On y découvre, au fil de la lecture, l'esprit et la valeur littéraire d'un homme face à l'art. Notre regard est ainsi balayé entre discernements, réflexion et raison par une voix parlante et attachante.
La rencontre, une fois consumée, donne à voir les aspects d'un autre oeil. N'oublions pas qu'au demeurant "l'art est liberté, il est un anti-destin".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
alzaiaalzaia   08 mai 2017
L’homme qui deviendra un grand peintre commence par découvrir qu’il est plus sensible à un monde particulier, celui de l’art, qu’au monde commun à tous. Il éprouve un besoin tyrannique de peindre, sachant que ce qu’il va peindre sera sans doute d’abord mauvais, et qu’il s’engage dans une aventure. Il traverse le temps du pastiche, généralement des derniers maîtres, jusqu’à qu’il prenne conscience d’un désaccord entre ce que « signifie » ce qu’il imite et la peinture qu’il pressent. Il distingue confusément un schème personnel qui va le libérer des maîtres, souvent avec l’aide de ceux du passé… Pas un peintre n’est passé de ses dessins d’enfant à son œuvre. Les artistes ne viennent pas de leur enfance, mais de leur conflit avec des maturités étrangères : pas de leur monde informe, mais de la forme que d’autres ont imposée au monde. Jeunes, Michel-Ange, Le Greco, Rembrandt imitent ; Raphaël imite, et Poussin, et Vélasquez, et Goya ; Delacroix et Manet et Cézanne, et… Dès que les documents nous permettent de remonter à l’origine de l’œuvre d’un peintre, d’un sculpteur – de tout artiste – nous rencontrons non un rêve ou un cri plus tard ordonné, mais les rêves, les cris ou la sérénité d’un autre artiste
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          43
RaphaelRaphael   06 février 2008
Qu'un tableau religieux, avant d'être une Vierge, soit "une surface plane couverte de couleurs en un certain ordre assemblées" est vrai pour nous, mais quiconque eût tenu ce discours aux sculpteurs de Saint-Denis se fût fait rire au nez. Pour eux, comme pour Suger, plus tard pour saint Bernard, cet objet était une Vierge bien plus qu'un assemblage de couleurs : car il n'était pas d'abord assemblage de couleurs pour être une statue, mais pour être la Vierge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
leonceleonce   27 mai 2018
Dans le soir où dessine encore Rembrand, toutes les ombres illustres , et celles des dessinateurs des cavernes , suivent du regard la main hésitante qui prépare leur nouvelle survie ou leur nouveau sommeil.
Et cette main, dont les millénaires accompagnent le tremblement dans le crépuscule, tremble des formes secrètes , et des plus hautes de la force et de l'honneur d'être homme .
Commenter  J’apprécie          70
RaphaelRaphael   06 février 2008
Une nature morte de Cézanne est à une nature morte hollandaise ce qu'est un nu de Cézanne à un nu de Titien. Si paysage et nature morte (...) deviennent des genres majeurs, ce n'est pas que Cézanne aime les pommes, c'est que dans un tableau de Cézanne qui représente des pommes, il y a plus de place pour Cézanne qu'il n'y en avait pour Raphaël dans le portrait de Léon X.
Commenter  J’apprécie          50
IansougourmerIansougourmer   28 avril 2013
L'ombre parée de Versailles nous cache son âme ravagée.
Commenter  J’apprécie          270

Videos de André Malraux (199) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Malraux
Plus d'informations sur https://www.lesbelleslettres.com/livre/4586-yi-jing.
Yi Jing. le Classique des Mutations Présentation, nouvelle traduction et commentaires de Pierre Faure.
Le Yi Jing est l'une des sources fondamentales de la culture chinoise. Il en a accompagné les soubresauts depuis ses origines jusqu'à devenir au XXème siècle un ouvrage de portée universelle. de ses premiers rudiments de l'âge du bronze à son intégration en tant que Classique au corpus littéraire chinois, le Yi Jing à condensé les aspects principaux de cette pensée pour devenir la véritable grammaire du Yin–Yang, le langage commun à toutes les disciplines auxquelles s'intéresse aujourd'hui l'Occident (médecine traditionnelle, arts martiaux, tai-chi chuan & qi gong, feng-shui, calligraphie, etc.).
Pour les personnes intéressées par les cultures orientales cependant, le Yi Jing demeure souvent une énigme. La traduction qui a fait référence pendant des années, celle de Richard Wilhelm (1924) est aujourd'hui dépassée. Après l'éphémère mode des années 60 à laquelle elle a donné lieu, et malgré les tentatives de restitution qui ont suivi, il restait d'actualité d'en donner une version claire, qui ne soit pas réservée aux seuls spécialistes, sans pour autant tomber dans les facilités de vulgarisations qui en abîment le texte et en édulcorent l'esprit.
Cet ouvrage propose une nouvelle traduction de l'original chinois, accompagnée de commentaires actuels, propres à faciliter l'entrée dans le monde des Mutations. le corps principal du livre est la traduction commentée des 450 paragraphes du texte original (les 64 hexagrammes) et de textes rattachés lors de sa canonisation sous les Han (Grandes et Petites Images, Dixième Aile). Il comprend également :
· des tableaux explicatifs placés à la fin de chacun des 64 chapitres (le déroulement en six temps de l'hexagramme, ses différents sens, les défis qu'il invite à relever), ainsi que des éclairages comparatifs avec d'autres figures · l'explication des deux méthodes permettant d'effectuer des tirages · une étude des 64 figures regroupées par familles nucléaires · un historique intitulé Les quatre temps du Yi Jing · la traduction de plusieurs des commentaires officiels rattachés au livre, les Dix Ailes.
Cet ouvrage se situe dans le prolongement de ce que l'on peut désormais appeler une tradition occidentale du Yi Jing, laquelle a commencé au XXème siècle sous l'impulsion de C.G. Jung. Il invite le lecteur à se positionner de manière juste en toute circonstance, ce qui a toujours été et reste l'objet de cet instrument, qui tient autant de la boussole que du livre. le lecteur pourra se rendre compte par lui-même que les descriptions fournies par le Yi Jing se révèlent toujours d'une étonnante pertinence. Ni retour à l'obscurantisme, ni démission de la raison, le Classique des Mutations est au contraire un moyen pour comprendre les dispositifs du présent et discerner, dans chaque situation particulière les germes du devenir.
Nous sommes la première civilisation qui assume l'héritage de toutes les autres. André Malraux
Ouvrage publié en co-édition avec La Compagnie du Livre Rouge.
+ Lire la suite
autres livres classés : histoire de l'artVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

André Malraux

Quel roman d’André Malraux obtient le prix Goncourt ?

«La Métamorphose des dieux»
«L’Espoir»
«La condition humaine»

11 questions
98 lecteurs ont répondu
Thème : André MalrauxCréer un quiz sur ce livre