AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782344012635
304 pages
Glénat (04/01/2017)
3.47/5   111 notes
Résumé :
A Montréal, comme partout ailleurs, les couples se font et se défont. Les individus s'attirent, se repoussent, dans une perpétuelle valse des corps. Dans cette même ville s'entrecroisent des destins A la fois différents et semblables, liés par ce sentiment indescriptible : l'amour. Cette inconnue A laquelle même la science ne peut donner d'explication, ce concept qui nourrit l'imaginaire des artistes depuis toujours, est au cœur du nouveau roman graphique de Julie M... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,47

sur 111 notes
5
5 avis
4
7 avis
3
9 avis
2
3 avis
1
1 avis

Chaque fois qu'on parle d'amour

c'est avec "jamais" et "toujours"

"Viens, viens, je te fais le serment...

....qu'avant toi y'avait pas d'avant...

Y'avait pas d'ombre et pas de soleil.

Le jour et la nuit c'était pareil.

Y'avait pas au creux de mes reins,

douce, la chaleur de tes mains."

A chaque fois qu'on parle d'amour

On se le dit et on y croit

Que c'est pour la première fois

A chaque fois...A chaque fois

Chaque fois qu'on aime d'amour

Ah, pouvoir encore et toujours

S'aimer et mentir d'amour

Comme à chaque fois

Comme à chaque fois

Comme à chaque fois

p 6-7-8-9

Extrait "Chaque fois" Paroles et Musique de Barbara - 1965

Album mis en Avant Pendant Après midi Apéro Bd

La biblio de Bruz (35170) dans nos choix va nous aider.

Merci à Katia, Claire Patricia et Igor

me conseiller ces Corps Sonores

Amour toujours stop ou encore

sur les escaliers est ce qu'elle a tort ?

1er juillet, à Montréal jour de déménagement

L'amour dans tous ses chamboulements

tous ses moeurs et ses enchevêtrements.

Chérie tu préfères Avant, Après ou Pendant ?

Lui demande-t'il en se dévêtant

Tu sais bien : Avant , parce que Après c'est Pendant...

Blague mise à part.....tout à fait charmant .

Chaque sympathie nouvelle

invente un amour inédit.p248

ça aussi, jolie Julie , joliement dit...

Commenter  J’apprécie          362

La scénariste de ‘Le bleu est une couleur chaude' que j'ai beaucoup aimé, a été cette fois, moins inspirée. de petites rubriques sur l'amour, les rencontres sexuelles, etc. J'avoue avoir vite été saturée par les rencontres gays et, par moment, ne pas avoir très bien compris.

Commenter  J’apprécie          160

Les intentions de Julie Maroh sont plus que louables.

A travers ces corps sonores, ces saynettes empruntées à la jeunesse de Montréal, elle veut rendre visible ceux qu'on ne représentent pas.

Que ce soit en bande dessinée ou en ailleurs, le couple reste majoritairement une entité très stéréotypée. Essentiellement hétérosexuel, même si le couple homosexuel commence à être mis en scène comme une "normalité" (Embrasse-moi! d'Océanerosemarie et Cyprien Vial, sorti dernièrement, se veut par exemple la première comédie romantique lesbienne).

Julie Maroh veut montrer d'autres couples. Couples, hétéro, gay, bi, poly-amoureux, mixte, handicapés...

Les situations sont souvent banales. du moins elles seraient perçues comme telles si les protagonistes correspondaient aux stéréotypes en vigueur. Les personnages de Julie Maroh ne sont pas des stéréotypes. Pourtant les situations restent terriblement banales. Parce qu'un couple est un couple, tout simplement.

Ce livre n'est pas un livre activement militant. Il ne revendique rien, ne condamne rien. Il ne vise qu'à élargir le spectre de la "normalité", de montrer que les couples sont tous uniques, mais tous pareils. C'est un plaidoyer pour la tolérance.

Voilà pour les intentions justes et sincères de l'auteur.

Malheureusement le résultat n'est guère passionant. L'écueil que Julie Maroh n'a pû éviter est celui de l'ennui. La brièveté des nouvelles qui composent ce recueil rend difficile de faire exister les personnages Là où Chabouté est capable de faire nbaître l'émotion et 3 pages à partir de personnages anonymes et "insignifiants" (comme dans son "Fables Amères"), Julie Maroh ne fait que se mouvoir de personnages vides et désincarnés. Il est difficile de ressentir la moindre empathie pour ses personnages. Peut-être a-t-elle trop voulu les rendre normaux et a perdu ce qui faisait leur essence en chemin.

Je me suis donc ennuyé, malgré la conviction que les intentions de Julie Maroh sont excellentes et que son projet est utile, voire essentiel.

Commenter  J’apprécie          50

L'Amour dans tous ses états... de la rencontre à la séparation en passant par le couple ou plutôt les couples dans toutes leurs diversités.

C'est beau, poétique et réaliste à la fois. On est embarqué, un peu voyeurs, dans ces tranches de vie où l'amour est disséqué et observé à la loupe. Belle découverte.

Commenter  J’apprécie          140

(LX971) Des tranches de vie amoureuse qui tournent rapidement à plat. Cette succession de saynètes et leur brièveté m'ont empêché d'éprouver une réelle empathie ou émotion pour cette galerie de personnages. Même si j'ai trouvé certaines vignettes vraiment réussies, ça ressemble trop à un catalogue arty vantant les affres ou la cool attitude de la communauté branchée de Montréal, sorte de zapping love & hype à la sauce québécoise... Sans parler de deux ou trois scènes explicites qui risquent de faire grincer des dents, même pas sûr que ça plaise à nos élèves. Perso, non pour le Prix BDz'îles, mais en restant ouvert aux avis contraires ;)

(LP971, élève 2nde LGR) J’ai apprécié la lecture de cette bande dessinée. L’histoire n’est pas ennuyeuse car il y est représenté plusieurs scénarios. On y voit différentes rencontres amoureuses possibles et presque inimaginables. Il y a des couples de toutes les origines, des hétéros, des homosexuels, des transsexuels, des couples interraciaux etc... Ce livre est assez recherché dans le sens où, à mon avis, l’auteur a voulu faire passer un message de paix et de tolérance. Le rythme est agréable car la BD n’est pas surchargée en dialogues. Je me suis donc plus focalisée sur le graphisme en noir et blanc qui est artistique. Vu qu’il y a des scènes de sexe très osées qui y sont représentées, il me semble que cette bande dessinée est plus appropriée pour les lycéens. Je recommande cette bande dessinée pour la sélection Prix BDz’iles 2018.

(IK971) Pas trop emballée par cette série d'historiettes. Le graphisme de J. Maroh que j'avais trouvé correspondant bien à l'histoire dans le bleu est une couleur chaude, ici, me semble lourd et maladroit. Un peu décue donc malgré le parti pris engagé du thème. Non pour le Prix.

(SD976) Une BD de 300 pages aux 21 nouvelles en noir et blanc par Julie Maroh qui se situe à Montréal. Ces nouvelles relatent les jeux de Cupidon : rencontres amoureuses, séparations, affres du manque et du désir… Les corps vibrent, vivent, aiment, même passionnément, souffrent, se donnent ou se retirent.

Certes, cette BD ouvre l’esprit sur les différentes amours possibles, toutes aussi fortes les unes que les autres, mais elle est plutôt destinée à un public adulte ou de grands adolescents du fait de certaines scènes de sexe très réalistes.

A ne pas retenir pour la sélection du concours BDZ’îles.

Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LaPresse
09 mai 2017
Il est question d'attractions, de doutes, de jalousie, de remises en question, d'affirmation de soi, de mémoire et de besoin de changements.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation

Et si j'y vais...Comment vais-je m'annoncer maintenant qu'on fait ce break ?

"C'est moi" ? Cette affirmation de la place qu'on a dans la vie de l'autre... "C'est moi" et ça ne peut être personne d'autre qui sonne à ta porte, personne d'autre que tu attendes, personne d'autre que tu pourrais confondre dans cette formulation.

"C'est moi" qui sonne car c'est l'autre partie de toi, de ta vie, qui est sur le palier....Plus j'y réfléchis et plus je sens la lourdeur du sens de ces deux petits mots, et qu'ils pourraient jouer contre moi. Quelle attitude pourrait plus l'apaiser, elle ? Affirmer ce que je suis dans sa vie ou ne pas le formuler car elle reste dans le flou ?

p174

Commenter  J’apprécie          222

Courtes-pattes, grassouillets, colorés, androgynes, trans, scarifiés, malades, handicapés, vieux, poilus, hors-critère-esthétique... Pédés, gouines, travelos, freaks, inconstants, coeur d'artichaut, multi-amoureux et aventuriers, nous écrivons nos propres poèmes, vibrons à travers nos propres romances. Nous ne sommes pas une minorité, nous sommes les alternatives. Car il y a autant de relations amoureuses qu'il y a d'imaginaires.

Ce recueil est un échantillonnage de notre palette. Si mon crayon n'arrive pas à retranscrire le goût des larmes, du silence férocement bruyant d'un coeur qui éclate, ni de tout l'épiderme qui se soulève dans une bouffée d'extase, que ce livre soit au moins un hommage rendu aux êtres amoureux qui vont à contre courant de ce qui est attendu d'eux, parfois au péril de leur vie.

Commenter  J’apprécie          70

Chaque fois qu'on parle d'amour

c'est avec "jamais" et "toujours"

"Viens, viens, je te fais le serment...

...qu'avant toi il n'y avait pas d'avant...

Y'avait pas d'ombre et pas de soleil. Le jour et la nuit c'était pareil.

Y'avait pas au creux de mes reins, douce, la chaleur de tes mains."

Commenter  J’apprécie          90

Y'a comme un cadenas tout obtus tout glacé en moi. Pourtant aujourd'hui mes soucis sont aussi riquiquis que des crottes de fourmi ; j'ai aucune raison valable de faire la gueule, ou de ruminer. Mais je perds les vues d'ensemble parce que ELLE, elle me manque. T'sais, moi c'est la première fois que je tombe en amour, p'is personne m'a dit que ça serait difficile comme ça. Déjà, j'ai l'impression de t'avoir vivre avec son image en permanence devant les yeux. J'la vois partout, j'la vois dans ma soupe (....). J'ai la bouche pleine de mots que je n'ai pas le droit de lui dire. Sais-tu la violence sur mon corps de dormir sans toi ?....." s'il n'y a pas de travaux, c'est que tu n'es pas sur la bonne route".

Commenter  J’apprécie          10

Nous ne sommes pas une minorité, nous sommes les alternatives.

Car il y a autant de relations amoureuses qu'il y a d'imaginaires.

Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Jul Maroh (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jul Maroh
On ne compte plus les films adaptés de romans, mais ceux qui ont été récompensés de la palme d'or sont plus rares ! François Busnel et ses invités reviennent sur ces chefs-d'oeuvres qui ont été primés au Festival de Cannes pour créer la légende de la littérature et du cinéma. 
Quels livres ont inspirés quels films ? En 2013, Abdellatif Kechiche recevait la timbale pour "La vie d'Adèle" avec Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, un petit bijou de cinéma tiré d'une bande dessinée de Julie Maroh. L'auteure de "Le bleu est une couleur chaude" s'est-t-elle reconnue dans le film ? "Elle a dit qu'elle reconnaissait son oeuvre, que les deux actrices ressemblaient aux personnages qu'elle avait dessiné et elle disait dans le même temps que le fils était Kechichien" explique Laurent Delmas avant d'ajouter que le réalisateur "a ajouté une dimension sociale qui était peu dans la bande dessinée". Pour le fondateur du magazine Synopsis, une adaptation est toujours un peu trahie. 
Parmi les quelques adaptations récompensées qui ont réussi à décrocher une palme d'or, "Entre les murs" tiré du roman de François Bégaudeau qui joue lui-même dans le film, a marqué l'histoire du Festival. C'est la première fois qu'un écrivain décroche le titre suprême pour son livre et pour son rôle ! 
Dernier film de la short list des adaptations saluées, un film multi-récompensé signé par Roman Polanski avec "Le pianiste". Adrian Brody a été révélé dans cette adaptation du livre de Wadysaw Szpilman. Est-ce également la consécration du réalisateur couronné de sept Césars et un Oscar ? "C'est l'histoire de sa vie, c'était très important pour lui sentimentalement mais ce n'est pas une consécration" affirme Christine Masson.
Nos invités reviennent sur ces adaptations sacrées au Festival de Cannes.


Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : canadaVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Le bleu est une couleur chaude (niveau vraiment trop super fastoche..)

Le bleu est une couleur chaude, certes. C'est d'ailleurs celle qu'..... a choisi pour ses cheveux. Mais comment s'appelle-t-elle, déjà ?

Julie
Adèle
Emma
Clémentine

8 questions
146 lecteurs ont répondu
Thème : Le bleu est une couleur chaude de Jul MarohCréer un quiz sur ce livre