AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258117496
Éditeur : Les Presses De La Cite (15/06/2017)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Résumé: En Australie, au XXe siècle. La destinée bouleversante de Wanda, née d'une mère aborigène et d'un père blanc qu'elle n'a jamais connu. Rejetée par son peuple, arrachée à sa culture pour devenir domestique dans une famille de Blancs, la jeune métisse se retrouve un jour face à son père. Mais la vengeance guérit-elle d'un passé de souffrances ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
sarahdu91
  27 septembre 2018
Une escale en Australie au pays des aborigènes avec Wanda petite métisse dont le père était un homme à la peau blanche et aux yeux vairons.
Une bien belle histoire entre deux peuples qui bien évidemment ont voulu jouer de leur colonisation pour dominer et exterminer une race toujours dans le but d'exercer un pouvoir sur l'être humain.
C'est une découverte pour moi avec cette auteure, son écriture est fluide et simple et sa recherche documentaire a fait de ma lecture un moment agréable et intéressant au niveau de cette culture aborigène que je ne connaissais pas.
Un bon moment de lecture...
Commenter  J’apprécie          120
94sophie947708
  15 octobre 2017
Une histoire envoûtante et intéressante, dans les somptueux décors Australien.
On y apprend l'histoire du programme d'Assimilation, des aborigènes métis, reniés par leurs clans, et rejetés par les Blancs.
Ces jeunes enfants, enlevés à leurs mères, sont placés dans des institutions, pour apprendre à devenir domestique dans une ferme australienne.
Wanda et Ningara, sont de ces enfants, qui ont soufferts durant leur enfance, de la séparation, des mauvais traitements, du manque d'affection.
Placés ensemble dans la même ferme, ils ont la chance d'avoir un patron gentil et humain.
Mais celui-ci perd son ranch, et Wanda et Ningara doivent continuer leurs chemins.
Wanda, emplie de vengeance envers son père, qui les abandonnées, elle et sa mère, le retrouve, et fomente l'enlèvement de son enfant par Ningara.
Cependant, Ningara n'enlève pas la bonne personne, et c'est Jean-Philippe dit Zan-Phi, qui se retrouve à vivre dix ans dans le clan aborigène de Ningara.
S'ensuit alors, comment Zan-Phi, séparé de sa famille, va s'adapter à cette nouvelle culture, quels enseignements et richesse va-t-il en tirer, lui, qui adore peindre.
Comment Wanda et Ningara, s'apercevant de leur erreur, vont réagir et quelles actions vont-ils mettre en place?
C'est toute la culture aborigène qui nous est dévoilée, sa richesse, ses coutumes, ses rituels, que Zan-Phi mettra en peinture, afin de la faire connaître à un large public.
Wanda, va elle aussi, la faire connaître, à travers la mise en place de spectacles culturels.
Mais la richesse du roman, tient dans la façon dont tout cela se déroule, se met en place, sur deux décennies, avec toutes les implications familiales, financières, sentimentales, qui en découlent.
Une agréable lecture australienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
djihane
  10 septembre 2017
Wanda voit le jour en 1946, en Australie, dans une réserve aborigène. Elle est le fruit d'une mère aborigène et d'un père blanc. Ce métissage va lui causer le rejet des siens. Elle sera néamoins très aimée par sa mère. La seule information que Wanda avait sur son père est la couleur de ses yeux: vairons et qu'il était garde dans leur refuge. La couleur de sa peau plus clair que celle de son peuple, la mènera loin de chez elle, à l'âge de 8 ans, pour devenir domestique chez les blancs.
Quel beau voyage littéraire offert par Madeleine Berthaud-Mansiet. Les paysages son magnifiques et sauvages, le parfait décor pour se plonger dans le passé et le présent de nos personnages. D'autant plus, que nous avons droit à plusieurs narrateurs qui nous donnent une vision bien plus approfondie de l'histoire. Même si je ne suis pas très friande de ce genre de procédé, il a une fonction documentaire et nous donne cette vision de grandeur à l'image de l'Australie. le destin de plusieurs familles s'entrecroise, un voyage à travers la nature humaine.
Le périple de Wanda est semé d'embûches, elle rêve de vengeance et s'interroge sur son identité. A son histoire viennent se greffer d'autres récits, ceux d'autres personnages qui auront leur importance. L'auteure joue parfaitement avec les points de vues, avec les tranches de vie du côté des aborigènes mais également du côté des blancs. de ce fait, le lecteur est impliqué émotionnellement. Je ne comprendrai jamais ce qui pousse des hommes à traiter d'autres hommes comme des animaux parce qu'ils sont différents d'eux, en général, physiquement. Ce roman pointe également du doigt la cruauté humaine durant la colonisation.
Wanda est une belle fresque littéraire que j'ai beaucoup aimée. J'ai passé un moment agréable en compagnie des personnages du roman. le temps d'une lecture, j'ai voyagé dans un pays que je rêve de visiter. le tout est porté par une très belle plume.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Clioze
  24 janvier 2018
Un roman sur l'Australie, je ne pouvais pas manquer cela. J'adore l'Australie depuis très très longtemps. En fait, depuis un cahier de vacances où je me suis trompée dans la capitale de ce pays, indiquant Sydney au lieu de Camberra. Depuis, je suis fascinée par ce pays que j'aimerais bien visiter un jour. de plus, mon métier fait que le collège où je suis a de très nombreux contacts avec l'Australie, c'est un pur bonheur !
Franchement, j'ai préféré la deuxième partie à la première. Je vous explique pourquoi. La première partie concerne la vie de Wanda du moment où elle naît jusqu'au moment où elle est emmenée par le gouvernement car elle est métisse, née d'une mère aborigène et d'un père blanc. Les ellipses de temps sont nombreuses et le récit est un peu haché. Néanmoins, nous avons ici un témoignage de première main sur l'histoire des métisses aborigènes d'après-guerre.
La deuxième partie est beaucoup plus rythmée (je ne peux pas vous en dire grand chose car l'intrigue serait ainsi trop dévoilée). Les événements s'enchainent vraiment bien. On découvre la culture aborigène ainsi que la ville de Perth. Je n'ai pas pu m'arrêter lors de cette partie alors que j'avais fait de nombreuses pauses dans la première.
J'ai aimé les explications sur la culture australienne, sur les aborigènes, sur le système autour des métisses ainsi que sur son évolution. C'est un très beau témoignage de ce temps-là. Les recherches sur le sujet sont très poussées et il y a également une bibliographie à la fin pour poursuivre, si on le désire.
Le style est agréable à lire, les phrases sont riches de certains mots dans la langue aborigène mais aussi de mots auxquels nous ne sommes pas habitués, des mots plus australiens. Les descriptions des paysages, des plantes ou des personnes sont remarquables. Quelques facilités parfois mais rien qui ne gâche la lecture !
En résumé : Si vous aimez l'Australie ou si vous voulez la découvrir, vous pouvez lire ce roman : Wanda de Madeleine Mansiet-Berthaud.
Lien : http://les-livres-de-zelie.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
blogunpeudelecture
  21 février 2018
Je tiens tout d'abord à remercier Laetitia des Éditions des « Presses de la Cité » pour m'avoir fait découvrir ce livre de la collection « Littérature ». La première chose qui m'a attirée pour choisir de livre a été la couverture que je trouve superbe, ensuite j'ai lu le résumé et j'ai su que ça allait me plaire. Une magnifique histoire qui nous fait voyager dans une Australie mystérieuse et immense. Nous sommes très vite embarqués dans l'histoire de Wanda, cette enfant métisse aborigène, en quête de son identité. Elle va être arrachée à sa tribu afin d'aller servir les blancs. Avec ce livre vous allez vous remettre en question quant au regard que notre société porte sur la différence. Au cours de notre lecture, nous nous retrouvons impliqués émotionnellement face à tout ce que vit notre héroïne. le maître mot de ce roman, c'est : vengeance. Wanda va vouloir se venger de tout ce qu'elle a subi. Ce livre se lit très bien et les pages se tournent presque toutes seule tant nous somme captivés à la fois par les superbes descriptions des paysages, des traditions et de la culture Aborigène, des personnages inoubliables… Madeleine Mansiet-Berthaud nous embarque avec sa magnifique plume un peu magique par moment. Un très beau et captivant moment de lecture, qui vous dépaysera à coup sûr. le seul point négatif que j'ai trouvé, c'est que l'histoire se termine trop vite. Si vous voulez découvrir tout ce que l'Australie a de merveilleux de par ses paysages ainsi que la culture aborigène, n'hésitez pas à vous plonger dans ce livre ! À lire !
Lien : http://unpeudelecture.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
sarahdu91sarahdu91   26 septembre 2018
Elle avait parcouru son pays du sud jusqu'au nord, pris des risques inconsidérés pour échapper aux pisteurs, souffert de la faim, de la soif, de la chaleur et du froid, failli perdre la vie, et voilà que sa course pour la liberté allait se terminer là, sur le bord d'un lac dont elle ne connaissait même pas le nom!
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   03 septembre 2016
Ce Peuple du désert qui avait souffert de la colonisation essayait de s’adapter. Son retard sur la civilisation européenne était considérable. Les autochtones savaient que le temps n’était pas encore venu pour eux de se faire une place dans cette nouvelle société. L’arrogance des occupants, avides de possessions, frisait trop souvent le mépris.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   03 septembre 2016
Dans la salle de classe, elle se trouva confuse face au tableau noir. Elle ne comprenait rien aux explications. Quant aux signes alignés par la maîtresse – un nouveau mot à ajouter à son vocabulaire –, elle se demandait à quoi ils pouvaient bien servir. La connaissance de son peuple se transmettait par l’oral mais aussi par le dessin. Elle découvrait que l’anglais avait une écriture propre qui n’avait rien de commun avec les graffitis ou les peintures figuratives utilisés par les siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 septembre 2016
Liberté… Ce mot avait-il encore un sens ? La société à laquelle ils appartenaient désormais semblait ne pas le connaître. Le mot « travail » l’avait remplacé. Sans travail, l’homme n’était rien. Il n’existait que par ce qu’il produisait et qui lui permettait de gagner de l’argent : ces morceaux de papier qui procurent tant de choses inutiles. Ce monde était vraiment étrange. Tellement différent de celui qu’ils avaient connu ! Avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 septembre 2016
Pour les kangourous on a un autre mot. On dit qu’ils sont albinos. Je ne crois pas que ça les dérange. Chez eux comme chez les hommes, il existe des différences. Il paraît même que de l’autre côté des mers vivent des hommes jaunes. Et aussi des « Peaux-Rouges » ! On les appelle comme ça !
Commenter  J’apprécie          10
Video de Madeleine Mansiet-Berthaud (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Madeleine Mansiet-Berthaud
Bernadette Berger, le Choix d'Amélie ? Michel Fabre, La Micheline de 18h23 ? Valérie Satin, Les Épines de Rose ? Madeleine Mansiet-Berthaud, Une Famille de bateliers
autres livres classés : aborigènesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
747 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre