AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782755602944
474 pages
Éditeur : Hugo et Compagnie (22/01/2009)
3.17/5   6 notes
Résumé :

Grande première depuis l'élection de Nicolas Sarkozy : un président de la République tutoie les journalistes, et réciproquement ! Jamais on n'a autant glosé sur les rapports ambigus qu'entretiennent les médias avec le pouvoir. Journalistes et dirigeants semblent former une véritable " caste ", ils sortent des mêmes écoles, fréquentent les mêmes restaurants ou clubs de sport. Copains, complices, a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BVIALLET
  29 mars 2012
Ayant commencé sa carrière en 1973 comme jeune stagiaire à RMC, Bruno Masure entre au service politique de TF1 deux ans plus tard. Etant de sensibilité socialiste, il se spécialisera dans la couverture des déplacements de François Mitterand, d'abord comme candidat, puis comme président, bénéficiera des facilités des avions du GLAM, des hôtels de luxe, châteaux et réceptions officielles et passera son temps à déjeuner ou dîner en compagnie du « Groupe de Latché » à l'Elysée, dans tous les ministères et autres lieux fréquentés par la fine fleur de la politique. Il assistera aux diverses purges et remaniements dans les équipes rédactionnelles à chaque changement de majorité. Il gagnera son bâton de maréchal, la présentation du Journal de Vingt heures sur la Deux jusqu'en 1997, ses calembours, pitreries et insolences diverses ayant fini par lasser. Mais dans ce milieu, il y a toujours moyen de rebondir, il participera à diverses émissions à titre de chroniqueur avant de retrouver un créneau de consolation sur la Chaîne Parlementaire.
Ce livre-témoignage, sous-titré « Chronique des liaisons dangereuses entre médias et politiques » est intéressant non par le rappel d'évènements passés de 35 années de vie politique calamiteuse, mais surtout par cette démonstration par l'absurde de la connivence malsaine instaurée entre journalistes et hommes politiques poussée jusqu'à l'outrance sous l'ère Sarkozy. « Les journalistes sont fait pour aboyer ! » (Dan Rather)
« Le journalisme ? Porter la plume dans la plaie » affirmait Albert Londres. Disons que beaucoup de journalistes s'en servent davantage pour caresser les puissants ! » Pas étonnant de voir leur crédibilité baisser dans l'opinion d'année en année. Si vous voulez jeter un oeil dans les coulisses, flairer les odeurs nauséabondes des arrière-cuisines de la médiacrature, il faut lire le journal de bord de cette grande gueule intègre, cabotine et peu diplomate, mais toujours lucide et ne s'exemptant jamais elle-même de tout reproche (car elle en a croqué et elle en croque encore...) Nausée garantie !
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   29 mars 2012
« Jacques Attali, conseiller « spécial » très... spécial, dont l'arrogance n'a -déjà- d'égale que la suffisance, concentre sur son immodeste personne et sur ses méthodes de travail un flot unanime de reproches et de railleries. »
« Attali ? Il a une idée par jour, j'en retiens une par trimestre » affirme Mitterand qui, selon son ami Beauchamp, ne prend pas au sérieux ses analyses politiques.
« Croisé Jacques Hébert, numéro 2 de la rédaction de la 5, qui m'apprend, rigolard, qu'Hersant est l'un des sponsors de la grande fête de SOS Racisme. « C'est l'argent du beur ! »
Mai 1987 : « Avec sa calculette, Etienne calcule mes émoluments et aboutit au chiffre de 780 000 francs annuels (175 800 euros 2008). « Allez, on arrondit à 800 000, dont 500 en salaire, le reste en prime de présentation. » Je vais pouvoir renouveler sérieusement ma garde-robe. »
Janvier 1988 : « … J'apprends que mon salaire augmente de 19%, passant de 63 000 à 75 000 francs mensuels (16 500 euros 2008). Sans la moindre négociation. Plus 12 000 francs en moins de cinq minutes ! Chez Bouygues, le temps c'est de l'argent. »
Octobre 1988 : « Alors que l'on attaque l'entrée, il me propose 80 000 francs mensuels (17 500 euros 2008) plus une prime de 300 000... N'est-ce pas une bonne entrée en matière ? Idéologiquement, je ne suis sûrement pas sa tasse de thé, mais il s'agit d'une récompense normale à ses yeux : « Vous êtes convivial et adapté à une chaîne grand public. »
« Le quotidien (France-Soir) titre « Masure se lâche ! », mais gomme toutes les lignes où j'égratigne Le Monde, Karl Zéro ou Fogiel ! On ne se fâche pas avec ces gens-là, ni, je le comprendrai vite, avec des icônes médiatiques comme BHL ou PPDA, véritables intouchables ! Ces gens ont des réseaux d'une efficacité sidérante. Autre tabou, tout ce qui touche à la politique israélienne... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLETBVIALLET   29 mars 2012
« Jacques Attali, conseiller « spécial » très... spécial, dont l'arrogance n'a -déjà- d'égale que la suffisance, concentre sur son immodeste personne et sur ses méthodes de travail un flot unanime de reproches et de railleries. »
« Attali ? Il a une idée par jour, j'en retiens une par trimestre » affirme Mitterand qui, selon son ami Beauchamp, ne prend pas au sérieux ses analyses politiques.
« Croisé Jacques Hébert, numéro 2 de la rédaction de la 5, qui m'apprend, rigolard, qu'Hersant est l'un des sponsors de la grande fête de SOS Racisme. « C'est l'argent du beur ! »
Mai 1987 : « Avec sa calculette, Etienne calcule mes émoluments et aboutit au chiffre de 780 000 francs annuels (175 800 euros 2008). « Allez, on arrondit à 800 000, dont 500 en salaire, le reste en prime de présentation. » Je vais pouvoir renouveler sérieusement ma garde-robe. »
Janvier 1988 : « … J'apprends que mon salaire augmente de 19%, passant de 63 000 à 75 000 francs mensuels (16 500 euros 2008). Sans la moindre négociation. Plus 12 000 francs en moins de cinq minutes ! Chez Bouygues, le temps c'est de l'argent. »
Octobre 1988 : « Alors que l'on attaque l'entrée, il me propose 80 000 francs mensuels (17 500 euros 2008) plus une prime de 300 000... N'est-ce pas une bonne entrée en matière ? Idéologiquement, je ne suis sûrement pas sa tasse de thé, mais il s'agit d'une récompense normale à ses yeux : « Vous êtes convivial et adapté à une chaîne grand public. »
« Le quotidien (France-Soir) titre « Masure se lâche ! », mais gomme toutes les lignes où j'égratigne Le Monde, Karl Zéro ou Fogiel ! On ne se fâche pas avec ces gens-là, ni, je le comprendrai vite, avec des icônes médiatiques comme BHL ou PPDA, véritables intouchables ! Ces gens ont des réseaux d'une efficacité sidérante. Autre tabou, tout ce qui touche à la politique israélienne... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Bruno Masure (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Masure
Une émission de France Inter enregistrée le 12 janvier 2011 présentation : Guillaume Erner Invité : Bruno Masure
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox