AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782845635500
304 pages
Éditeur : Xo Editions (06/10/2011)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 142 notes)
Résumé :
Barricadé dans sa maison au cœur d'une ville déserte, un vieil homme prend des risques fous pour recueillir une petite fille blessée. L'enfant ne parle pas, elle ne prononce qu un mot : Lumière, elle qui a si peur du noir. Alors le vieillard parle, il lui raconte la beauté de la vie d avant, les petites joies du quotidien, son espoir qu on vienne les délivrer. Il lui enseigne la possibilité d un avenir, quand elle lui offre de savourer le présent
Cyril Massar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
basileusa
  08 avril 2013
Dans un monde ravagé par "les autres" ,un vieil homme qui vit barricadé décide ,après 4 ans ,de sortir de chez lui pour sauver une fillette. de là , on va en apprendre plus sur le chaos qui règne et l'histoire de ces deux personnes qui n'ont plus rien. Y t-il encore de l'espoir pour eux dans ce monde de violence ?
Un très beau roman ,on s'attache tout de suite aux personnages , le monde dans lequel ils évoluent est intrigant ,je regrette juste de ne pas en savoir plus sur le pourquoi du chaos qui règne . Mais la relation entre le vieil homme et la petite fille prend le pas sur la dystopie et est vraiment touchante.
Commenter  J’apprécie          260
ladesiderienne
  04 août 2017
Sur les conseils d'une fan de Cyril Massarotto, je me suis lancée à la découverte de cet auteur.
Dans "La petite fille qui aimait la lumière", pas d'indication temporelle, ni géographique, l'imagination du lecteur est livrée à elle-même. Malgré tout, il est facile de placer l'action à la fin d'un conflit futur. La population d'une ville a été exterminée par "les autres". Seul, un vieux survivant vit cloitré dans sa maison depuis 7 ans, tentant de percevoir à la radio des messages indiquant une hypothétique libération. Lors d'une escapade nocturne à la recherche d'éventuels provisions, il découvre sur un tas d'ordures une petite fille blessée et malade qu'il ramène chez lui pour la soigner. Muette, l'enfant ne prononce qu'un seul mot "lumière", il le lui donne donc comme patronyme. Après l'avoir pris pour un ogre, la fillette, séduite par sa gentillesse, le nomme dans sa tête "Monsieur Papi". Même si elle ne parle pas, elle entend et est très attentive à tout ce que lui raconte le vieillard sur son passé et sur l'art de bien vivre chaque jour de son existence.
Il est évident que personne ne saurait rester insensible à cette belle histoire d'amitié d'autant plus qu'elle se déroule dans un décor d'apocalypse. Le contraste est saisissant entre la chaleur du foyer créé par l'union de ces deux solitaires et l'atmosphère extérieure. Avec le personnage de "Monsieur papi", Cyril Massarotto rend un bel hommage à la vieillesse : même si le corps a du mal à suivre, l'esprit reste alerte et s'emplit de sagesse.
Malgré cela et je sens que je vais avoir du mal à me justifier, ce livre n'a pas été un coup de cœur. J'ai eu du mal à adhérer à cette histoire qui me fait penser un peu à un conte. Peut-être est-ce dû au style plutôt simplissime de l'auteur ? Les chapitres très, très courts donnent l'impression qu'on a rien à se mettre sous la dent. Sans que cela ne soit péjoratif, j'aurais bien vu ce titre dans les romans "jeunesse". Et puis je vais être franche, les romans à vocation initiatique ainsi que ceux à portée pseudo-philosophique, très en vogue actuellement, me "gonflent" rapidement. Un peu à l'image du livre de Grégoire Delacourt "La liste de mes envies" que j'avais détesté, les deux protagonistes dressent une liste de ce qu'il faut faire pour remplir positivement sa vie, liste à mettre en application dès qu'ils seront délivrés évidemment.
Je donne donc un 11/20 à ce roman "mignon" mais qui a mon goût, manque de densité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
zabeth55
  11 janvier 2013
Un très beau roman riche d'émotions.
Tout a commencé « le jour de pluie », quand « les autres » ont envahi les villes et massacré les populations.
Des enfants vivent encore sous terre, un vieil homme est miraculeusement reclus dans sa maison. Les années passent jusqu'au jour où le vieil homme découvre une petite fille mal en point dans les décombres. Elle ne parle pas, de dit qu'un mot : « Lumière », et c'est ainsi qu'il la surnomme.
le récit est parfaitement mené, tout en délicatesse et en sensibilité.
Patience et amour de Monsieur Papi envers Lumière
Confiance et amour de Lumière envers Monsieur Papi.
Ancien musicien, il va lui décrire son art avec passion et surtout, la vie d'avant, qu'elle n'a jamais connue.
Le style est très visuel, comme la description du vieillissement lors d'une séance de rasage. L'amour et l'émotion montent au fil des pages. On est tenu en haleine jusqu'au bout.
C'est franchement un superbe roman qui m'a fait autant vibrer, dans un tout autre contexte que « la petite fille de Mr Linh » et je vais de ce pas attaquer « 100 pages blanches », pleine de foi envers Cyril Massarotto.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Srafina
  14 février 2018
L'auteur ne nous donne aucune information, sur la nature du conflit qui règne, ni sur l'endroit où l'histoire se déroule. Tout ce que l'on sait, c'est qu'il y a les « autres » qui ont tout détruit, tués la majorité de la population.
Mon imagination me dit que cela aurait aussi bien pu se passer, en Europe centrale, lors de la guerre des Balkans. (là ce n'est que mon sentiment)
Un jour, le vieux monsieur entrevoit un petit corps, meurtri, allongé dans des détritus. Contre peur et mauvais souvenirs, il brave l'extérieur pour la recueillir et s'en occuper.
Au fil des lignes, on découvre la naissance des sentiments de ces deux inconnus, qui s'occuperont, tour à tour, l'un de l'autre.
La relation est touchante, d'autant plus qu'à travers Lumière, notre Monsieur Papi (comme la surnommé Lumière) revivra des drames de son passé, et il ouvrira son coeur meurtri.
La petite fille, aussi porte bien son nom « Lumière », car elle éclaire d'un nouveau jour la vie de ce vieux monsieur, qui a tant souffert.
Livre que j'ai bien aimé, mais sans plus, malgré la justesse de l'écriture, des sentiments. Il manquait juste un petit quelque chose pour l'emporter vraiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
brigittelascombe
  06 décembre 2011
Une belle histoire d'amour entre un grand-père et une petite-fille ( parfaits inconnus au départ) réunis par la dure réalité de la guerre.
Une ville sans nom, dans un futur proche sans nul doute. Des autres sans visage mais aux pratiques barbares.
Les survivants, bandes d'enfants et d'adolescents livrés à eux mêmes s'organisent dans d'étranges tunnels creusés sous terre.
Seul, un vieillard endeuillé, semblable à un "arbre brulé", surnommé "l'ogre" vu sa grande taille et sa barbe broussailleuse, se barricade chez lui.
Il sauve et recueille une fillette battue à mort.
La crainte de l'enfant muette qui ne prononce que le mot lumière et qu'il va appeler ainsi se meut peu à peu se muer en affection pour ce "Monsieur Papi" (ainsi qu'elle le nomme dans sa tête) qui va lui ouvrir son coeur et une chambre close détentrice de secrets.
A la manière d'un conte philosophique, La petite fille qui aimait la lumière de Cyril Massarotto (qui a déjà exploré les relations filiales entre deux êtres que tout oppose dans Dieu est mon pote à moi) est une leçon de vie qui nous enseigne que dans la vie, en un instant, tout peut basculer, que l'effet de groupe multiplie les excés de violence, que l'homme possède en lui des capacités de survie et qu'il doit garder l'espoir quoiqu'il advienne.
"Amour,espoir et résignation:les trois maux qui nous forcent à vivre".
Un livre à découvrir sans se prendre la tête, sympa et tout public. Une histoire simple tissée de mots simples où s'affrontent les sempiternelles forces du bien et du mal!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
danacarinedanacarine   20 janvier 2013
Disons qu'aimer, c'est vouloir être avec quelqu'un le plus souvent possible, partager des choses avec cette personne, des rires, des conversations, de la tendresse, des petits riens ; surtout, c'est vouloir que cette personne soit heureuse, qu'il ne lui arrive rien de mal, jamais.
Commenter  J’apprécie          190
ladesiderienneladesiderienne   02 août 2017
Ce jour-là, ressentant encore plus qu'à l'accoutumée une authentique et profonde peine à monter l'escalier de ma maison, j'ai dû me résoudre à poser les deux pieds sur chaque marche. Le verdict était implacable, c'en était fait : j'étais désormais un vieillard. Avant, les marches impaires étaient foulées par mon pied droit et les paires par mon pied gauche. Or, depuis ce funeste jour : première marche, pied droit, puis pied gauche ; deuxième marche, pied droit, puis pied gauche, et ainsi de suite jusqu'en haut. L'ordre des choses veut qu'en étant vieux, tout prenne le double de temps, on va deux fois moins vite ; mais quand en plus il faut mettre les deux pieds sur chaque marche, une montée d'escalier prend quatre fois plus de temps. C'est injuste, si l'on y pense : quand on a la vie devant soi, on fait les choses à toute vitesse, et quand le temps nous est compté, on perd celui qu'il nous reste à se mouvoir au ralenti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienneladesiderienne   03 août 2017
Cela faisait plusieurs mois que je revoyais en songe tous les moments importants de ma vie. J'ai souvent entendu dire que lorsqu'on meurt, on revoit en un instant sa vie défiler devant ses yeux ; j'en ai conclu que je mourais très lentement, un peu plus chaque nuit.
Commenter  J’apprécie          120
rosyttarosytta   27 janvier 2019
Je n'ai pas l'intention de te quitter, tu sais. Pas du tout. Au contraire, je ne souhaite rien de plus que de rester avec toi tout le temps que tu voudras. Je veillerai sur toi, et je t'apprendrai tous les mots qu'il faut pour le jour où tu voudras enfin les dire. Je parlais de frère ou de sœurs pour te parler d'espoir, en vérité. D'avenir. La fin de la guerre, e n'est pas la fin de ce que nous vivons, toi et moi. Ce n'est que le début. Un autre début plus beau, avec du soleil. Ce début, il s'appelle liberté. Etre libre, tu sais, c'est d'abord ne plus avoir peur. La vie que tu pourras vivre, tu n'imagines pas à quel point elle va être formidable. D'abord, tu pourras faire toutes les choses de la liste, eh oui, c'est aussi cela, la liberté. Ensuite, tu vas grandir, à la fois vite et très lentement, tu verras, c'est étrange la vie.

Je n'ai pas tout fait mais j'ai fait beaucoup. Surtout, j'ai fait l'essentiel : j'ai aimé. Voilà ce qui compte, voilà ce que, grâce à la fin de la guerre, tu pourras faire de ta vie : aimer et être libre. Le reste ce n'est que des secondes vides, qui se perdent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
basileusabasileusa   07 avril 2013
-Sans biscuits, je ne sais pas si l'enfance vaut d'être vécue ! Mets cela en priorité sur ta liste des choses à faire après la guerre : tremper des biscuits dans un bol de lait bien chaud.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Cyril Massarotto (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cyril Massarotto
Quelqu?un à qui parler de Cyril Massarotto .Retrouvez l'émission sur : http://www.web-tv-culture.com/ Voilà un auteur attachant ! Depuis son premier roman « Dieu est un pote à moi » en 2008, Cyril Massarotto s?est fait un nom en littérature et ses livres ont séduit un large public qui apprécie la sensibilité de ses histoires, la fragilité de ses personnages, la délicatesse de son écriture. On pourrait classer les romans de Cyril Massarotto dans la série des livres qui font du bien, ce que les libraires appellent les fameux « feel good bokks ». Ce serait un peu réducteur. Car finalement, Cyril Massarotto nous parle de nous, de nos vies, de nos amours, de nos choix, des petits bonheurs du quotidien et des difficultés à surmonter certains passages de l?existence. Des esprits chagrins vous diront qu?il ne s?agit pas là de grande littérature. Qu?importe, laissons les dire et ne boudons pas notre plaisir! Cyril Massarotto n?a jamais eu l?ambition d?obtenir le Nobel de littérature? Il lui faudra d?ailleurs attendre l?âge de 20 ans pour découvrir le plaisir de la lecture et ses premières pages d?écriture sont pour les paroles des chansons de son groupe de rock ! Et puis un jour, l?envie de raconter des histoires et d?exprimer par les mots la sensibilité et les émotions qu?il ressent en lui. Depuis, avec huit livres à son actif, Cyril Massarotto trace son chemin. Dans ce nouveau roman « Quelqu?un à qui parler », nous rencontrons Samuel. le jour de ses 35 ans, Samuel est seul devant son gâteau d?anniversaire. Il est un peu paumé et n?a personne à qui parler. Par jeu, il compose le n° de téléphone de la maison qu?il habitait enfant. Et là, surprise, un jeune garçon lui répond, c?est Samuel lorsqu?il avait 10ans. de ce point de départ, Cyril Massarotto nous entraine dans une émouvante histoire sur la famille, l?amitié, la difficulté à se construire, à exister avec les choix et les renoncements de toute vie. Et vous, si vous pouviez retrouver l?enfant que vous étiez à 10 ans, que lui diriez-vous ? Avez-vous concrétisé vos rêves de jeunesse ? Un joli roman, plein de délicatesse, de douceur et de sensibilité sans oublier une bonne dose d?humour. Voilà une petite pépite. « Quelqu?un à qui parler » de Cyril Massarotto est publié chez XO.
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dieu est un pote à moi

En début de roman Dieu est comparé à qui ?

Grace Kelly
Ophélie Winter
Julia Roberts
Sandra Bulloch

12 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Dieu est un pote à moi de Cyril MassarottoCréer un quiz sur ce livre

.. ..